Deuxième journée des CrossFit Games, et déjà trois épreuves dans les jambes avant de débuter le 4ème workout. Un “Triplet” composé de Muscle-ups, de Deadlifts et de GHD Sit-ups, entrecoupé de sprints dont la distance augmente à chaque round.

Event 4

For time:

  • 5 Muscle-ups
  • 245 pound Deadlift, 10 reps
  • 15 GHD Sit-ups
  • Sprint 50 yards
  • 5 Muscle-ups
  • 245 pound Deadlift, 10 reps
  • 15 GHD Sit-ups
  • Sprint 100 yards
  • 5 Muscle-ups
  • 245 pound Deadlift, 10 reps
  • 15 GHD Sit-ups
  • Sprint 150 yards
  • 5 Muscle-ups
  • 245 pound Deadlift, 10 reps
  • 15 GHD Sit-ups
  • Sprint 150 yards

Petite originalité qui amène de la variation, comme prescrit dans la méthode CrossFit, les poids utilisés pour les deadlifts ont un diamètre plus court que les bumper plates habituels. Ils ressemblent davantage au poids que l’on peut acheter en Belgique ou en France dans les grandes surfaces de sport. De cette manière, les athlètes devaient aller chercher la barre un peu plus bas que d’habitude, augmentant ainsi l’amplitude du mouvement.

C’est dans le 5ème groupe qu’on retrouve les deux athlètes les plus performants sur cette épreuve : Joshua Bridges (7:14) et Rich Froning (7:23). Il semble que ce workout ait particulièrement convenu aux athlètes expérimentés, puisque qu’on retrouve ensuite Austin Malleolo (7:25), Dan Bailey (7:28), ex-aequo avec Jason Khalipa (7:28), et Chris Spealler (7:40).

Rich Froning

A l’issue de l’épreuve, Austin Malleolo déclarera : “J’ai essayé de ne pas me calquer sur le rythme des autres, parce que ce n’est pas comme ça dans le CrossFit. La seule personne que vous devez battre, c’est vous-même“. Khalipa confirme : “C’est moi contre moi. Je ne me préoccupe pas de ce que font les autres“. Sa stratégie : ne pas couper les séries.

Comme chez les hommes, c’est le dernier groupe qui était le plus intéressant chez les femmes, puisqu’y concourraient Kristan Clever, Annie Thorisdottir, Julie Foucher, Michelle Kinney et Annie Sakamato. Michelle Kinney est la première à terminer de ce groupe et remporte l’épreuve en 8:14, devant Kristan Clever (8:43) et Annie Sakamato (8:49). Les trois premières de ce groupe constituent donc le podium de cette 4ème épreuve. Suivent ensuite Samantha Briggs, en 8:52 et Kelly Steadman, en 8:54, qui n’avait jamais utilisé un GHD avant cela !!!

Event 5

Après ce met-con, les athlètes doivent, pour l’épreuve 5, effectuer des exercices de force.

  • 1 rep max weighted Chest-to-bar pull-up for load
  • 1 rep max Snatch for load
  • Jug carry for distance in 60 seconds

Les athlètes pouvaient choisir de s’accrocher des plates ou de kettlebells à la ceinture pour les pull-ups lestés. La plupart optent pour des plates, sauf Graham Holmberg. On attendait Khalipa, il ne se place que 7ème, ex-aequo avec Spencer Hendel. C’est Lucas Parker qui réalise le pull-ups le plus lourd, avec 59 kg (130 lbs).

Pour le Snatch, Jason Khalipa, Jeff Leonard et Spencer Hendel soulevèrent 120 kg (265 lbs), sous l’oeil expérimenté de Coach Burgener, chez qui Spencer Hendel s’est formé aux mouvements olympiques.

Les bidons à transporter étaient remplis d’eau, les rendant instables lors du transport. On attendait le Strongman Rob Orlando. Il fut pourtant battu par le “vétéran” de 42 ans, Dannie du Preez, d’Afrique du Sud.

Au final de l’épreuve, c’est Matt Chan qui se place en tête, devant Rich Froning, Nate Schrader et Blair Morrison.

Dans ce genre d’épreuve, où l’on a 2 minutes pour établir 1 REP MAX, la stratégie est importante : commencer trop léger, c’est perdre du temps, commencer trop lourd, c’est risqué de se griller dès le début. Annie Thorisdottir a préféré commencer léger, avec un premier essai à 16 kg, alors que les autres étaient déjà à 20 kg. Cette stratégie a semblé plus payante que celle d’Amanda Allen, qui échoua pour sa première tentative à 25 kg. Au final, c’est Camille Leblanc-Bazinet qui tire le plus lourd avec 27 kg de lest.

Pour le snatch, c’est Lindsay Valenzuela qui réalise le soulevé le plus lourd, avec 75 kg (165 lbs), devant Annie Thorisdottir, Katie Hogan, Kristan Clever, et la spécialiste des soulevés olympiques, Mona Pretorious, qui réalisèrent toutes un snatch à 70 kg (155 lbs). Imaginez que Kristan Clever a réalisé un snatch supérieur à son poids de corps de 10 kg !

Et c’est Elisabeth Akinwale qui remporte l’épreuve de porter de bidons, devant Jenny Davis. Au classement final de ce cinquième event, c’est Annie Thorisdottir qui est première, devant Kristan Clever, Jasmine Dever et Jenny LaBaw.

Event 6

“Killer Kage”

Three rounds for time of:

  • 225 pound Front squat, 7 reps
  • Bike 700 meters
  • 100 foot Monkey bar traverse

Se préparer pour l’imprévisible“, dit-on en CrossFit. Dans ce sixième event, l’imprévisible était ce “Monkey Bar Traverse”, c’est-à-dire progresser comme un singe, de barre en barre… sur 30 m ! Rajoutez à cela 700 m de vélo, ce qui n’est pas le plus courant dans les programmes CrossFit, et vous avez un workout pour lequel peu d’athlètes peuvent prétendre s’être spécifiquement préparés.

A ce petit jeu, c’est Spencer Hendel qui s’en sort le mieux (6:24), devant le champion en titre Graham Holmberg (6:31). Tommy Hackenbruck finit 3ème, en 6:35, juste une seconde devant Joshua Bridges (6:36). Khalipa, qui avait terminé les front squat premier de son groupe, ne termine, au final que 22ème de l’épreuve, en 7:41. C’est clairement l’épreuve où le vainqueur de l’édition 2009 se place en moins bonne position…

Spencer Hendel

Chez les femmes, Annie Thorisdottir est la seule favorite qui arrive à maintenir sa position, en se classant 3ème (en 8:06); derrière Elisabeth Akinwale (6:56), qui arriva à parcourir les 30 m des deux premiers rounds sans interruption, et la canadienne Angy Pie (7:38).

Au final de cette deuxième journée, Annie Thorisdottir, Kristan Clever et Julie Foucher renforcent leur position de leaders. Chez les hommes, le classement est celui-ci :

  1. Rich Froning
  2. Ben Smith
  3. Joshua Bridges
  4. Blair Morrison
  5. Spencer Hendel
  6. Matt Chan
  7. Dan Bailey
  8. Graham Holmberg
  9. Jason Khalipa

Le 7ème événement n’est pas encore annoncé. Les athlètes doivent être présents, dimanche à 7h00 du matin, heure locale, pour découvrir ce qui les attend !