You are currently browsing the tag archive for the ‘CrossFit Toulouse’ tag.

482909_10100806986908753_1759723475_n

Photo : Centeno Diego, via Facebook

Et voilà ! Fin de la deuxième journée de compétition, au London Throwdown. Aucun des CrossFitters franco-belges que nous suivions ne se sont qualifiés pour l’event final, bien qu’ils se soient très bien défendus… Yohann Gigord termine même à une place de cette finale !

La journée a donc commencé avec le WOD #5 :

For Time: (min:sec) – To be done at 55/35kg for masters and 70/45kg for individuals.

  • 3 OH Squat, 3 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 6 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 9 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 12 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 15 Lateral Crawls,

then…

  • 4 Alternating Split Jerk, 4 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 8 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 12 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 16 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 20 Squat bar jumps

13-MINUTE TIME CAP

Yohann Gigord (CrossFit Toulouse) termine en 8:39, ce qui lui assure la 13ème place, suivi de Matthieu Montès, de Reebok CrossFit Brussels (34ème en 9:45). Yvan Gegout et Christophe Besnard, tous deux de la French Invictus Team, terminent respectivement en 10:05 (42ème) et 10:25 (49ème). Olivier Wouters (CrossFit Namur) termine en 10:40 (56ème), Dorian Petitot (CrossFit Montpellier) en 10:47 (59ème), Frédéric Zitter (CrossFit Montpellier) en 11:23 (69ème) et Reunan Delannoy (Accrosport) en 11:24 (70ème). Marvin Nauche (CrossFit Montpellier) est 76ème, avec un temps de 11:47. Et Cédric Courage est 82ème, en 12:09.

Chez les femmes, Isabelle Derond (French Invictus Team) termine en 11:47, et se classe 33ème. Elise Labrunie (CrossFit Toulouse) est 42ème, avec un temps de 12:31, et Virginie Henry (French Invictus Team) termine 48ème en 12:56.

Seuls les 48 meilleurs hommes et les 36 meilleures femmes accédaient au WOD #6 : 

LondonThrowdownFor Time: (min:sec)

  • 90 Wall Balls 9/7kg to 10ft,
  • 70 KB Snatches (35 each arm) @ 24/16kg,
  • 50 Over the box jumps @ 24/20”,
  • 30 Toes to Bar,
  • 10 Muscle Ups/ 10 Ring Dips (Female Masters)

20-MINUTE TIME CAP

Parmi les 48 meilleurs hommes et 36 meilleures femmes, 5 Franco-belges se sont qualifiés :

  • Yohann Gigord, qui fait un très bon temps de 13:35, lui assurant la 17ème place
  • Matthieu Montès termine 23ème en 14:11
  • Florent Paillasson est, quant à lui, 38ème, en 16:36

Et chez les femmes :

Elise Labrunie se place en 10ème position. Carmen Bosmans est, elle, 19ème. Toutes deux sont au-délà du Time Cap, avec respectivement des temps de 21:00 et 23:00… Sept femmes seulement terminent en-dessous des 20 minutes !!

Après le WOD #6, le classement général masculin est comme ceci :

  • 13ème Yohann Gigord
  • 22ème Matthieu Montès
  • 37ème Patrick Mochen
  • 46ème Florent Paillasson
  • 56ème Yvan Gegout
  • 67ème Olivier Wouters
  • 68ème Christophe Besnard
  • 77ème Dorian Petitot
  • 87ème Frédéric Zitter
  • 95ème Clément Giraud
  • 96ème Hocine Khiar
  • 97ème Reunan Delannoy
  • 105ème Marvin Nauche
  • 130ème Cédric Courage

Chez les femmes :

  • 19ème Elise Labrunie
  • 24ème Carmen Bosmans
  • 50ème Virginie Henry

Vous l’aurez compris, comme seuls les 12 premiers sont qualifiés pour les derniers WODS, il n’y a aucun de nos compatriotes…

Le WOD #7 est un “for Time” de 3 Rounds :

  • Ski erg 300m,
  • 10 alternating pistols,
  • 5 power cleans @ 100/60kg

10 Minute Time Cap…

Les 9 premiers vont au WOD #8 : 12-9-6 reps for time of :

  • Deadlift @ 140/90kg
  • Deficit Handstand push ups

10 Minute Time Cap…

Exit les 3 derniers et 6 athlètes vont au WOD #93 Rounds for time of :

  • 14 thrusters @60/40kg,
  • 7 Bar Musle Ups,
  • Sled Pull @100/70kg

10 Minute Time Cap…

Et c’est Nick Rouse, de CrossFit Thames qui remporte le London Throwdown, devant Andy Ewards et Steve Fawcett ! Chez les femmes, c’est (presque sans surprise) Samantha Briggs qui remporte l’épreuve, devant Andrea Ager et Martine Barbaro.

312398_10100806987068433_1013265509_n

Photo Centeno Diego, via Facebook

ALORS QUE RETENIR DE CET EVENT ? Comme je n’y étais pas, mon analyse va se baser uniquement sur les classements. J’aurais aimé pouvoir assister aux wods, pour me rendre compte réellement des niveaux, et pourvoir comparer avec les épreuves belges, françaises et hollandaises auxquelles j’ai assisté, mais ce sera pour la prochaine fois…

Tout d’abord, il se confirme que Yohann Gigord et Matthieu Montès sont effectivement les deux meilleurs athlètes au niveau franco-belge, comme l’avait montré le Reebok CrossFit Fitness Championship, juste devant les membres de la French Invictus Team. On peut par ailleurs rajouter Florent Paillasson, de CrossFit Lyon, dans ce groupe de tête. Ce sera intéressant de les voir dans une compétition, avec en plus Adrien Bottari et Richard Vanmeerbeek. J’imagine que ce sera le cas avec les Open 2013, qui commence dans quelques semaines…

Pour les geeks, quelques chiffres : le classement moyen des franco-belges (hommes et femmes) est 60ème. Je ne sais pas exactement comme interpréter cette moyenne en terme de classement, mais individuellement, Yohann Gigord s’est classé “en moyenne” à la 34ème place, et Matthieu Montès à la 36ème place. Très peu d’écart entre les deux en moyenne sur l’ensemble des épreuves.

La grosse différence entre les deux athlètes, c’est qu’il y a, chez Matthieu Montès, beaucoup moins d’écart entre son meilleur et son moins bon classement : seulement 50 places. Alors que cet écart de classement est de 123 pour Yohann Gigord. Pour être plus rigoureux statistiquement, on voit que la déviation standard (c-à-d la mesure de la dispersion par rapport à la moyenne) est de 42,3 pour Yohann Gigord, et seulement de 17,05 pour Matthieu Montès ! Le Bruxellois est donc un peu plus régulier sur les épreuves. Ce que confirma toute personne qui l’a vu s’entraîner 😉

Advertisements
LondonThrowdownPetit bilan rapide des athlètes franco-belges au London Throwdown, à l’issue de la première journée de compétition.

Pour le WOD #1 (1km de rameur), c’est le belge Olivier Wouters (CrossFit Namur) qui se classe le mieux (à la 8ème place !), en ramant en 3:02. Florent Paillasson (CrossFit Lyon) et Yohann Gigord (CrossFit Toulouse) se classent eux 13ème, ex-aequo.

WOD #2 :

AMRAP in 10 minutes of:

  • 12 Down-Ups
  • 18 Kettlebell Swings 24/16kg (for all categories)
  • 24 Unbroken Double Unders

Pour ce deuxième WOD, c’est Matthieu Montès (Reebok CrossFit Brussels) qui se place en tête des “Franco-belges”, à la 14ème place, avec 330 reps ! Il est suivi par Clément Giraud, des CrossFit Original Addicts (22ème, 326 reps) et Yohann Gigord (31ème, 311 reps). C’est clairement un WOD où le manque d’assurance aux double-unders doit coûter cher. Mais Matthieu et Clément maîtrisent parfaitement cet exercice !

Le 3ème WOD est composé d’un ensemble de challenges différents :

  • 3A : Max pullups in 90 seconds.
  • 3B : Max handstand hold in 90 seconds.
  • 3C : 3 snatches. Score is total of all 3 lifts.
  • 3D : 3 cleans. Score is total of all 3 lifts.

Pour le 3B, Hocine Khiar, de CrossFit Bordeaux, et ancien breaker, peut dévoiler toutes ses capacités de danseur en handstand. Il termine premier et étant le seul à tenir 1:30 !

Mais pour le 3C, ce sont les haltérophiles qui se mettent en avant : Yohann Gigord se classe premier des snatch, avec un total de 295 kg sur ses 3 snatch ! Patrick Mochen, de la French Invictus Team, est 16ème (257,5 kg), devant ses co-équipiers Christophe Besnard, 18ème (255 kg), et Yvan Gegout, 23ème (252,5 kg). Matthieu Montès est 42ème avec 237 kg.

Yohann Gigord maintient un bon classement sur le WOD 3D, avec 390 kg, lui permettant d’assurer la 3ème place.

La première journée se terminait avec le WOD 4 : Shuttle sprint. Et c’est Hocine Khiar, qui, avec sa 9ème place, devance les autres franco-belges…

A la fin de la journée, au classement général, on a :

  • 16ème Yohann Gigord
  • 17ème Patrick Moche
  • 21ème Matthieu Montès
  • 41ème Florent Paillasson
  • 60ème Yvan Gegout
  • 69ème Olivier Wouters
  • 49ème Dorian Petitot
  • 91ème Clément Giraud
  • 92ème Frédéric Zitter
  • 93ème Hocine Khiar
  • 114ème Marvin Nauche
  • 134ème Cédric Courage

A l’heure où j’écris, les hostilités du dimanche ont déjà bien repris.

Je n’avais pas eu le temps d’enregistrer le classement féminin à la fin de la première journée ! Mais, actuellement, avec le score du premier wod de la deuxième journée, c’est Elise Labrunie, de CrossFit Toulouse, qui est la première des “franco-belges” en 19ème place, devant Carmen Bosmans (CrossFit Anvers), 23ème et les deux représentantes de la French Invictus Team : Isabelle Derond (43ème) et Virginie Henry (50ème). Parmi les plus connues au niveau européen, Samantha Briggs est première, Andrea Ager est 12ème et Brenda Koolhaas, que plusieurs ont croisé au Lowlands Throwdown ou à la level 1 à Reebok CrossFit Brussels, est 13ème !

I love CrossFit ! … I F***ING LOVE CROSSFIT !!! Le CrossFit français a encore franchi une nouvelle étape ce week-end, avec la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship. 

De plus en plus de monde connaît le CrossFit, en tant que méthode d’entraînement efficace et fun à la fois. Mais le public découvre également que le CrossFit est plus qu’une méthode d’entraînement. C’est un sport. Une culture. Avec ses propres règles, ses valeurs, ses normes, ses stars, sa communauté.

Cette finale du Reebok CrossFit Fitness Championship est l’aboutissement d’un processus, qui a débuté le 13 mars de cette année, avec le lancement de la campagne Reebok CrossFit en France. Pour beaucoup d’acteurs du CrossFit en France, c’était une première rencontre. Les dirigeant de box, quelques groupes ou team d’athlètes, les responsables de Reebok, des blogueurs, etc., se découvraient.

Les qualifications au Salon du Fitness, puis à Montpellier, à Cannes et au Havre, ont fourni l’occasion pour que les athlètes des différentes box apprennent à se connaitre. Et quelques athlètes ont émergé, comme des prétendants au titre d’homme et de femme les plus “fit” de France.

Et c’était aussi l’occasion de se familiariser avec les règles de toute compétition CrossFit : athlètes divisés en “Heat”, amplitude des mouvements, “No Rep” du juge et compétition saine… Il n’est pas rare qu’un athlète ayant terminé son épreuve aille encourager… un des ses concurrents. Tout comme le Coach d’une box peut aller encourager un athlète d’une autre box… juste parce que c’est un pote. Juste parce que c’est du CrossFit. I f***ing love CrossFit !

Trois mois après, pratiquement jour pour jour, quel chemin parcouru ! Les photos parlent d’elles-mêmes : les athlètes des différentes box se connaissent et sont heureux de se retrouver, du Sud à Bruxelles. Ils s’encouragent, se conseillent, se congratulent les uns, les autres.

On n’aurait d’ailleurs pas pu rêver d’un meilleur podium masculin, avec la première place partagée par deux des favoris, deux grands athlètes, très sympathiques, qui ont mené une bataille, de manière très respectueuse, jusqu’aux dernières secondes de l’épreuve finale. Et puis, il y a la présence de la French Invictus Team : 4 places sur les 6 places du podium !!! Tout le podium féminin porte le label “French Invictus Team”. A coup sûr, le meilleur niveau collectif est actuellement de leur côté.

Le classement final :

Femmes : 

  1. Tina Nguyen
  2. Virginie Henry
  3. Anne-Sophie Gherardi

Hommes : 

  1. Matthieu Montès & Yohann Gigord
  2. Yvan Gegout

Mais au-délà du podium, de cette première finale, il restera :

  • 30 athlètes hommes et 30 athlètes femmes qui pourront dire qu’ils ont été qualifiés pour la toute première finale du Reebok CrossFit Fitness Championship.
  • Des athlètes qui sont déjà retournés à l’entraînement, plus motivés que jamais.
  • Quelques athlètes qui se sont positionnés comme les leaders de ce sport naissant.
  • De l’expérience en matière de judging et d’organisation de compétitions CrossFit.
  • Des liens d’amitié forts entre athlètes, entre salles, entre teams, entre volontaires, et plein de projets en perspective.

Et Reebok s’est définitivement installé comme moteur sincère du développement du CrossFit en France.

Tout ça, vous le verrez sur Europsort, le samedi 30 juin, à l’heure habituelle de l’émission “The Box”. Vous ne verrez pas ce petit bisou que j’ai fait à Marvin, de CrossFit Montpellier, en toute amitié, à 4 heures du matin, en sortie de boîte (si si, pari tenu, Marvin ! lol), mais tout le reste y sera : l’intensité, les stars, l’amitié, les “No Rep“, le dépassement de soi et les cris d’encouragement…

Retrouvez toutes mes photos sur Facebook : Identifiez-vous (et les autres) et partagez ! 😉

Troisième épisode de la série “The Box“, consacrée au CrossFit. L’équipe d’Eurosport a, cette semaine, posé ses sacs du côté de CrossFit Toulouse, la salle créée par Albéric Françon (que nous avions interviewé ici) et du côté de Reebok CrossFit Nuernberg, en Allemagne. 

Cliquez sur l’image pour ouvrir dans une autre fenêtre

Comme dans les épisodes précédents, on y a fait connaissances avec les coachs et quelques athlètes de ces différentes salles. Des athlètes aux profiles différents, qui partagent une même passion pour le CrossFit, qu’ils s’entraînement depuis 5 ans ou depuis 2 mois seulement.

A Toulouse, c’est Yohann Gigord, coach CrossFit et rugbyman pro (à XIII), qui nous parle du CrossFit. Retenez ce nom, parce que Yohann fait partie des favoris pour le Reebok CrossFit Fitness Championship, qui aura lieu le 16 juin à Paris !

Dans l’article “Feel. Learn. Support. Enjoy“, je parlais de la communauté CrossFit du Sud de la France, “active, motivée, compétitive“.

Cette représentation graphique du volume des recherches sur le mot “CrossFit” dans Google vient clairement confirmer cette dynamique lancée par celles et ceux qui ont eu le courage d’ouvrir les premières salles dans le Sud : CrossFit Montpellier, CrossFit Toulouse, CrossFit Bordeaux, CrossFit Cannes.

Autre pôle de recherche : Paris ! Avec ses “CrossFit Addicts” (de Paris et du 77), et sa future salle Reebok CrossFit Louvre.

Et on voit émerger la Bretagne avec sa future salle à Rennes, et la région de Lyon, où une salle ouvrira également en 2012 ! Là où des salles s’ouvrent, l’intérêt pour le CrossFit se transmet et se partage. “Qu’est-ce que ce ‘CrossFit’ dont mon voisin/mon collègue m’a parlé ? – Je cherche sur Google…“. Aussi simple que ça.

Reebok y est pour quelque chose aussi. En investissant massivement dans le CrossFit, Reebok voit le volume des recherches sur son nom augmenter de 300 % ces 3 derniers mois ! Ca monte jusqu’à 350 % sur les termes “Reebok CrossFit“.

Cette dynamique conjuguée de la marque et des salles pré-existantes produit une évolution du CrossFit en France plus fulgurante que partout ailleurs ! Well done ! 

A lire aussi : “Le “Tipping Point” du CrossFit en France : Propageons le virus !

INTENSITE: Force, puissance de quelque chose. Caractère de ce qui est intense, atteint un haut degré de puissance.

Une compétition CrossFit est toujours une redéfinition de ce signifie le mot “intensité”

Intensité de l’effort

Intensité des encouragements

Intensité des sons

Intensité des corps

Ambiance intense, faite de dépassement de soi, de victoires, de fierté.

L’intensité cardio-vasculaire et musculaire n’est qu’un petite dimension de l”intensité” dans le CrossFit. C’est de l’entraînement.

De l’entraînement pour le jour J où tout ira plus vite, plus fort, plus loin.

Seule forme de fitness qui fait l’objet d’une compétition internationale, le CrossFit a un besoin inhérent de compétition. De compétition saine, d’émulation, de stimulation. Pour continuer à se dépasser au quotidien. Pour continuer à progresser.

Reebok, en sponsorisant les CrossFit Games, et en organisant les Reebok CrossFit Fitness Championships dans plusieurs pays européens, l’a bien compris. Ce samedi avait lieu la phase de qualification pour ce Fitness Championship, pour le Sud, à CrossFit Montpellier.

Une pleine journée sous le soleil, faite de tous ces moments intenses. Une journée de CrossFit. Une plongée dans la communauté CrossFit du Sud de la France. Active. Motivée. Compétitive.

Une petite centaine d’athlètes ont concouru dans cette première phase de qualification, qui amènera, au final, à élire l’homme et la femme les plus “fit” de France. Certains venaient du Sud, d’autres de Paris. Certains ont fait des centaines de kilométriques pour être présent. Pour rencontrer celles et ceux qui ont ouvert des salles. A titre personnel, j’étais très heureux de rencontrer “en live” et pour la première fois, des lecteurs de SportisEverywhere.com : Déborah, Patrick, Thibaut, Philippe, Vincent, Renaud…

Et des dizaines de néophytes se sont essayés au CrossFit lors des séances d’initiation.

Prochaine étape : les demi-finales ! Durant le mois de mai*. Encore un pas supplémentaire dans l’intensité.

Soyez présent ! Venez sentir l’ambiance, apprendre ce qu’est le CrossFit, soutenir vos amis, et vous amuser. Feel, Learn. Support. Enjoy

Mes photos de l’événement sont en accès public sur Facebook ! N’hésitez pas à vous taguer dessus ! Partagez. Faites circuler ! 

* dès que nous connaissons la date, on la communiquera..

Chaque sport a ses moments-clés, ses dates qui ont marqué son histoire, et dont tout le monde se rappelle. Le combat légendaire entre Mohamed Ali et George Foreman, à Kinshasa en 1974; le poing levé de Tommie Smith et John Carlos aux J.O. de Mexico ’68; la finale Allemagne de l’Ouest / Pays-Bas à la coupe du monde ’74; ou encore la Dream Team de Michaël Jordan, Magic Johnson et Larry Bird, aux J.O. de ’92 à Barcelone.

Toute personne qui était présente lors de ces événements continue à dire, des années après : “J’y étais !“.

Malgré qu’aucun exploit sportif n’ait été réalisé ce mardi 13 mars 2012, à Paris, pour le lancement de la campagne Reebok CrossFit en France, nul doute que beaucoup continueront longtemps à dire : “Moi, j’y étais !“. Reebok France voit les choses en grand pour le CrossFit. Sur le toit du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, la presse était conviée pour découvrir cette nouvelle forme de fitness, qui se présente comme un vrai sport. “MAINTENANT, LE FITNESS EST UN SPORT” affichait l’écran géant de la conférence de presse, animée par François Pécheux.

A l’extérieur, sur la terrasse surplombant tout Paris (une vue magnifique !), des CrossFitters de toute la France (ainsi que de Suisse et de Belgique) s’échauffent pour un WOD construit sur le modèle du “Fight Gone Bad” : 5 stations, 40 secondes par stations, 20 minutes de pause, pour passer d’un exercice à l’autre. 2 tours. Exercices : Pull-ups, double-unders, thrusters, kettlebell swings, box jumps. Une bonne sélection pour montrer un peu l’étendue des exercices CrossFit.

La conférence de presse se termine. 3-2-1 Go ! La musique du DJ explose, les journalistes, blogueurs et People accourent face à la terrasse, et une vingtaine de CrossFitters se lancent dans ce qui aurait pu être un gros délire il y a un an : un WOD sur le toit de Beaubourg ! 10 minutes pour montrer aux journalistes ce qu’est le CrossFit. Aux journalistes et aux People, puisqu’étaient présents : Eric Judor (de Eric & Ramzy), Stéphane Rousseau, Alexandre Devoise, Sonia Rolland et Laure Manaudou, nouvelle ambassadrice Reebok Fitness !

  

Au pied du centre Pompidou, sur le parvis, le contenu du fameux conteneur Reebok CrossFit est monté : une cage à tractions, des rameurs, des kettlebells et des box jumps. Daniel Chaffey et toute l’équipe de Reebok CrossFit (dont les coachs de la futur salle de Reebok CrossFit Louvre) accueillent celles et ceux qui s’étaient inscrits pour un WOD d’initiation, ainsi que quelques badauds intéressés. Tout autour, une foule de curieux s’est rassemblée ! Au programme : info sur le CrossFit, échauffement, apprentissage des mouvements, WOD et étirements. Une séance-type d’entraînement. Le WOD est un 15-12-9 reps de Box jumps, Pull-ups, Kettlebell swings, en commençant et en terminant par 200 m de course ! Une bonne entrée en matière.

Toute l’après-midi, des groupes se succèdent et Daniel Chaffey et son équipe de coachs initient avec autant d’enthousiasme tous ces futurs CrossFitters. A 17h00, WOD spécial pour les “CrossFit Addicts”, à la fois ceux de Paris (leur interview ici) et ceux du 77. Le 15-12-9 devient un 21-15-9 et des Burpees se rajoutent ! Et puisque tout le monde en veut encore à la fin : une petite course de tire flip est improvisée en contre-bas sur le parvis…

Cette journée a constitué un réel coup de pouce pour le CrossFit en France – et probablement dans les pays limitrophes ! Et ce n’est qu’un début, puisque tout cela se prolonge ces vendredi, samedi, dimanche (16-17-18 mars) au Salon du Fitness, à Paris ! Les mêmes acteurs du CrossFit français y seront présents, pour continuer à faire découvrir le CrossFit, et pour juger lors des qualifications pour le Championnat CrossFit Fitness 2012.

Alors, bien sûr, il était important de faire découvrir le CrossFit à un maximum de personnes, via les médias et le village CrossFit sur le parvis Beaubourg, mais Reebok France a surtout été capable de rassembler toute la communauté CrossFit française. Certains se connaissaient déjà, l’esprit de communauté étant très fort dans le CrossFit (les salles du Sud n’avaient pas attendu Reebok pour se rencontrer, et beaucoup discutaient déjà par mail et Facebook). Mais cet événement était le premier où tout le monde était là : les salles actuelles CrossFit Montpellier, CrossFit Bordeaux, CrossFit Toulouse, CrossFit Cannes, CrossFit Brussels; les salles à venir CrossFit Lyon, CrossFit Rennes et CrossFit Rouen; les équipes CrossFit comme la French Invictus Team, les CrossFit Addicts Paris et les CrossFit Addicts 77. Plus tout un nombre de personnes qui s’entraînent en CrossFit et font vivre cette forme de fitness, via Facebook, Twitter, leur blog, etc.

Dans 10 ans, on parlera encore de ce premier événement où tout le monde s’est rassemblé pour la première fois, où on s’est entraîné ensemble sur le toit de Beaubourg, où on a posé avec Laure Manadou. Et on dira : “On y était !

    

Plus de photos dans mon album Facebook (public) : N’hésitez pas à vous taguer 😉

Premiers relais dans la presse :

En Novembre 2010, je recevais un mail d’Albéric, un Toulousain qui avait comme projet d’utiliser le CrossFit dans son coaching en extérieur. Je lui répondais que, pour pouvoir “officiellement” se dire coach “CrossFit”, il fallait passer la formation “level 1″… 14 jours plus tard, je recevais un mail d’Albéric m’avertissant qu’il était inscrit à la formation “level 1” de Bale, en Suisse, le mois suivant.

Là où certains ont hésité, tardé, reporté, le fondateur de CrossFit Toulouse a toujours poursuivi son objectif, de manière régulière et réfléchie… Un mois après sa level 1, il commençait les recherches pour un local, le matériel, les banquiers, etc. Et moins d’un an après, KultureFit CrossFit Toulouse ouvrait ses portes ! Albéric Françon nous explique tout cela dans son interview :

SportIsEverywhere.com : Comment as-tu découvert le CrossFit ?

Albéric : Bonjour Yves, tout d’abord, merci de me consacrer cette interview pour ton blog.

J’ai découvert le CrossFit au cours de ma formation BP JEPS AGFF, grâce à un collègue de promo, Boris LEMARECHAL (ancien des Forces Spéciales au 1er RPIMa de Bayonne) qui s’entrainait en CrossFit avec les Forces Spéciales US en Afghanistan.

As-tu pratiqué d’autres sports auparavant ?

Je suis assez éclectique, un peu touche à tout. Dans l’enfance et l’adolescence, il y a eu le judo, la natation, l’athlétisme, le football US, le handball, l’équitation. Ensuite, pas mal d’années de musculation traditionnelle et de Raid Multisports en Midi-Pyrénées (Trail, VTT, Canoë-kayak, CO).

Quel est ton parcours professionnel ?

Mon parcours professionnel est loin du milieu sportif. J’ai travaillé pendant 6 ans en logistique dans le milieu de la construction aéronautique, ensuite reconversion professionnelle courant 2009 pour devenir éducateur sportif, préparateur physique et depuis quelques semaines, chef de ma petite entreprise. 🙂

Peux-tu expliquer l’historique de CrossFit Toulouse ? Comment le projet a-t-il démarré ?

Novembre 2010, je décide de « m’approprier » le concept CrossFit (je me souviens t’avoir demandé quelques conseils). Je me retrouve donc les 29 et 30 janvier 2011 à Bâle (Suisse) pour passer le Level 1.

A mon retour, je sors une feuille blanche et je pose quelques idées dessus… au départ, j’étais parti pour m’en servir en coaching en extérieur. Et de fil en aiguille, j’ai finalement décidé de me créer mon propre « terrain de jeu », de me lancer dans l’aventure. Des mois de travail, de préparation, de recherches s’enchainent et la Box KULTUREFIT CrossFit Toulouse est née. L’ouverture s’est faite le 3 janvier 2012 !

Qui sont les coachs ?

Yohan Gigord (BEES 2ème degré Rugby à XIII, Master 2 préparation physique, initiateur Haltérophilie et CrossFit Level 1 Trainer) et moi-même (BP JEPS AGFF, préparateur physique, coach sportif et CrossFit Level 1 Trainer).

Combien de personnes entraînez-vous à CrossFit Toulouse ?

La salle est ouverte depuis 3 semaines et on entraîne déjà une trentaine de personnes.

Peux-tu présenter ta “box” : matériel, superficie, cours spécifiques, jours/heures d’ouverture, etc ?

Au départ le local de 215 m2 était loin d’avoir une image de « Box », c’était une salle de remise en forme réservée à une clientèle féminine. Je l’ai donc aménagée pour recevoir tout le monde (vestiaire femmes et vestiaire hommes avec leurs douches).

Concernant le matériel, je voulais que chaque adhérent puisse s’entrainer dans de bonnes conditions (8 personnes par cours). J’ai donc 8 barres Olympiques et 600Kg de charges (PALLINI, fournisseur de l’équipe de France d’Haltérophilie), un espace équipé spécialement pour l’haltérophilie de 18m², 4 rameurs (Concept 2), 15 KETTLEBELL, des plyobox (home made). Courant février, je vais recevoir une grosse commande ROGUE FITNESS avec une station Pull-ups, des medecine balls, des slam balls, des rings, des jumps ropes, des sacs de sables, etc…

La Box est ouverte de 10h à 20h non stop du lundi au vendredi et de 10h à 16h non stop le samedi.

Je fonctionne en 3 étapes.

  • Le STEP 1 : la séance découverte gratuite, on se fait une idée de la méthode, des coachs, etc.
  • Le STEP 2 “LES FONDAMENTAUX” : 6 cours d’initiation où on travaille tous les mouvements synthétiques, fonctionnels, tous les gestes techniques, spécifiques liés à la méthode CrossFit et à la préparation physique.
  • Le STEP 3 “3, 2, 1 GO !” : abonnement 3/6/12 mois ou un carnet sans abonnement.

Lorsque tu rencontres quelqu’un qui ne connaît pas le CrossFit, comment lui expliques-tu de quoi il s’agit ?

Pas de machines, pas de miroirs, pas de routine dans les séances d’entrainement, personne n’est là pour se regarder ou regarder les autres. Ensuite, les grandes lignes CrossFit sont claires : mouvements fonctionnels, constamment variés, exécutés à haute intensité en utilisant le poids du corps comme outil de travail, les mouvements d’haltéro et le cardio.

A quoi ressemble un premier entraînement à CrossFit Toulouse ?

Il annonce la couleur, on ne ment pas, le curseur “intensité” est bien présent dans nos entraînements.

Le workout découverte est un “Fight Gone Bad“.

Welcome to KF !

  • Air Squat
  • KB Swing
  • Box Jumps
  • Push Press
  • Row

1′ par exercice, 3 rounds, 1′ de repos entre chaque round.

Les nouveaux venus aiment manipuler les Kettlebell, sauter sur les plyobox, utiliser le rameur. Ils se régalent et nous aussi.

On consacre toute notre énergie pour offrir un programme ludique et efficace, on essaie de rendre leur heure de coaching “unique”.

Peux-tu expliquer le programme “Kulture Explosive” que vous proposez à CrossFit Toulouse ?

Le programme n’est pas encore mis en place. On s’approchera du programme CrossFit Football. Toulouse est la ville du Rugby, les adhérents « orientés » sports collectifs vont apprécier.

Est-ce facile d’ouvrir une salle CrossFit en France ? Quelles sont les difficultés rencontrées ? 

Je me suis posé un tas de questions. Monter son affaire n’est jamais évident, surtout en France où toutes les démarches deviennent vite compliquées. En revanche, ouvrir une salle CrossFit n’est pas plus compliquée qu’ouvrir un magasin de fringues. Il faut croire en son projet, « vivre » ce que l’on va proposer aux gens. Etape par étape, trouver une solution à chaque obstacle : banques, locaux etc..

As-tu des contacts avec d’autres salles en France, ou d’autres groupes de CrossFitters en France ? Et à l’étranger ?

Oui, d’excellents contacts avec les acteurs du CrossFit en France : l’équipe de CrossFit Montpellier et de la FrenchInvictus Team. L’équipe de CrossFit Bordeaux et de CrossFit France qui m’envoient souvent leurs encouragements. En décembre, j’ai eu la visite de Vincent (CrossFitter de la FrenchInvictus) pour une séance haltéro, Michel (adhérent à CrossFit Brussels) était venu se frotter au « Welcome to KF ! ». Pleins d’autres encore… le groupe CrossFitTraining83, un CrossFitter breton qui part bientôt pour passer le Level 1.

As-tu des projets de développement, partenariats, etc., pour l’année ou les années à venir ?

Je travaille encore sur ce sujet, ce n’est pas facile de faire tourner la boutique et de développer des choses sérieuses avec des partenaires. J’aimerais que ça soit eux qui viennent me voir, que KultureFit et le concept CrossFit leur donnent envie qu’on travaille ensemble.

Prévois-tu de participer aux qualifications pour les prochains CrossFit Games ? Etes-vous nombreux à y penser à CrossFit Toulouse ? 

J’ai adoré l’idée, l’an dernier, de s’entrainer et de se confronter à 26 000 CrossFitters dans le monde entier. Moi dans mon jardin et eux en bord de mer à Miami ou dans la neige en Norvège. C’était pendant les Opens 2011 que j’ai fait la connaissance de Yohann, donc cette année on remet ça dans une vraie Box CrossFit.

Chez KultureFit CrossFit Toulouse, on est quelques uns à y penser. Yohann (coach) s’entraine sérieusement pour les Opens, il vise les Régionaux Europe. J’ai confiance en lui et j’espère qu’il représentera la France et KULTUREFIT du 25 au 27 mai. Anthony, un adhérent qui a un très bon niveau en triathlon et d’autres qui sont emballés par l’émulation de la compétition.

Merci ! 

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Advertisements