Télécharger au format “.pdf”

1. L’approche par compétences (APC)

En mettant l’accent sur 10 compétences (l’endurance respiratoire et cardio-vasculaire, la résistance, la force, la puissance, la souplesse, la vitesse, l’agilité, l’équilibre, la coordination et la précision), le CrossFit est à la fois complet et adapté à l’approche par compétences. Le professeur d’éducation physique peut mesurer la progression de l’élève dans chacune de ces compétences, ce qui est davantage compliqué dans les sports traditionnels.

2. Des chances égales de réussite

Travailler 10 compétences à part égale, c’est laisser à chaque élève une chance égale de réussite, en mettant en avant ses capacités spécifiques dans telle ou telle compétence. A côté de cela, reconnu pour ses points forts, l’élève peut alors travailler ses points faibles avec plus de confiance en lui. Face à des groupes scolaires hétérogènes, le CrossFit constitue une excellente opportunité de faire cohabiter tous les élèves en proposant à chacun des apprentissages adaptés à ses capacités.

3. Une éducation à la santé

L’intérêt principal du CrossFit est de développer la condition physique dans une optique d’éducation à la santé. L’accent est constamment mis sur la physiologie, l’anatomie, la posture. Nous travaillons avec des activités diversifiées mettant en œuvre toutes les dimensions de la motricité. S’entraîner selon la méthode CrossFit c’est se prémunir de nombreuses blessures (maux de dos, douleurs aux articulations, etc.) et investir durablement dans sa santé.

4. Un transfert des compétences

Comme ce sont des mouvements fonctionnels, c’est-à-dire que l’on retrouve dans la vie de tous les jours (se lever, porter, pousser, tirer, monter, sauter, lancer, etc.), le CrossFit permet un transfert des compétences dans la vie quotidienne ou dans n’importe quel sport que l’élève pratiquerait en dehors de l’école.

5. Le développement de la confiance en soi

Plus que n’importe quelle autre méthode, les recherches montrent que la pratique du CrossFit agit sur la confiance en soi et le développement de l’autonomie. Les différentes compétences apprennent à l’élève à utiliser son corps et l’amènent à prendre conscience de ses capacités physiques. Une enquête a montré une amélioration significative du « bien-être émotionnel » chez les pratiquants de cette méthode.

6. En groupe mais chacun selon ses capacités

Le CrossFit présente une alternative intéressante aux sports traditionnels. Beaucoup de professeurs d’Education physique se trouvent face au choix du sport collectif (mais tous les élèves n’ont pas le même niveau, certains jouent en clubs, etc.) ou de la salle de fitness (où chaque élève travaille individuellement). Le CrossFit est l’alternative idéale : il se pratique en groupe, mais chacun progresse selon ses capacités. Tous les exercices sont adaptables. L’esprit d’entraide y est fort présent, puisque les élèves sont amenés à s’encourager les uns les autres. La compétition est d’abord avec soi-même.

7. Une méthode peu coûteuse

Cette méthode ne nécessite que peu de matériel. Nul besoin pour l’école d’investir dans des locaux ou du matériel neuf, ni de payer l’utilisation de salles ou terrains dans un centre sportif ou une salle fitness. Le CrossFit peut se pratiquer avec un matériel de base simple, en intérieur ou en extérieur, sans infrastructures spécifiques.

8. Un méthode adaptée aux horaires scolaires

Le CrossFit permet de réaliser une séance très complète en moins d’une heure. Typiquement, la séance commence par un apprentissage des mouvements et des exercices. Ensuite, les pratiquants s’échauffent et s’étirent. Vient ensuite l’entraînement à haute intensité qui, selon les cas, peut durer entre 10 et 25 minutes. La séance se termine par quelques étirements. En moins d’une heure, tout le corps et les 10 compétences sont travaillées.

9. Une méthode attractive

Malgré son originalité, le CrossFit se base sur des mouvements et des exercices connus, repris à la gymnastique, à l’haltérophilie, à l’athlétisme, de manière ludique et motivante. Les jeunes apprécient et sont moins réticents que pour certains nouveaux sports proposés dans les cours d’Eduction physique (Korfball, Torball, Tchoukball).

10. Des ressources théoriques et pratiques

Pour les professeurs d’Education physique, c’est une méthode qui s’est développée dans les Universités américaines. Elle fut donc l’objet d’une littérature abondante représentant autant de ressources pour les professeurs. Chaque compétence, chaque exercice, chaque mouvement est détaillé. Les critères permettant de juger la progression des élèves dans chacune des compétences sont précis et directement utilisables.

Télécharger au format “.pdf”

Advertisements