You are currently browsing the monthly archive for July 2012.

Le revers de la médaille. Le CrossFit est en train de gagner en popularité, de manière impressionnante. Les CrossFit Games ont atteint des sommets, autant en terme d’audience (sur ESPN, en streaming sur le net), qu’en terme d’exploit sportif. Des salles ouvrent tous les jours aux quatre coins du monde. Et de plus en plus de marques proposent des produits destinés à cette pratique.

Where there are people, money may be made” dit-on souvent. Là où il y a du monde, on peut se faire de l’argent. Et dans le CrossFit, il y a de plus en plus de monde. D’une bande de tarés qui soulevaient des poids, couraient et faisaient des burpees, nous sommes maintenant devenus une cible pour tous les vautours que la dimension physique importe peu.

Après CrossGym qui essaie que le terme “CrossFit” ne soit plus protégé, ouvrant la porte à ce que n’importe quelle salle de Gym commerciale propose un cours “CrossFit” sans la moindre formation, c’est maintenant au tour d’une firme d’investissement, Anthos, de vouloir profiter du CrossFit.

Lauren Jenai

Petit résumé de la situation. Greg Glassman crée le CrossFit dans les années 90, avec sa femme, Lauren Jenai Glassman. Il y a deux ans et demi, ils se séparent et Lauren Jenai garde 50% des parts de l’entreprise. Aujourd’hui, Lauren Jenai envisage de vendre toutes ses parts à une société d’investissement, Anthos, pour 20 millions de dollars.

Quels sont les enjeux ? L’enjeu principal est la préservation de la liberté accordée à chaque salle CrossFit, dans le système d'”affiliés” actuel. Effectivement, ce qu’a toujours voulu Greg Glassman, c’est que chaque salle se gère seule. Elles paient l’affiliation, leur permettant d’utiliser le nom “CrossFit”, et pour le reste : liberté totale ! Chaque salle peut développer une “personnalité” qui lui est propre : adopter un style plus hardcore/tough guys, ou plus familial, plus commercial ou davantage “garage gym”, plus orienté “Elite/Compétition” ou plus ouvert à tout le monde. Chaque salle crée ses logos, ses t-shirts et toute sa décoration selon son style. Chaque salle est unique, même si la méthodologie est la même. Nous ne sommes donc pas du tout dans un système de “franchisés”. Ca veut aussi dire que chaque salle décide si elle veut s’associer à telle ou telle marque : elle achète son matos chez Rogue, Again Faster ou Eleiko, elle vend des produits Pure Pharma, ou Progenex, ou n’importe quel autre produit, SI ELLE LE VEUT. Dans certaines salles, les coachs portent des Reebok, dans d’autres des Inov-8, dans d’autres des Vibram Five Fingers, etc. Certaines ont décidé de s’associer avec Reebok, d’autres non. Chaque salle est LIBRE.

Imaginez la perte financière ! Si CrossFit pouvait s’associer avec une seule marque et obliger ses 4000 salles d’acheter le matériel de cette marque, ça lui permettrait de signer des contrats extrêmement juteux !!! Mais Glassman a toujours refusé cela.

C’est par contre un des objectifs d’Anthos. C’est en tout cas ce que révèlait Russell Greene, membre du Staff CrossFit, il y a deux jours, sur le forum de CrossFit.com : “Anthos’s first step will be to force all CrossFit affiliates to morph from professional training facilities into supplement and equipment peddlers. In that case, affiliates will lose the right to choose between an array of competing brands such as Rogue, Again Faster, SFH, and Pure Pharma. Affiliates will be forced to sell the Anthos company’s endorsed line of products“.

(Traduction : “la première étape d’Anthos sera de transformer toutes les salles CrossFit affiliées, de centre d’entraînement professionnel en vendeurs d’équipements et de suppléments. Dans ce cas, les affiliés perdront le droit de choisir entre un éventail de marques concurrentes comme Rogue, Again Faster,  SFH et Pure Pharma. Les affiliés seront obligés de vendre les produits approuvés par Anthos”)

Autrement dit, les salles CrossFit fonctionneraient comme les fast-food MacDonald : que vous rentriez dans un MacDo de Bruxelles ou de Tokyo, c’est la même chose, on vous sert la même chose… La même merde, j’aurais envie de dire, mais c’est mon côté paléo… autre débat 😉

L’info a très vite circulé sur le net, via les réseaux sociaux. C’est ça aussi une communauté. Au point qu’Anthos ait demandé à Lauren Jenai de réagir sur Facebook, et de défendre sa décision de leur vendre ses parts : “Contrary to what I have read on the CrossFit blog, I am not selling control of the company to Anthos. I don’t have control to sell. Anthos will be co-equal owners with Greg, just as I am. Additionally, Anthos has emphatically told me, after reading the most recent postings on the blog that they will not “force all CrossFit affiliates to morph from professional training facilities into supplement and equipment peddlers.

(Traduction : Contrairement à ce que j’ai lu sur le site CrossFit.com, je ne vends pas le contrôle de la compagnie à Anthos. Je n’ai pas de contrôle à vendre. Anthos sera le co-propriétaire, à part égale, avec Greg, juste comme je le suis. De plus, Anthos m’a dit explicitement, après avoir lu les articles les plus récents sur le site, qu’ils ne transformeront pas toutes les salles CrossFit affiliées, de centre d’entraînement professionnel en vendeurs d’équipements et de suppléments.”

Voilà qui n’est pas de l’avis du principal intéressé, Greg Glassman, lui-même, puisqu’il répondait qu’il avait entendu directement de la bouche de Bryan Kelly (Managing Partner chez Anthos) qu’il considérait chaque salle CrossFit affiliée comme un point de vente potentiel : “Bryan Kelly explained in clear and concise terms that we were leaving billions of dollars on the table with our current affiliate relationship. We all remember lines like, “Every time I go into GNC, you are losing money”. (…) Bryan Kelly sees 4,000 independently owned and operated gyms as 4,000 potential points of sale. The Anthos approach is short-term, rapacious, dishonest, entirely destructive of our culture, and toxic to the affiliates“.

(Traduction : “Bryan Kelly a expliqué en termes clairs et concis que nous perdions des milliards de dollars avec le système d’affiliation actuel. Nous nous souvenons tous de phrases comme: “Chaque fois que je vais chez GNC, vous perdez de l’argent“. (…) Bryan Kelly voit les 4000 salles gérées indépendamment comme 4000 points de vente potentiels. L’approche Anthos est à court terme, rapace, malhonnête, entièrement destructrice de notre culture, et toxique pour les affiliés”.)

Que faire ? Si pour l’affaire avec CrossGym, on ne peut pas faire grand chose dans l’immédiat (c’est une affaire en justice), pour ce qui concerne Anthos, il est certainement intéressant de se manifester, et de montrer notre désaccord de manière unie. Serait-ce intéressant pour Anthos d’acquérir 50% d’une société dont la majorité des affiliés désapprouveraient la politique ? C’est risquer que chacune des salles se dés-affilie… Autant le staff CrossFit que Greg Glassman encouragent les affiliés et toute personne qui croit dans le Crossfit et veut défendre son indépendance, de se manifester auprès d’Anthos, de Bryan Kelly et de Lauren Jenai.

Faites circuler l’info sur les réseaux sociaux, dans toutes les langues. By any means necessary, propagez le message que les salles CrossFit ne sont pas à vendre et que nous ne serons pas des simples vendeurs d’équipements et suppléments !

Advertisements

Au fur et à mesure que le CrossFit se développe, cette méthode d’entraînement prend des facettes différentes. D’un côté, de plus en plus de gens se mettent au CrossFit pour reprendre en main leur santé, leur condition physique, leurs capacités. Avec une vie professionnelle à côté, ils trouvent dans le CrossFit une méthode efficace pour se sentir mieux dans leur corps. S’ils pratiquent une activité sportive à côté, sous forme d’hobby, le CrossFit leur permet d’améliorer leurs performances.

A côté de cela, le CrossFit devient un sport à part entière, avec ses compétitions, et des athlètes qui se préparent uniquement pour cela, avec des objectifs pour leur “saison CrossFit”.

Mais une troisième dimension émerge : l’utilisation du CrossFit par des athlètes de haut niveau, qui recherchent un apport supplémentaire dans leur préparation physique. Le CrossFit leur permet de développer leur corps de manière plus complète (un sport spécifique, avec ses gestes répétés, hypertrophie certains muscles et en atrophie d’autres), et de travailler en renforcement musculaire avec un Coach spécialisé en conditionnement physique.

C’est le cas de deux jeunes archers de haut niveau que j’entraîne à Reebok CrossFit Brussels (photo ci-dessus). Un travail spécifique, dans le cadre d’un entraînement CrossFit, sur le gainage, la posture, le maintien et la situation d’inconfort au moment du tir, semble avoir porté ses fruits. Ludo et Renaud ont tous les deux amélioré leur score moyen de 50 points dans les dernières compétitions !

Les deux derniers week-ends, Renaud (15 ans) a battu deux RECORDS DU MONDE dans sa catégorie, sur 60m et 70m. Et à deux, ils ont égalé ou battu, cet été, plusieurs records de ligue, de Belgique, et d’Europe !

Si vous êtes un sportif de haut niveau, ce type d’entraînement, préparé par un Coach, peut vous être très bénéfique ! De plus en plus d’athlètes intègrent une apport CrossFit dans leur entraînement : quelques exemples dans la rubrique “CrossFit for Athletes“.

En France, Jean Galfione (vidéo ci-dessous), ancien champion de saut à la perche, reconverti en voile, se prépare avec un entraînement CrossFit. En Belgique, le champion de golf, Nicolas Colsaerts, s’entraîne également avec un entraîneur CrossFit…

Plus de renseignements ? Contactez-moi pour discuter d’une préparation physique en CrossFit qui correspond à votre sport : yvespatte@yahoo.fr . Je peux aussi vous proposer une alimentation adaptée à votre pratique sportive, et une préparation mentale pour les compétitions. 

En France ou en Belgique, n’hésitez pas à contacter la salle de CrossFit la plus proche de chez vous, pour voir ce qu’ils peuvent vous proposer… Pour trouver la salle de CrossFit la plus proche : “Affiliates map“.

“As one of the early CrossFit adopters in Europe (and first established boxes), the Reebok CrossFit Brussels team stresses the importance of community”

Très bel article de Joanna Gail, sur son blog GlobalWODProject.com, suite à sa visite à Reebok CrossFit Brussels. Pour rappel, Joanna fait actuellement un tour du monde avec, comme fil conducteur, la Communauté CrossFit. Elle se déplace ainsi de salle en salle. Après l’Espagne et la France (elle s’est entraînée avec les CrossFit Addicts Paris), elle est passée à Reebok CrossFit Brussels, à l’occasion de l'”Amanda Miller Memorial WOD“.

Une après-midi très sympa où on a pu discuter des différences entre l’Europe et les Etats-Unis, en matière de sport, de santé, d’apparence corporelle. Une des questions qui préoccupe Joanna est effectivement celle des femmes qui pratiquent le CrossFit. Le sport étant beaucoup plus répandu et valorisé à l’école, aux Etats-Unis, il y a aussi beaucoup plus de femmes qui pratiquent une activité sportive. Le sport féminin a donc bien davantage de poids qu’en Europe… Conséquence : un physique “musclé”, pour une femme, est moins mal perçu qu’ici… Une discussion vraiment intéressante, donc.

Lire l’article de Joanna sur son passage à Reebok CrossFit Brussels : “Belgium: Reebok CrossFit Brussels + Staying United

Si vous voulez suivre le voyage de Joanna, rendez-vous sur son blog !

Le CrossFit a quelque chose de fascinant et de précieux à défendre. Il y a quelques semaines, lors du Brussels Throwdown, j’avais l’impression de comprendre vraiment ce que voulait dire “Maintenant, le Fitness est un Sport“. Aujourd’hui, après deux jours à Paris, je crois avoir compris ce qu’il fallait défendre dans le CrossFit, au moment où cette pratique se popularise. 

Quelle est la différence entre les deux (demi-)photos ci-dessus ? … La bonne réponse est : “aucune”.

La photo supérieure gauche est pourtant prise lors d’une séance à Reebok CrossFit Louvre, une superbe salle, très chic, bien que certaines parties sont encore en construction (de nouveaux locaux sont actuellement en travaux). Réception à l’entrée, écran plat et tout le matériel CrossFit : Rings, Barbells, Kettlebels, GHD, Racks, etc. Et en attendant la fin des travaux, ils s’entraînent régulièrement en extérieur, dans un parc à proximité ou dans la rue.

La photo inférieure droite est prise lors d’une séance avec les CrossFit Addicts Paris. SportisEverywhere.com les avait interviewés ici. La future salle de ces nouveaux affiliés (CrossFit Originals Addicts) est comme un entrepôt, très brut, où tout doit encore être fait : le sol, les murs, les sanitaires, et toute l’installation du matériel. En attendant la fin des travaux, ils continuent donc de s’entraîner en extérieur, en face, dans la rue.

Vous commencez à saisir la ressemblance, malgré les différences de moyens et d’infrastructures ?

Le WOD auquel j’ai assisté à Reebok CrossFit Louvre consistait en un AMRAP 12 minutes de Kettlebell Swings, Box Jumps (sur des bancs publics) et un exercice de gainage (une sorte de “mountain climbers” où les genoux vont toucher le coude opposé). Cela sous l’œil attentif et compétent des Coachs David et Sébastien.

Le WOD auquel j’ai assisté chez les CrossFit Addicts Paris était fait sur le modèle du “Fight Gone Bad” : 1 minute par exercice, 3 exercices, 5 rounds, un max de reps. Pas de pause. Les 3 exercices étaient des Kettlebell Swings, des Box Jumps (sur des bancs publics) et des Walking Lunges avec un poids en Overhead. Cela sous l’œil attentif et compétent du Coach Joachim.

Ces deux séances de CrossFit, sans être les mêmes, étaient dans le même esprit, parce que c’était des séances purement “CrossFit”. Avec des coachs Level 1, qui connaissent les mouvements CrossFit, la programmation, la construction de WODs. Et cela qu’ils travaillent dans une salle qui est dans un bel immeuble du 2ème arrondissement, ou dans un entrepôt en travaux du 12ème arrondissement.

Mêmes réactions des athlètes lorsqu’ils découvrent le Workout of the Day. Même motivation lorsqu’ils l’exécutent. Même satisfaction après.

D’un côté comme de l’autre, on partage un certain nombre de valeurs, de préoccupations. Une semaine après les CrossFit Games, on parle des mouvements de Froning, de l’âge de Parker (“22 ans ??? WTF ?!?“) des crampes de Spealler. Certains étaient aux Games, d’autres (dont moi) étaient devant leur écran d’ordinateur, en pleine nuit, connectés au Streaming. Mais tout le monde a vu les CrossFit Games 2012.

D’un côté comme de l’autre, on me demande comment vont Matthieu Montès et Sébastien Ferket. Le premier a remporté la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship à Paris et s’est classé 2ème du Brussels Throwdown ; le deuxième était 5ème à Paris et 3ème à Bruxelles. Et tous deux s’entraînent à Reebok CrossFit Brussels. Tout le monde se connaît.

D’un côté comme de l’autre, je me suis senti “chez moi”, j’ai envie de dire. Dans une communauté qui est réelle. Ce ne sont pas juste des mots. J’avais déjà écrit quelque chose sur le sens du mot “Communauté” dans le CrossFit (sur un autre blog). C’était il y a plus de 6 mois. Maintenant, je rajouterais que c’est cet esprit communautaire qu’il faut défendre avant tout à l’heure actuelle. Parce qu’au final, c’est ça qui risque de se perdre si n’importe quelle salle Fitness peut développer l’activité CrossFit (voir le débat avec CrossGym). Au-delà des enjeux financiers, au-delà des questions de marque, c’est cet esprit de communauté.

C’est ça qui nous permettra de rester unis autour de certains principes. Pas pour être sectaire. Au contraire : tout comme le CrossFit est une méthode inclusive, la communauté CrossFit devrait être aussi inclusive, pour toute personne qui partage ce souci du fonctionnel, d’une approche globale, orientée résultats, etc.

Je ne sais pas comment cela va évoluer. Ce qui est sûr, c’est que le CrossFit dans 5 ans sera ce qu’on en aura fait. Et j’espère qu’on se rappellera toujours qu’à l’heure actuelle, qu’on s’entraîne et travaille dans de belles salles équipées ou en rue, à Paris, à Bruxelles, dans le Sud ou dans le Nord, on fait tous la même chose ! Du CrossFitMes photos seront là pour le rappeler 😉

Si vous découvrez actuellement le CrossFit, tout cela doit paraître un peu abstrait. Mais retenez simplement une chose : vous débutez une méthode d’entraînement qui est aussi un sport, soutenu et animé par une communauté de passionnés. Et ça, c’est unique dans le monde du Fitness !

Sur Paris, vous avez le choix entre :

Une autre salle est sur le point d’ouvrir, mais je n’ai hélas pas eu le temps de leur rendre une petite visite : CrossFit France CrossFight (Porte Dorée).

Je voulais également rencontrer la French Invictus Team, l’équipe de CrossFit qui est en train d’ériger le CrossFit au niveau d’un sport de haut niveau, avec une préparation pour une saison et des objectifs en terme de compétition. Des acteurs très importants de cette communauté CrossFit !

Paris va bien” comme le dit Sexion d’Assaut Alors, la prochaine fois que je vais à Paris, on se voit ?

En attendant : toutes mes photos sont ici ! Vous êtes dessus ? Identifiez-vous et faites connaître le CrossFit à Paris !

Ce samedi 21 juillet 2012, Reebok CrossFit Brussels organise le “Amanda Miller Memorial WOD“, en hommage à Amanda Miller, compétitrice aux CrossFit Games 2009, et décédée d’un cancer en 2010.

Cette année-là, la première épreuve des CrossFit Games lui était dédiée, avec le Workout nommé “Amanda” :

9, 7 and 5 reps of:

  • Muscle-ups
  • Snatches (60 kg/43 kg)

Et depuis, est organisé, le 21 juillet, à l’échelle mondiale, le “Amanda Miller Memorial WOD” :

  • vous vous rendez dans une salle CrossFit qui participe à l’opération
  • vous vous inscrivez sur le site et payez $20 qui iront à la lutte contre le cancer
  • vous faites le workout (as rx’d ou scaled) et vous figurez dans un classement mondial

Vous l’aure compris : le but principal est de récolter de l’argent pour la lutte contre le cancer. Venez nombreux, tout don est le bienvenu !

Toutes les infos sur le site de Reebok CrossFit Brussels

Et ce même jour, nous accueillerons aussi Joanna, une CrossFitteuse américaine (Level 1), qui voyage actuellement de salle CrossFit en salle CrossFit, en Europe. Tout son projet est présenté sur son site internet : GlobalWODProject.com

Son objectif est de faire un tour du monde du CrossFit, et de répondre à ces questions :

  • Qu’est-ce qui, dans le CrossFit, dépasse les frontières géographiques et culturelles ?
  • Quelles sont les valeurs et les croyances qui unifient tous les CrossFitteurs dans le monde ?

En particulier, elle souhaiterait rencontrer des CrossFittEUSES afin de leur poser quelques questions sur l’impact que le CrossFit a eu sur leur mode de vie, sur leur alimentation, etc. Donc, on espère que de nombreuses athlètes féminines seront présentes !!

Concrètement, Joanna présentera son projet, et puis, on organisera un petit Question & Answer. En attendant, vous pouvez déjà lire les très bons articles qu’elle a écrits sur son passage dans les salles CrossFit espagnoles : http://www.globalwodproject.com

Au plaisir de vous y voir !!

Vibram Five Fingers cible désormais clairement le CrossFit, avec cette nouvelle publicité. 

Cette publicité est assez bien faite ! On y voit plusieurs fois quelque chose de très intéressant avec les Five Fingers : sur des mouvements où le pied reste sur le sol (Kettlebell swings / snatch, Battle rope, etc.), tout le pied travaille constamment. Si vous avez déjà fait des kettlebell swings pieds nus ou en Five Fingers, vous vous êtes déjà rendu compte que chaque orteil intervenait dans la stabilité. La sensation est unique, comparée à ce mouvement exécuté avec des chaussures traditionnelles.

On y voit aussi de la course en extérieur, dans la nature. Et sans conteste, les Five Fingers sont les meilleures chaussures actuelles pour courir en pleine nature.

SportisEverywhere.com est partenaire de Five-On, qui importe des Vibram Five Fingers en Belgique. Profitez de leurs soldes actuels. Et rejoignez-les sur Facebook !

Si vous êtes intéressé par la course à pied en chaussures minimalistes, SportisEverywhere.com organise des initiations, en partenariat avec Fve-On : infos ici

Merci à Cyril, CrossFitteur français, pour l’info concernant cette vidéo 😉

Comme l’année passée, je courrai aux 10 km de Lasne pour l’asbl ROMEO, le 26 août 2012. (voir l’article de l’année passée).

Roméo est un ami de ma fille, qui était dans sa classe, en maternelle, jusqu’à cette année. L’asbl ROMEO lui fournissait un accompagnement adapté pour qu’il puisse poursuivre sa scolarité dans l’enseignement traditionnel malgré quelques difficultés.

En septembre, Roméo poursuivra en primaire dans une autre école, avec un encadrement pédagogique plus adapté encore. Mais l’asbl ROMEO continue son travail d’intégration, dans l’enseignement traditionnel, d’enfants qui présentent, pour une raison ou une autre, quelques difficultés d’apprentissage.

Nous étions une trentaine l’année passée à courir pour l’asbl. L’objectif est que nous soyons 100 cette année, pour la deuxième édition des 10 km de Lasne. 

Le cadre est très sympa et le parcours est, paraît-il, encore mieux que l’année passée !

L’idée est simple, vous demandez autour de vous qui peut vous parrainer pour courir pour une bonne cause, ça permet de récolter de l’argent pour cette asbl qui en vaut la peine !!

Allez jeter un coup d’oeil sur la page Facebook de l’événement !

Donc, pour courir pour l’asbl ROMEO, vous devez : 

  • vous inscrire officiellement sur le site des 10 km de Lasne
  • confirmer votre inscription auprès de l’asbl (marina@wenda.be)
  • vous trouver des parrains et sponsors ! On en a besoin et votre effort le vaut bien !

… Et vous devez vous entraîner ! 😉

Vous ne vous sentez pas prêt(e) ? Pas de panique, j’organise, comme l’année passée, des petits entraînements, gratuits et ouverts à tout le monde, à Genappe… On travaille un peu les bases de la course à pied, on prévient les blessures, et puis on court un peu ensemble.

Prochaines dates :

  • Mercredi 18/07 à 19h00
  • Mercredi 25/07 à 19h15

Rendez-vous devant l’école du Petit Chemin, à Loupoigne (Genappe) – Chemin de la Waronche, 18. 1471 Loupoigne.

Elizabeth, Isabel, Fran… des prénoms féminins pour la plupart du monde. Des « benchmark girls » pour les CrossFitteurs. Tout le monde dans le CrossFit connaît ses petits frissons qu’on a dans le dos lorsqu’on voit « Fran » écrit sur le whiteboard de la salle… On sait que le workout sera bref… mais intense. Et aujourd’hui, pour les athlètes qualifiés pour l’épreuve finale, il y en aura trois à effectuer ! C’est une véritable révision des classiques du CrossFit !

WOMEN

Elizabeth : 21-15-9 reps of Clean (42,5kg) / Ring Dips

D’entrée de jeu, Deborah Cordner Carson signe un temps incroyable dans le Heat 1 : 3:35 ! Ce record ne sera pas égalé dans les Heats suivants…

Dans le Heat 2, Camille Leblanc-Bazinet est rapidement en tête, et prend même un tour à certaines de ses concurrentes. Elle remporte le Heat 1, devant Lindsey Valenzuela. Elle sera 4ème au final. Rebecca Voigt et Christy Phillips peinent davantage. Rebecca Voigt terminera 3 secondes avant le Time Cap de 6 minutes.

Dans le Heat 3, c’est Annie Thorisdottir qui finit en premier les 21 Cleans, mais elle est rejointe par Kristan Clever à la fin de la série de Ring Dips. Au moment des séries de 9 répétitions, Kristan Clever est en tête. Elle finit en 4:08, 2ème de l’épreuve. Annie Thorisdottir est 6ème, mais maintient sa place au classement général, sa principale concurrente, Julie Foucher, se classant 9ème de l’épreuve.

Isabel : 30 Snatches for time (42,5kg)

Quelques minutes de récupération, et c’est reparti avec les Snatches.

Lindsey Valenzuela est impressionnante dans le Heat 1, avec un temps de 1:34, qui lui vaut la 2ème place de l’épreuve.

Dans le Heat 2, le public peut suivre la progression, tout au long des 30 reps, entre Jenny Davis, Elisabeth Akinwale et Camille Leblanc-Bazinet. Elles termineront dans cet ordre-là.

Et c’est Annie Thorisdottir qui remporte l’épreuve, en 1:30, se rapprochant encore un petit peu du titre final. Kristan Clever est 3ème de l’épreuve, Talayna Fortunato 4ème.

Fran : 21-15-9 reps of Thrusters (30 kg) / Pull-ups

La voilà cette dernière épreuve : « Fran » !! A ce moment-là, Annie Thorisdottir est première du classement général, suivie par Julie Foucher, Talayna Fortunato et Kristan Clever.

Dans le Heat 1, Camille Leblanc-Bazinet, qui s’en sort visiblement très bien sur les classiques, est première à l’entame des 15 Thrusters, grâce à ses Butterfly Pull-ups d’une rapidité impressionnante ! Elle maintient cette avance et finit première du Heat et de l’épreuve en 2:35 ! Stacie Tovar est 2ème du Heat 1, suivie par Rebecca Voigt.

Le Heat 2 est un duel entre Kristan Clever et Talayna Fortunato, pour la 3ème place sur le podium. Elles sont les premières à sortir des 21 Thrusters. Elles restent au coude à coude sur la série des 15 Thrsusters. Mais dans la série des 9 Pull-ups, Kristan Clever doit lâcher la barre à deux répétitions de la fin. Talayna Fortunato va jusqu’au bout et termine première de ce Heat, 2ème au classement de l’épreuve, juste devant Kristan Clever, qui s’en voudra probablement d’avoir lâché cette barre : ça lui coûte la troisième place sur le podium !

Annie Thorisdottir termine 6ème de l’épreuve, mais reste première au général. Elle sait qu’elle a gagné : elle est officiellement la femme la plus « Fit » du monde pour la deuxième année consécutive !

Top 10 féminin :

  1. Annie Thorisdottir
  2. Julie Foucher
  3. Talayna Fortunato
  4. Kristan Clever
  5. Valerie Voboril
  6. Camille Leblanc-Bazinet
  7. Elisabeth Akinwale
  8. Jenny Davis
  9. Lindsey Valenzuela
  10. Rebecca Voigt

MEN

Annie Thorisdottir ayant renouvelé son titre de « Femme la plus Fit du Monde », tous les regards étaient braqués sur Rich Froning : allait-il en faire autant ?

Elizabeth : 21-15-9 reps of Clean (60 kg) / Ring Dips

Le Heat 1 commence avec un duel entre Pat Burke et Daniel Tyminski. Ce dernier revient le premier à la série des 9 Thrusters. Il termine en 2:50. Pat Burke est 2ème du Heat 1, devant Lucas Parker.

Dans le Heat 2, tout le monde sait que Jason Khalipa est très fort sur les workouts classiques du CrossFit. Il arrive premier aux 15 Ring Dips, suivi de près par Dan Bailey. Mais c’est Austin Malleolo qui conclut en premier ce Heat, avec un temps de 2:43. Jason Khalipa est 2ème ; Graham Holmberg, 3ème.

Les deux premiers de l’épreuve sont à aller chercher dans le Heat 3 : Rich Froning, qui était déjà en tête dès les séries de 15 Ring Dips, finit premier du Heat et de l’épreuve, avec un temps de 2:33. Matt Chan le suit en 2:42.

Isabel : 30 Snatches for time (60 kg)

A ce moment-là, on sent que Rich Froning sera très dur à battre. Tous ses concurrents savent qu’il a un très bon Snatch, et que, même sur une série longue, il ne perd pas son mouvement.

Spencer Hendel remporte le premier Heat, en 1:26, devant Graham Holmberg (1:33) et Nate Schrader (1:45). Cette épreuve est très rapide !

Et c’est à nouveau Rich Froning le plus fort. Au coude à coude avec Matt Chan durant les 30 reps, il finit premier en 1:21. C’est là qu’il remporte définitivement son titre.

Fran : 21-15-9 reps of Thrusters (42,5 kg) / Pull-ups

Le grand gagnant étant connu, la dernière épreuve devait permettre de départager les prétendants à la médaille de bronze.

Dans le Heat 1, Dan Bailley est le premier à entamer la dernière série, de 9 Pull-ups. Il termine premier du Heat en 2:54.

Le Heat 2 est clairement le plus intéressant : Kyle Kasperbauer arrive le premier aux 21 Pull-ups, et continue en tête, talonné par Jason Khalipa, jusqu’aux 9 derniers Pull-ups. Mais alors que tout le monde se concentrait (caméra inclue) sur le duel Kasperbauer / Khalipa, pour la 3ème place au général, c’est Scott Panchik qui passe devant tout le monde, gagne le Heat 2, et remporte l’épreuve… Kyle Kasperbauer maintient néanmoins sa 3ème place sur le podium. Jason Khalipa est quand à lui 5ème, derrière Scott Panchik.

Les caméras sont maintenant braquées sur Rich Froning, qui termine son « Fran » sans avoir besoin de faire un temps mémorable. Il sait qu’il est sacré, pour la deuxième année consécutive, l’homme le plus « Fit » du monde !

Top 10 masculin

  1. Rich Froning
  2. Matt Chan
  3. Kyle Kasperbauer
  4. Scott Panchik
  5. Jason Khalipa
  6. Dan Bailey
  7. Marcus Hendren
  8. Austin Malleolo
  9. Chad Mackay
  10. Graham Holmberg

Deborah Cordner Carson reçoit le prix du « Spirit of the Games » pour avoir vaincu sa peur de l’eau dans la première épreuve du Triathlon.

Classement par équipes :

  1. Hack’s Pack Ute
  2. SPC CrossFit
  3. Diablo CrossFit Anejo

Pour le douzième event, les CrossFit Games renouent avec un outils utilisé en 2009 : le sledgehammer (ou “masse” en français). Mais cette fois-ci, il ne s’agit plus d’enfoncer un pieu dans le sol. But du jeu : faire avancer une charge sous trois angles différents.

Lorsque les athlètes entrent dans le stade, pour la première épreuve du dimanche, ils ne savent pas à quoi servent ces rails posés sur le sol. Des charges sont amenées et posées sur les rails. Des Sledgehammers sont dévoilés. Il faudra enchaîner des “bangers” (frapper la charge pour la faire avancer) et des double-unders !

Les athlètes découvrant l’épreuve…

Dès le premier Heat, on voit qu’il y a deux techniques : de grands mouvements amples, ou une succession rapide de petits mouvements pour faire avancer la charge. Jenny Davis, dans le Heat 2, opte clairement pour des grands swings : elle fera toute la course en tête et finira 3ème de l’épreuve.

Certaines athlètes oublient leur sledgehammer à la fin, alors qu’elles doivent monter avec sur la jump box pour valider leur temps. “That’s the rule !

Dans le Heat 3, Elisabeth Akinwale est en tête tout le temps, elle aussi avec d’immenses swings, qu’elle ponctue de cris, à l’image de certaines tenniswomen. Elle termine en 3:48. Kristan Clever semble rencontrer davantage de difficultés sur cette épreuve. Elle terminera 16ème, perdant quelques places au classement général. Pas autant que Camille Leblanc-Bazinet qui termine 23ème, ou Annie Sakamato, dernière de l’épreuve, et qui ne se qualifiera pas pour les épreuves suivantes. Annie Thorisdottir termine 5ème.

Chez les hommes, Lucas Parker signe le meilleur temps (2:58) du Heat 1. Il faut dire que son look semble coller idéalement à ce type d’épreuve ! Chris Spealler enflamme la foule. Il terminera 13ème de l’épreuve. Tout le monde sait à ce moment-là qu’il ne se qualifiera pas pour l’épreuve finale, et que ce sont ses derniers CrossFit Games. Il termine sous les applaudissements du public.

Dans le Heat 2, Marcus Hendren, fermier de profession, garde la tête du début à la fin, et finit en 2:55, le classant 2ème de l’épreuve, derrière Kyle Kasperbauer qui signe le meilleur temps dans le dernier Heat : 2:51.

A l’issue de cette épreuve, les 18 meilleurs hommes et les 18 meilleures femmes passent à l’épreuve suivante…

La onzième et dernière épreuve du samedi était encore TBA (To be announced) au moment où se terminait la dixième. Dave Castro convoque tous les athlètes dans l’arène centrale. Suspense… Ce sera un “Chipper”, c’est-à-dire en jargon CrossFit un Workout composé d’un grand nombre d’exercices, généralement exécutés en un seul round le plus vite possible.

For time

  • 10 overhead squats
  • 10 jumps over the box
  • 10 fat bar thrusters
  • 10 power cleans
  • 10 toes to bar
  • 10 burpees to muscle up
  • 10 toes to bar
  • 10 power cleans
  • 10 fat bar thrusters
  • 10 jumps over the box
  • 10 overhead squats

C’est donc sur un Chipper que se qualifieront les 24 athlètes qui poursuivront la compétition jusqu’à dimanche ! Quelques explications :

  • Une “fat bar” est une barre avec un diamètre plus large. Plus difficile à maintenir, ils sollicitent fortement les avant-bras. Ca fait partie des équipements Strongman.
  • Burpees to muscle-up“. De l’inédit : il s’agit simplement de réaliser un burpee, puis de monter aux anneaux et de réaliser un muscle-up. Impossible d’utiliser la descente et de “kipper” comme un dingue pour monter. C’est comme si à chaque fois on refaisait un premier muscle-up dans une série.
  • Un “Jump over the box” signifie sauter par-dessus la box, donc aller d’un côté à l’autre, même si un appui sur le haut de la box est autorisé.

Christmas Abbott (CrossFit Invoke, Raleigh, RC)

C’est Christmas Abbott qui montre les exercices. De quoi se réveiller lorsqu’on regarde en direct à 4h du matin… parce qu’elle fait très bien tous les exercices 😉

Chez les femmes, comme chez les hommes, les”burpee to muscle ups” ont été l’exercice-pivot où le classement se modifiait. Annie Thorisdottir était effectivement en tête jusqu’à ce que Julie Foucher la dépasse aux “burpee muscle ups”. Julie Foucher restera en tête jusqu’à la fin, signant un temps de 7:43. Kristan Clever est 2ème, en 8:10. Annie Thorisdottir est 3ème en 8:15. Camille Leblanc-Bazinet est 7ème, suivie par Talayna Fortunato (8ème).

Chez les hommes, le Heat 2 est une lutte entre Ben Smith 7:37, Spencer Hendel 8:24 et Lucas Parker 9:19. Dans le Heat 3, Matt Chan prend directement une petite avance, de quelques répétitions, qu’il maintient sur Rich Froning… jusqu’aux  “burpee muscle ups”. Rich Froning démarre le retour du Chipper, par les Toes-to-bar, avec une légère avance. Matt Chan et lui sont face à face sur les Power Clean. Chacun sait où l’autre en est. Mais Froning maintient son avance, qu’il amplifie encore en réalisant une série rapide de Thrusters, unbroken ! Il termine en 7:06. Matt Chan est 3 ème (7:24), laissant échapper la deuxième place à Jason Khalipa (7:24).

Mais lorsqu’on est à la dernière épreuve avant qualification, et qu’il y aura donc des éliminés, le regard ne porte pas seulement sur les premiers du classement. Nous étions nombreux à craindre pour Chris Spealler… Il termine 25ème de l’épreuve, ce qui lui assure la 23ème place au classement général. In Extremis !!! Il en va de même pour Lindsey Smith (21ème) et Annie Sakamato (22ème).

La journée du samedi se termine plutôt bien. Les vainqueurs de l’année passée occupent les premières places : Rich Froning et Annie Thorisdottir. Mais il reste encore une journée complète, avec 4 autres épreuves “TBA” (to be announced), pour que Matt Chan, Kyle Kasperbauer et Jason Khalipa viennent contester le titre au premier, et que Julie Foucher, Talayna Fortunato et Kristan Clever viennent contester celui de la deuxième…

See you tonight !

Et ne regardez pas tout seul chez vous : rejoignez-nous sur le groupe Facebook “CrossFit Games 2012 – Les nuits blanches

La dixième épreuve est l’épreuve de force et d’explosivité, avec une ascension au niveau du poids sur des Cleans. Power Clean ou Squat Clean, au choix, mais les athlètes n’ont que 30 secondes pour effectuer le lift, puis aller à la barre suivante. Lorsqu’ils n’y arrivent plus, ils peuvent utiliser le temps qui reste pour faire un maximum de deadlifts, ce qui permet de départager deux compétiteurs qui ont atteint le même poids au Clean.

Lindsey Valenzuela est la première à atteindre le poids maximum pour les femmes : 235 lbs (106,5kg). A peine a-t-elle validé son Clean qu’elle réalise rapidement 2 deadlifts – au cas où une autre arriverait jusqu’à cette dernière barre.

Et c’est ce qui arrive avec Elizabeth Akinwale qui, de surcroît arrive à y ajouter 5 deadlifts ! PR à 235 lbs pour elle, et victoire sur l’épreuve. Preuve de plus que la méthode Outlaw Way porte ses fruits ! N’hésitez pas d’ailleurs à aller faire un tour sur le blog d’Elizabeth Akinwale, le journal d’une mère de famille parmi les meilleures CrossFitteuses mondiales : http://elisabethakinwale.com/

Annie Thorisdottir et Lindsey Smith restent à 220 lbs (100kg). Camille Leblanc-Bazinet prend une très bonne 7ème place, alors que certaines prétendantes au titre sont reléguées plus loin : Julie Foucher (27ème), Talayna Fortunato (23ème), Kristan Clever (20ème), Valerie Voboril (40ème), Christy Phillips (20ème).

Annie Thorisdottir est première au classement général, devant Talayna Fortunato et Julie Foucher.

Chez les hommes, pas de surprise : ce sont les plus costauds qui s’affichent. Et tout se joue entre Jason Khalipa, Rich Froning, Spencer Hendel, Nate Schradder, Dan Bailey, Neal Maddox, Aja Barto et Marcus Hendren.

A ce stade, chacun aurait probablement pu réussir ou échouer sur les dernières barres : c’est la fatigue accumulée des épreuves précédentes et la capacité à utiliser les encouragements de la foule qui ont déterminé le classement final. Spencer Hendel et Rich Froning atteignent la barre de 345 lbs (156 kg). Jason Khalipa et Marcus Hendren atteignent 10 lbs de plus (355 lbs). Seul Neal Maddox atteint 365 lbs (165,5 kg). Et ce n’est même pas un PR !

Dan Bailey finit l’épreuve en 6ème position. Graham Holmberg est 9ème.

Au classement général, Rich Froning maintient sa première place, suivi par Kyle Kasperbauer et Matt Chan.

Imaginez : les athlètes sont déjà à leurs épreuves 8 et 9 ! Et la 8ème épreuve consiste en des Shuttle sprints : 50 yards aller/retour, puis 100 yards aller/retour.

Attention, ces sprints se font quelques minutes avant l’épreuve 9, composée de montées de cordes et de Sled Push (des poussées de traîneau). Ca signifie que si une bonne place est importante, il ne faut pas non-plus se crâmer entièrement.

C’est peut-être l’erreur que fait Dan Bailey, 5ème ex-aequo, qui termine très fort aux sprints, mais qui sera 32ème à l’épreuve suivante.

Quoi qu’il en soit, les plus rapides sont Nate Schrader, suivi par David Levey, Lucas Parker, Aja Barto et Justin Allen. A part Nate Schrader, aucun d’eux ne sera en-dessous de la 30ème place à l’épreuve suivante. On comprend pourquoi tous les leaders sont après la 15ème place.

Elle doit être atroce, cette épreuve suivante : 5 rounds de montée de corde et poussée de Sled. Comme il est très justement mentionné sur le site des Games : « toute personne qui a déjà poussé un Sled vous dira que c’est la pire chose au monde, lorsqu’il est chargé ». Vrai.

Khalipa est le premier à impressionner tout le monde avec la puissance qu’il arrive à mettre pour déplacer ce Sled sur l’herbe. Il remporte son Heat avec une bonne longueur sur ses concurrents directs.

Mais c’est Matt Chan, dans le dernier Heat, qui est certainement le plus fort. C’est pratiquement le seul qui était capable de courir dans les transitions entre la corde et le Sled. C’est aussi lui qui a le plus exploité la technique consistant à soulever le Sled, pour minimiser le frottement sur l’herbe. Sur Twitter, le débat faisait rage : était-ce tricher ? Le poussait-il ou le portait-il ? Il termine l’épreuve avec près d’une minute d’avance sur Jason Khalipa. Austin Malleolo est 3ème, Ben Smith 4ème, Rich Froning est 5ème.

Neal Maddox a, quant à lui, perdu du temps dès le début avec deux « No Rep » sur la corde ! Obligé de monter 3 fois, il entame le Sled avec une longueur de retard sur les autres. Il semble terminer néanmoins juste dans le Time Cap…

Chez les femmes, comme chez les hommes, les sprints sont l’occasion pour d’autres athlètes – à part Christy Phillips – de s’illustrer. Et comme chez les hommes, ça ne leur portera pas chance pour l’épreuve suivante. C’est Deborah Cordner Carson qui finit première, devant Heather Welsh et Christy Phillips.

Au Rope-Sled, on retrouve par contre les grands noms des CrossFit Games. Rebecca Voigt devance de peu Annie Thorisdottir. Azadeh Boroumand est 3ème, Kristan Clever 4ème, Jenny Davis 5ème, Camille Leblanc-Bazinet 6ème, Lindsey Smith et Valerie Voboril, 7ème ex-aequo, et Julie Foucher 9ème.

Le Heat final a surtout été un duel entre Julie Foucher et Annie Thorisdottir, mais cette dernière a pris la tête lors du 2ème round.

« Je me suis entraînée sur le Sled toute l’année »  a déclaré Rebecca Voigt. Pas de secret : l’entraînement, ça paie !

Les épreuves précédentes mettaient davantage en avant les composantes « Endurance », « Agilité », « Explosivité », « Vitesse », etc. Même les Split Snatches du « Track Triplet » restaient relativement légers pour les compétiteurs. La septième épreuve sollicitait bien plus la composante force avec des Med-Ball Clean à 68kg…

Et je vais encore vous parler de Chris Spealler… et de ses 69,4 kg. Autrement dit, il soulevait un Med-Ball qui faisait pratiquement son poids de corps !

L’épreuve consistait en 3 rounds de :

  • 8 medicine-ball cleans
  • 30 m medicine-ball carry
  • 7 parallete handstand push-ups
  • 30 m medicine-ball carry

… Time Cap : 10 minutes. Ce qui signifie qu’il faut terminer l’épreuve en moins de 10 minutes.

Dans le premier Heat, 7 athlètes ne finissent pas dans ce time cap ! Ca vous donne une idée de la difficulté ! Et une idée des écarts : c’est dans ce premier Heat que se trouvait le plus rapide, Albert-Dominic Larouche en 6:15.

Et ce n’est pas tellement les med-ball cleans qui posaient problème : c’était plutôt les handstand push-ups sur les paralletes, parce que ça signifie qu’on est en déficit :  l’amplitude du mouvement est plus grande qu’avec des handstand push-ups sur le sol !

Dans le deuxième Heat, Khalipa peine à arriver à verrouiller ses coudes en haut du mouvement. Rich Froning et Pat Burke, dans le 4ème Heat, se prennent même quelques « No Rep » ! … Ca ne doit pas leur arriver si souvent.

Rich Froning prend néanmoins la tête dans la deuxième série d’handstand push-ups, et maintient son avance jusqu’au bout. Il termine en 6:59, suivi par Kasperbauer en 7:23 et Leverich en 7:30.

A peine le temps de souffler, et il retraverse le terrain pour aller encourager un des ses concurrents, l’ancien vainqueur Graham Holmberg !! C’est ça aussi le CrossFit : une compétition qui n’entame pas les liens d’amitié entre les concurrents.

Au final de l’épreuve : 1. Albert-Dominic Larouche, 2. Dan Bailey, 3. Austin Malleolo, 4. Rich Froning, 5. Kyle Kasperbauer. Jason Khalipa est 10ème. Chris Spealler finit 17ème.

Au général, Rich Froning prend la tête du classement à la fin du deuxième jour de compétition. Il en reste deux… Parviendra-t-il à se maintenir jusqu’à dimanche soir, pour réaliser un doublé encore inédit ? Kyle Kasperbauer (2ème), Chad MacKay (3ème) et Matt Chan (4ème) seront là pour l’en empêcher !

WOMEN

Chez les femmes aussi, c’est dans les handstand push-ups en déficit (sur les paralletes) que résidait la difficulté principale – c’est en tout cas là que certaines ont le plus peiné.

Ca signifie que celles qui sont les plus à l’aise dans la dimension gymnastique avaient un léger avantage, malgré le poids des Medicine Balls. C’est le cas de Camille Leblanc-Bazinet qui termine deuxième en 5:18 ! Très bon temps quand on sait que, dans le même Heat, Lindsey Smith et Jenny LaBaw ne finissent pas dans le Time Cap de 10 minutes !

Le dernier Heat est une véritable démonstration d’Annie Thorisdottir. Après avoir été au coude à coude avec Kristan Clever dans le premier round, elle prend la tête et ne la lâche plus. Toujours avec le sourire. Elle termine en 5:04. Kristan Clever ne sera que 6ème au classement général.

Annie Thorisdottir est donc première, devant Camille Leblanc-Bazinet, Talayna Fortunato, et LindseyValenzuela.

Au classement général, chez les femmes, Julie Foucher maintient sa première place, malgré sa 28ème place de ce 7ème Event. Talayna Fortunato est 2ème, Annie Thorisdottir 3ème, Christy Phillips 4ème, Kristan Clever 5ème.

Ce qui est bien avec Chris Spealler, c’est qu’il est toujours là pour susciter des émotions dans les épreuves CrossFit. Mercredi, il terminait avec des crampes aux jambes, l’obligeant à courir pratiquement les jambes tendues… Et aujourd’hui, il termine le « Track Triplet » au coude à coude avec Graham Holmberg, et se jette littéralement sur la ligne d’arrivée, terminant deuxième de l’épreuve !

MEN

Mais revenons un petit peu en arrière. Contrairement à ce qui a été dit dans l’Update Show d’hier, la saut en longueur n’a pas été annulé. Pas encore de vidéo disponible, et je n’ai pas pu le voir… Tout ce qu’on sait, c’est que c’est Nate Schrader qui a remporté l’épreuve, devant Spencer Hendel et Aja Barto. Ben Smith est 8ème, Matt Chan 10ème ex-aeqo. Rich Froning n’est que 16ème et Chris Spealler 18ème.

Viennent ensuite les deux épreuves suivantes, successivement. Parce qu’un même Heat enchaîne directement entre le Ball Toss et le Track Triplet.

Pour rappel, le Ball Toss consiste à projeter un maximum de medicine balls en 20 secondes, à partir d’un GHD… donc à la force des abdos. Et le « Track Triplet » consiste en 3 rounds de 8 Split Snatches (52 kg), 7 Bar Muscle-ups, 400 m Run.

Pour le Ball Toss, Chad Mackay confirme sa gande forme déjà affichée lors du Triathlon. Matt Chan prend la deuxième place, devant… Rich Froning et Dan Bailey ! Chris Spealler ne fait pas une bonne opération : 33ème. Pas plus que Ben Smith : 40ème !

Mais pas le temps de faire le point. Le Triplet commence directement. Et ça s’est surtout joué entre ceux qui étaient capables de faire des séries continues (« unbroken ») de Bar Muscle-ups et ceux qui devaient « casser » la série… Dans son Heat, Khalipa est impressionnant ! Enchaînant les séries sans les casser, il maintient son avance sur la piste d’athlétisme, malgré son physique massif !

Et puis, il y a Spealler ! Daniel Tyminski était loin devant, mais Spealler et Holmberg arrivent au coude à coude dans la dernière ligne droite ! Impossible de savoir qui passe la ligne en premier : ils se jettent tous les deux sur la ligne. Mais le classement tombe : Spealler est devant Holmberg. Il est donc deuxième du Heat, derrière Tyminski… et deuxième de l’épreuve !! Incroyable retour au devant de la scène.

Heat 3 : C’est Froning qui fait le show. Alors que Matt Chan entame les derniers 400 m avec une cinquantaine de mètres d’avance sur Froning, on voit tout de suite que l’aisance est du côté de Froning. Petit à petit, il grappille quelques mètres et finit par dépasser Matt Chan juste avant la dernière ligne droite…

Donc, au classement de l’épreuve, Kyle Kasperbauer (2ème hier) prend la première place, devant Chad Mackay (1er hier). Un switch donc entre la première et la deuxième place… Kenneth Leverich est 3ème et Froning, 4ème. Malgré son très bon résultat, Spealler ne gagne qu’une place au classement général (16ème), comparé à hier…

WOMEN

Chez les femmes, c’est une fois de plus Talayna Fortunato, qui l’emporte, après la course d’ostacles. Derrière elle : Heather Gillespie et Samantha Peterson. Fortunato réalise quand même un saut de 2 mètres 40 ! Et Gillespie réalise une très bonne opération après voir terminé dernière des épreuves Pendleton.

Au Ball Toss, ce sont d’autres athlètes qui s’illustrent, montrant à quel point les épreuves CrossFit sont variées. Cheryl Brost fait le plus gros score, suivie par Elisabeth Akinwale et Jaime Gold (qui était quand même 4ème de la course d’obstacles). Annie Thorisdottir est 4ème, ex-aequo avec Gretchen Kittelberger.

Et comme chez les hommes, chaque Heat enchaîne directement avec le “Track Triplet”. Camille Leblanc-Bazinet gagne son Heat avec un temps de 9:13. Elle terminera 5ème de cette épreuve. Ca signifie que les 4 premières étaient dans les Heat suivants. C’est le cas de Kristan Clever, qui termine en 9:03. Et dans la 4ème Heat, Julie Foucher pulvérise le temps avec un 8:49.

Classement de l’épreuve : 1. Julie Foucher, 2. Kristan Clever, 3. Valerie Voboril, 4. Jenny Davis, 5. Camille Leblanc-Bazinet. Annie Thorisdottir est 12ème.

Voir tous les résultats : http://games.crossfit.com/games/men

Tout l’intérêt des CrossFit Games, c’est que les athlètes ne se sont pas entraînés pour un triathlon en montagne, mais qu’ils sont pourtant prêts pour ce type d’épreuve… En fait, c’est même tout l’intérêt du CrossFit en général…

Parce que, comme vous le savez certainement, la petite surprise de cette année, lors du traditionnel repas avec tous les athlètes, était le rajout d’une journée anticipée de compétition, le mercredi, composée d’un triathlon court : 700 m nage, 8 km vélo, 11 km course à pied… Le vélo étant un pignon fixe, pour compliquer encore un peu les choses dans les sentiers escarpés du célèbre Camp Pendleton, où s’entraînent les Marines… Ca donne une idée de l’ambiance…

Pas de retransmission en streaming, vu que le camp est protégé. On pouvait donc suivre à la radio, ou sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter

PENDLETON 1 & 2

C’est l’Islandais Númi S. Katrínarson qui sort le premier de l’eau. Rien d’étonnant puisqu’il fut membre de l’équipe nationale islandaise de natation durant 7 ans ! A la suite de Katrínarson, c’est l’Australien Chad Mackay, et puis l’ancien joueur de Water Polo, Matt Chan, qui sortent de l’eau…

Chez les femmes, c’est Annie Sakamato qui arrive première aux 700 m de nage, suivie de Julie Foucher et de Ruth Anderson Horrell. Toutes les trois étaient déjà dans les 10 premières du premier event des CrossFit Games 2011…

Lors du premier Checkpoint, juste après le passage du vélo à la course à pied (Pendleton 1), Katrínarson est toujours en tête, chez les hommes, en 42:13, toujours devant Chad Mackay (43:04) et Matt Chan (43:58).

Chez les femmes, Anderson Horrell a pris la tête lors du premier Checkpoint (48:14), devant Julie Foucher (49:18), juste deux secondes devant Annie Sakamato (49:20) !

A ce moment-là, il reste encore près de 11 km de course à pied… Chad Mackay profite de ces kilomètres pour passer devant Katrínarson et finir premier en 1:57:33. L’Islandais termine en 1:59:16, devant Kyle Kasperbauer (2:01:54). Matt Chan termine 5ème du classement général, après une 17ème place sur la course à pied (Pendleton 2).

Parmi les favoris, Ben Smith termine en 2:02:37 (8ème au général), Rich Froning en 2:06:00 (12ème), Dan Bailley en 2:10:37 (18ème), Chris Spealler en 2:41:11 (23ème) et Jason Khalipa termine en 2:16:16, plus rapide que Spealler, mais sa 21ème place à la natation (Pendleton 1), le met en 28ème position seulement au classement général..

Julie Foucher profite également de la course à pied pour prendre la tête et terminer en 2:05:12. Et après toute cette distance en mer, à vélo et en courant, Anderson Horrell et Christy Phillips terminent au sprint ! Christy Phillips prend ainsi la deuxième place en 2:05:33, moins d’une seconde devant Anderson Horrell…

“OBSTACLE COURSE”

A peine le temps de se remettre de cette épreuve d’endurance, et les athlètes avaient à affronter un parcours d’obstacles.

Chez les hommes, la plupart des favoris passent le premier round (1 seul par groupe de 4) : Spealler, Froning, Maddox, Holmberg, Bailley, Hendel, etc. Mais de ceux-là, seuls Froning et Hendel passent le second tour, avec Burke et Leverich.

Au final, c’est Spencer Hendel qui remporte cette épreuve.

Les favorites ont moins facile chez les femmes. Si Phillips, Foucher, Clever, Thorisdottir et Alverson passent le premier tour, ce n’est pas le cas de Rebacca Voigt, Camille Leblanc-Bazinet, Lindsey Smith, Annie Sakamato ou Valerie Voboril.

Au second tour, il ne reste plus que Kristan Clever, Jaime Gold, Talyana Fortunato et Annie Thorisdottir. Et c’est Talayna Fortunato (CrossFit Real Fitness, South East) qui l’emporte !

Fin de la première journée. Repos demain. La compétition reprend vendredi !

Au classement général, l’Australien Chad MacKay prend la première place, devant Kyle Kasperbauer et Nùmi S. Katrinarson. Rich Froning est 5ème, Ben Smith 6ème, Spealler 17ème, Khalipa 28ème.

Dans le classement féminin, c’est Julie Foucher qui est première, devant Christy Phillips et Talayna Fortunato. Annie Thorisdottir est 6ème, Valerie Voboril 7ème, Annie Sakamato 11ème, Kristan Clever 15ème et Rebecca Voigt 25ème.

Les plus observateurs auront remarqué que la méthode Outlaw Way est bien représentée, avec une première place chez les hommes (Chad MacKay) et une troisième place chez les femmes (Talayna Fortunato) !

Classement général complet : http://games.crossfit.com/leaderboard

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :