You are currently browsing the tag archive for the ‘French Invictus Team’ tag.

Heart

Il y a un an, j’écrivais “I Love CrossFit“. C’était à l’issue de la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, à Paris. L’événement était une réussite. De vrais athlètes émergeaient en France et en Belgique… Un an après, le French Throwdown est tout autant une réussite et s’inscrit comme un événement européen, pour un CrossFit qui se professionnalise de jour en jour. And I Still Love CrossFit !!

Cet article ne fera pas le compte-rendu des différentes épreuves. Je vous invite à aller consulter les articles très complets de Play-Fitness sur les deux jours de compétition (Jour 1 et Jour 2). Vous y trouverez tous les scores et classements, épreuve par épreuve.

J’aurais voulu davantage témoigner du professionnalisme que j’ai perçu tout au long de la phase finale de cette compétition. Bien sûr, je suis “juge et partie” – c’est le cas de le dire – puisque j’étais “head judge“. Mais les organisateurs ont insufflé une exigence de qualité et de professionnalisme pour que cet événement soit une réussite totale. Des critiques avaient émergé lors des qualifications concernant le judging des vidéos qualificatives. Je crois que tout le monde en était conscient et respectait le choix de celles et ceux qui avaient décidé de se retirer de la compétition. La finale à l’INSEP devait être une réussite et nous y sommes arrivés.

Très peu de contestations lors de la compétition. Et les retours que vous avons eus des athlètes étaient très bons. Certains affirmant même que c’était la meilleure compétition à laquelle ils avaient participé ! En fait, le CrossFit se professionnalise en Groupetant que “Sport” (ce qui est encore différent de sa forme méthode d’entraînement). L’organisation est davantage professionnelle, et se base sur les expériences des compétitions précédentes, ici et à l’étranger (Lowlands Throwdown, London Throwdown, Brussels Throwdown, et même les Open ou les Games). Les athlètes sont pratiquement des professionnels aussi, au moins dans leur attitude et leur préparation. Dans les 20 derniers athlètes en compétition, la grande majorité avait déjà participé à des compétitions (dont celles précitées) et connaissaient donc les règles et standards propres aux compétitions CrossFit. Ca en était assez facile de juger finalement.

L’évolution des athlètes présents, si l’on compare à l’année passée, témoigne de l’évolution générale. L’événement a pris de l’ampleur en attirant des athlètes des quatre coins de l’Europe, puisque des athlètes avaient fait le chemin depuis la Pologne, la Grèce ou l’Angleterre, et même plus loin, depuis l’Australie ou les Etats-Unis ! Mais on retrouvait malgré tout les athlètes français et belges qui étaient dans le top 10 en 2012. Yohann Gigord, qui est 2ème cette année, était 1er ex-aequo l’année passée; Sébastien Ferket, 3ème cette année, était 5ème l’année passée. On pourrait également parler de la French Invictus Team dont les athlètes (masculins et féminins) sont toujours parmi les meilleurs ! Autrement dit, les compétitions CrossFit prennent de l’ampleur, et les athlètes français et belges progressent et peuvent de plus en plus faire jeu égal avec les autres athlètes européens. Et c’est précisément grâce à ce genre d’événement !

Enfin, ce qui me semble très positif, c’est que nous avons gagné en professionnalisme, alors que l’événement était entièrement organisé PAR des CrossFitteurs, POUR des CrossFitteurs. Pour différentes raisons, l’apport de Reebok était effectivement bien moins important que l’année passée, voire quasi nul. Toute l’organisation (et les risques !) revenait donc à Reebok CrossFit Louvre – et il faut vraiment souligner le rôle de Daniel Chaffey, owner de Reebok CrossFit Louvre, qui a mené cet événement à sa réussite ! C’est extrêmement encourageant, parce que ça signifie que les CrossFitteurs – la communauté – peuvent produire ce genre d’événements sans le financement et la logistique de marques. Si ces marques veulent s’investir, tant mieux évidemment, mais le French Throwdown 2013 a certainement montré qu’une salle CrossFit peut organiser une compétition CrossFit internartionale. Et ça, c’est de l’empowerment !!

CLASSEMENTS

Femmes Elite

  1. Marianna Tzourtzek ((Reebok CrossFit Thess Niki)
  2. Isabelle Derond (Reebok CrossFit Louvre)
  3. Llara Romanowski (CrossFit Workshop)

PodiumHommesHommes Elite

  1. Nick Rouse (Reebok CrossFit Thames)
  2. Yohann Gigord (kultureFit Toulouse)
  3. Sébastien Ferket (CrossFit 1815)

Masters Femmes

  1. Francesca Palerma (CrossFit Worcestershire)
  2. Ana Jimenez (CrossFit Canarias)
  3. Renata Molliet (CrossFit Riviera)

Masters Hommes

  1. Scott Jenkins (CrossFit CM2)
  2. Bernard Luzi (Reebok CrossFit Ravenna)
  3. Gerd Covers (CrossFit Mainz)
Advertisements

03

(voir le classement complet)

Et voilà, les Open 2013, c’est fini ! Richard Vanmeerbeek confirme sa première place incontestée en Belgique, en terminant premier de chacune des 5 épreuves. Et il se qualifie pour les Regionals, avec sa 43ème place au classement européen ! Derrière lui, un beau duel entre Sébastien Ferket et Matthieu Montès, qui se partagent sur presque chaque épreuve, la deuxième ou la troisième place. Une seule répétition les sépare sur les 5  wods ! Signalons également que le père de Richard, Michel Vanmeerbeek termine 2ème dans catégorie des Masters entre 50 et 54 ans !

Pour ma part, je me place dans une totalement inespérée 9ème place au niveau belge ! C’est surtout dû au fait que de nombreux très bons athlètes n’ont pas complété les 5 wods de qualification. J’en profite pour remercier toute la communauté CrossFit qui était au Salon du Fitness (Paris), qui m’a permis de faire le 13.3 et CrossFit Montpellier qui m’a accueilli pour le 13.4. Super souvenirs !! Je crois aussi que le jeûne intermittent que je teste actuellement au niveau nutrition m’a permis de booster un petit peu mes performances.

08

(voir le classement complet)

Au niveau féminin, c’est Carmen Bosmans, de CrossFit Antwerpen, qui est en tête sur l’ensemble des 5 épreuves. Elle termine 42ème au niveau européen et se qualifie donc pour les Regionals ! Derrière elle, Pauline De Valensart et Rachel Vandernoot, de Reebok CrossFit Brussels terminent 3ème et 4ème de Belgique. Caroline Cantamessa, de CrossFit 1815, est 10ème.

06

(voir le classement complet)

En France, c’est Yohann Gigord, de CrossFit Toulouse qui remporte la première place. Sa 30ème place au classement général européen lui permet de se qualifier pour les Regionals, pour la deuxième année consécutive. Derrière lui, on retrouve pas mal de noms connus, Hocine Khiar, de CrossFit Bordeaux, la Reebok CrossFit Louvre / French Invictus Team, avec Christophe Besnard, Patrick Mochen et Yvan Gegout. La Reebok CrossFit Louvre / French Invitus Team se qualifie d’ailleurs, en Team, pour les Regionals, avec sa 22ème place au classement général ! CrossFit Montpellier est également bien représenté avec deux athlètes dans le top 10 français : Freddy Zitter et Marvin Nauche. Et on retrouve également Clément Giraud, des CrossFit Original Addicts, Paris.

07

(voir le classement complet)

Au niveau féminin, tout semble se jouer entre la Reebok CrossFit Louvre / French Invictus Team et CrossFit Toulouse. C’est Elise Labrunie, de CrossFit Toulouse, qui termine première, suivie par Isabelle Derond et Virginie Henry, de la French Invictus Team. Hélas, aucune d’entre elles ne se qualifie pour les Regionals, en individuel.

Et maintenant, prochaine étape : le FRENCH THROWDOWN ! Premier WOD de qualification, le 14 avril ! 

IMG_4329Au Salon Body Fitness, à Paris, les 22, 23 et 24 mars, venez défier les champions de CrossFit : Matthieu Montès, Yohann Gigord et Virginie Henry, respectivement de Reebok CrossFit Brussels, CrossFit Toulouse et de la French Invictus Team !

Wod du challenge: For time :

  • Rowing 500m
  • 30kb swing 24kg/16kg
  • 20 burpee box jump
  • 10 overhead squat 40kg/30kg

Matthieu Montès termine en 4:24, Yohann Gigord en 4:29 et Virginie Henry en 5:38.

Si vous pensez pouvoir les défier, ou juste pour le fun, rendez-vous au Salon Body Fitness, Porte de Versailles, à Paris, les 22, 23 et 24 mars. Inscrivez-vous pour le challenge sur : http://www.reefitness.com

Parmi toutes les animations du Salon, il y aura des initiations au CrossFit ! Le Salon Body Fitness, c’est 24 298 visiteurs professionnels et grand public, 100 exposants internationaux200 marques représentées, sur 17 000 m²  !

Entrée : 8€ en prévente (12€ sur place) 

 

 

 

 

LondonThrowdownPetit bilan rapide des athlètes franco-belges au London Throwdown, à l’issue de la première journée de compétition.

Pour le WOD #1 (1km de rameur), c’est le belge Olivier Wouters (CrossFit Namur) qui se classe le mieux (à la 8ème place !), en ramant en 3:02. Florent Paillasson (CrossFit Lyon) et Yohann Gigord (CrossFit Toulouse) se classent eux 13ème, ex-aequo.

WOD #2 :

AMRAP in 10 minutes of:

  • 12 Down-Ups
  • 18 Kettlebell Swings 24/16kg (for all categories)
  • 24 Unbroken Double Unders

Pour ce deuxième WOD, c’est Matthieu Montès (Reebok CrossFit Brussels) qui se place en tête des “Franco-belges”, à la 14ème place, avec 330 reps ! Il est suivi par Clément Giraud, des CrossFit Original Addicts (22ème, 326 reps) et Yohann Gigord (31ème, 311 reps). C’est clairement un WOD où le manque d’assurance aux double-unders doit coûter cher. Mais Matthieu et Clément maîtrisent parfaitement cet exercice !

Le 3ème WOD est composé d’un ensemble de challenges différents :

  • 3A : Max pullups in 90 seconds.
  • 3B : Max handstand hold in 90 seconds.
  • 3C : 3 snatches. Score is total of all 3 lifts.
  • 3D : 3 cleans. Score is total of all 3 lifts.

Pour le 3B, Hocine Khiar, de CrossFit Bordeaux, et ancien breaker, peut dévoiler toutes ses capacités de danseur en handstand. Il termine premier et étant le seul à tenir 1:30 !

Mais pour le 3C, ce sont les haltérophiles qui se mettent en avant : Yohann Gigord se classe premier des snatch, avec un total de 295 kg sur ses 3 snatch ! Patrick Mochen, de la French Invictus Team, est 16ème (257,5 kg), devant ses co-équipiers Christophe Besnard, 18ème (255 kg), et Yvan Gegout, 23ème (252,5 kg). Matthieu Montès est 42ème avec 237 kg.

Yohann Gigord maintient un bon classement sur le WOD 3D, avec 390 kg, lui permettant d’assurer la 3ème place.

La première journée se terminait avec le WOD 4 : Shuttle sprint. Et c’est Hocine Khiar, qui, avec sa 9ème place, devance les autres franco-belges…

A la fin de la journée, au classement général, on a :

  • 16ème Yohann Gigord
  • 17ème Patrick Moche
  • 21ème Matthieu Montès
  • 41ème Florent Paillasson
  • 60ème Yvan Gegout
  • 69ème Olivier Wouters
  • 49ème Dorian Petitot
  • 91ème Clément Giraud
  • 92ème Frédéric Zitter
  • 93ème Hocine Khiar
  • 114ème Marvin Nauche
  • 134ème Cédric Courage

A l’heure où j’écris, les hostilités du dimanche ont déjà bien repris.

Je n’avais pas eu le temps d’enregistrer le classement féminin à la fin de la première journée ! Mais, actuellement, avec le score du premier wod de la deuxième journée, c’est Elise Labrunie, de CrossFit Toulouse, qui est la première des “franco-belges” en 19ème place, devant Carmen Bosmans (CrossFit Anvers), 23ème et les deux représentantes de la French Invictus Team : Isabelle Derond (43ème) et Virginie Henry (50ème). Parmi les plus connues au niveau européen, Samantha Briggs est première, Andrea Ager est 12ème et Brenda Koolhaas, que plusieurs ont croisé au Lowlands Throwdown ou à la level 1 à Reebok CrossFit Brussels, est 13ème !

Le podium du Lowlands Throwdown 2012 est connu ! Comme aux CrossFit Games, l’homme et la femme les plus “fit” restent les mêmes que l’année passée : Richard Vanmeerbeek (Reebok CrossFit Brussels, BE) et Carla Costa (CrossFit Nieuwegein, NL) !

Pour sa troisième édition (si l’on compte l'”Open Dutch Championship” en 2010), le Lowlands Throwdown a encore marqué un pas supplémentaire en se délocalisant dans une salle omnisport à Driebergen. Des WODs d’une plus grande ampleur, une plus grosse organisation et surtout un niveau moyen qui a fortement augmenté ! Regardez les vidéos d’il y a 2 ans, à CrossFit Twente, pour vous rendre compte de l’évolution !!

Ces compétitions sont fondamentales pour que le CrossFit continue d’évoluer et que les athlètes progressent, comme c’est le cas aux Etats-Unis, où de très nombreuses compétitions sont organisées, pratiquement toutes les semaines.

Les compétitions CrossFit permettent premièrement aux athlètes de juger de leur niveau moyen. Ca permet effectivement de se confronter à d’autres athlètes que celles et ceux qu’on croise quotidiennement dans sa box. Et plus il y aura de compétition, plus on a une idée de son niveau “moyen”, c’est-à-dire “en moyenne”. Une seule compétition n’est pas toujours représentative : on n’est jamais à l’abri de manque de forme,… et les autres non-plus ! Et tous les athlètes ne sont pas toujours présents à toutes les compétitions. Comment savoir si on est vraiment le meilleur, si un très bon prétendant au titre n’était pas présent ? Il est donc important de multiplier les compétitions.

Deuxièmement, les compétitions donnent un but à l’entraînement, des objectifs en terme de progression. C’est un aller-retour entraînement-compétition qui permet de progresser : être confronté aux épreuves des compétition pousse parfois à revoir ou intensifier son entraînement, pour faire mieux aux prochaines compétitions.

Les compétitions permettent d’ailleurs de s’assurer de la qualité de ses mouvements. Lors de celles-ci, vous avez un juge qui valide… ou pas, chacun de vos mouvements. Après une compétition, il est parfois temps de retravailler certains mouvements de base, qu’on pensait faire convenablement, mais qui manquaient d’amplitude. Après la demi-finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, certains – et certaines – ont dû retravailler leurs push-ups, en veillant à ne pas laisser traîner le cuisses ou les genoux sur le sol… Leurs push-ups sont maintenant meilleurs, en plus grande amplitude : plus de fibres musculaires sollicitées, et certainement un gain de force à la clé.

C’est même parfois lors de la compétition qu’on améliore son mouvement. Avec l’engouement, les encouragements et l’émulation avec les autres compétiteurs, on se dépasse souvent… Nombreux athlètes réalisent des PR’s sur des soulevés lourds. Lors du Lowlands Throwdown 2012, plusieurs ont réalisé des PR’s sur le Clean & Jerk du dernier WOD. Danielle Bodin, des CrossFit Original Addicts, a même passé son premier muscle-up !! … suivi de 4 autres muscle-ups !!!

Tout cela motive évidemment : on a un but lorsqu’on s’entraîne, on se confronte aux autres, on se ré-entraîne et on progresse !

Et puis, les compétitions structurent la communauté, parce que celle-ci se construit entre autres sur les inter-connaissances : les athlètes apprennent à se connaître, des “favoris” émergent, des “underdogs” se font connaître aussi à l’occasion d’une compétition, et le CrossFit en tant que sport se structure… Des équipes se créent aussi, à l’instar de la French Invictus Team, qui est d’ailleurs en train de recruter des filles en vue des prochains CrossFit Games (voir l’appel sur leur page Facebook). Notons qu’au niveau français, cette équipe aura fait beaucoup pour constituer le CrossFit en sport, puisqu’ils préparent, comme je l’avais déjà dit ici, leur “saison” CrossFit, à partir des différentes compétitions, tout comme le feraient des athlètes dans d’autres disciplines…

Alors, QUELLES SONT LES PROCHAINES COMPETITIONS ?

  • La prochaine compétition sera le London Throwdown, les 26 et 27 janvier 2013 : bientôt des infos sur leur site web !
  • Puis suivront les CrossFit Games Open 2013, où chacun pourra participer (qu’il soit affilié dans une salle CrossFit ou pas), individuellement ou en Team.
  • Il est fort probable que Reebok ré-organise une compétition du type “Reebok CrossFit Fitness Championship“, mais je n’ai encore aucune information à ce sujet…
  • Reebok CrossFit Brussels ré-organisera son “Brussels Throwdown” après les Open et Regionals, vers le mois de juin.
  • Et la saison se poursuivra certainement après les vacances avec le “Lowlands Throwdown” aux Pays-Bas.

Des INTER-BOX ?

Mais à côté de ces gros events, pourquoi ne pas organiser des plus petites rencontres “inter-box” ? Juste deux ou trois salles CrossFit qui s’organisent entre elles une petite compétition. C’est probablement l’idéal pour combler les envies de compétitions entre les gros events et créer des liens d’amitié solides entre les athlètes des différentes salles…

Sachez que SportisEverywhere.com serait heureux de vous soutenir (promo, organisation, conseils, constitution d’une équipe de juges, etc.). Contactez-nous et on voit comment mettre ça sur pied !

En attendant, si vous voulez savoir à quoi ressemblaient les WODs du Lowlands Throwdown 2012, les voici (voir les photos) :

WOD 1a : 7 min AMRAP :

  • 3 Stone to shoulder (50/30kg)
  • 2 15m Farmer walks, (70/50kg each hand)
  • 50 Double-unders

1 minute transition time

WOD 1b : 3 minutes :

  • max handstand hold (2 minutes max)
  • max handstand push-ups (1 minute)

Voir la vidéo de Richard Vanmeerbeek, filmé par la caméra placée sur la tête de son juge…

WOD 2 : For time (time cap 13 minutes) :

  • 25 Pull-ups
  • 40 “Over the rig” Wall balls (20/10lbs)
  • 25 Pull-ups
  • 20 Squat clean thrusters (60/42.5kg)
  • 25 Pull-ups
  • 10 Burpee deadlifts (120/85kg)

WOD 3 : For time (time cap 16 minutes) :

  • 5 Snatches (65/30kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk (on a small
  • 5 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 4 Snatches (70/35kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 4 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 3 Snatches (75/40kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 3 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 2 Clean and Jerks (95/50kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 2 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 1 Clean and Jerk (105/60kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 1 Muscle-up
  • 1 Overhead jerrycan walk

(You can decide at any point in the workout to stop and continue with burpees until the 16 minute time cap, to differentiate you from other people who stop at the same place in the workout)

PODIUMS : 

Top 3 Men

Top 3 Women

  • Carla Nunes da Costa
  • Lindsay McCardle
  • Brenda Koolhaas

A voir : les photos du Lowlands Throwdown 2012 !

Le CrossFit a quelque chose de fascinant et de précieux à défendre. Il y a quelques semaines, lors du Brussels Throwdown, j’avais l’impression de comprendre vraiment ce que voulait dire “Maintenant, le Fitness est un Sport“. Aujourd’hui, après deux jours à Paris, je crois avoir compris ce qu’il fallait défendre dans le CrossFit, au moment où cette pratique se popularise. 

Quelle est la différence entre les deux (demi-)photos ci-dessus ? … La bonne réponse est : “aucune”.

La photo supérieure gauche est pourtant prise lors d’une séance à Reebok CrossFit Louvre, une superbe salle, très chic, bien que certaines parties sont encore en construction (de nouveaux locaux sont actuellement en travaux). Réception à l’entrée, écran plat et tout le matériel CrossFit : Rings, Barbells, Kettlebels, GHD, Racks, etc. Et en attendant la fin des travaux, ils s’entraînent régulièrement en extérieur, dans un parc à proximité ou dans la rue.

La photo inférieure droite est prise lors d’une séance avec les CrossFit Addicts Paris. SportisEverywhere.com les avait interviewés ici. La future salle de ces nouveaux affiliés (CrossFit Originals Addicts) est comme un entrepôt, très brut, où tout doit encore être fait : le sol, les murs, les sanitaires, et toute l’installation du matériel. En attendant la fin des travaux, ils continuent donc de s’entraîner en extérieur, en face, dans la rue.

Vous commencez à saisir la ressemblance, malgré les différences de moyens et d’infrastructures ?

Le WOD auquel j’ai assisté à Reebok CrossFit Louvre consistait en un AMRAP 12 minutes de Kettlebell Swings, Box Jumps (sur des bancs publics) et un exercice de gainage (une sorte de “mountain climbers” où les genoux vont toucher le coude opposé). Cela sous l’œil attentif et compétent des Coachs David et Sébastien.

Le WOD auquel j’ai assisté chez les CrossFit Addicts Paris était fait sur le modèle du “Fight Gone Bad” : 1 minute par exercice, 3 exercices, 5 rounds, un max de reps. Pas de pause. Les 3 exercices étaient des Kettlebell Swings, des Box Jumps (sur des bancs publics) et des Walking Lunges avec un poids en Overhead. Cela sous l’œil attentif et compétent du Coach Joachim.

Ces deux séances de CrossFit, sans être les mêmes, étaient dans le même esprit, parce que c’était des séances purement “CrossFit”. Avec des coachs Level 1, qui connaissent les mouvements CrossFit, la programmation, la construction de WODs. Et cela qu’ils travaillent dans une salle qui est dans un bel immeuble du 2ème arrondissement, ou dans un entrepôt en travaux du 12ème arrondissement.

Mêmes réactions des athlètes lorsqu’ils découvrent le Workout of the Day. Même motivation lorsqu’ils l’exécutent. Même satisfaction après.

D’un côté comme de l’autre, on partage un certain nombre de valeurs, de préoccupations. Une semaine après les CrossFit Games, on parle des mouvements de Froning, de l’âge de Parker (“22 ans ??? WTF ?!?“) des crampes de Spealler. Certains étaient aux Games, d’autres (dont moi) étaient devant leur écran d’ordinateur, en pleine nuit, connectés au Streaming. Mais tout le monde a vu les CrossFit Games 2012.

D’un côté comme de l’autre, on me demande comment vont Matthieu Montès et Sébastien Ferket. Le premier a remporté la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship à Paris et s’est classé 2ème du Brussels Throwdown ; le deuxième était 5ème à Paris et 3ème à Bruxelles. Et tous deux s’entraînent à Reebok CrossFit Brussels. Tout le monde se connaît.

D’un côté comme de l’autre, je me suis senti “chez moi”, j’ai envie de dire. Dans une communauté qui est réelle. Ce ne sont pas juste des mots. J’avais déjà écrit quelque chose sur le sens du mot “Communauté” dans le CrossFit (sur un autre blog). C’était il y a plus de 6 mois. Maintenant, je rajouterais que c’est cet esprit communautaire qu’il faut défendre avant tout à l’heure actuelle. Parce qu’au final, c’est ça qui risque de se perdre si n’importe quelle salle Fitness peut développer l’activité CrossFit (voir le débat avec CrossGym). Au-delà des enjeux financiers, au-delà des questions de marque, c’est cet esprit de communauté.

C’est ça qui nous permettra de rester unis autour de certains principes. Pas pour être sectaire. Au contraire : tout comme le CrossFit est une méthode inclusive, la communauté CrossFit devrait être aussi inclusive, pour toute personne qui partage ce souci du fonctionnel, d’une approche globale, orientée résultats, etc.

Je ne sais pas comment cela va évoluer. Ce qui est sûr, c’est que le CrossFit dans 5 ans sera ce qu’on en aura fait. Et j’espère qu’on se rappellera toujours qu’à l’heure actuelle, qu’on s’entraîne et travaille dans de belles salles équipées ou en rue, à Paris, à Bruxelles, dans le Sud ou dans le Nord, on fait tous la même chose ! Du CrossFitMes photos seront là pour le rappeler 😉

Si vous découvrez actuellement le CrossFit, tout cela doit paraître un peu abstrait. Mais retenez simplement une chose : vous débutez une méthode d’entraînement qui est aussi un sport, soutenu et animé par une communauté de passionnés. Et ça, c’est unique dans le monde du Fitness !

Sur Paris, vous avez le choix entre :

Une autre salle est sur le point d’ouvrir, mais je n’ai hélas pas eu le temps de leur rendre une petite visite : CrossFit France CrossFight (Porte Dorée).

Je voulais également rencontrer la French Invictus Team, l’équipe de CrossFit qui est en train d’ériger le CrossFit au niveau d’un sport de haut niveau, avec une préparation pour une saison et des objectifs en terme de compétition. Des acteurs très importants de cette communauté CrossFit !

Paris va bien” comme le dit Sexion d’Assaut Alors, la prochaine fois que je vais à Paris, on se voit ?

En attendant : toutes mes photos sont ici ! Vous êtes dessus ? Identifiez-vous et faites connaître le CrossFit à Paris !

Dans le CrossFit européen, on ne doit plus présenter la French Invictus Team, 10ème meilleure Team européenne, tout juste de retour des Regionals Europe. Mais Virginie Henry, fondatrice de la Team, est aussi classée deuxième à l’issue de la demi-finale, dans le Reebok CrossFit Fitness Championship ! Pour la rubrique “Athlète #RCFFC“, elle nous présente son parcours.

1. Quel est ton parcours sportif et comment as-tu découvert le CrossFit ?

J’ai été athlète de haut niveau en judo pendant plus de 10 ans. A la fin de ma carrière, il y a 2 ans, j’avais besoin d’un nouveau souffle…. J’ai découvert le crossfit par hasard avec Yvan sur internet. Tous deux passionnés de sport, on a commencé à le pratiquer et c’est vite devenu une addiction !!

Voyant que nos potes se sont pris au jeu, on a décidé de monter une équipe: “la french invictus team

2. Qu’as-tu pensé des qualifications et des demi-finales pour le Reebok CrossFit Fitness Championship ?

Je trouve ça super qu’il y ait un championnat national car la France est en retard au niveau du développement du crossfit, comparé aux Américains et même en Europe ! L’ambiance était top sur ces 2 événements!

Mais la demi restera un excellent souvenir, car on était en plein air et il y avait un super public. L’implication de Daniel et du staff était géniale, seul bémol : certains athlètes avaient eu connaissance des épreuves la semaine précédent la demi !

3. Comment prépares-tu la finale du 16 juin à Paris ?

Je n’ai pas vraiment préparé cette finale car notre équipe, la french invictus team, était qualifiée pour les Regionals (Europe) fin mai et donc on a mis l’accent sur ce championnat !

A ce jour, je continue ma programmation et j’accentue sur l’haltérophilie et mes points faibles !!

Chaque sport a ses moments-clés, ses dates qui ont marqué son histoire, et dont tout le monde se rappelle. Le combat légendaire entre Mohamed Ali et George Foreman, à Kinshasa en 1974; le poing levé de Tommie Smith et John Carlos aux J.O. de Mexico ’68; la finale Allemagne de l’Ouest / Pays-Bas à la coupe du monde ’74; ou encore la Dream Team de Michaël Jordan, Magic Johnson et Larry Bird, aux J.O. de ’92 à Barcelone.

Toute personne qui était présente lors de ces événements continue à dire, des années après : “J’y étais !“.

Malgré qu’aucun exploit sportif n’ait été réalisé ce mardi 13 mars 2012, à Paris, pour le lancement de la campagne Reebok CrossFit en France, nul doute que beaucoup continueront longtemps à dire : “Moi, j’y étais !“. Reebok France voit les choses en grand pour le CrossFit. Sur le toit du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, la presse était conviée pour découvrir cette nouvelle forme de fitness, qui se présente comme un vrai sport. “MAINTENANT, LE FITNESS EST UN SPORT” affichait l’écran géant de la conférence de presse, animée par François Pécheux.

A l’extérieur, sur la terrasse surplombant tout Paris (une vue magnifique !), des CrossFitters de toute la France (ainsi que de Suisse et de Belgique) s’échauffent pour un WOD construit sur le modèle du “Fight Gone Bad” : 5 stations, 40 secondes par stations, 20 minutes de pause, pour passer d’un exercice à l’autre. 2 tours. Exercices : Pull-ups, double-unders, thrusters, kettlebell swings, box jumps. Une bonne sélection pour montrer un peu l’étendue des exercices CrossFit.

La conférence de presse se termine. 3-2-1 Go ! La musique du DJ explose, les journalistes, blogueurs et People accourent face à la terrasse, et une vingtaine de CrossFitters se lancent dans ce qui aurait pu être un gros délire il y a un an : un WOD sur le toit de Beaubourg ! 10 minutes pour montrer aux journalistes ce qu’est le CrossFit. Aux journalistes et aux People, puisqu’étaient présents : Eric Judor (de Eric & Ramzy), Stéphane Rousseau, Alexandre Devoise, Sonia Rolland et Laure Manaudou, nouvelle ambassadrice Reebok Fitness !

  

Au pied du centre Pompidou, sur le parvis, le contenu du fameux conteneur Reebok CrossFit est monté : une cage à tractions, des rameurs, des kettlebells et des box jumps. Daniel Chaffey et toute l’équipe de Reebok CrossFit (dont les coachs de la futur salle de Reebok CrossFit Louvre) accueillent celles et ceux qui s’étaient inscrits pour un WOD d’initiation, ainsi que quelques badauds intéressés. Tout autour, une foule de curieux s’est rassemblée ! Au programme : info sur le CrossFit, échauffement, apprentissage des mouvements, WOD et étirements. Une séance-type d’entraînement. Le WOD est un 15-12-9 reps de Box jumps, Pull-ups, Kettlebell swings, en commençant et en terminant par 200 m de course ! Une bonne entrée en matière.

Toute l’après-midi, des groupes se succèdent et Daniel Chaffey et son équipe de coachs initient avec autant d’enthousiasme tous ces futurs CrossFitters. A 17h00, WOD spécial pour les “CrossFit Addicts”, à la fois ceux de Paris (leur interview ici) et ceux du 77. Le 15-12-9 devient un 21-15-9 et des Burpees se rajoutent ! Et puisque tout le monde en veut encore à la fin : une petite course de tire flip est improvisée en contre-bas sur le parvis…

Cette journée a constitué un réel coup de pouce pour le CrossFit en France – et probablement dans les pays limitrophes ! Et ce n’est qu’un début, puisque tout cela se prolonge ces vendredi, samedi, dimanche (16-17-18 mars) au Salon du Fitness, à Paris ! Les mêmes acteurs du CrossFit français y seront présents, pour continuer à faire découvrir le CrossFit, et pour juger lors des qualifications pour le Championnat CrossFit Fitness 2012.

Alors, bien sûr, il était important de faire découvrir le CrossFit à un maximum de personnes, via les médias et le village CrossFit sur le parvis Beaubourg, mais Reebok France a surtout été capable de rassembler toute la communauté CrossFit française. Certains se connaissaient déjà, l’esprit de communauté étant très fort dans le CrossFit (les salles du Sud n’avaient pas attendu Reebok pour se rencontrer, et beaucoup discutaient déjà par mail et Facebook). Mais cet événement était le premier où tout le monde était là : les salles actuelles CrossFit Montpellier, CrossFit Bordeaux, CrossFit Toulouse, CrossFit Cannes, CrossFit Brussels; les salles à venir CrossFit Lyon, CrossFit Rennes et CrossFit Rouen; les équipes CrossFit comme la French Invictus Team, les CrossFit Addicts Paris et les CrossFit Addicts 77. Plus tout un nombre de personnes qui s’entraînent en CrossFit et font vivre cette forme de fitness, via Facebook, Twitter, leur blog, etc.

Dans 10 ans, on parlera encore de ce premier événement où tout le monde s’est rassemblé pour la première fois, où on s’est entraîné ensemble sur le toit de Beaubourg, où on a posé avec Laure Manadou. Et on dira : “On y était !

    

Plus de photos dans mon album Facebook (public) : N’hésitez pas à vous taguer 😉

Premiers relais dans la presse :

Toute personne qui évolue un peu dans le CrossFit sent que 2012 sera l’année du CrossFit en Europe, en particulier en Belgique et en France. De nouvelles salles ouvrent, les marques (Reebok, Inov-8, Vibram, New Balance…) proposent des produits ciblés “CrossFit”, et les médias s’intéressent au phénomène.

Un exemple ? La French Invictus Team, la première équipe de CrossFit en France, sera dans les trois premiers numéros de “Muscle & Fitness France” !

Le premier numéro est surtout une présentation du CrossFit pour les lecteurs de ce magazine de référence dans le monde de la musculation et du body-building. Quelques mouvements sont également présentés : Squat, Wall Ball Shots, Pistols Squats, Kettlebell Swings, etc.

Vivement le prochain numéro !

Pour rappel, SportIsEverywhere avait déjà, il y a quelques mois, publié un interview de la French Invictus Team… 

Parmi les 60 meilleurs européens, participant aux qualifications régionales à Bolton (UK), dans le cadre des CrossFit Games, figurait un Français, Patrick Mochen. S’entraînant dans la région parisienne, il fait partie de la French Invictus Team. Une équipe française de CrossFit dont on risque de parler dans les années à venir ! 

SPORTISEVERYWHERE : Pourriez-vous expliquer ce qu’est la “French Invictus Team” ?

La Team Invictus est en fait un regroupement de trois amis amoureux du CrossFit, qui ont pris passion pour ce sport. J’ai suggéré à Patrick de monter ce groupe dans un double objectif : tout d’abord l’émulation, et le fait de monter un team allait considérablement nous rapprocher et nous responsabiliser les uns les autres. Le team représente un club de CrossFit miniature en quelque sorte…

Depuis quand existe la “French Invictus Team” ?

Le team existe officiellement depuis janvier 2011… Nous allons légiférer cela auprès des collectivités pour avoir une légitimité et par la suite monter un club officiel…

Qui en fait partie ? Quel est votre parcours sportif ?

La Team Invictus est composée de 3 membres qui sont :

  • Virginie Henry, 31 ans, ex-membre de l’équipe de France de judo en -63kg (Championne de france et vainqueur du tournoi de Paris Bercy 2007),
  • Patrick Mochen, 33 ans, ancien karatéka et athlète sur 400m,
  • Yvan Geout, 31 ans, ex-membre de l’equipe de France de lutte style greco-Romaine en -84kg.

Comment avez-vous découvert le CrossFit ? Depuis combien de temps vous entraînez-vous selon cette méthode ?

Nous avons découvert le CrossFit sur internet par hasard en juin 2010, en faisant des recherches pour notre club de musculation associatif. Après avoir découvert des images et des vidéos des CrossFit Games de 2008, nous avons tout de suite été subjugués par le concept et l’univers du CrossFit…(“No Pain-No Gain”). Pour ma part, je cherchais un sport à sensations depuis plusieurs mois pour pouvoir faire une transition avec mes entrainements de lutte, j’ai immédiatement transmis le virus à Virginie, ma compagne, elle aussi en recherche d’un sport à sensations fortes après l’arrêt de sa carrière sportive, ainsi qu’a Patrick, inconditionnel des sports extrêmes.

Etes-vous en contact avec d’autres acteurs de la communauté CrossFit européenne et internationale ?

En effet, depuis peu et timidement, nous avions essayé d’obtenir des infos sur le mode de fonctionnement des qualifs régionales avant que le HQ CrossFit ne les diffuse (tardivement,lol) via facebook sur les murs de Josh Everett ou de Camille Leblanc-Bazinet qui ont été très disponibles pour nous répondre. Depuis peu, nous conversons avec un CrossFitter francais du sud de la France, Albéric Françon, très sympa et qui je crois est désireux d’ouvrir sa propre salle de CrossFit dans le sud de la France…
Depuis les qualifications régionales, nous sommes en contact avec Mads Jacobsen, la voix du CrossFit en Europe…Il a pris Patrick d’affection depuis qu’il l’a vu courir son 1000 m sur le premier event des qualifications régionales…Pour la petite histoire “Patmo” a très bien couru son 1000m (moins de 3 min) et Mads disait de Patrick “qu’il fumait la piste avec ses jambes de feu“… (voir photo ci-dessous)…

Où vous entraînez-vous ? De quel matériel disposez-vous ?

Nous nous entraînons le plus souvent dans notre association sportive, le “Cercle de force Louis Cyr”, sur le 12eme arrondissement de Paris où Patrick et moi sommes respectivement secrétaire et trésorier (une modeste salle de musculation et de force athlétique). Nous ne possédons pas beaucoup de matériels, juste une box construite par mes soins sur le plan des box “Rogue” à trois faces, un wall ball 20lbs, une paire d’anneaux, un planché d’haltérophilie et du matériel standard de musculation. Mais nous avons d’autres accès dans des salles de la région parisienne proche de notre domicile en Seine et Marne (à l’est de Paris): “le Nautil”. C’est une salle de remise en forme qui nous accueille quand nous voulons, mais la structure ne nous permet pas de faire tous les WOD lorsque ceux-ci demandent trop de matériels : anneaux, box…

Comment se sont passées les épreuves ouvertes de qualifications européennes ?

Hé bien nous avons un peu souffert sur les deux premières semaines. En effet, nous n’étions pas très au point sur le mode vidéo et sur pas mal de gestes techniques (double-unders, box jumps entres autres…). Nous avons progressé au fur et à mesure des semaines, en analysant davantage les gestes techniques.

Et l’un de vous s’est qualifié ! Comment se sont passées les qualifications régionales en Angleterre ?

Patrick s’est qualifié en finissant 60ème. Il a participé aux qualifications européennes en terminant à la 44ème place ! Il n’a pas démérité, il s’est battu du début à la fin, en allant jusqu’au bout de lui-même. Le fait d’être confronté aux meilleurs européens nous a permis de nous jauger, et de nous fixer de nouveaux objectifs pour la saison prochaine.

Quels sont vos projets futurs ? Souhaitez-vous développer votre team ?

Oui, notre team va pas mal bouger dans les prochains mois, nous structurer d’avantage (aides extérieures, sponsoring, etc.)… Nous allons également nous remettre d’avantage en question dans la façon d’aborder les wod et nos divers entrainement complémentaires… être plus critique et plus exigeant sur la technique, c’est un peu cette rigueur qu’il nous manquait cette année pour percer d’avantage.
Nos objectifs pour l’année prochaine sont revus à la hausse. Nous voulons clairement passer un cap au niveau européen, se situer dans les 20 meilleurs européens serait satisfaisant. Par conséquent, il nous faut nous professionnaliser encore et nous entraîner plus que les autres.

Envisagez-vous d’ouvrir une salle ?

Pourquoi pas, mais il nous faudra du temps et surtout des besoins financiers importants…L’immobilier a atteint un niveau record sur Paris ces dernier mois, cela va être dur, mais nous y pensons de plus en plus… Cela fait partie de nos rêves pour l’instant… Et dans un futur proche, nous avons prévu de passer le level 1

Merci beaucoup et bonne continuation ! 😉

Pour joindre la French Invictus Team :

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Advertisements