Heart

Il y a un an, j’écrivais “I Love CrossFit“. C’était à l’issue de la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, à Paris. L’événement était une réussite. De vrais athlètes émergeaient en France et en Belgique… Un an après, le French Throwdown est tout autant une réussite et s’inscrit comme un événement européen, pour un CrossFit qui se professionnalise de jour en jour. And I Still Love CrossFit !!

Cet article ne fera pas le compte-rendu des différentes épreuves. Je vous invite à aller consulter les articles très complets de Play-Fitness sur les deux jours de compétition (Jour 1 et Jour 2). Vous y trouverez tous les scores et classements, épreuve par épreuve.

J’aurais voulu davantage témoigner du professionnalisme que j’ai perçu tout au long de la phase finale de cette compétition. Bien sûr, je suis “juge et partie” – c’est le cas de le dire – puisque j’étais “head judge“. Mais les organisateurs ont insufflé une exigence de qualité et de professionnalisme pour que cet événement soit une réussite totale. Des critiques avaient émergé lors des qualifications concernant le judging des vidéos qualificatives. Je crois que tout le monde en était conscient et respectait le choix de celles et ceux qui avaient décidé de se retirer de la compétition. La finale à l’INSEP devait être une réussite et nous y sommes arrivés.

Très peu de contestations lors de la compétition. Et les retours que vous avons eus des athlètes étaient très bons. Certains affirmant même que c’était la meilleure compétition à laquelle ils avaient participé ! En fait, le CrossFit se professionnalise en Groupetant que “Sport” (ce qui est encore différent de sa forme méthode d’entraînement). L’organisation est davantage professionnelle, et se base sur les expériences des compétitions précédentes, ici et à l’étranger (Lowlands Throwdown, London Throwdown, Brussels Throwdown, et même les Open ou les Games). Les athlètes sont pratiquement des professionnels aussi, au moins dans leur attitude et leur préparation. Dans les 20 derniers athlètes en compétition, la grande majorité avait déjà participé à des compétitions (dont celles précitées) et connaissaient donc les règles et standards propres aux compétitions CrossFit. Ca en était assez facile de juger finalement.

L’évolution des athlètes présents, si l’on compare à l’année passée, témoigne de l’évolution générale. L’événement a pris de l’ampleur en attirant des athlètes des quatre coins de l’Europe, puisque des athlètes avaient fait le chemin depuis la Pologne, la Grèce ou l’Angleterre, et même plus loin, depuis l’Australie ou les Etats-Unis ! Mais on retrouvait malgré tout les athlètes français et belges qui étaient dans le top 10 en 2012. Yohann Gigord, qui est 2ème cette année, était 1er ex-aequo l’année passée; Sébastien Ferket, 3ème cette année, était 5ème l’année passée. On pourrait également parler de la French Invictus Team dont les athlètes (masculins et féminins) sont toujours parmi les meilleurs ! Autrement dit, les compétitions CrossFit prennent de l’ampleur, et les athlètes français et belges progressent et peuvent de plus en plus faire jeu égal avec les autres athlètes européens. Et c’est précisément grâce à ce genre d’événement !

Enfin, ce qui me semble très positif, c’est que nous avons gagné en professionnalisme, alors que l’événement était entièrement organisé PAR des CrossFitteurs, POUR des CrossFitteurs. Pour différentes raisons, l’apport de Reebok était effectivement bien moins important que l’année passée, voire quasi nul. Toute l’organisation (et les risques !) revenait donc à Reebok CrossFit Louvre – et il faut vraiment souligner le rôle de Daniel Chaffey, owner de Reebok CrossFit Louvre, qui a mené cet événement à sa réussite ! C’est extrêmement encourageant, parce que ça signifie que les CrossFitteurs – la communauté – peuvent produire ce genre d’événements sans le financement et la logistique de marques. Si ces marques veulent s’investir, tant mieux évidemment, mais le French Throwdown 2013 a certainement montré qu’une salle CrossFit peut organiser une compétition CrossFit internartionale. Et ça, c’est de l’empowerment !!

CLASSEMENTS

Femmes Elite

  1. Marianna Tzourtzek ((Reebok CrossFit Thess Niki)
  2. Isabelle Derond (Reebok CrossFit Louvre)
  3. Llara Romanowski (CrossFit Workshop)

PodiumHommesHommes Elite

  1. Nick Rouse (Reebok CrossFit Thames)
  2. Yohann Gigord (kultureFit Toulouse)
  3. Sébastien Ferket (CrossFit 1815)

Masters Femmes

  1. Francesca Palerma (CrossFit Worcestershire)
  2. Ana Jimenez (CrossFit Canarias)
  3. Renata Molliet (CrossFit Riviera)

Masters Hommes

  1. Scott Jenkins (CrossFit CM2)
  2. Bernard Luzi (Reebok CrossFit Ravenna)
  3. Gerd Covers (CrossFit Mainz)