Dans le dernier numéro de la revue “Néo Santé“, je publie un article sur l’activité physique qui correspond le mieux à ce pour quoi notre corps est conçu, c’est-à-dire le type d’activité physique que nous avons pratiquée durant l’immense majorité de notre évolution. 

Il s’agit en fait du troisième volet d’une suite d’article sur le “Paleo”. Le premier était une introduction (Le mode de vie “Paleo”); le deuxième se centrait sur l’alimentation (Le lien entre notre alimentation et les maladies actuelles : mangez comme un « chasseur-cueilleur » !); et le troisième se concentre donc sur l’activité physique.

Extrait :

Durant le mois d’août 2011 avait lieu, à Los Angeles, l’ « Ancestral Health Symposium », la grande messe dans le domaine de la santé « paléo ». Tous les plus éminents spécialistes en alimentation « paléo » étaient présents, médecins, biologistes, évolutionnistes, physiciens, anthropologues, paléontologues, nutritionnistes, etc. : Boyd Eaton, Loren Cordain, Staffan Lindeberg, Michael Eades, pour ne citer qu’eux.

Mais parmi ces spécialistes, étaient également présents des gens comme Robb Wolf, co-fondateur et coach de la salle de sport Norcal Strength and Conditioning en Californie, Mark Sisson, triathlète américain et auteur du site internet de fitness « Mark’s daily Apple », Erwan Le Corre, un français exilé aux Etats-Unis, créateur du système d’entraînement MovNat, qui remet au goût du jour la Méthode Naturelle de Georges Hébert, et James O’Keefe, un cardiologue dont la conférence était intitulée « Organic Fitness » – ou comment s’entraîner comme un chasseur-cueilleur.

On ne peut effectivement prétendre comprendre l’état de santé de nos ancêtres sans considérer les activités physiques qui constituaient leur quotidien. Plus encore, notre évolution est toute entière liée à la manière dont nos ancêtres ont pu s’adapter physiquement à leur environnement naturel. Par conséquent, c’est cet environnement et le mode de vie dans celui-ci qui a déterminé nos gênes : le mode de vie du chasseur-cueilleur représente le modèle d’activité pour lequel nous restons génétiquement adaptés.Lire la suite de l’article avec toutes les références bibliographiques sur le site de Néo Santé…