You are currently browsing the tag archive for the ‘CrossFit Original Addicts’ tag.

LondonThrowdownPetit bilan rapide des athlètes franco-belges au London Throwdown, à l’issue de la première journée de compétition.

Pour le WOD #1 (1km de rameur), c’est le belge Olivier Wouters (CrossFit Namur) qui se classe le mieux (à la 8ème place !), en ramant en 3:02. Florent Paillasson (CrossFit Lyon) et Yohann Gigord (CrossFit Toulouse) se classent eux 13ème, ex-aequo.

WOD #2 :

AMRAP in 10 minutes of:

  • 12 Down-Ups
  • 18 Kettlebell Swings 24/16kg (for all categories)
  • 24 Unbroken Double Unders

Pour ce deuxième WOD, c’est Matthieu Montès (Reebok CrossFit Brussels) qui se place en tête des “Franco-belges”, à la 14ème place, avec 330 reps ! Il est suivi par Clément Giraud, des CrossFit Original Addicts (22ème, 326 reps) et Yohann Gigord (31ème, 311 reps). C’est clairement un WOD où le manque d’assurance aux double-unders doit coûter cher. Mais Matthieu et Clément maîtrisent parfaitement cet exercice !

Le 3ème WOD est composé d’un ensemble de challenges différents :

  • 3A : Max pullups in 90 seconds.
  • 3B : Max handstand hold in 90 seconds.
  • 3C : 3 snatches. Score is total of all 3 lifts.
  • 3D : 3 cleans. Score is total of all 3 lifts.

Pour le 3B, Hocine Khiar, de CrossFit Bordeaux, et ancien breaker, peut dévoiler toutes ses capacités de danseur en handstand. Il termine premier et étant le seul à tenir 1:30 !

Mais pour le 3C, ce sont les haltérophiles qui se mettent en avant : Yohann Gigord se classe premier des snatch, avec un total de 295 kg sur ses 3 snatch ! Patrick Mochen, de la French Invictus Team, est 16ème (257,5 kg), devant ses co-équipiers Christophe Besnard, 18ème (255 kg), et Yvan Gegout, 23ème (252,5 kg). Matthieu Montès est 42ème avec 237 kg.

Yohann Gigord maintient un bon classement sur le WOD 3D, avec 390 kg, lui permettant d’assurer la 3ème place.

La première journée se terminait avec le WOD 4 : Shuttle sprint. Et c’est Hocine Khiar, qui, avec sa 9ème place, devance les autres franco-belges…

A la fin de la journée, au classement général, on a :

  • 16ème Yohann Gigord
  • 17ème Patrick Moche
  • 21ème Matthieu Montès
  • 41ème Florent Paillasson
  • 60ème Yvan Gegout
  • 69ème Olivier Wouters
  • 49ème Dorian Petitot
  • 91ème Clément Giraud
  • 92ème Frédéric Zitter
  • 93ème Hocine Khiar
  • 114ème Marvin Nauche
  • 134ème Cédric Courage

A l’heure où j’écris, les hostilités du dimanche ont déjà bien repris.

Je n’avais pas eu le temps d’enregistrer le classement féminin à la fin de la première journée ! Mais, actuellement, avec le score du premier wod de la deuxième journée, c’est Elise Labrunie, de CrossFit Toulouse, qui est la première des “franco-belges” en 19ème place, devant Carmen Bosmans (CrossFit Anvers), 23ème et les deux représentantes de la French Invictus Team : Isabelle Derond (43ème) et Virginie Henry (50ème). Parmi les plus connues au niveau européen, Samantha Briggs est première, Andrea Ager est 12ème et Brenda Koolhaas, que plusieurs ont croisé au Lowlands Throwdown ou à la level 1 à Reebok CrossFit Brussels, est 13ème !

Advertisements

Et voilà déjà la première phase du Lowlands Throwdown passée ! Toute la communauté CrossFit belge vivait, ce samedi 29 septembre, au rythme des 3 wods de qualification pour cette compétition du Benelux. On connaît donc maintenant les 70 hommes et 30 femmes qui se sont qualifiés pour la finale, qui aura lieu à Driebergen, le 14 octobre 2012. 

Gros niveau pour cette qualification à Reebok CrossFit Brussels, puisque sur les 100 athlètes qualifiés, 24 se sont qualifiés à Bruxelles ! Presqu’un quart ! Pas mal si on considère que 21 salles ont organisé cette première phase de qualification !!

Bien sûr, tous les qualifiés de Bruxelles ne sont pas des athlètes de Reebok CrossFit Brussels. Il y a en fait 15 athlètes de Reebok CrossFit Brussels qui se sont qualifiés, dont Richard Vanmeerbeek, premier du classement général et Mathieu Montès, deuxième ! Les autres sont essentiellement Français, majoritairement des athlètes des CrossFit Original Addicts : Clément Giraud est 11ème, et Adrien Bottari 16ème. SportisEverywhere.com les avait tous les deux interviewés dans le cadre des interviews “Athletes #LLTD12“.

Le choix des athlètes interviewés s’est d’ailleurs avéré très juste, puisque Auke Toussaint se classe 3ème au classement général, et Junior Edelman 25ème ! Et parmi les qualifiés français, on retrouve… des athlètes que nous avions interviewés pour le Reebok CrossFit Fitness Championship en France : Reunan Delannoy (CrossFit Le Havre), Cédric Courage et Charles Prioux

Les autres Addicts sont Danielle Bodin, Joachim Marty et Pierre-Yves Romanini. Et parmi les autres Français qualifiés, on retrouve, entre autres, Floriant Thierry, de la Black Box 13 à Aix-en-Provence. Il se classe 7ème au classement général !

Toutes les photos de l’événement sont ici, dans cet album Facebook ! A partager et faire circuler ! 😉

Si on replace l’événement dans l’historique récent du CrossFit, de son développement, de ses événements et de ses controverses, on peut, je pense, dire 3 choses :

1. Les gars de la Black Box 13 sont très sympas et performants… malgré que ce soit une salle “Powered by CrossGym” lol. En fait, le problème n’est pas ce genre de salles, qui font du bon boulot, le problème, c’est que si CrossGym gagne son procès avec CrossFit, n’importe quelle salle fitness commerciale, qui n’a jamais vu un burpees de près, pourra se mettre à dire qu’ils font du “CrossFit”…

2. Reebok France a fait du bon boulot, avec ses initiations (au salon du Fitness par exemple) et son Reebok CrossFit Fitness Championship, parce que plusieurs athlètes présents lors de cette qualification ont découvert ou débuté réellement ce sport à cette occasion. A peine quelques mois après, ils se déplacent jusqu’en Belgique et aux Pays-Bas pour participer à des compétitions internationales !

3. En un an, le niveau a incroyablement évolué. Des athlètes qui ont terminé dans le top 20 l’année passée aux Pays-Bas ne sont même plus dans les 70 qualifiés cette année. Avec l’arrivée de très nombreux athlètes, c’est tout le niveau qui grimpe !

La suite ? La finale à Driebergen (Netherlands), le 14 octobre. Venez nombreux !! Et en attendant, voici les photos de la qualification à Reebok CrossFit Brussels. A partager et faire circuler ! 😉

CLEMENT GIRAUD

 .

SportisEverywhere.com : What is your sporting career and how did you discover CrossFit ?  // Quel est ton parcours sportif et comment as-tu découvert le CrossFit ?

(FR) Je fais du sport depuis que je suis sorti du ventre de ma mère. Depuis 26 ans, j’ai fait 3 ans de tennis, 1 an de natation, 12 ans d’athlétisme, 7 ans de volley-ball, 1 an de jiu jitsu, 1 an de football américain. Et à coté de ça, plusieurs années de pratique intensive du skateboard, de l’expérience en escalade, en danse et en gymnastique.

J’ai découvert le CrossFit l’année dernière sur un vidéo qu’un camarade de la fac m’a montré en cours. C’était vers le mois d’octobre 2011, et depuis la première image, bien avant mon premier WOD, je suis devenu un addict.

(EN) I’ve been playing sports since I was born. For 26 years, I did 3 years of tennis, 1 year of swimming, 12 years of athletics, 7 years of volleyball, 1 year of jiu jitsu, 1 year of football. And on the side, I did several years of intensive practice of skateboarding, experiences in climbing, in dance and gymnastics.

I discovered CrossFit last year, on a video that a friend from college showed me in class. It was around October 2011, and from the first image, long before my first WOD, I became an addict.

SIE.com : Where do you train now ? // Ou t’entraînes-tu actuellement ?

(FR) Actuellement je m’entraine et je coache dans la box de Joachim Marty, à Paris, avec les Crossfit Original Addicts. Ceux avec qui j’ai commencé.

(EN) Currently I train and I coach in the box of Joachim Marty in Paris : CrossFit Original Addicts. Those with which I started.

SIE.com : In CrossFit, what are your strengths? // En CrossFit, quels sont tes points forts ?

(FR) Je pense que mon point fort, c’est la tronche, associée à une grosse capacité de récupération qui me permet d’être endurant et de pouvoir relancer à tout moment…

(EN) I think that my strength is my face, conjugated with a good recovery, that allows me to be tough et to be able to kick start any time…

SIE.com : Have you ever participated in other CrossFit competitions ? What were your results ? // As-tu déjà participé à d’autres compétitions CrossFit ? Quels ont été tes résultats ?

(FR) Je n’ai encore jamais participé à une compétition de CrossFit. Ce sera la toute première fois pour moi. Et je pense que ce sera cool. J’ai hâte.

(EN) I’ve never participated in a CrossFit competition. This will be the first time for me. And I think that it will be cool. I can’t wait.

SIE.com : How do you prepare the Lowlands Throwdown 2012 ? // Comment prépares-tu le Lowlands Throwdown 2012 ?

(FR) Je m’entraine tous les jours en suivant les wod mis en place par Joachim, qui sont les wod que l’on propose à la salle. En plus, je fais de la gym le lundi avec les perchistes de mon club d’athlétisme et je travaille la technique haltéro dès que je peux, quand la salle se vide sans créneau particulièrement défini à l’avance. Je n’ai jamais fait de compétition de CrossFit, alors je ne peux pas vraiment dire que ma préparation soit spécifique au Lowlands Throwdow 2012.

(EN) I train every day doing the wod developed by Joachim, that’s the workout of the day at the box. In addition, I go to the gym on Monday with the pole vaulters of my athletics club and I work the technics of weightlifting when I can, when the box is empty without special schedule defined in advance. I’ve never done a CrossFit competition, so I can not really say that my preparation is specific to the Lowlands Throwdow  2012.

ADRIEN BOTTARI

 .

SportisEverywhere.com : What is your sporting career and how did you discover CrossFit ? Where do you train now ? // Quel est ton parcours sportif et comment as-tu découvert le CrossFit ? Ou t’entraînes-tu actuellement ? 

(FR) Alors, j’ai commencé par le cyclisme, puis je suis passé par la gymnastique et le trampoline, et enfin l’haltérophilie ! J’ai découvert le CrossFit par hasard sur YouTube, et après avoir enchainé une bonne dizaine de vidéos, je me suis dit qu’il fallait absolument que je trouve un endroit pour en faire sur Paris. J’ai donc commencé mes recherches et de fil en aiguille je suis tombé sur Joachim (gérant de la salle Crossfit Original Addicts) !

Je m’entraine actuellement dans 2 boxes différentes : chez Reebok CrossFit Louvre le midi et chez les Crossfit Original Addicts le soir!

(EN) So I started with cycling, then I went through gymnastics and trampoline, and finally weightlifting ! I discovered CrossFit on YouTube, and after a dozen of videos in a row,  I said that I had to find a place to do it in Paris. So I started my research and one thing leading to another, I stumbled upon Joachim (owner of Crossfit Original Addicts) !

I train now in 2 different boxes : at Reebok CrossFit Louvre noon and at Crossfit Original Addicts in the evening !

SIE.com : In CrossFit, what are your strengths? // En CrossFit, quels sont tes points forts ?

(FR) De par mon passé d’haltérophile, je pense être un peu plus à l’aise sur les charge lourdes qu’un bon nombre d’autres crossfitters.

(EN) From my past of weightlifter, I think that I’m a bit more comfortable on the heavy lifts that many other crossfitters.

SIE.com : Have you ever participated in other CrossFit competitions ? What were your results ? // As-tu déjà participé à d’autres compétitions CrossFit ? Quels ont été tes résultats ?

(FR) Oui, j’ai fait une première compétition au Danemark, “Harbour Hell Day” que je recommande fortement, à laquelle je me suis classé 20ème sur 110, puis j’ai participé aux RCFFC où je me suis arrêté en demi-finale, et enfin le Brussels Throwdown où je me suis classé 8ème.

(EN) Yes, I made a first competition in Denmark, “Harbour Hell Day” which I highly recommend, which I finished 20th out of 110, then I attended RCFFC where I stopped in the semifinals, and finally the Brussels Throwdown where I finished 8th.

SIE.com : How do you prepare the Lowlands Throwdown 2012 ? // Comment prépares-tu les Lowlands Throwdown 2012 ?

(FR) Je m’entraine 5 jours par semaine, avec une séance de force plus 1 à 2 WODs par jour.

(EN) I train 5 days per week, with a strength session and one or two WODS each day.

Ces derniers temps, j’ai l’impression que partout où je vais dans le cadre du CrossFit, on me parle de “Pole Dance“. En Belgique, en France ou en Pologne, des CrossFitteuses pratiquent le Pole Dance, en parallèle de leur entraînement CrossFit. Si vous avez déjà essayé le “drapeau” sur un poteau vertical ou un espalier, vous savez à quel point cette position est dure ! Nul doute donc que la Pole Dance exige un gainage extrême et beaucoup de force dans le haut du corps. Lorene, qui pratique la Pole Dance à Paris, et qui est l’épouse de Joachim Marty, head coach et fondateur de la salle “CrossFit Original Addicts” était donc la personne idéale pour nous expliquer les liens entre Pole Dance et CrossFit !

Lorene : Danseuse de formation, j’ai fait mes premiers pas dans la Pole Dance il y a un peu plus d’un an et demi. C’est à peu près à ce moment-là que Joachim (CrossFit Original Addicts) à découvert le Crossfit. Ce qui m’a attiré, c’était à première vue, la caractère esthétique de la pole Dance: la souplesse qui se mêle à la force lui donne un aspect spectaculaire, sans oublier la grâce et la créativité qui en découle.

Mon principal obstacle à été la force du haut du corps. En tant que danseuse, je possédais une bonne souplesse, un bon gainage et des jambes solides. Mais voilà que mes bras maigres et mes petites épaules étaient une entrave à la progression !

Les particularités physiques de la Pole Dance sont équivalentes à celles de la gymnastique. On est sans arrêt en train de soulever son propre poids, en traction ou bien en contrôle abdominal.

La pole Dance requiert des capacités de contractions isométriques importantes. On utilise deux modes de travail: le statique où l’on n’utilise que sa propre force, ou bien le spinning (la barre tourne lorsqu’on desserre certaines visses) où l’on peut alors s’aider de la force centrifuge et centripète à condition de gérer les maux de coeur que ce mode peut provoquer au début!

On parle de drapeaux, de push-ups, de Hand stands etc… Alors, bien sûr, quand Joachim s’est mis sérieusement à la pratique du Crossfit, je me suis intéressée à tous les mouvements qui pourraient m’aider à prendre de la force dans les bras, trapèzes, épaules, pectoraux et dorsaux. J’ai donc découvert tous les mouvements poids-de-corps et de gymnastiques travaillés lors des WOD: les tractions, pompes, dips, muscle up, toes to bar etc… Ils font maintenant partie de mes échauffements réguliers !

Dans un cours de Pole, vous aurez toujours une partie consacrée à la musculation: on la travaille d’abord sur le sol (pompes, abdos etc.) puis sur la barre (tractions, aller-retour jusqu’en haut comme pour les montées de corde, gainage etc.)

En plus des similitudes sportives entre le Crossfit et la Pole Dance, on trouve d’autres points communs dans leur histoire.

En effet, ces deux disciplines sont apparues assez récemment en France et sont en plein essor alors qu’elles existent depuis bien plus longtemps dans les pays anglo-saxons. Les premiers championnats de France de Pole Dance se sont tenus en 2008 et les premiers championnats du monde en 2005.

C’est donc un activité artistique et sportive que l’on pratique en compétition.

On retrouve aujourd’hui la Pole Dance aussi bien dans des cabarets, que dans les cirques et les clubs de sport et elle est considérée comme une forme d’exercice et une alternative ludique au fitness. Tout comme au Crossfit, le corps se sculpte peu à peu et on devient de plus en plus fort et de plus en plus endurant.

Des cours de Pole Dance seront bientôt proposés dans la salle des Crossfit Originals Addicts que Joachim Marty a ouvert. Ils seront destinés aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Ce sera alors le point de rencontre parfait entre la force du CrossFitter et la sensualité de la danseuse !

SportisEverywhere.com : Lorene prépare actuellement les championnats de France de Pole, qui auront lieu le 8 octobre à Paris

Le CrossFit a quelque chose de fascinant et de précieux à défendre. Il y a quelques semaines, lors du Brussels Throwdown, j’avais l’impression de comprendre vraiment ce que voulait dire “Maintenant, le Fitness est un Sport“. Aujourd’hui, après deux jours à Paris, je crois avoir compris ce qu’il fallait défendre dans le CrossFit, au moment où cette pratique se popularise. 

Quelle est la différence entre les deux (demi-)photos ci-dessus ? … La bonne réponse est : “aucune”.

La photo supérieure gauche est pourtant prise lors d’une séance à Reebok CrossFit Louvre, une superbe salle, très chic, bien que certaines parties sont encore en construction (de nouveaux locaux sont actuellement en travaux). Réception à l’entrée, écran plat et tout le matériel CrossFit : Rings, Barbells, Kettlebels, GHD, Racks, etc. Et en attendant la fin des travaux, ils s’entraînent régulièrement en extérieur, dans un parc à proximité ou dans la rue.

La photo inférieure droite est prise lors d’une séance avec les CrossFit Addicts Paris. SportisEverywhere.com les avait interviewés ici. La future salle de ces nouveaux affiliés (CrossFit Originals Addicts) est comme un entrepôt, très brut, où tout doit encore être fait : le sol, les murs, les sanitaires, et toute l’installation du matériel. En attendant la fin des travaux, ils continuent donc de s’entraîner en extérieur, en face, dans la rue.

Vous commencez à saisir la ressemblance, malgré les différences de moyens et d’infrastructures ?

Le WOD auquel j’ai assisté à Reebok CrossFit Louvre consistait en un AMRAP 12 minutes de Kettlebell Swings, Box Jumps (sur des bancs publics) et un exercice de gainage (une sorte de “mountain climbers” où les genoux vont toucher le coude opposé). Cela sous l’œil attentif et compétent des Coachs David et Sébastien.

Le WOD auquel j’ai assisté chez les CrossFit Addicts Paris était fait sur le modèle du “Fight Gone Bad” : 1 minute par exercice, 3 exercices, 5 rounds, un max de reps. Pas de pause. Les 3 exercices étaient des Kettlebell Swings, des Box Jumps (sur des bancs publics) et des Walking Lunges avec un poids en Overhead. Cela sous l’œil attentif et compétent du Coach Joachim.

Ces deux séances de CrossFit, sans être les mêmes, étaient dans le même esprit, parce que c’était des séances purement “CrossFit”. Avec des coachs Level 1, qui connaissent les mouvements CrossFit, la programmation, la construction de WODs. Et cela qu’ils travaillent dans une salle qui est dans un bel immeuble du 2ème arrondissement, ou dans un entrepôt en travaux du 12ème arrondissement.

Mêmes réactions des athlètes lorsqu’ils découvrent le Workout of the Day. Même motivation lorsqu’ils l’exécutent. Même satisfaction après.

D’un côté comme de l’autre, on partage un certain nombre de valeurs, de préoccupations. Une semaine après les CrossFit Games, on parle des mouvements de Froning, de l’âge de Parker (“22 ans ??? WTF ?!?“) des crampes de Spealler. Certains étaient aux Games, d’autres (dont moi) étaient devant leur écran d’ordinateur, en pleine nuit, connectés au Streaming. Mais tout le monde a vu les CrossFit Games 2012.

D’un côté comme de l’autre, on me demande comment vont Matthieu Montès et Sébastien Ferket. Le premier a remporté la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship à Paris et s’est classé 2ème du Brussels Throwdown ; le deuxième était 5ème à Paris et 3ème à Bruxelles. Et tous deux s’entraînent à Reebok CrossFit Brussels. Tout le monde se connaît.

D’un côté comme de l’autre, je me suis senti “chez moi”, j’ai envie de dire. Dans une communauté qui est réelle. Ce ne sont pas juste des mots. J’avais déjà écrit quelque chose sur le sens du mot “Communauté” dans le CrossFit (sur un autre blog). C’était il y a plus de 6 mois. Maintenant, je rajouterais que c’est cet esprit communautaire qu’il faut défendre avant tout à l’heure actuelle. Parce qu’au final, c’est ça qui risque de se perdre si n’importe quelle salle Fitness peut développer l’activité CrossFit (voir le débat avec CrossGym). Au-delà des enjeux financiers, au-delà des questions de marque, c’est cet esprit de communauté.

C’est ça qui nous permettra de rester unis autour de certains principes. Pas pour être sectaire. Au contraire : tout comme le CrossFit est une méthode inclusive, la communauté CrossFit devrait être aussi inclusive, pour toute personne qui partage ce souci du fonctionnel, d’une approche globale, orientée résultats, etc.

Je ne sais pas comment cela va évoluer. Ce qui est sûr, c’est que le CrossFit dans 5 ans sera ce qu’on en aura fait. Et j’espère qu’on se rappellera toujours qu’à l’heure actuelle, qu’on s’entraîne et travaille dans de belles salles équipées ou en rue, à Paris, à Bruxelles, dans le Sud ou dans le Nord, on fait tous la même chose ! Du CrossFitMes photos seront là pour le rappeler 😉

Si vous découvrez actuellement le CrossFit, tout cela doit paraître un peu abstrait. Mais retenez simplement une chose : vous débutez une méthode d’entraînement qui est aussi un sport, soutenu et animé par une communauté de passionnés. Et ça, c’est unique dans le monde du Fitness !

Sur Paris, vous avez le choix entre :

Une autre salle est sur le point d’ouvrir, mais je n’ai hélas pas eu le temps de leur rendre une petite visite : CrossFit France CrossFight (Porte Dorée).

Je voulais également rencontrer la French Invictus Team, l’équipe de CrossFit qui est en train d’ériger le CrossFit au niveau d’un sport de haut niveau, avec une préparation pour une saison et des objectifs en terme de compétition. Des acteurs très importants de cette communauté CrossFit !

Paris va bien” comme le dit Sexion d’Assaut Alors, la prochaine fois que je vais à Paris, on se voit ?

En attendant : toutes mes photos sont ici ! Vous êtes dessus ? Identifiez-vous et faites connaître le CrossFit à Paris !

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Advertisements