You are currently browsing the tag archive for the ‘brussels’ tag.

Le podium du Lowlands Throwdown 2012 est connu ! Comme aux CrossFit Games, l’homme et la femme les plus “fit” restent les mêmes que l’année passée : Richard Vanmeerbeek (Reebok CrossFit Brussels, BE) et Carla Costa (CrossFit Nieuwegein, NL) !

Pour sa troisième édition (si l’on compte l'”Open Dutch Championship” en 2010), le Lowlands Throwdown a encore marqué un pas supplémentaire en se délocalisant dans une salle omnisport à Driebergen. Des WODs d’une plus grande ampleur, une plus grosse organisation et surtout un niveau moyen qui a fortement augmenté ! Regardez les vidéos d’il y a 2 ans, à CrossFit Twente, pour vous rendre compte de l’évolution !!

Ces compétitions sont fondamentales pour que le CrossFit continue d’évoluer et que les athlètes progressent, comme c’est le cas aux Etats-Unis, où de très nombreuses compétitions sont organisées, pratiquement toutes les semaines.

Les compétitions CrossFit permettent premièrement aux athlètes de juger de leur niveau moyen. Ca permet effectivement de se confronter à d’autres athlètes que celles et ceux qu’on croise quotidiennement dans sa box. Et plus il y aura de compétition, plus on a une idée de son niveau “moyen”, c’est-à-dire “en moyenne”. Une seule compétition n’est pas toujours représentative : on n’est jamais à l’abri de manque de forme,… et les autres non-plus ! Et tous les athlètes ne sont pas toujours présents à toutes les compétitions. Comment savoir si on est vraiment le meilleur, si un très bon prétendant au titre n’était pas présent ? Il est donc important de multiplier les compétitions.

Deuxièmement, les compétitions donnent un but à l’entraînement, des objectifs en terme de progression. C’est un aller-retour entraînement-compétition qui permet de progresser : être confronté aux épreuves des compétition pousse parfois à revoir ou intensifier son entraînement, pour faire mieux aux prochaines compétitions.

Les compétitions permettent d’ailleurs de s’assurer de la qualité de ses mouvements. Lors de celles-ci, vous avez un juge qui valide… ou pas, chacun de vos mouvements. Après une compétition, il est parfois temps de retravailler certains mouvements de base, qu’on pensait faire convenablement, mais qui manquaient d’amplitude. Après la demi-finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, certains – et certaines – ont dû retravailler leurs push-ups, en veillant à ne pas laisser traîner le cuisses ou les genoux sur le sol… Leurs push-ups sont maintenant meilleurs, en plus grande amplitude : plus de fibres musculaires sollicitées, et certainement un gain de force à la clé.

C’est même parfois lors de la compétition qu’on améliore son mouvement. Avec l’engouement, les encouragements et l’émulation avec les autres compétiteurs, on se dépasse souvent… Nombreux athlètes réalisent des PR’s sur des soulevés lourds. Lors du Lowlands Throwdown 2012, plusieurs ont réalisé des PR’s sur le Clean & Jerk du dernier WOD. Danielle Bodin, des CrossFit Original Addicts, a même passé son premier muscle-up !! … suivi de 4 autres muscle-ups !!!

Tout cela motive évidemment : on a un but lorsqu’on s’entraîne, on se confronte aux autres, on se ré-entraîne et on progresse !

Et puis, les compétitions structurent la communauté, parce que celle-ci se construit entre autres sur les inter-connaissances : les athlètes apprennent à se connaître, des “favoris” émergent, des “underdogs” se font connaître aussi à l’occasion d’une compétition, et le CrossFit en tant que sport se structure… Des équipes se créent aussi, à l’instar de la French Invictus Team, qui est d’ailleurs en train de recruter des filles en vue des prochains CrossFit Games (voir l’appel sur leur page Facebook). Notons qu’au niveau français, cette équipe aura fait beaucoup pour constituer le CrossFit en sport, puisqu’ils préparent, comme je l’avais déjà dit ici, leur “saison” CrossFit, à partir des différentes compétitions, tout comme le feraient des athlètes dans d’autres disciplines…

Alors, QUELLES SONT LES PROCHAINES COMPETITIONS ?

  • La prochaine compétition sera le London Throwdown, les 26 et 27 janvier 2013 : bientôt des infos sur leur site web !
  • Puis suivront les CrossFit Games Open 2013, où chacun pourra participer (qu’il soit affilié dans une salle CrossFit ou pas), individuellement ou en Team.
  • Il est fort probable que Reebok ré-organise une compétition du type “Reebok CrossFit Fitness Championship“, mais je n’ai encore aucune information à ce sujet…
  • Reebok CrossFit Brussels ré-organisera son “Brussels Throwdown” après les Open et Regionals, vers le mois de juin.
  • Et la saison se poursuivra certainement après les vacances avec le “Lowlands Throwdown” aux Pays-Bas.

Des INTER-BOX ?

Mais à côté de ces gros events, pourquoi ne pas organiser des plus petites rencontres “inter-box” ? Juste deux ou trois salles CrossFit qui s’organisent entre elles une petite compétition. C’est probablement l’idéal pour combler les envies de compétitions entre les gros events et créer des liens d’amitié solides entre les athlètes des différentes salles…

Sachez que SportisEverywhere.com serait heureux de vous soutenir (promo, organisation, conseils, constitution d’une équipe de juges, etc.). Contactez-nous et on voit comment mettre ça sur pied !

En attendant, si vous voulez savoir à quoi ressemblaient les WODs du Lowlands Throwdown 2012, les voici (voir les photos) :

WOD 1a : 7 min AMRAP :

  • 3 Stone to shoulder (50/30kg)
  • 2 15m Farmer walks, (70/50kg each hand)
  • 50 Double-unders

1 minute transition time

WOD 1b : 3 minutes :

  • max handstand hold (2 minutes max)
  • max handstand push-ups (1 minute)

Voir la vidéo de Richard Vanmeerbeek, filmé par la caméra placée sur la tête de son juge…

WOD 2 : For time (time cap 13 minutes) :

  • 25 Pull-ups
  • 40 “Over the rig” Wall balls (20/10lbs)
  • 25 Pull-ups
  • 20 Squat clean thrusters (60/42.5kg)
  • 25 Pull-ups
  • 10 Burpee deadlifts (120/85kg)

WOD 3 : For time (time cap 16 minutes) :

  • 5 Snatches (65/30kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk (on a small
  • 5 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 4 Snatches (70/35kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 4 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 3 Snatches (75/40kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 3 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 2 Clean and Jerks (95/50kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 2 Muscle-ups
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 1 Clean and Jerk (105/60kg)
  • 1 Overhead jerrycan walk
  • 1 Muscle-up
  • 1 Overhead jerrycan walk

(You can decide at any point in the workout to stop and continue with burpees until the 16 minute time cap, to differentiate you from other people who stop at the same place in the workout)

PODIUMS : 

Top 3 Men

Top 3 Women

  • Carla Nunes da Costa
  • Lindsay McCardle
  • Brenda Koolhaas

A voir : les photos du Lowlands Throwdown 2012 !

Advertisements

1h47 sur le semi-marathon de Bruxelles aujourd’hui ! C’est 10 minutes de mieux par rapport au dernier semi que j’ai fait à Bruxelles. Le défi que je m’étais lancé était de le faire en Vibram Five Fingers, avec le modèle Seeya, probablement le plus minimaliste des modèles Vibram…

Et c’est en fait la seule différence par rapport à la fois précédente, où je courais en chaussures de running “classiques” on va dire. Bien sûr, ce n’est pas les Five Fingers en soi qui font qu’on court plus vite, mais ça amène à travailler sa technique de course à pied, à avoir une course plus naturelle, moins choquante pour les articulations et l’ensemble du corps. Du coup, la course est plus aisée, et sans entraînement spécifique supplémentaire en endurance, on peut clairement améliorer son temps.

Mais qu’est-ce qu’une chaussure “minimaliste” ?

Une chaussure est dite “minimaliste” si l’écart d’épaisseur entre l’avant et le talon de la chaussure est inférieur à 4mm, c’est-à-dire qu’on court donc “à plat”. Les chaussures minimalistes ont également une semelle très fine et très souple, qui maximise la sensation du sol.

Mais pourquoi ? On a cru pendant longtemps que plus on rajoutait de l’amorti dans les chaussures, plus on préservait les articulations. Il n’en était rien. En fait, en rajoutant toujours plus d’amorti (avec des bulles d’air, etc.), on amenait les coureurs à poser d’abord le talon au sol.

Le pied n’est pourtant pas conçu pour frapper le sol avec le talon. Au contraire, c’est l’avant du pied qui doit toucher, en premier lieu, le sol. La voûte plantaire fait son office et amorti le choc. En architecture comme dans notre pied, une voûte est une structure qui permet de supporter une charge importante. Leonard de Vinci disait d’ailleurs “The human foot is a work of art and a masterpiece of engineering” (le pied humain est un chef-d’œuvre d’ingénierie). Résultat : en posant l’avant du pied d’abord, le stress sur les articulations est fortement réduit.

Parce qu’il est évident qu’on n’a pas attendu les années 70 et l’émergence des marques de sport, pour se mettre à courir. Durant des millions d’années, on a couru, la plupart du temps, pieds nus. Et dans certaines parties du monde, on court d’ailleurs toujours pieds nus, ou avec un amorti très réduit.

Parmi les plus connus : les Tarahumara ou “Indiens Raramuri” dans les Copper Canyons de l’état de Chihuahua, au Mexique. Ces indiens pourraient être les meilleurs coureurs du monde, vu les distances qu’ils parcourent (jusqu’à plus de 100 kilomètres !). C’est Christopher McDougall, un journaliste américain, qui fit connaître les indiens Tarahumara au monde entier, avec son best-seller “Born to Run“. Le fil conducteur du livre de McDougall raconte l’organisation d’un ultra-marathon dans la Sierra Madre, au Mexique, où vivent les Tarahumara. Ces indiens ont comme tradition de courir sur de très longues distances. Pourtant, ils courent en sandales, attachées à la cheville avec quelques lanières. C’est cette particularité qui amène McDougall à remettre en question toute l’industrie de la chaussure de course et de conclure que la course pieds nus, ou au moins avec des chaussures à l’amorti limité, produit une foulée plus naturelle, en posant la pointe du pied en premier.

Mc Dougall se base sur la célèbre étude de Daniel Lieberman, de Harvard (“Foot strike patterns and collision forces in habitually barefoot versus shod runners“, publié dans Nature), qui montrait que courir sur l’avant du pied diminuait grandement les chocs dans les articulations.

Mais à côté des indiens Tarahumara, on pourrait également citer Abede Bikila, le coureur éthiopien, qui remporta l’épreuve du marathon, aux Jeux olympiques de Rome, avec un record du monde (2 h 15 min 16 s)… et cela pieds nus !

Bikila, c’est aujourd’hui le nom d’un modèle de chaussures très minimalistes : les Vibram Five Fingers. Ce sont des espèces de gants pour les pieds, avec une place pour chaque orteil ! Ce n’est pas la seule marque “minimaliste”, mais c’est certainement celle qui se rapproche le plus de la course pieds nus.

Les “SEEYA” : une seconde peau

Et parmi les modèles de Vibram Five Fingers, le modèle “Seeya” est certainement le plus minimaliste. La semelle est majoritairement une fine membrane de caoutchouc souple, renforcée à quelques endroits par des parties plus épaisses. Mais la sensation est très proche de la course pieds nus.

J’ai toujours eu l’impression que les Seeya formaient comme une seconde peau, qu’on finit très vite par oublier. Un simple velcro les maintient bien aux pieds.

Par rapport aux autres modèles, elles sont nettement plus légères (136 gr par chaussure !) et très aérées… ce qui est très agréable et rajoute encore à l’impression de seconde peau. Ce sont vraiment d’excellentes chaussures minimalistes de route, même si j’ai déjà souvent couru avec en pleine nature.

Si vous voulez avoir l’impression de courir réellement pieds nus, mais tout en vous protégeant des petites aspérités et crasses du sol en ville, les Seeya sont le modèle qu’il vous faut !

Alors, comment courir en Vibram Five Fingers, ou autre chaussure « minimaliste » ?

  • Posez d’abord les “balls of the foot”, c’est-à-dire ces petits coussinets rembourrés juste à la base des orteils.
  • Gardez les pieds sous le corps. Pas besoin d’envoyer le pied loin devant ou d’étirer la jambe loin derrière. Cela implique de faire des pas légèrement plus petits qu’avec d’autres chaussures.
  • Gardez une course légère. Pour cela, fiez-vous au bruit, vous ne devez pas faire de bruit en courant.
  • Utilisez tous vos sens : regardez et sentez où vous posez le pied. Ce n’est pas qu’un conseil de bon sens pour ne pas se blesser. Il s’agit réellement de favoriser les relations entre la vue, le toucher et la position du corps dans l’espace. Rien que cela en soit permet déjà d’éviter de nombreuses blessures (avec des chaussures rembourrées, on court n’importe comme, sans regarder où on pose le pied… et parfois : Crac ! Ou Badaboum ! Une bordure, un égoût, etc.)
  • Ne commencez pas directement avec une course pieds nus sur 10 km. Allez-y progressivement, parce que les années à courir en chaussures avec de l’amorti ont atrophié certains de vos muscles. Vous allez également sentir la différence dans les mollets ! Commencez donc avec 1 seul kilomètre, en vous focalisant sur le technique de course. Puis 2,5 km, puis 5 km, 10 km, etc…

Un des importateurs de Vibram Five Fingers en Belgique est la société Five-On qui, en plus de vendre tous les modèles, organise des séance de découverte et d’initiation aux Vibram Five Fingers et à la course pieds nus, dans des salles de sport, lors d’événements, etc. N’hésitez surtout pas à les contacter !

Bonne course !

Et voilà déjà la première phase du Lowlands Throwdown passée ! Toute la communauté CrossFit belge vivait, ce samedi 29 septembre, au rythme des 3 wods de qualification pour cette compétition du Benelux. On connaît donc maintenant les 70 hommes et 30 femmes qui se sont qualifiés pour la finale, qui aura lieu à Driebergen, le 14 octobre 2012. 

Gros niveau pour cette qualification à Reebok CrossFit Brussels, puisque sur les 100 athlètes qualifiés, 24 se sont qualifiés à Bruxelles ! Presqu’un quart ! Pas mal si on considère que 21 salles ont organisé cette première phase de qualification !!

Bien sûr, tous les qualifiés de Bruxelles ne sont pas des athlètes de Reebok CrossFit Brussels. Il y a en fait 15 athlètes de Reebok CrossFit Brussels qui se sont qualifiés, dont Richard Vanmeerbeek, premier du classement général et Mathieu Montès, deuxième ! Les autres sont essentiellement Français, majoritairement des athlètes des CrossFit Original Addicts : Clément Giraud est 11ème, et Adrien Bottari 16ème. SportisEverywhere.com les avait tous les deux interviewés dans le cadre des interviews “Athletes #LLTD12“.

Le choix des athlètes interviewés s’est d’ailleurs avéré très juste, puisque Auke Toussaint se classe 3ème au classement général, et Junior Edelman 25ème ! Et parmi les qualifiés français, on retrouve… des athlètes que nous avions interviewés pour le Reebok CrossFit Fitness Championship en France : Reunan Delannoy (CrossFit Le Havre), Cédric Courage et Charles Prioux

Les autres Addicts sont Danielle Bodin, Joachim Marty et Pierre-Yves Romanini. Et parmi les autres Français qualifiés, on retrouve, entre autres, Floriant Thierry, de la Black Box 13 à Aix-en-Provence. Il se classe 7ème au classement général !

Toutes les photos de l’événement sont ici, dans cet album Facebook ! A partager et faire circuler ! 😉

Si on replace l’événement dans l’historique récent du CrossFit, de son développement, de ses événements et de ses controverses, on peut, je pense, dire 3 choses :

1. Les gars de la Black Box 13 sont très sympas et performants… malgré que ce soit une salle “Powered by CrossGym” lol. En fait, le problème n’est pas ce genre de salles, qui font du bon boulot, le problème, c’est que si CrossGym gagne son procès avec CrossFit, n’importe quelle salle fitness commerciale, qui n’a jamais vu un burpees de près, pourra se mettre à dire qu’ils font du “CrossFit”…

2. Reebok France a fait du bon boulot, avec ses initiations (au salon du Fitness par exemple) et son Reebok CrossFit Fitness Championship, parce que plusieurs athlètes présents lors de cette qualification ont découvert ou débuté réellement ce sport à cette occasion. A peine quelques mois après, ils se déplacent jusqu’en Belgique et aux Pays-Bas pour participer à des compétitions internationales !

3. En un an, le niveau a incroyablement évolué. Des athlètes qui ont terminé dans le top 20 l’année passée aux Pays-Bas ne sont même plus dans les 70 qualifiés cette année. Avec l’arrivée de très nombreux athlètes, c’est tout le niveau qui grimpe !

La suite ? La finale à Driebergen (Netherlands), le 14 octobre. Venez nombreux !! Et en attendant, voici les photos de la qualification à Reebok CrossFit Brussels. A partager et faire circuler ! 😉

SportisEverywhere.com et Reebok CrossFit Brussels sont tous les deux partenaires de la marque Pure Pharma pour tout ce qui est Omega-3, Vitamine D3 et minéraux. Simplement parce que nous pensons que c’est actuellement la marque qui propose les suppléments de la meilleure qualité, tout en s’impliquant sincèrement dans le CrossFit et l’alimentation “paléo”. Ils sponsorisent effectivement des athlètes comme Annie Thorisdottir, Jason Khalipa, Mikko Salo, Carey Kepler, Julie Foucher, Ben Smith, etc.

  .

Dans le numéro 14 de la revue Néo Santé (juillet-août 2012), j’avais publié un article sur la Vitamine D3, expliquant son importance pour renforcer les dents, ainsi que pour l’assimilation de minéraux comme le Calcium, le Phosphore et le Magnésium.

Dans le numéro 15 de cette même revue (septembre 2012), je publie un article sur les poissons gras, et donc sur les Omega-3. On pourrait pratiquement résumer l’évolution de notre alimentation, depuis la période paléolithique jusqu’à notre alimentation industrielle à partir du rapport Omega-6 / Omega-3. Un bon rapport est plus ou moins de 3 Omega-6 pour 1 Omega-3… A l’heure actuelle, en France, on est dans un rapport 18 Omega-6 pour 1 Omega-3 !! Aux Etats-Unis, on est dans un rapport 40/1 !!! En cause ? Les céréales que l’on mange, les viandes et poissons nourris aux… céréales, et les graisses hydrogénées qui diminuent la quantité d’Omega-3 des huiles végétales… Les conséquences ? Résistance à l’insuline (et donc stockage de masse grasse), problèmes cardiaques, cholestérol, fatigue chronique, douleurs aux articulations, etc… (plus d’infos sur les Omega-3 dans cet article que j’ai publié en juillet 2012 sur SportisEverywhere.com)

Nouveau produit de la gamme Pure Pharma : les minéraux “M3“. Derrière ce nom, on retrouve un supplément davantage orienté “performances sportives“, composé de :

  • Deux formes de Magnésium (Magnesium Taurinate et Magnesium Gluconate), utiles pour la production d’énergie, la contraction musculaire et la minéralisation des os. Le magnésium intervient dans la métabolisation des macro-nutriments (protéines, lipides, glucides) en énergie.
  • Du Zinc : pour la synthèse des protéines au niveau musculaire, la croissance des cellules et le renforcement du système immunitaire.
  • De la Vitamine B6 : pour favoriser l’absorption du Magnésium.
  • De l’Acide malique : pour favoriser l’apport en énergie depuis l’alimentation, en particulier lorsque les cellules manquent d’oxygène, donc par exemple lors d’efforts physiques.

Si vous vous entraînez à Reebok CrossFit Brussels, vous trouverez les Omega-3, la Vitamine D3 et les Minéraux “M3” Pure Pharma, à la salle, au meilleur prix. Si vous n’avez pas la chance de vous entraînez dans cette salle, vous pouvez commander les produits Pure Pharma sur leur site internet (livraison très rapide en Belgique et en France !) en cliquant sur leur bannière, en haut à gauche sur ce site, ou en cliquant sur ce lien. Et de cette manière, vous soutenez un peu le partenariat entre SportisEverywhere.com et Pure Pharma 😉

En juin, avaient lieu le Brussels Throwdown, la compétition CrossFit à Reebok CrossFit Brussels. Tout le gratin du CrossFit, de Paris à Amsterdam, en passant par Anvers et Bruxelles s’y est rencontré pour une compétition qui restera dans les mémoires, par son ambiance, mais aussi la difficulté de ses épreuves. En particulier, l’épreuve finale, dans laquelle les athlètes devaient, entre autres, soulever 30 fois des atlas stones ! (Podium et lien vers les photos ici)

Pour un aperçu de cette compétition, voici la vidéo réalisée par Ivan Ceusterman (ivabxl@gmail.com), caméraman professionnel et athlète à Reebok CrossFit Brussels !

Motivé(e) par une telle compétition ? Inscrivez-vous vite au Lowlands Throwdown : qualifications le 29 septembre (dans différentes salles dont Reebok CrossFit BrusselsCrossFit Antwerpen et CrossFit Gym Project en Belgique) et finale en Hollande le 14 octobre.

Renaud Domanski, archer junior belge, que j’ai entraîné à Reebok CrossFit Brussels, dans le cadre de sa préparation physique, est maintenant CHAMPION DU MONDE junior de Tir à l’Arc (Compound) ! Après avoir battu deux records du monde en juillet (sur 60 et 70 mètres), il a remporté, ce dimanche 19 août, la médaille d’or aux World Archery Field Championships, au Val d’Isère en France.

FELICITATIONS !!

Update du 1er septembre 2012 : Renaud a également remporté, ce wee-end, le titre de Champion de Belgique Cadet, et Ludo, le grand frère, a remporté le titre de Champion de Belgique Junior !!!

En un an, les choses ont fort évolué. Après les Lowlands Throwdown 2011, les Reebok CrossFit Fitness Championships, les Brussels Throwdown, les compétitions anglaises et les CrossFit Games Open, la demande pour des compétitions CrossFit est telle qu’il faut maintenant prévoir une phase de qualification pour limiter le nombre d’athlètes.

Les Lowlands Throwdown 2012 se feront donc en deux phases :

  • Samedi 29 septembre 2012 : QUALIFICATIONS
  • Dimanche 14 octobre 2012 : FINALE

Les qualifications se font uniquement dans des salles CrossFit du BeNeLux (Belgique, Netherlands, Luxembourg). En Belgique, Reebok CrossFit BrusselsCrossFit Antwerpen et CrossFit Gym Project (Sint-Niklaas) organiseront les qualifications. Ces qualifications consisteront en 3 workouts, plutôt courts.

Dès aujourd’hui (3 août 2012), vous devrez vous inscrire sur http://www.lowlandsthrowdown.nl, et sélectionner une salle affiliée où vous désirez passer la qualification. Le prix est de 30€ pour la qualification. Si vous vous qualifiez pour la finale, vous ne devez rien re-payer. Attention, à Reebok CrossFit Brussels, le nombre de places est limité à 80, pour que la qualification reste faisable sur une seule journée…

A l’issue des qualifications, les 100 meilleurs athlètes se rencontreront à la finale du 14 octobre, qui aura lieu au Centre Hoenderdaal à Driebergen (près de Utrecht, 2 heures en voiture de Bruxelles,). C’est un centre sportif complet (2400 m2), avec toutes les infrastructures sportives. Attendez-vous donc à des épreuves variées ! 😉

Important. Un tel événement a besoin de personnes pour aider à l’organisation : préparation des salles, juges, accueil des athlètes, etc. Nous avons besoin de vous. Etre dans l’organisation d’une compétition CrossFit est également une bonne occasion de prendre part à la communauté CrossFit ! Pour être volontaire à la qualification à Reebok CrossFit Brussels, envoyez un mail à vstautemas@gmail.com. Pour être volontaire à la finale à Driebergen, envoyez un mail à joachimoldenbroek@gmail.com

Centre Hoenderdaal à Driebergen

“As one of the early CrossFit adopters in Europe (and first established boxes), the Reebok CrossFit Brussels team stresses the importance of community”

Très bel article de Joanna Gail, sur son blog GlobalWODProject.com, suite à sa visite à Reebok CrossFit Brussels. Pour rappel, Joanna fait actuellement un tour du monde avec, comme fil conducteur, la Communauté CrossFit. Elle se déplace ainsi de salle en salle. Après l’Espagne et la France (elle s’est entraînée avec les CrossFit Addicts Paris), elle est passée à Reebok CrossFit Brussels, à l’occasion de l'”Amanda Miller Memorial WOD“.

Une après-midi très sympa où on a pu discuter des différences entre l’Europe et les Etats-Unis, en matière de sport, de santé, d’apparence corporelle. Une des questions qui préoccupe Joanna est effectivement celle des femmes qui pratiquent le CrossFit. Le sport étant beaucoup plus répandu et valorisé à l’école, aux Etats-Unis, il y a aussi beaucoup plus de femmes qui pratiquent une activité sportive. Le sport féminin a donc bien davantage de poids qu’en Europe… Conséquence : un physique “musclé”, pour une femme, est moins mal perçu qu’ici… Une discussion vraiment intéressante, donc.

Lire l’article de Joanna sur son passage à Reebok CrossFit Brussels : “Belgium: Reebok CrossFit Brussels + Staying United

Si vous voulez suivre le voyage de Joanna, rendez-vous sur son blog !

Ce samedi 21 juillet 2012, Reebok CrossFit Brussels organise le “Amanda Miller Memorial WOD“, en hommage à Amanda Miller, compétitrice aux CrossFit Games 2009, et décédée d’un cancer en 2010.

Cette année-là, la première épreuve des CrossFit Games lui était dédiée, avec le Workout nommé “Amanda” :

9, 7 and 5 reps of:

  • Muscle-ups
  • Snatches (60 kg/43 kg)

Et depuis, est organisé, le 21 juillet, à l’échelle mondiale, le “Amanda Miller Memorial WOD” :

  • vous vous rendez dans une salle CrossFit qui participe à l’opération
  • vous vous inscrivez sur le site et payez $20 qui iront à la lutte contre le cancer
  • vous faites le workout (as rx’d ou scaled) et vous figurez dans un classement mondial

Vous l’aure compris : le but principal est de récolter de l’argent pour la lutte contre le cancer. Venez nombreux, tout don est le bienvenu !

Toutes les infos sur le site de Reebok CrossFit Brussels

Et ce même jour, nous accueillerons aussi Joanna, une CrossFitteuse américaine (Level 1), qui voyage actuellement de salle CrossFit en salle CrossFit, en Europe. Tout son projet est présenté sur son site internet : GlobalWODProject.com

Son objectif est de faire un tour du monde du CrossFit, et de répondre à ces questions :

  • Qu’est-ce qui, dans le CrossFit, dépasse les frontières géographiques et culturelles ?
  • Quelles sont les valeurs et les croyances qui unifient tous les CrossFitteurs dans le monde ?

En particulier, elle souhaiterait rencontrer des CrossFittEUSES afin de leur poser quelques questions sur l’impact que le CrossFit a eu sur leur mode de vie, sur leur alimentation, etc. Donc, on espère que de nombreuses athlètes féminines seront présentes !!

Concrètement, Joanna présentera son projet, et puis, on organisera un petit Question & Answer. En attendant, vous pouvez déjà lire les très bons articles qu’elle a écrits sur son passage dans les salles CrossFit espagnoles : http://www.globalwodproject.com

Au plaisir de vous y voir !!

Five-On, partenaire de SportisEverywhere.com pour les Vibram Five Fingers fait des SOLDES !

– 20 % – 30 % – 40 % sur leurs modèles !!! 

Dans leurs bureaux, le samedi de 11h00 à 16h00, ou sur rendez-vous la semaine au 0484/97.42.94

: Avenue Guillaume de Greef, n°55. Bruxelles. (à 2 pas de l’hôpital Brugmann à Jette).

Pour les met-con CrossFit, voire la course à pied si vous avez déjà une certaine expérience en barefoot/minimalist : les SEEYA !

Faites votre choix sur www.five-on.be. Et puis, rencontrez-les et laissez-les vous conseiller ! 😉

Photo by BoxRox.com

Ce dimanche 24 juin avait lieu le Brussels Throwdown, la compétition de Reebok CrossFit Brussels. S’y sont rencontrés le gratin du CrossFit belge, français et hollandais, avec quelques Allemands et Luxembourgeois en plus. 

Une ambiance de feu, des athlètes qui se dépassent sur des WODs plus durs les uns que les autres. Une semaine après la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, à Paris, il devient évident que, en Europe aussi, “maintenant, le Fitness est un sport” : “The sport of Fitness has arrived” comme le dit le slogan Reebok CrossFit.

Ca signifie que le CrossFit n’est plus uniquement une méthode d’entraînement, de conditionnement physique et de renforcement musculaire. C’est toujours cela. Mais c’est aussi un SPORT maintenant. Avec tout ce que cela comporte : des règles et des standards pour les mouvements qui se sont élaborés, et qui sont maintenant partagés par tout le monde, des équipes de juges, des sponsors habituels (Reebok, Vita Coco, Progenex, Pure Pharma), des médias (BoxRox), etc.

Et puis surtout, en devenant un sport, le CrossFit crée des athlètes, qui se rencontrent de compétition en compétition. Ils se connaissent, et surtout, ils commencent à être connus. En 2012, les meilleurs CrossFitters masculins dans cette partie de l’Europe, sont Matthieu Montès et Yvan Gegout, de la French Invictus Team (le premier gagne le Reebok CrossFit Fitness Championship et est 2ème du Brussels Throwdown; l’autre est 3ème du Reebok CrossFit Fitness Championship, et remporte le Brussels Throwdown. Le Bruxellois va gagner à Paris, le Parisien vient gagner à Bruxelles…). Tout le monde les connaît. Chez les femmes, la French Invictus Team est très forte, tout comme Danielle Bodin, des CrossFit Addicts Paris, victorieuse à Bruxelles, et 7ème du Reebok CrossFit Fitness Championship, ou Naomi Rinsampessy, sur le podium au Lowlands Throwdown, 2ème à Bruxelles, et qualifiée pour les Regionals cette année.

Autrement dit, des athlètes commencent à émerger. Et les compétitions ne sont plus des vitrines pour le CrossFit, des événements qui ne viseraient qu’à faire connaître le concept. Les compétitions ont leur vie propre. Certains athlètes se préparent précisément pour cela. C’est le cas de la French Invictus Team qui parle de “saison” CrossFit, avec un certain nombre de compétitions, des objectifs en terme de résultats, etc.

Probablement que tout cela va se structurer davantage dans le futur, sous forme de circuits. Peut-être que les compétitions locales, les Reebok CrossFit Fitness Championships et les CrossFit Games s’emboîteront selon des modalités qui sont encore à penser…

Est-ce que cela risque de tuer le CrossFit sous sa forme la plus basique, c’est-à-dire une méthode de conditionnement physique, qui s’adresse à tout le monde, c’est-à-dire à toute personne qui veut reprendre en main sa condition physique et sa santé, sans aucune prétention à la compétition ?

Je ne crois pas. Au contraire, aurais-je même tendance à dire. Dans les années ’80 (autour de 1986 et des TransWorld Skateboard Championships), toutes les compétitions de Skateboard qui ont commencé à fleurir aux Etats-Unis ont contribué à la popularité du SkateBoard auprès des kids en rue. Des stars ont commencé à émerger : ils gagnaient toutes les compétitions, on commençait à les interviewer dans la presse spécialisée : c’était Christian Hosoi, Steve Caballero, Tony Hawk. Et en 1995, le second souffle de popularité pour le Skateboard correspond à la première édition des X-Games, et la diffusion sur ESPN.

En Europe, le CrossFit en tant que compétition a démarré. Maintenant, le Fitness est un Sport. C’est dans le CrossFit. Et les premières stars sont connues…

Hommes :

  1. Yvan Gegout
  2. Matthieu Montès
  3. Sébastien Ferket
Femmes :
  1. Danielle Bodin
  2. Naomi Rinsampessy
  3. Marien Valkenburg

Les albums photos du Brussels Throwdown sont visibles sur Facebook. Partagez, identifiez, commentez ! 

En manque de compétition CrossFit ? Ou envie de découvrir à quoi ce type de compétition ressemble ? 

Reebok CrossFit Brussels organise la plus grande compétition CrossFit de Belgique : les Brussels Throwdown. Parmi les meilleurs athlètes du Sud de la France jusqu’au Nord de la Hollande seront présents, avec également quelques athlètes danois et luxembourgeois.

Seront présents : le 1er ex-aequo et le 3ème du Reebok CrossFit Fitness Championship, en France : Matthieu Montès (lire son interview pour SportisEverywhere.com) et Yvan Gegout, de la French Invictus Team. La première et la 3ème de la compétition hollandaise “Lowlands Throwdown“, Carla Nunes da Costa et Naomi Rinsampessy. Et la gagnante et le gagnant du Strongman Challenge : Rachel Vandernoot et… Matthieu Montès, again !

: à Reebok CrossFit Brussels, rue du Bourdon, 100. 1180 Uccle

Quand : Dimanche 24 juin, à partir de 10h (toute la journée).

Infoshttp://www.thebrusselsthrowdown.be/

A CrossFit Brussels, au fond de la salle, s’entraîne sagement – mais durement – celui qui a réalisé les meilleurs temps de la demi-finale du Reebok CrossFit Fitness Championship. Matthieu Montès n’a pas un passé sportif de haut niveau. Il est pourtant impressionnant dès qu’on le voit pratiquer, que ce soit en compétition, ou à l’entraînement. Avec le même calme, il enchaîne les reps. Comme une machine… A une semaine de la finale, il se plie au questionnaire “Athlètes #RCFFC” pour SportisEverywhere.com

1. Quel est ton parcours sportif et comment as-tu découvert le CrossFit ?

Mon parcours sportif se résume assez rapidement car, petit, je ne faisais pas de sport, je préférais jouer avec mes amis ou sur une console de jeu, mes parents ont tenté de m’intéresser au sport en m’inscrivant à plusieurs clubs sportifs mais je n’y restais pas plus de quelques mois. Vers 15 ans, je me suis intéressé au basket-ball et j’en faisais 2-3 fois par semaine en bavant sur les monstres américains … Voici l’apogée de mon adolescence, les études et l’informatique ont eu raison de moi. Je me suis décidé à reprendre le basket à l’université vers 22 ans et à la grâce d’une visite médicale pour un certificat d’aptitude, le médecin m’a annoncé, avec un peu de doute, qu’en plus d’un léger surpoids, j’avais peut être un “souffle au cœur” (aujourd’hui, plus rien à signaler) … Mince ! A partir de ce moment, je me suis dit : “prends toi en main” et “ne va plus voir de médecins, ils n’ont que des mauvaises nouvelles” 😉

Matthieu Montès (en bleu), vainqueur du Rob Orlando Challenge, à CrossFit Brussels, avril 2012

Dès lors, la grande majorité de mon évolution s’est faite seul, sans contrainte extérieure, et motivée par mes choix. J’ai essayé un peu de musculation à l’université, puis la lecture d’ouvrages sur les méthodes d’entraînement de Bruce Lee, puis à poids de corps, la musculation classique, les boxeurs m’ont de plus en plus ouvert les yeux. Avec ce nouvel “élan”, je me suis inscrit dans un club d’athlétisme, j’ai encore élargi ma vision de l’entraînement, la CAP, la PPG et au fil de mes divagations sur Internet, je suis tombé sur le Crossfit, que j’ai intégré par intermittence, dans mes “grosses” semaines d’entraînement, sur la piste d’athlétisme, puis dans une salle de fitness (étrange regards des autres pratiquants). Puis la salle de CrossFit Brussels s’est ouverte, j’étais comme un enfant avec la promesse d’un beau jouet à Noël !

J’ai dû attendre son ouverture, puis un changement d’emploi pour me retrouver “à portée” de la salle, depuis décembre 2011, je m’y rends au moins 2 fois par semaine, et quel que soit le WOD, je m’y sens bien.

2. Qu’as-tu pensé des qualifications et des demi-finales pour le Reebok CrossFit Fitness Championship ?

Je n’ai pu assister à aucune session de qualification, j’avais donc abandonné l’idée de participer à cet évènement mais lors de la dernière semaine, les juges officiels Reebok nous ont donné l’opportunité de soumettre un score (merci à Richard Vanmeerbeek), j’ai essayé le WOD le vendredi 20 avril et envoyé mon score dans la foulée, validé par le juge. Un peu de précipitation dans ma qualification …

Mais les demi-finales : quel plaisir que de se retrouver dans ce stade entouré de 59 autres pratiquants qui sont venus pour la même chose et avec le même état d’esprit ! J’ai pu apprécier de belles prestations masculines et féminines avec le Parc des Princes en toile de fond. Sueur et disques qui tapent au sol, voilà un univers qui me plaît. Et ces gradins remplis ! Le changement avec l’isolement des séances d’entraînement est bluffant. Mais là encore, durant les 2 WODs, malgré la difficulté et la fatigue, je me sentais bien, à ma place. J’avoue que pour une première organisation, les choses ont été parfaites malgré quelques petits détails mais qui sont bien vite effacés par le plaisir de cette journée.

Journée que je n’ai pas vécu en intégralité, je sais que c’est mal et pas dans l’esprit “Crossfit”, mais peu de temps après la fin de ma “série”, je me suis enfui pour faire le tour des pâtissiers parisiens de renom (je suis Paléo à 90% et après tout ça, j’avais bien le droit à un petit plaisir).

3. Comment prépares-tu la finale du 16 juin à Paris ?

J’ai, depuis plusieurs semaines, établi mon plan d’entraînement hebdomadaire, je ne l’ai pas changé pour cette échéance, j’y ai intégré les Skills à connaître pour la finale. Je m’entraîne selon le schéma 3-1-2-1, en intégrant des mouvements d’haltérophilie 3 fois par semaine. Et j’ai la chance de pouvoir m’entraîner avec 3 autres finalistes : Damiano Conici, Arben Leci et Sebastien Ferket, et quand je vois leurs séances d’entraînement et leur évolution, je rêve de les voir sur un podium 100% belge !

Coach Burgener n’est pas qu’une légende. Il existe vraiment. Tel qu’on le connaît dans les célèbres vidéos où il enseigne le Snatch et le Clean & Jerk à Pat Barber : avec ses « Yeah Burpees », ses « Yes, Coach ! », et son « Hook Grip ».

« With the hook grip, right ? », demande Pat Barber.
– « Don’t ever ask me that question ! », répond Coach Burgener.

Il est comme ça aussi dans la réalité. Aussi affirmatif, aussi incisif et aussi préoccupé par les progrès que chaque athlète pourrait faire.

Essayez de discuter avec lui. Si, derrière vous, un co-équipier se positionne trop loin de la barre ou prend une prise trop serrée, il risque fort d’interrompre la conversation pour aller le corriger.

Derrière les méthodes « militaires » de Coach Burgener, on ressent avant tout un amour du coaching, une volonté de faire progresser chaque athlète, d’où qu’il vienne. L’important, c’est de progresser. Toujours. Travailler et retravailler ses mouvements. Les améliorer. Encore et encore.

Impossible évidemment de résumer en quelques lignes le contenu de deux jours de formation très riches de contenu avec Coach Burgener et son équipe du « Olympic Lifting Trainer Course ». Je vous conseille vivement d’y assister.

Mais si vous voulez retenir quelques outils intéressants à mettre en œuvre dans votre box, je citerais :

1. le « junk yard dog » pour commencer le warm-up

2. le « Burgener Warm-up »

  • Down & up
  • Elbows high and outside
  • Muscle snatch
  • Snatch drops (2’’, 4’’, 6’’)
  • Snatch lands

3. le « Skills Transfer Exercises »

  • Snatch Push Press
  • Overhead squats
  • Pressing snatch balance
  • Heaving snatch balance
  • Snatch balance

Une idée fondamentale à retenir ? La vitesse ! C’est la capacité à créer de la vitesse qui va déterminer la réussite d’une Snatch. SPEED THROUGH THE MIDDLE : « It’s not about strength. It’s really about speed ».

Quelques liens :

Marre du thon ? Marre du beurre de cacahuètes ? Vous avez l’impression que vos “post-workout meals” sont toujours les mêmes ? – Vous n’êtes pas contraints de manger toujours la même chose. Le propre du régime “paléo” est sa richesse et sa variété. Alors, introduisez quelques nouveaux aliments et optimisez votre apport nutritif !

MARRE DU THON ? Essayez les FILETS DE MAQUEREAU. Pour 100 gr, les filets de maquereau contiennent seulement quelques grammes en moins de protéines, pour autant de (très) bonnes graisses, dont 75% d’acides gras poly-insaturés ! Comme le saumon, le maquereau fait partie des poissons gras, riches en omega-3 ! Et comme les maquereaux sont des petits poissons (avec une espérance de vie assez courte), ils stockent beaucoup moins de saletés qu’on a déversées dans les mers, dont des métaux lourds, en comparaison avec les gros poissons comme le thon et le saumon.

Pour les tough guys, essayez les filets de maquereau espagnol au piment (de la marque Carrefour) 😉

MARRE DU BEURRE DE CACAHUETES ? Essayez la PUREE D’AMANDES. Contrairement à ce qu’on croit parfois, les cacahuètes ne font pas partie de la même famille que les noix, les amandes,
etc. Ce sont des “légumineuses”, comme les lentilles, les pois chiches, ou les haricots rouges. Ils contiennent par conséquent des “lectines” qui peuvent être irritantes et inflammatoires (douleurs chroniques aux articulations, etc.).
La purée d’amandes, par contre, est riche en lipides et en protéines, sans présence de lectines. Elle apporte en plus des vitamines B1, B2, E, du calcium, magnésium, potassium, phosphore, sélénium et zinc.

Optez pour la marque “Jean Hervé”, avec le label “Nature et Progrès”, qui vous assurera une bonne qualité d’amandes.

MARRE DU LAIT DE VACHE ? Essayez le LAIT DE CHEVRE. Davantage de gras, moins de caséine, moins de lactose, le lait de chèvre pose moins de problèmes de digestion, et se rapproche davantage du lait humain que le lait de vache. La caséine partage des ressemblances structurales avec le gluten (protéine des grains) : si vous avez arrêté le gluten (présent dans le pain, les pâtes, les céréales), diminuez aussi la caséine.

Cette protéine est bonne pour… les veaux, qui ont dans leur 4ème intestin la présure nécessaire pour “cailler” la caséine. Votre seul et unique estomac n’est donc pas fait pour digérer la caséine… Le lait de chèvre n’est pas plus “paléo” que le lait de vache, mais il peut être plus facile à assimiler…

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Advertisements