Hier, nous étions à Paris pour les demi-finales du Reebok CrossFit Fitness Championship. Les 60 meilleurs hommes et 60 meilleures femmes de France (et de Belgique) se sont départagés, en vue de la grande finale qui aura lieu à Paris, le 16 juin.

J’y ai vu des athlètes féminines peiner durant près de 10 minutes pour arriver à faire 100 pompes strictes, … sous la pluie ! Pour certaines d’entre elles, c’était la première fois qu’elles devaient faire des pompes strictes, sans que les genoux ou les cuisses touchent le sol. Et à plus forte raison, c’était la première fois qu’elles se lançaient dans une série de 100 pompes !

J’y ai vu des athlètes masculins souffrir sous la barre de 60 kg, pour verrouiller leurs coudes au « shoulders-to-overhead ». Et pourtant, ils continuaient, tant que la limite de temps n’était pas finie. Ils réessayaient. Encore et encore. Parce qu’en compétition, on ne peut pas diminuer la charge de la barre en plein WOD. Parce qu’on n’est pas dans un WOD habituel.

En fait, la compétition donne cette motivation supplémentaire par rapport à un Workout habituel. On n’a pas le choix. Donc, on le fait.

Et du coup, tous ces athlètes – en particulier celles et ceux qui ont peiné – vont retourner dans leur salle en voulant refaire ces exercices, ce nombre de reps, ce poids-là. J’en suis sûr. Pourquoi refaire des pompes sur les genoux lorsqu’on en a fait 100, ou même 30, ou même 10, strictes lors de cette compétition ? Pourquoi refaire des Push-Press à 40 kg, lorsqu’on les a fait à 60 kg lors de ces demi-finales ? La compétition repousse plus loin les limites entre « ce que je crois être capable de faire » et « ce que je suis capable de faire ». Ca s’appelle « progresser ».

Et par conséquent, une compétition CrossFit renvoie l’athlète dans sa box, le renvoie à ses WOD quotidiens, et à ses entraînements. Les compétitions CrossFit et les entraînements quotidiens dans les box ne sont pas deux choses incompatibles. Ca va ensemble. Tu sais ce que tu dois travailler, tes points faibles. Ca insuffle de l’air dans les entraînements.

Hier, les deux WOD étaient :

WOD #1 : 5 rounds for time of :

  • 12 Deadlift (60/30)
  • 9 Hang Power Clean (60/30)
  • 6 Shoulders-to-Overhead (60/30)

WOD #2 : For time :

  • 50 Pull-ups (Jumping-pull-ups for women)
  • 100 Push-ups
  • 200 Squats

Rendez-vous à la finale pour la suite !

Coachs : encouragez vos athlètes à participer à des compétitions. La prochaine aura lieu à CrossFit Brussels : Les Brussels Throwdown, une compétition ouverte à tout le monde, le 24 juin 2012. Infos ici : http://www.thebrusselsthrowdown.be

En attendant, toutes mes photos de l’événement sont ici. Vous connaissez le principe, c’est en accès public, identifiez-vous dessus et faites circuler😉 (PS : Comme je jugeais sur les épreuves masculines, il n’y a que les photos des épreuves féminines…)

Vous pouvez également lire un excellent compte-rendu sur Play-Fitness.

Voici également une vidéo sur Youtube.