You are currently browsing the monthly archive for January 2013.

482909_10100806986908753_1759723475_n

Photo : Centeno Diego, via Facebook

Et voilà ! Fin de la deuxième journée de compétition, au London Throwdown. Aucun des CrossFitters franco-belges que nous suivions ne se sont qualifiés pour l’event final, bien qu’ils se soient très bien défendus… Yohann Gigord termine même à une place de cette finale !

La journée a donc commencé avec le WOD #5 :

For Time: (min:sec) – To be done at 55/35kg for masters and 70/45kg for individuals.

  • 3 OH Squat, 3 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 6 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 9 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 12 Lateral Crawls,
  • 3 OH Squats, 15 Lateral Crawls,

then…

  • 4 Alternating Split Jerk, 4 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 8 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 12 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 16 Squat bar jumps,
  • 4 Alternating Split Jerk, 20 Squat bar jumps

13-MINUTE TIME CAP

Yohann Gigord (CrossFit Toulouse) termine en 8:39, ce qui lui assure la 13ème place, suivi de Matthieu Montès, de Reebok CrossFit Brussels (34ème en 9:45). Yvan Gegout et Christophe Besnard, tous deux de la French Invictus Team, terminent respectivement en 10:05 (42ème) et 10:25 (49ème). Olivier Wouters (CrossFit Namur) termine en 10:40 (56ème), Dorian Petitot (CrossFit Montpellier) en 10:47 (59ème), Frédéric Zitter (CrossFit Montpellier) en 11:23 (69ème) et Reunan Delannoy (Accrosport) en 11:24 (70ème). Marvin Nauche (CrossFit Montpellier) est 76ème, avec un temps de 11:47. Et Cédric Courage est 82ème, en 12:09.

Chez les femmes, Isabelle Derond (French Invictus Team) termine en 11:47, et se classe 33ème. Elise Labrunie (CrossFit Toulouse) est 42ème, avec un temps de 12:31, et Virginie Henry (French Invictus Team) termine 48ème en 12:56.

Seuls les 48 meilleurs hommes et les 36 meilleures femmes accédaient au WOD #6 : 

LondonThrowdownFor Time: (min:sec)

  • 90 Wall Balls 9/7kg to 10ft,
  • 70 KB Snatches (35 each arm) @ 24/16kg,
  • 50 Over the box jumps @ 24/20”,
  • 30 Toes to Bar,
  • 10 Muscle Ups/ 10 Ring Dips (Female Masters)

20-MINUTE TIME CAP

Parmi les 48 meilleurs hommes et 36 meilleures femmes, 5 Franco-belges se sont qualifiés :

  • Yohann Gigord, qui fait un très bon temps de 13:35, lui assurant la 17ème place
  • Matthieu Montès termine 23ème en 14:11
  • Florent Paillasson est, quant à lui, 38ème, en 16:36

Et chez les femmes :

Elise Labrunie se place en 10ème position. Carmen Bosmans est, elle, 19ème. Toutes deux sont au-délà du Time Cap, avec respectivement des temps de 21:00 et 23:00… Sept femmes seulement terminent en-dessous des 20 minutes !!

Après le WOD #6, le classement général masculin est comme ceci :

  • 13ème Yohann Gigord
  • 22ème Matthieu Montès
  • 37ème Patrick Mochen
  • 46ème Florent Paillasson
  • 56ème Yvan Gegout
  • 67ème Olivier Wouters
  • 68ème Christophe Besnard
  • 77ème Dorian Petitot
  • 87ème Frédéric Zitter
  • 95ème Clément Giraud
  • 96ème Hocine Khiar
  • 97ème Reunan Delannoy
  • 105ème Marvin Nauche
  • 130ème Cédric Courage

Chez les femmes :

  • 19ème Elise Labrunie
  • 24ème Carmen Bosmans
  • 50ème Virginie Henry

Vous l’aurez compris, comme seuls les 12 premiers sont qualifiés pour les derniers WODS, il n’y a aucun de nos compatriotes…

Le WOD #7 est un “for Time” de 3 Rounds :

  • Ski erg 300m,
  • 10 alternating pistols,
  • 5 power cleans @ 100/60kg

10 Minute Time Cap…

Les 9 premiers vont au WOD #8 : 12-9-6 reps for time of :

  • Deadlift @ 140/90kg
  • Deficit Handstand push ups

10 Minute Time Cap…

Exit les 3 derniers et 6 athlètes vont au WOD #93 Rounds for time of :

  • 14 thrusters @60/40kg,
  • 7 Bar Musle Ups,
  • Sled Pull @100/70kg

10 Minute Time Cap…

Et c’est Nick Rouse, de CrossFit Thames qui remporte le London Throwdown, devant Andy Ewards et Steve Fawcett ! Chez les femmes, c’est (presque sans surprise) Samantha Briggs qui remporte l’épreuve, devant Andrea Ager et Martine Barbaro.

312398_10100806987068433_1013265509_n

Photo Centeno Diego, via Facebook

ALORS QUE RETENIR DE CET EVENT ? Comme je n’y étais pas, mon analyse va se baser uniquement sur les classements. J’aurais aimé pouvoir assister aux wods, pour me rendre compte réellement des niveaux, et pourvoir comparer avec les épreuves belges, françaises et hollandaises auxquelles j’ai assisté, mais ce sera pour la prochaine fois…

Tout d’abord, il se confirme que Yohann Gigord et Matthieu Montès sont effectivement les deux meilleurs athlètes au niveau franco-belge, comme l’avait montré le Reebok CrossFit Fitness Championship, juste devant les membres de la French Invictus Team. On peut par ailleurs rajouter Florent Paillasson, de CrossFit Lyon, dans ce groupe de tête. Ce sera intéressant de les voir dans une compétition, avec en plus Adrien Bottari et Richard Vanmeerbeek. J’imagine que ce sera le cas avec les Open 2013, qui commence dans quelques semaines…

Pour les geeks, quelques chiffres : le classement moyen des franco-belges (hommes et femmes) est 60ème. Je ne sais pas exactement comme interpréter cette moyenne en terme de classement, mais individuellement, Yohann Gigord s’est classé “en moyenne” à la 34ème place, et Matthieu Montès à la 36ème place. Très peu d’écart entre les deux en moyenne sur l’ensemble des épreuves.

La grosse différence entre les deux athlètes, c’est qu’il y a, chez Matthieu Montès, beaucoup moins d’écart entre son meilleur et son moins bon classement : seulement 50 places. Alors que cet écart de classement est de 123 pour Yohann Gigord. Pour être plus rigoureux statistiquement, on voit que la déviation standard (c-à-d la mesure de la dispersion par rapport à la moyenne) est de 42,3 pour Yohann Gigord, et seulement de 17,05 pour Matthieu Montès ! Le Bruxellois est donc un peu plus régulier sur les épreuves. Ce que confirma toute personne qui l’a vu s’entraîner 😉

Advertisements
LondonThrowdownPetit bilan rapide des athlètes franco-belges au London Throwdown, à l’issue de la première journée de compétition.

Pour le WOD #1 (1km de rameur), c’est le belge Olivier Wouters (CrossFit Namur) qui se classe le mieux (à la 8ème place !), en ramant en 3:02. Florent Paillasson (CrossFit Lyon) et Yohann Gigord (CrossFit Toulouse) se classent eux 13ème, ex-aequo.

WOD #2 :

AMRAP in 10 minutes of:

  • 12 Down-Ups
  • 18 Kettlebell Swings 24/16kg (for all categories)
  • 24 Unbroken Double Unders

Pour ce deuxième WOD, c’est Matthieu Montès (Reebok CrossFit Brussels) qui se place en tête des “Franco-belges”, à la 14ème place, avec 330 reps ! Il est suivi par Clément Giraud, des CrossFit Original Addicts (22ème, 326 reps) et Yohann Gigord (31ème, 311 reps). C’est clairement un WOD où le manque d’assurance aux double-unders doit coûter cher. Mais Matthieu et Clément maîtrisent parfaitement cet exercice !

Le 3ème WOD est composé d’un ensemble de challenges différents :

  • 3A : Max pullups in 90 seconds.
  • 3B : Max handstand hold in 90 seconds.
  • 3C : 3 snatches. Score is total of all 3 lifts.
  • 3D : 3 cleans. Score is total of all 3 lifts.

Pour le 3B, Hocine Khiar, de CrossFit Bordeaux, et ancien breaker, peut dévoiler toutes ses capacités de danseur en handstand. Il termine premier et étant le seul à tenir 1:30 !

Mais pour le 3C, ce sont les haltérophiles qui se mettent en avant : Yohann Gigord se classe premier des snatch, avec un total de 295 kg sur ses 3 snatch ! Patrick Mochen, de la French Invictus Team, est 16ème (257,5 kg), devant ses co-équipiers Christophe Besnard, 18ème (255 kg), et Yvan Gegout, 23ème (252,5 kg). Matthieu Montès est 42ème avec 237 kg.

Yohann Gigord maintient un bon classement sur le WOD 3D, avec 390 kg, lui permettant d’assurer la 3ème place.

La première journée se terminait avec le WOD 4 : Shuttle sprint. Et c’est Hocine Khiar, qui, avec sa 9ème place, devance les autres franco-belges…

A la fin de la journée, au classement général, on a :

  • 16ème Yohann Gigord
  • 17ème Patrick Moche
  • 21ème Matthieu Montès
  • 41ème Florent Paillasson
  • 60ème Yvan Gegout
  • 69ème Olivier Wouters
  • 49ème Dorian Petitot
  • 91ème Clément Giraud
  • 92ème Frédéric Zitter
  • 93ème Hocine Khiar
  • 114ème Marvin Nauche
  • 134ème Cédric Courage

A l’heure où j’écris, les hostilités du dimanche ont déjà bien repris.

Je n’avais pas eu le temps d’enregistrer le classement féminin à la fin de la première journée ! Mais, actuellement, avec le score du premier wod de la deuxième journée, c’est Elise Labrunie, de CrossFit Toulouse, qui est la première des “franco-belges” en 19ème place, devant Carmen Bosmans (CrossFit Anvers), 23ème et les deux représentantes de la French Invictus Team : Isabelle Derond (43ème) et Virginie Henry (50ème). Parmi les plus connues au niveau européen, Samantha Briggs est première, Andrea Ager est 12ème et Brenda Koolhaas, que plusieurs ont croisé au Lowlands Throwdown ou à la level 1 à Reebok CrossFit Brussels, est 13ème !

557279_359061294168944_1982255473_n

Marshall White, de Lift Big Eat Big

Voilà une question qu’on me pose très souvent : est-il possible de prendre de la masse musculaire lorsqu’on fait du CrossFit, et surtout en mangeant “paléo” ???

Pour y répondre : pourquoi ne pas voir ce qu’en dit une référence en terme de prise de masse : le site Lift Big, Eat Big, bien connu des Powerlifters !

Dans l’article intitulé “How To Get Big While Doing Crossfit“, l’auteur y répond d’une manière assez intéressante :

1. En mangeant “paléo”, les femmes se mettent généralement à manger davantage de protéines et de bonnes graisses que ce qu’elles faisaient avant. Donc, elles prennent un peu de masse musculaire. Les hommes, quant à eux, lorsqu’ils commencent à manger “paléo”, se mettent à manger moins “calorique” qu’avant, ils ont donc tendance à perdre de la masse grasse… sans toujours prendre de la masse maigre.

Manger des protéines ne suffit pas. Juste manger des oeufs et du bacon au petit déjeuner ne représente pas un apport en calories suffisant pour prendre de la masse musculaire (même avec 5 oeufs et 6 tranches de bacon). Il faudrait au moins rajouter un avocat entier (pour les lipides) et des glucides ! Si on est trop en “low-carb”, c’est-à-dire un apport trop bas en LiftBigEatBigheaderglucides, les protéines sont utilisées pour l’énergie et non pour la construction musculaire. En fait, manger “paléo” ne signifie pas de ne pas manger de glucides. Dans le modèle “Zone”, les glucides représentent toujours 40% de l’apport en calories. On parle de “low-carb”, parce que ce type d’alimentation est moins riche en glucides que l’alimentation industrielle moderne, dans laquelle les “carbs” (= les glucides) représentent souvent 70 à 80 % de l’apport calorique… d’où les problèmes d’obésité, de diabète, etc…

Mais d’où vont provenir ces glucides ? On apprend que la majorité de l’équipe de Lift Big Eat Big est gluten-free ! Ce qui signifie qu’ils ne consomment pas de céréales… ni pâtes, ni pain ! Des aliments hautement inflammatoires. Les glucides, ils vont les chercher dans le riz. Conseillé : 1/2 cup de riz (125 gr) 3 à 4 fois par semaine. Ce qui n’est pas immense. Et c’est le riz blanc qui est privilégié, puisque moins inflammatoire que le riz complet. A défaut de riz, ils préconisent des patates douces…

Et qu’en est-il des shakes ? L’équipe de Lift Big Eat Big conseille de ne pas remplacer les vrais aliments par des shakes ! Et lorsque l’auteur de l’article prend un shake, c’est de la Grass-fed Whey (Whey protein issue de lait de vache élevée en pâturage), mixé avec du riz soufflé, à index glycémique élevé, pour susciter la croissance musculaire, par exemple juste après l’entraînement.

2. Au niveau du programme d’entraînement : Lift Big Eat Big rappelle l’importance du… repos ! Ne pas s’entraîner tous les jours RestDaysi on veut prendre de la masse musculaire. Et c’est une chose à laquelle nous sommes confrontés souvent dans les salles CrossFit : des athlètes tellement motivés qu’ils veulent venir tous les jours. Mauvaise idée. La programmation CrossFit officielle prévoit des jours de repos sur la semaine. Si quelqu’un est payé à CrossFit.com pour publier un post disant “Rest Day” tous les deux ou trois jours, c’est qu’il y a une raison ! C’est durant ces jours de repos que le corps se reconstruit…

3. Il est important de faire des entraînements, moins longs, mais plus lourds. Des longues séries de répétitions, au poids de corps, ne vous donneront pas davantage de masse musculaire. Peut-être au début, pour quelqu’un qui débute en CrossFit, mais pas au-delà d’un certain temps. Cette composante “Force” est bien présente dans le CrossFit. Ne croyez pas qu’un WOD de 10 minutes, avec des séries courtes de 3 ou 6 répétitions est trop facile. Si vous chargez bien, ça vous permettra de prendre de la masse musculaire, ce qui est également fondamental en CrossFit. Les mouvements “Strongman” sont également là pour ça !

Et ne vous inquiétez pas pour vos capacités cardio-vasculaires : lorsqu’on s’entraîne en force, on perd très peu au niveau cardio (alors que l’inverse n’est pas vrai : si vous ne faites que du cardio, vous allez perdre en masse musculaire).

Pour lire l’article en entier et en anglais, c’est ici !

Photo 6-01-13 17 11 09

Si vous suivez de près l’évolution de CrossFit 1815, vous avez déjà probablement vu les premières photos de la salle en construction, avec ses plateformes olympiques, ses anneaux, etc. Mais ce que vous ne savez peut-être pas encore, c’est qu’à CrossFit 1815, on bénéficie également d’un parcours “Vita” ou “Santé” (comme on dit en
Belgique), à 200 m de la salle ! Voilà qui devrait également intéresser tous les Hébertistes et les adeptes de Mov-Nat

Evidemment, tout ça correspond tout à fait à l’optique défendue sur SportisEverywhere.com depuis le début. Je vous avoue qu’en tant que Head Coach à CrossFit 1815, je suis plus que 
satisfait de cet espace naturel à proximité de la salle !!! Soyez sûr qu’on en profitera à fond dans les WODs et Crossfit 1815_LOGOque si vous voulez un entraînement personnalisé en pleine nature (en Personal Training) : CrossFit 1815 est la bonne adresse !

Alors, petite visite des lieux : 

A 200 m de la salle, le parcours se situe autour d’un lac de plus ou moins 800 m de circonférence… Et il est balisé tous les 25 m, ce qui est juste PARFAIT pour faire de l’Interval Training ! Le sol est naturel et parfaitement adapté à une course en chaussures minimalistes, type Vibram Five Fingers

Photo 6-01-13 16 22 26

Et tout le long des 800 m de sentiers autour du lac : des modules en bois permettant de travailler tout un ensemble de compétences : équilibre, force, coordination, avec des mouvements de traction, de saut, de quadrupédie, etc. Et plusieurs hauts talus sur les côtés permettent de faire des sprints en montée… ce qui est juste nickel pour l’explosivité et la résistance au niveau des cuisses !

Photo 6-01-13 16 24 03

A ma connaissance, CrossFit 1815 doit être l’une des seules salles CrossFit bénéficiant d’un tel environnement naturel. Les entraînements n’en seront que plus “fonctionnels”, “naturels” et “variés” ! 


Photo 6-01-13 16 37 17

CrossFit 1815 : av. des Pâquerettes, 55. 1410 Waterloo. Belgique.

CrossFit 1815 (Waterloo) : Le groupe Facebook

Plus de photos dans cette galerie, sur Facebook… 

 

IMG_2769

Voilà que les choses commencent à bien bouger en Belgique, au niveau formations CrossFit ! Après la première Level 1, en novembre 2012 à Reebok CrossFit Brussels, en voici une deuxième en avril… Mais surtout 3 nouvelles “SPECIALITY CERTS” : Mobility, Gymnastics et Olympic Lifting !! 

English : One Level 1 Trainer Course and three Speciality Certs at Reebok CrossFit Brussels in 2013 !! 

Dates : 

Ce sont 3 formations de grande qualités, avec ces formateurs qui sont de véritables références en la matière. La formation Mobilty sera assurée par Jami Tikkanen, la formation Gymnastics par Jeff Tucker (ou un de ses disciples) et la formation ReebokCF_Brussels_logo_black_redOlympic Lifting sera assurée par Sage Mertz (Burgener), la fille de Mike Burgener (pour l’avoir rencontrée lors de cette formation, avec son père, je peux confirmer qu’elle a un maîtrise impressionnante des mouvements olympiques – et qu’elle est très très pédagogue !).

Ces formations sont, pour les coachs, l’occasion de se perfectionner dans une des nombreuses dimensions du CrosssFit. Mais elles sont également ouvertes à tout athlète qui voudrait se perfectionner, surtout s’il a des objectifs en terme de compétition.

Mais c’est aussi l’occasion de se rencontrer entre coachs et de cultiver cet esprit de communauté qui soude le monde du CrossFit. Alors, à bientôt à Reebok CrossFit Brussels pour une de ces prochaines formations ? 😉

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Advertisements