You are currently browsing the tag archive for the ‘Running’ tag.

CFNivellesSmallTrail

Si vous cherchez un petit parcours sympa du côté de Nivelles, pour courir, voici un circuit de 4,5 km dans les champs et dans le petit village de Thines. 

Pas très long, mais avec pas mal de dénivelé, et des sentiers parfois un peu techniques…

Parcours détaillé :

  • En sortant de la salle de CrossFit Nivelles, partez vers la droite sur la Chaussée de Namur, comme pour aller vers Nivelles.
  • Au rond-point, prenez à droite, sur le Vieux Chemin de Wavre. Descendez cette route durant 700 m (attention, il n’y a pas de trottoir), jusqu’à ce que vous voyiez une rue partant vers la droite (tout en bas) : le Chemin de Thines.
  • Photo 3-07-14 14 46 39Faites 100 m sur le Chemin de Thines (photo) et continuez tout droit devant vous sur un sentier rentrant dans les champs (ne restez donc pas sur le Chemin de Thines qui part à droite).
  • Montez ce sentier sur 700 m à nouveau, jusqu’à ce que vous arriviez à un croisement de 2 sentiers en pavés/terre. De cet endroit-là, si vous vous retournez, vous devriez voir la salle au loin 😉
  • Prenez vers la droite et poursuivez sur 730 mètres jusqu’à ce que vous arriviez à un nouveau croisement. A votre gauche, le Chemin Sainte Anne; à votre droite, la rue du Cimetière. Prenez la rue du Cimetière, que vous descendrez jusqu’à arriver dans le village de Thines (550 m).
  • Prenez vers la gauche, sur le Chemin de Thines, qui se poursuivra en rue du Culot.
  • Lorsque vous arrivez au croisement avec la rue du Palais, prenez à droite, sur le Vieux Chemin de Thines. Passez au-dessus de la Thines (le cour d’eau), puis devant une grosse ferme et engagez-vous dans un sentier droit devant vous, avec de hauts talus de chaque côté. En été, la végétation donnera l’impression que vous êtes dans un tunnel (photo).
  • Le Vieux Chemin de Thines vous ramène derrière le zoning. Vous allez retomber sur la rue de l’Artisanat, que vous remonterez jusqu’à revenir sur la Chaussée de Namur.
  • Tournez à droite, faites 350 mètres et vous êtes revenus devant CrossFit Nivelles !

Photo 3-07-14 16 44 08

Bon jogging !

Pour d’autres parcours dans la région :

44498_655940927768453_151186685_n

(photo appartenant à Brian MacKenzie et Diane Fu)

Ce qui est intéressant dans le CrossFit, c’est la cohérence de l’approche, malgré sa globalité. Derrière les exercices d’haltérophilie, de gymnastique, d’athlétisme, il y a un certain nombre de principes qui reviennent. C’est peut-être pour cela que vous avez l’impression que vos coachs se répètent : “extension des hanches“, “plus grande amplitude“, etc…

Un de ces principes est que les mouvements se font du centre vers les extrémités. En anglais : “from core to extremity“. En haltérophilie, par exemple, il est primordial d’aller en extension complète des hanches AVANT de commencer à plier les bras. On ne tire avec les bras que lorsque l’extension complètes des hanches a été exécutée, sinon on perd de la puissance, du fait que l’on est capable de développer beaucoup plus de puissance avec les hanches qu’avec les bras. “When arm bend, power ends” répète Coach Burgener lors des séminaires Olympic Lifting (“Quand les bras plient, la puissance s’arrête“).

Et il en va de même pour la course à pied. Il faut d’abord être en plein extension des hanches AVANT de tirer le genoux vers le haut. Dans le cas contraire, on tire uniquement avec les fléchisseurs des hanches. Si vous avez déjà eu des crampes à ce niveau-là lors d’une course longue, c’est que vous sollicitez trop ce petit groupe musculaire, et que vous n’êtes pas en extension complète des hanches. Celles-ci restent “fermées”. Vous manquerez de puissance, tout comme un “Clean” exécuté avec les bras manquerait de puissance.

Le tirage du genou vers le haut sera beaucoup plus efficient si vous êtes en extension complète. Courir avec les hanches en partie fermées implique que seul votre buste est penché vers l’avant, positionnant vos fessiers vers l’arrière. Cette mauvaise position vous empêche d’utiliser pleinement vos fessiers et vos ischios pour courir, mettant donc toute la charge de la course sur les fléchisseurs des hanches…

Pensez toujours à bien positionner le centre de votre corps (“the core”) avant les extrémités…

Merci à Diane Fu, Brian MacKenzie et Carl Paoli pour l’information.

A propos de course à pied, CrossFit Montpellier est interviewé pour le journal L’Equipe concernant le programme “CrossFit Endurance“. A lire ici !

Capture d’écran 2013-11-21 à 12.32.37

XtremRun

Je suis souvent amené à répondre à des questions sur les five fingers lorsque je cours avec. Mais ça n’a jamais été autant le cas qu’à la Trolls Xtrem Run, fin août ! Que ce soit au départ, durant la course (lors des attentes devant les obstacles) ou directement à l’arrivée, on m’a plusieurs fois questionné sur ces drôles chaussures minimalistes. 

Petite synthèse de mes réponses :

  • Oui, le Five Fingers sont tout à fait appropriées pour des courses à obstacles (Gladiator Run, Spartan Race, Strongman Run, etc.). Elles sont légères, peuvent être mouillées sans peser 2 kilos, elles sont assez fines pour qu’on ne les perde pas dans la boue, et il est aisé de nager avec…
  • Non, je n’ai pas mal aux pieds sur ce genre de courses à obstacles. Elles se font d’ailleurs souvent en partie dans la nature (chemins de terre, sentiers forestiers, etc.), c’est donc tout à fait approprié.
  • Oui, il faut courir légèrement différemment, en posant d’abord l’avant du pied (pas les orteils mais ce qu’on appelle “the balls of the foot”). La voûte plantaire joue alors son rôle, de supporter la charge, et lorsque le talon touche le sol, il y a très peu de choc. Ce qui signifie peu de vibrations qui montent dans les articulations. La course “pieds nus” est une course très naturelle, que vous pouvez d’ailleurs commencer à adopter avec des chaussures traditionnelles si vous ne le sentez pas de vous lancer pieds nus directement. Cherchez sur Google, la méthode “POSE”.
  • vignette publicitaire 33kJe cours avec le modèle Seeya (infos ici sur les Seeya et les chaussures minimalistes)
  • Ce n’est pas plus cher qu’une paire de chaussures de courses habituelles…
  • Je conseille de vous renseigner auprès de mon partenaire Five-On, importateur de Vibram Five Fingers en Belgique. Contactez-les. Ils vous donneront tous les renseignements dont vous avez besoin, et ont une gamme très complète de modèles à disposition…

Bonne course !

Si vous vous êtes déjà demandés pourquoi je demandais si souvent de faire des Hollow Rock – souvent en échauffement -, voici une vidéo de Brian MacKenzie, de CrossFit Endurance, qui en explique l’importance pour maintenir la STABILITE.

Il parle ici de la course à pied et de l’importance de maintenir cette position de “hollow rock” lorsqu’on court, particulièrement en méthode POSE. Mais il en va de même lorsque vous portez une charge au-dessus de votre tête, ou lorsque vous êtes en poirier…

Je conseille vivement en tout cas les “hollow rock” en échauffement avant d’aller courir !

Le jeudi 8 novembre, notre partenaire Five-On sera au Stade Gaston Reiff, à Braine-l’alleud, pour présenter ses modèles de Five Fingers.

Cela se fait dans le cadre des entraînements du Club de Krav-Maga Braine-l’alleud Waterloo, de 18 à 20h, dans le dojo…

Adresse : 

Complexe Gaston Reiff 
215, av. Ernest Laurent
1420 Braine-l’alleud

Si vous voulez également recevoir Five-On dans votre club ou votre centre sportif, n’hésitez pas à contacter Gary : gary@five-on.be

Pour plus d’informations concernant les Five Fingers sur SportisEverywhere.com :

1h47 sur le semi-marathon de Bruxelles aujourd’hui ! C’est 10 minutes de mieux par rapport au dernier semi que j’ai fait à Bruxelles. Le défi que je m’étais lancé était de le faire en Vibram Five Fingers, avec le modèle Seeya, probablement le plus minimaliste des modèles Vibram…

Et c’est en fait la seule différence par rapport à la fois précédente, où je courais en chaussures de running “classiques” on va dire. Bien sûr, ce n’est pas les Five Fingers en soi qui font qu’on court plus vite, mais ça amène à travailler sa technique de course à pied, à avoir une course plus naturelle, moins choquante pour les articulations et l’ensemble du corps. Du coup, la course est plus aisée, et sans entraînement spécifique supplémentaire en endurance, on peut clairement améliorer son temps.

Mais qu’est-ce qu’une chaussure “minimaliste” ?

Une chaussure est dite “minimaliste” si l’écart d’épaisseur entre l’avant et le talon de la chaussure est inférieur à 4mm, c’est-à-dire qu’on court donc “à plat”. Les chaussures minimalistes ont également une semelle très fine et très souple, qui maximise la sensation du sol.

Mais pourquoi ? On a cru pendant longtemps que plus on rajoutait de l’amorti dans les chaussures, plus on préservait les articulations. Il n’en était rien. En fait, en rajoutant toujours plus d’amorti (avec des bulles d’air, etc.), on amenait les coureurs à poser d’abord le talon au sol.

Le pied n’est pourtant pas conçu pour frapper le sol avec le talon. Au contraire, c’est l’avant du pied qui doit toucher, en premier lieu, le sol. La voûte plantaire fait son office et amorti le choc. En architecture comme dans notre pied, une voûte est une structure qui permet de supporter une charge importante. Leonard de Vinci disait d’ailleurs “The human foot is a work of art and a masterpiece of engineering” (le pied humain est un chef-d’œuvre d’ingénierie). Résultat : en posant l’avant du pied d’abord, le stress sur les articulations est fortement réduit.

Parce qu’il est évident qu’on n’a pas attendu les années 70 et l’émergence des marques de sport, pour se mettre à courir. Durant des millions d’années, on a couru, la plupart du temps, pieds nus. Et dans certaines parties du monde, on court d’ailleurs toujours pieds nus, ou avec un amorti très réduit.

Parmi les plus connus : les Tarahumara ou “Indiens Raramuri” dans les Copper Canyons de l’état de Chihuahua, au Mexique. Ces indiens pourraient être les meilleurs coureurs du monde, vu les distances qu’ils parcourent (jusqu’à plus de 100 kilomètres !). C’est Christopher McDougall, un journaliste américain, qui fit connaître les indiens Tarahumara au monde entier, avec son best-seller “Born to Run“. Le fil conducteur du livre de McDougall raconte l’organisation d’un ultra-marathon dans la Sierra Madre, au Mexique, où vivent les Tarahumara. Ces indiens ont comme tradition de courir sur de très longues distances. Pourtant, ils courent en sandales, attachées à la cheville avec quelques lanières. C’est cette particularité qui amène McDougall à remettre en question toute l’industrie de la chaussure de course et de conclure que la course pieds nus, ou au moins avec des chaussures à l’amorti limité, produit une foulée plus naturelle, en posant la pointe du pied en premier.

Mc Dougall se base sur la célèbre étude de Daniel Lieberman, de Harvard (“Foot strike patterns and collision forces in habitually barefoot versus shod runners“, publié dans Nature), qui montrait que courir sur l’avant du pied diminuait grandement les chocs dans les articulations.

Mais à côté des indiens Tarahumara, on pourrait également citer Abede Bikila, le coureur éthiopien, qui remporta l’épreuve du marathon, aux Jeux olympiques de Rome, avec un record du monde (2 h 15 min 16 s)… et cela pieds nus !

Bikila, c’est aujourd’hui le nom d’un modèle de chaussures très minimalistes : les Vibram Five Fingers. Ce sont des espèces de gants pour les pieds, avec une place pour chaque orteil ! Ce n’est pas la seule marque “minimaliste”, mais c’est certainement celle qui se rapproche le plus de la course pieds nus.

Les “SEEYA” : une seconde peau

Et parmi les modèles de Vibram Five Fingers, le modèle “Seeya” est certainement le plus minimaliste. La semelle est majoritairement une fine membrane de caoutchouc souple, renforcée à quelques endroits par des parties plus épaisses. Mais la sensation est très proche de la course pieds nus.

J’ai toujours eu l’impression que les Seeya formaient comme une seconde peau, qu’on finit très vite par oublier. Un simple velcro les maintient bien aux pieds.

Par rapport aux autres modèles, elles sont nettement plus légères (136 gr par chaussure !) et très aérées… ce qui est très agréable et rajoute encore à l’impression de seconde peau. Ce sont vraiment d’excellentes chaussures minimalistes de route, même si j’ai déjà souvent couru avec en pleine nature.

Si vous voulez avoir l’impression de courir réellement pieds nus, mais tout en vous protégeant des petites aspérités et crasses du sol en ville, les Seeya sont le modèle qu’il vous faut !

Alors, comment courir en Vibram Five Fingers, ou autre chaussure « minimaliste » ?

  • Posez d’abord les “balls of the foot”, c’est-à-dire ces petits coussinets rembourrés juste à la base des orteils.
  • Gardez les pieds sous le corps. Pas besoin d’envoyer le pied loin devant ou d’étirer la jambe loin derrière. Cela implique de faire des pas légèrement plus petits qu’avec d’autres chaussures.
  • Gardez une course légère. Pour cela, fiez-vous au bruit, vous ne devez pas faire de bruit en courant.
  • Utilisez tous vos sens : regardez et sentez où vous posez le pied. Ce n’est pas qu’un conseil de bon sens pour ne pas se blesser. Il s’agit réellement de favoriser les relations entre la vue, le toucher et la position du corps dans l’espace. Rien que cela en soit permet déjà d’éviter de nombreuses blessures (avec des chaussures rembourrées, on court n’importe comme, sans regarder où on pose le pied… et parfois : Crac ! Ou Badaboum ! Une bordure, un égoût, etc.)
  • Ne commencez pas directement avec une course pieds nus sur 10 km. Allez-y progressivement, parce que les années à courir en chaussures avec de l’amorti ont atrophié certains de vos muscles. Vous allez également sentir la différence dans les mollets ! Commencez donc avec 1 seul kilomètre, en vous focalisant sur le technique de course. Puis 2,5 km, puis 5 km, 10 km, etc…

Un des importateurs de Vibram Five Fingers en Belgique est la société Five-On qui, en plus de vendre tous les modèles, organise des séance de découverte et d’initiation aux Vibram Five Fingers et à la course pieds nus, dans des salles de sport, lors d’événements, etc. N’hésitez surtout pas à les contacter !

Bonne course !

Cet article est la ré-édition d’un article que j’avais publié dans le web-magazine “Celimag” qui n’existe plus aujourd’hui… 

Scott Jurek & Arnulfo Quimare, indien Tarahumara

En Belgique, comme dans beaucoup de pays, de très nombreuses courses à pied sont organisées. Si vous le souhaitez, vous pouvez certainement tous les week-ends participer à un 10 ou un 20 km, un marathon, un trail ou un ultra-marathon. Nombreux sont ceux qui, chaque année, aimeraient participer à ces courses, pour se lancer des défis personnels, entre amis ou collègues, ou pour se donner des objectifs dans le cadre d’une reprise en main de leur condition physique par le jogging.

Pourtant, beaucoup n’osent pas s’inscrire, pensant ne pas être assez préparés (quel qu’ait été leur préparation), et reportent à l’année suivante. La distance fait peur : serais-je capable de courir une à deux heures ? Et si je me blesse ? Et si je dois abandonner au milieu ? La peur de se lancer dans une épreuve si longue l’emporte souvent sur la motivation…

Et pourtant : dites-vous bien que vous en êtes certainement capable. Votre corps est capable de courir de telles distances. Plus encore : il semblerait bien que vous êtes né pour courir ! Pas vous uniquement : « Nous », êtres humains. Des recherches récentes sur notre évolution montrent en effet que ce qui nous distingue le plus des autres espèces animales est notre capacité à courir sur de longues distances !

Attention, cela ne veut pas dire que n’importe qui peut se lancer dans un marathon sans préparation. Même si notre corps est tout à fait adapté à la course à pied, on ne passe pas du jour au lendemain de 0 à 42,5 km de course ! Une préparation est nécessaire…

Cela veut simplement dire que vous pouvez DE-STRESSER: votre corps est tout à fait adapté à la course à pied, c’est peut-être même à cela qu’il est le plus adapté. D’où tous les effets bénéfiques de la course : diminution des risques de problèmes cardiaques, d’hypertension, de diabète, etc.

Voyez plutôt : des chercheurs de l’Université d’Utah ont distingué près de 30 caractéristiques de notre corps qui font de nous d’excellents coureurs sur longue distance. Parmi celles-ci, tout un ensemble concerne notre morphologie : position de la tête et des bras, une taille assez mince (voyez par vous-même, lorsqu’on court le buste et les hanches « se tordent » dans des sens opposés, mais la tête reste dans l’axe), etc. De plus, la nature et la forme très spécifique de nos tendons au niveau des jambes nous permettent d’économiser 50% d’énergie quand on court (alors qu’ils n’apportent rien de spécial pour la marche).

Notre voûte plantaire nous permet par ailleurs d’amortir les chocs dus au contact du pied avec le sol. Léonard de Vinci disait même de notre pied qu’il était un chef-d’œuvre d’art et d’ingénierie !

Enfin, nous sommes les seuls mammifères à éliminer la plus grande partie de notre chaleur par la transpiration. Cela signifie que, contrairement aux autres animaux qui éliminent leur chaleur corporelle par la respiration, nous pouvons à la fois réguler notre température et nous oxygéner. Cela semble simple, mais nos millions de glandes sudoripares et notre peau sans poils font de nous la technologie de refroidissement par l’air la plus sophistiquée que l’évolution ait mis sur le marché !

Tout cela fait que notre vitesse d’endurance est exceptionnelle, comparée aux autres primates. Aucun autre primate n’est d’ailleurs capable de courir en endurance. A poids égal, un humain pourrait d’ailleurs dépasser un cheval sur une longue distance, puisque ce dernier ne pourrait pas courir aussi longtemps à une allure soutenue.

Des dizaines de milliers de personnes participent chaque année, en Belgique, à des semi-marathons, des marathons ou des courses plus longues encore. De telles distances sont inconnues pour les autres primates et comparables à ce que parcourent chaque jour des animaux sauvages comme les loups (14 km) ou les hyènes (19 km).

Mieux encore : sur de très longues distances (marathon et au-delà), nous sommes tous égaux ! Hommes et femmes ont les mêmes capacités. Et des recherches ont montré que si on commence à courir sérieusement à 19 ans, on atteint son meilleur niveau à 27 ans. Puis, les capacités diminuent avec l’âge, lentement… très lentement ! On retrouve le niveau qu’on avait à 19 ans à… 65 ans ! Y a-t-il un autre sport où un athlète de 65 ans peut être en compétition avec un athlète de 19 ans ?

La course à pied est donc intimement liée à notre évolution. Plusieurs des caractéristiques de notre corps citées plus haut ne s’expliquent pas par le fait que nous marchions, mais bien par le fait que nous sommes capables de courir sur de longues distances.

Mais pourquoi, au cours de notre évolution, avons-nous donc couru sur de longues distances ? Une des hypothèses est celle de la chasse « persistante » ou « par persévérance » (persistent hunting). Avant l’invention des premiers armes permettant de projeter des objets, nos ancêtres poursuivaient peut-être leur proie avec persévérance, jusqu’à ce que celle-ci, moins capable que nous d’endurance, soit trop épuisée pour s’enfuir à nouveau. Un cerf va beaucoup plus vite que nous au sprint, mais nous sommes plus rapide qu’un cerf sur une longue distance. Il sera en manque d’oxygène alors que nous ne serons pas encore essoufflés. C’est une hypothèse.

Mais alors, pourquoi y a-t-il autant de gens qui se blessent à force de courir ? Essentiellement parce que nous n’utilisons pas efficacement cette merveilleuse technologie qu’est notre corps en matière de course à pied. Premier responsable : nos chaussures ! Pour faire simple, plus on rajoute de l’amorti dans nos semelles, plus on court mal. Comme on ne sent plus comment notre pied doit se poser sur le sol, on le pose n’importe comment, en frappant d’abord le talon par terre. Une étude récente montrait qu’il n’y avait aucune preuve scientifique – AUCUNE – que des chaussures de sport avec de l’amorti permettaient de diminuer les blessures dues à la course. D’autres études vont même plus loin et montrent que depuis les années 70 et l’apparition des chaussures de course modernes, le nombre de blessures (genoux, chevilles, etc.) n’ont fait qu’augmenter ! Une étude de 1976 montrait également que la plupart des problèmes de pied (pieds plats, voûte plantaire affaissée, déformation des orteils, etc.) n’existaient pas dans les pays où la plupart des gens marchaient pieds nus.


Beaucoup de coureurs abandonnent d’ailleurs les chaussures présentant trop d’amorti pour aller vers des chaussures plus minimalistes (comme les INOV-8, les Nike Waffle, etc.) ou carrément vers la course pieds nus (ou presque, avec les Vibram Five Fingers).

Five-On, partenaire de SportisEverywhere.com pour les chaussures minimalistes

Personnellement, j’ai très sensiblement amélioré ma course en courant progressivement pieds nus : d’abord sur de petites distances, dans l’herbe, puis sur des distances plus longues et des sols plus accidentés. Sans aller jusqu’à faire les 20 km de Bruxelles pieds nus, ça permet de prendre conscience de la manière dont le pied doit se poser sur le sol (idéalement ce sont les petits coussinets à la base des orteils qui doivent toucher le sol en premier, et il faut garder les pieds le plus possible sous le corps, comme font les petits enfants, mais aussi les… Kenyans !).

Alors, vous pensez encore que vous ne serez pas capable de courir sur une longue distance ? La course à pied est comme un « Super Pouvoir » que tout être humain possède. Utilisez-le ! Nous sommes tous « born to run » !

Quelques liens :

Si vous vous êtes mis récemment à la course pieds nus ou en chaussures minimalistes, vous avez probablement remarqué à quel point ce n’était pas facile. Et vous vous êtes peut-être dit que, enfant, vous couriez pourtant souvent pieds nus dans votre jardin…

Il se fait que vous avez “perdu” cette capacité naturelle. Vous devez ré-apprendre. Il en va de même pour beaucoup de mouvements naturels : marcher à quatre pattes, sauter à la corde, faire le poirier, grimper aux arbres… Lorsqu’on ré-apprend ces mouvements à l’âge adulte, on galère un peu, alors que ça paraissait tellement facile – et naturel – lorsqu’on était enfant…

La solution : ne jamais perdre cette habitude des mouvements fonctionnels, naturels et ludiques. Laissez vos enfants pratiquer des mouvements naturels en grandissant. Ne leur dites pas, à un certain âge, qu’ils sont trop grands pour grimper aux arbres… Et ne les dés-habituez pas à courir pieds nus. Si le club de sport ou l’école ne leur permet pas de faire du sport pieds nus : achetez leur des Vibram Five Fingers ! 😉 Five-On a des pointures pour des enfants à partir de 5 ans plus ou moins… Ma fille adore !

Deuxième édition des 10 km de Lasne, ce dimanche 26 août 2012. Près de 1000 participants et nous étions nombreux pour courir pour l’asbl ROMEO

Je termine en 47:45. Ca reste dans mes temps habituels. Bravo à Cédric, Jonathan, Florent, Philippine, Milen et Ol’ de Reebok CrossFit Brussels qui font de beaux temps également. Et puis aussi à Giuseppe, Dany et Stéphane, qui couraient pour l’asbl ROMEO !

Et un grand bravo à toutes celles et ceux qui ont couru pour l’asbl ROMEO, alors qu’ils ne courent pas d’habitude. J’espère que nos entraînements collectifs ont pu porter leurs fruits 😉

C’était ma première course officielle avec le modèle SEEYA de Vibram Five Fingers. J’avais déjà participé à plusieurs courses en BIKILA LS, mais Five-On, le partenaire “Five Fingers” de SportisEverywhere.com m’a proposé de tester les SEEYA, beaucoup plus minimalistes que les BIKILA. Et les sensations sont super, malgré des surfaces au sol plutôt agressives : de longs secteurs pavés et des sentiers avec cailloux et graviers. C’est un modèle qu’on ne sent pas du tout au pied. C’est réellement comme une seconde peau. J’en ferai bientôt une présentation sur ce site.

Je n’ai vu personne d’autres courir en Five Fingers, même si quelques autres couraient en minimalistes (New Balance surtout…).

Donc, allez-y, j’ai testé pour vous : courir en Vibram “SEEYA”, c’est faisable, quelle que soit la surface. Tout en sachant qu’il faut quand même apprendre à courir en chaussures minimalistes

Alors, partant pour l’année prochaine ? En attendant, n’hésitez pas à soutenir l’ASBL ROMEO !

Il vous reste une semaine pour vous faire parrainer pour les 10 km de Lasne. Pour rappel, en vous faisant parrainer, vous récoltez de l’argent pour l’asbl ROMEO. (Infos ici).

C’est très simple. Deux possibilités :

  1. Vos parrains/marraines vous donnent un montant, en liquide (par exemple x euros au kilomètre) et vous apportez l’argent au stand de l’asbl le jour de la course.
  2. Vos parrains/marraines font un versement directement sur le compte de l’ASBL en mentionnant votre nom en communication. Numéro de compte : 001-6416532-58 (IBAN : 95-0016- 4165-3258)

Dans un cas comme dans l’autre, vous êtes invités à télécharger le formulaire, où vous mentionnerez vos parrains/marraines et les sommes récoltées.

Venez nombreux !! On se voit le 26 août 😉

… Ou peut-être avant : dernier entraînement collectif ce mercredi 22 août, à 19h00. Rendez-vous devant l’école du Petit Chemin, chemin de la Waronche, 18. 1471 Loupoigne (Genappe).

Vibram Five Fingers cible désormais clairement le CrossFit, avec cette nouvelle publicité. 

Cette publicité est assez bien faite ! On y voit plusieurs fois quelque chose de très intéressant avec les Five Fingers : sur des mouvements où le pied reste sur le sol (Kettlebell swings / snatch, Battle rope, etc.), tout le pied travaille constamment. Si vous avez déjà fait des kettlebell swings pieds nus ou en Five Fingers, vous vous êtes déjà rendu compte que chaque orteil intervenait dans la stabilité. La sensation est unique, comparée à ce mouvement exécuté avec des chaussures traditionnelles.

On y voit aussi de la course en extérieur, dans la nature. Et sans conteste, les Five Fingers sont les meilleures chaussures actuelles pour courir en pleine nature.

SportisEverywhere.com est partenaire de Five-On, qui importe des Vibram Five Fingers en Belgique. Profitez de leurs soldes actuels. Et rejoignez-les sur Facebook !

Si vous êtes intéressé par la course à pied en chaussures minimalistes, SportisEverywhere.com organise des initiations, en partenariat avec Fve-On : infos ici

Merci à Cyril, CrossFitteur français, pour l’info concernant cette vidéo 😉

Comme l’année passée, je courrai aux 10 km de Lasne pour l’asbl ROMEO, le 26 août 2012. (voir l’article de l’année passée).

Roméo est un ami de ma fille, qui était dans sa classe, en maternelle, jusqu’à cette année. L’asbl ROMEO lui fournissait un accompagnement adapté pour qu’il puisse poursuivre sa scolarité dans l’enseignement traditionnel malgré quelques difficultés.

En septembre, Roméo poursuivra en primaire dans une autre école, avec un encadrement pédagogique plus adapté encore. Mais l’asbl ROMEO continue son travail d’intégration, dans l’enseignement traditionnel, d’enfants qui présentent, pour une raison ou une autre, quelques difficultés d’apprentissage.

Nous étions une trentaine l’année passée à courir pour l’asbl. L’objectif est que nous soyons 100 cette année, pour la deuxième édition des 10 km de Lasne. 

Le cadre est très sympa et le parcours est, paraît-il, encore mieux que l’année passée !

L’idée est simple, vous demandez autour de vous qui peut vous parrainer pour courir pour une bonne cause, ça permet de récolter de l’argent pour cette asbl qui en vaut la peine !!

Allez jeter un coup d’oeil sur la page Facebook de l’événement !

Donc, pour courir pour l’asbl ROMEO, vous devez : 

  • vous inscrire officiellement sur le site des 10 km de Lasne
  • confirmer votre inscription auprès de l’asbl (marina@wenda.be)
  • vous trouver des parrains et sponsors ! On en a besoin et votre effort le vaut bien !

… Et vous devez vous entraîner ! 😉

Vous ne vous sentez pas prêt(e) ? Pas de panique, j’organise, comme l’année passée, des petits entraînements, gratuits et ouverts à tout le monde, à Genappe… On travaille un peu les bases de la course à pied, on prévient les blessures, et puis on court un peu ensemble.

Prochaines dates :

  • Mercredi 18/07 à 19h00
  • Mercredi 25/07 à 19h15

Rendez-vous devant l’école du Petit Chemin, à Loupoigne (Genappe) – Chemin de la Waronche, 18. 1471 Loupoigne.

J’ai déjà souvent expliqué l’intérêt des chaussures minimalistes et en particulier des Vibram Five Fingers. Le site SportisEverywhere.com est d’ailleurs associé, en Belgique, avec Five-On, importateur de Five Fingers. Et j’organise avec eux des initiations à la course à pied en “minimaliste”.

Voici un vidéo qui, en 5 minutes et en français, explique tout ce qu’il faut savoir sur la course à pied en Vibram Five Fingers.

 

  • Courir 15 km en Vibram Five Fingers : Check !
  • Courir 15 km en mangeant “paléo” : Check ! 
  • Courir 15 km avec du CrossFit comme seule préparation : Check !

Tout ça est donc possible 😉

1h15 pour les 15 km de Woluwé-Saint-Lambert, dans le cadre du Zatopek Urban Tour. J’y courais en Vibram Five Fingers, avec les couleurs de Five-on, partenaire de Sport is Everywhere pour tout ce qui est barefoot. Ils avaient là-bas un stand “Five-On” avec tous les derniers modèles de Vibram Five Fingers. Allez voir sur leur site 😉 http://www.five-on.be

De plus en plus de coureurs courent en “minimaliste” : nous étions plusieurs en five-fingers, mais certains étaient pieds nus également, ou “Huaraches” (sandales des Tarahumara).

Si vous voulez vous mettre à la course “minimaliste”, j’organise avec Five-On des formations “Barefoot Running”. Tous les renseignements sont ici. Intéressé(e) ? Envoyez-moi un mail : yvespatte@yahoo.fr

Première “vraie” course officielle pour moi en Vibram Five Fingers : le Cross de Bousval (Genappe). 14,5 km sous la pluie et dans la boue 😉 

Bien sûr, j’avais déjà fait des sorties de +/- 10 ou 15 km en Five Fingers, mais c’était tout seul, comme entraînement. Je fais également souvent mes entraînements CrossFit en Five Fingers.

Résultat : 1:16:34. J’en suis plutôt content: il y avait beaucoup de sentiers de terre (ou “boue” en l’occurrence), ce qui est très agréable en Five Fingers, mais qui nécessite de réduire fortement l’allure pour éviter de se gameller.

Une confirmation, à l’issue de ce parcours assez vallonné : en Five Fingers, ce ne sont pas les montées qui posent problème, mais les descentes. Lorsqu’on commence à prendre de la vitesse, il n’est pas facile de continuer à avoir une foulée légère et une attaque par l’avant du pied. Mais ça reste gérable. Et la foulée naturelle de ce type de chaussure minimaliste permet plutôt de rattraper tout le monde dans les montées.

J’ai en tout cas dû répondre une bonne dizaine de fois à la question “Mais vous arrivez à courir avec ça ???“. Les gens sont en tout cas intrigués et posent des questions, entre les septiques et ceux qui voudraient mais n’osent pas.

Pour rappel, je propose des initiations au “barefoot” running et à la course en chaussures minimalistes, en partenariat avec l’importateur de Vibram Five Fingers, en Belgique, Five-On. Toutes les infos sur ces formations sont ici.

Et si vous êtes un fidèle de SportisEverywhere.com (lecteur et/ou adepte des entraînements), vous avez 15% sur toute la gamme de Five-On ! Contactez-moi pour savoir comment faire 😉

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :