You are currently browsing the tag archive for the ‘Paleo diet’ tag.

kobe_670_121713

Si vous suivez, comme moi, la NBA, peut-être n’êtes-vous pas passés à côté d’une information peu habituelle : en octobre de cette année, les deux Big Men des Los Angeles Lakers, Robert Sacre et Chris Kaman, achetaient une vache ! Pas une Ferrari, pas une villa sur les auteurs de Los Angeles. Une vache. Et plus particulièrement une “grass-fed cow“, c’est-à-dire une vache élevée en pâturage ou, autrement dit, qui n’a pas été nourrie aux céréales (source : ESPN

Pas étonnant lorsqu’on sait que le “Strength & Conditioning Coach” des Lakers est surnommé “Grass-Fed Tim” ! Tim DiFrancesco est effectivement responsable, avec Gary Vitti, préparateur physique des Lakers, de cette transformation des habitudes alimentaires au sein de la franchise californienne.

La nutrition est un élément primordial de la performance, et la performance peut vraiment augmenter, grâce à l’alimentation seulement“, explique DiFrancesco (Source : Nba.com)

Dans le passé, Tim DiFrancesco avait compté sur les suppléments pour compenser la mauvaise qualité des aliments vendus en grande surface mais il n’était pas satisfait avec ça… “Ils disent tous qu’ils proposent la formule miracle mais ils sont souvent beaucoup trop chargés en sucre !

L’alimentation des Lakers se base donc sur de la “vraie” nourriture, des aliments naturels et bio, plutôt que sur des compléments.

130712grassfed_chart670

Mais comment DiFrancesco et Vitti ont-ils pu modifier l’alimentation de joueurs déjà expérimentés, comme Kobe Bryant ? Réponse : par une approche éducative ! Leur objectif était de rendre les joueurs conscients que la nutrition pouvait affecter leurs performances et que c’était prouvé scientifiquement…

Concrètement, il a été proposé aux joueurs une classification des aliments en trois couleurs : vert (pour les meilleurs aliments), jaune (pour ceux dont il faut se méfier), rouge (pour ceux à éviter).

ALIMENTS “VERTS” : légumes verts, boeuf grass-fed, oeufs et produits laitiers non pasteurisés de bêtes nourries en pâturages.

DiFrancesco explique que les Lakers veulent que leurs athlètes consomment du “bon gras”, que leur corps est prévu pour brûler comme énergie. Le petit-déjeuner de Kobe Bryant ? Du bacon !

Contrairement à ce que les gens peuvent penser, nous voulons en fait que nos joueurs mangent autant de beurre et de bacon issus de viandes élevées en pâturage. Est-ce que ça va faire monter en flèche leur cholestérol ? Non, regardez ce qu’en dit la science. Le type de gras dans le beurre, les produits laitiers et les viandes peut faire diminuer le mauvais cholestérol et augmenter le bon cholestérol” (Source : Nba.com)

ALIMENTS “JAUNES” : pâtes, pain, pommes de terre, bagels, céréales et des fruits plus gros que des pommes. L’idée est que le sucre des fruits peut être mauvais : cela crée un pic d’énergie, mas qui sera immédiatement suivi par une chute d’énergie. “Le sucre est l’aliment le moins efficace que nous pouvons manger“, affirme DiFrancesco ! On est loin des théories sur l’alimentation des sportifs qu’on nous sert encore ici en Europe ! Il va même plus loin : “les gens doivent commencer à penser au sucre comme à un poison mortel. C’est une substance “additctive” qui fait des ravages dans notre corps et qui, en plus, est une source d’énergie tout à fait inefficiente“. Gary Vitti confirme : “nous avons renversé la pyramide alimentaire !”  (Source : latimes.com)

“ALIMENTS ROUGES” : Chips, frites, soda, bonbons, boissons énergisantes, céréales sucrées…

DiFrancesco est convaincu que le gras est la meilleure source d’énergie pour notre corps, tant que l’on reste sur de bonnes sources de gras. Et l’avantage du gras est que notre corps est très bien conçu pour savoir quand il en a assez consommé, contrairement aux glucides… Mais la nourriture est bien plus qu’une source d’énergie, c’est une véritable médecine, selon DiFrancesco !

1005992_178160205695302_1582561789_nOn parle d’une soupe, servie aux joueurs, qui nourrit vraiment bien les ligaments, articulations et tendons, à base de bouillon de poule. Du vrai bouillon, avec des os et des cartilages bouillis, libérant tout un ensemble de nutriments qui viennent nourrir les articulations, en particulier en période de revalidation comme l’a été Kobe Bryant. Ce dernier était d’ailleurs un des premiers joueurs convaincus de l’intérêt de cette alimentation, conscient qu’à son âge, il était important de bien se nourrir. Vu son rôle de leader dans l’équipe, l’adoption de cette alimentation par Kobe Bryant a fortement influencé le reste des joueurs…

Dans plusieurs interviews, Kobe a d’ailleurs explicitement attribué ses performances à son alimentation pauvre en glucides et riche en bonnes graisses. Dwight Howard a quant à lui vu ses baisses d’énergie s’estomper.

L’équipe s’est en fait adjointe les services du Dr. Cate Shanahan (“Dr. Cate“) qui vient une fois par mois expliquer aux joueurs en quoi les légumes verts peuvent diminuer les inflammations aux articulations. Cette médecin est une grande défenseuse du low-carb diet, c’est-à-dire d’une alimentation pauvre en glucides, mais avec beaucoup de bonnes graisses en contrepartie. Un régime similaire à ce que mangeaient nos ancêtres du paléolithique (Source : examiner.com)

C’est maintenant Whole Foods (la célèbre chaîne de magasins bio aux Etats-Unis) qui fournit l’équipe des Lakers en nourriture aussi bien avant et après les matchs, que durant leurs vols en avion. Après les matchs, chaque joueur a une salade verte qui l’attend dans les vestiaires, avec soit du boeuf, soit du saumon et une source de graisses.

Cette alimentation est, en général, en vigueur parmi les CrossFitteurs. Alors à quand dans les autres sports européens ?

Si vous cherchez de la “grass-fed meat” en Belgique, adressez-vous à Grasgevoerdvlees.be, fournisseur de viande issue de bêtes élevées en pâturage dans les salles CrossFit ! 

1375015_209458169232172_866242799_n

Photo 28-09-13 16 33 44

Peut-être aimeriez-vous de temps à autres vous refaire un “gros plat de pâtes” ? Pour rappel, les pâtes, même complètes, constituent beaucoup de glucides (sucre) d’un coup pour notre corps, et contiennent des anti-nutriments inflammatoires comme le gluten… Plutôt à éviter donc… Mais tout le monde – ou presque – aime les spaghettis bolognaise. 

Photo 28-09-13 16 36 53Pas de panique ! Il existe une forme de courge, dont la chair, un fois chaude, se détache en filaments qui ressemblent tout à fait à des spaghettis… Mais beaucoup moins riches en glucides et en gluten !

Et c’est très facile à faire. Au moins aussi facile que des pâtes, sauf que ça prend un peu plus de temps. Et c’est plutôt économique : une courge de taille moyenne (1,2 kg) contient assez de “spaghettis” pour 2 à 3 personnes !

Préparation : 

  • Coupez la courge en deux dans le sens de la longueur.
  • Posez les deux parties sur un plat en inox allant au four, la face coupée vers le bas, et mettez un peu d’eau tout autour…
  • Laissez cuire au four, 30 à 40 minutes, jusqu’à ce que la courge soit un peu molle (ou que vous puissez enfoncer votre fourchette dedans).
  • Sortez-les du four et retournez-les pour les laisser refroidir un peu.
  • Puis, enlevez la chair avec une fourchette. Attention, ce n’est pas tant les filaments que l’on voit, au milieu, que l’on veut avoir. Ils sont plein de pépins. Mais plutôt la chair tout autour. Elle semble tout à fait compacte, mais dès que vous pointez votre fourchette dedans, vous verrez qu’elle se défait sous forme de spaghettis…

Photo 28-09-13 15 42 21

On voit sur la photo, tous les spaghettis que j’ai récoltés dans une courge de 1,2 kg !

Préparez à côté ce avec quoi vous voulez accompagner ces spaghettis. Personnellement, j’ai simplement fait cuire du haché et de la sauce tomates, que j’ai rajoutés. Et j’ai fait griller les pépins à la poêle. Ils sont riches en Magnésium, en Fer, en Zinc, en Vitamine A, en thiamine (B1) et en riboflavine (B2). On leur prête des vertus pour les infections urinaires et les troubles de la prostate…

Et tant qu’à faire, j’ai utilisé la peau de la courge évidée comme assiette ! ;-)

C’est tout à fait délicieux, sain, paléo, de saison, bio, local, et non-inflammatoire !!

Bon appétit ! ;-)

Photo 28-09-13 16 00 08

Photo 28-09-13 14 43 45

Le CrossFit et l’alimentation paléo étaient à l’honneur ces deniers jours, sur la RTBF, chaîne publique belge francophone. Dans “Le 15 minutes”, diffusé à 19h, sur “La Deux”, deux “Focus” ont été faits sur le CrossFit, puis sur l’alimentation paléolithique. 

Le premier (sur le CrossFit) a été fait par François Mazure, à CrossFit 1815 (Waterloo). Le deuxième (sur l’alimentation paléo), par Pascale Bourgaux, dans un magasin bio de Waterloo,  puis dans le restaurant “Tan” à Ixelles.

Deux bons reportages, rediffusés par la suite dans le “13h” de la RTBF !

Mercredi 18 septembre 2013 : “Le Phénomène CrossFit

RTBF4

Mercredi 25 septembre 2013 : “Le régime paléo

RTBF5

Cliquez sur les images pour ouvrir les reportages dans une autre fenêtre… 

PaleoSummer2013

Il y a quelques jours, Google publiait son Top des recherches sur le net, durant l’été 2013, en France. Entre les résultats du bac, “comment bien bronzer” et les noms de quelques starlettes, le “régime paléo” arrive en première place des recherches dans la catégorie “Régime” ! 

Et en deuxième position : “régime Seignalet”… Le Dr. Jean Seignalet est un médecin français, de l’Université de Montpellier 1, décédé en 2003. Même s’il est probablement tombé dans certains excès, Seignalet a été parmi les premiers, en France, à promouvoir une alimentation proche de ce que nous mangions durant la période paléolithique.

Selon Wikipedia :

Il préconise un retour à une nutrition de type ancestral. Son régime repose sur une approche essentiellement qualitative de la diététique, il écarte des aliments qu’il considère potentiellement nocifs pour l’organisme humain : les aliments cuits à haute température et aussi, entre autres, le blé et les produits laitiers, et privilégie les aliments biologiques. Cette méthode nutritionnelle est indifféremment appelée par l’auteur “régime ancestral”, “régime hypotoxique” ou “alimentation de type originel”.

seignaletEn Belgique, le restaurant “Tan” (Bruxelles) se revendique du dr. Seignalet…

Autrement dit, les deux types d’alimentation à propos desquels les Français se sont renseignés sur internet durant l’été 2013 renvoient l’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs du Paléolithique…

Voilà qui est prometteur…

2011-2013

L’été, les vacances… c’est l’occasion de comparer les photos de vacances, d’année en année. Les Beach WOD, c’est l’occasion de comparer ses photos de Beach WOD ;-)

En 2011, CrossFit Antwerpen avait organisé un WOD à Knokke. Cette année, c’est Céline, de CrossFit Da Vinci, qui a organisé un WOD à Ostende. Deux ans et plus ou moins la même photo…

2 ans à faire tout ce que l’industrie du Fitness dit qu’il ne faut pas faire pour prendre de la masse musculaire et perdre de la masse grasse : 

  • 2 ans à faire uniquement du CrossFit.
  • 2 ans à ne pas faire de longues heures de “cardio”, uniquement courir en interval training et une course (Semi-marathon de Bruxelles, 10 km de Lasne, Strongman run, etc.) quelques fois par an (pieds nus en plus, ou en chaussures minimalistes, sans renforts au niveau du talon !).
  • 2 ans sans biceps curls, sans pec deck, sans crunchs.
  • 2 ans à manger uniquement paléo : zéro fois des pâtes, je crois… quelques fois (très rarement !) du pain, parfois du riz et des patates douces.
  • 2 ans à puiser pratiquement tous mes glucides dans les légumes et les fruits.
  • 2 ans à manger du gras, plein de gras : du bacon et d’autres viandes grasses.
  • 2 ans à ne pas manger à heures fixes.
  • 2 ans à ne pas savoir combien de calories je mange par jour.
  • 2 ans sans Acides Aminés en suppléments, sans Gainers, sans CLA, sans ZMA, sans L-Carnitine, sans L-Arginine, etc. Juste de la Whey en post-workout, avec du miel, une banane ou des dattes.
  • 2 ans à ne prendre, comme complément, que des Omega-3 (et une cure de Vitamine D en hiver).
  • 2 ans à m’autoriser des écarts de temps à autres (une à deux fois par semaine), surtout festifs : bière, vin, Vodka ou Whisky (… ceux qui savent, savent lol)
  • Et quelques mois à m’entraîner à jeun, à manger quand j’ai faim, sans prévoir à l’avance…

Une vérité : tenter de reproduire l’alimentation que l’on a connue durant des millions d’années ne rapporte pratiquement rien à l’Industrie, au commerce mondial. Pourquoi ? Parce que précisément cette alimentation est celle que l’on a connue durant cette immense période AVANT l’apparition du commerce et de l’industrie. N’attendez pas que l’industrie vous conseille pour votre santé…

Un conseil : Concevez un mode de vie sain via negativa, comme on dirait en théologie, c’est-à-dire par la négative. Enlevez de votre alimentation tout ce qui est mauvais, plutôt que de rajouter tout ce qu’on essaie de vous vendre pour perdre du poids, prendre de la masse musculaire, sécher, etc.

grass-fed-beef

Cet article est une réponse que j’ai publiée sur le groupe Facebook de Reebok CrossFit Brussels, à la suite du partage sur ce groupe de l’article “Pourquoi le régime paléo est-il une idiotie”, publié sur le site Crudivegan.fr. L’article me semblait avancer de nombreuses contre-vérités scientifiques.

Dernièrement, l’excellent site RepNoRep.net a publié son “Entretien avec une Vegan”, une discussion intéressante et ouverte entre un adepte de l’alimentation paléo et une Vegan, auteure du blog Cabane Végétale… Je me permets donc de re-copier ma réponse initiale ici, afin de rajouter quelques éléments à la discussion, par blogs interposés…  De nombreuses parties de ce texte sont extraites des articles que je publie chaque mois dans la revue “Néo Santé”.

1. Les traces d’usure sur des dents humaines datant de 2,5 millions d’années prouvent que nous mangions de la viande. Une hypothèse est qu’au fur et à mesure du développement de  nos outils et de nos techniques, de chasse et de découpage de la viande, ces dents, permettant de tuer une proie et de la déchiqueter par la suite, ont perdu de leur utilité… 

2. Il est montré qu’Homo Habilis, il y a plus ou moins 2,5 millions d’années, avait une alimentation basée à près de 40% sur des aliments d’origine animale. Les paléontologues se basent en fait sur des preuves chimiques : le ratio Strontium/Calcium dans des os fossilisés montre que l’alimentation des premiers hominidés était aussi faite de chair animale. Ces études chimiques sont corroborées par des études de l’usure de dents retrouvées, montrant également la consommation de viande. 

Chez Homo Erectus (1,7 millions d’années), les activités de la chasse augmentent, et sa consommation d’aliments d’origine animale augmente quelque peu (>40%). L’étude des dents d’Homo Erectus a montré des traces d’usure typiques d’animaux carnivores, comme les hyènes, même si le végétal reste majoritaire dans son alimentation. Entre 2 millions et 10.000 ansd’ici, site_45_rand_624677277_paleoon trouve des os d’animaux présentant des marques de coupures, montrant que la chair a été enlevée de l’os, avec des outils également retrouvés à proximité. D’autres recherches montrent des restes d’os broyés avec des outils primitifs pour en extraire la moelle. 

On pense en fait que, pour Homo Erectus, la chasse a permis de se nourrir dans les nouvelles contrées, européennes et asiatiques, où les hivers, plus rudes, plus froids, ne laissent que peu de végétation pour se nourrir. Homo Erectus apprend également à se nourrir de noix, bulbes et autres tubercules dès l’automne. L’évolution est une question d’adaptation à son environnement.

En Chine, des traces d’Homo Erectus, datant d’il y a 400.000 ans, montrent un régime omnivore, composé de viande, de fruits sauvages et de baies, de pousses, de tubercules, et d’autres aliments d’origine animale, comme des œufs, des insectes, des reptiles, des rats, etc.

Durant la dernière période du Paléolithique (40.000 ans av. J.C. – 10.000 ans av. J.C.), on commence à trouver des traces claires de traitement appliqués à la nourriture, comme le pilage, des formes de cuisson, des formes de grillades, etc. C’est aussi à cette période, en Europe, en Asie du Nord, et plus tard en Amérique du Nord, que l’Homme s’adapte en augmentant la chasse de grands mammifères comme les mammouths, les chevaux, les bisons et les caribous, qui se multiplient dans les prairies ouvertes, la tundra et les steppes, qui s’étendent à cette période. 

En Europe, les Homo Sapiens (hommes modernes) arrivés sur le continent durant cette dernière période du Paléolithique, longtemps appelés “Cro-Magnons”, avaient un régime alimentaire composé à part égale d’aliments d’origine animale et végétale. 

Une étude récente (2000), publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, analyse, parmi les 1267 sociétés recensées dans le célèbre Atlas ethnographique de Murdock, l’alimentation des 229 tribus de chasseurs-cueilleurs qui ont perduré. Cette étude montre que partout où c’est écologiquement possible, la part de calories d’origine animale varie entre 45 et 65% des hunter-gatherercalories consommées par les chasseurs-cueilleurs. 73% des tribus de chasseurs-cueilleurs dans le monde basent, à plus de 50%, leur subsistance sur des aliments d’origine animale, alors que seulement 14 % de ces tribus basent majoritairement leur alimentation sur la cueillette des plantes. Aucune de ces sociétés n’est dépendante, pour sa subsistance, de la cueillette des plantes à plus de 86%. A fortiori, aucune ne se nourrit que de plantes. 
La consommation de viande ne semble pas varier selon les latitudes. Inversement, la consommation de plante diminue au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’équateur, au profit d’aliments issus de la pêche. 

Il est donc relativement clair que les aliments d’origine animale (et donc la viande) ont toujours fait partie de notre alimentation. Bien sûr, le ratio animal/végétal fut différent selon les périodes et les aires géographiques dans lesquelles nous avons évolué. 

Une question qui persiste est de savoir si les premiers hominidés étaient de vrais chasseurs ou plutôt s’ils récupéraient, de manière opportuniste, de la viande d’animaux tués par d’autres prédateurs, c’est-à-dire s’ils étaient, en anglais des “opportunistic scavengers“. Il semblerait en fait que cela dépendait du degré de développement de chaque culture, les plus avancées maîtrisant mieux les techniques de chasse. 

3. Bien sûr la viande actuelle n’est plus la même qu’à l’époque. Mais c’est exactement la même chose pour les fruits et les légumes : une étude montre que les fruits cultivés actuellement sont plus riches en saccharose et moins riches en glucose et fructose, que les fruits sauvages consommés par les primates en liberté. Le saccharose est un glucide composé d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose, et présente un goût très doux. En somme, ils ont pour nous davantage de goût, et c’est pour cela que ces fruits ont été sélectionnés, cultivés et commercialisés. Le problème est que le saccharose n’est pas Fruits-and-Vegetablesdirectement assimilable par l’organisme, contrairement au glucose. Pour exemple, les mangues “Haden” (parmi les plus cultivées) contiennent 74,1% de saccharose, alors que les fruits du prunier Mombin, sauvages, n’en contiennent que 0,27%. Comme l’être humain est le produit d’une évolution durant laquelle on s’alimentait de fruits majoritaires en glucose et fructose, plutôt qu’en saccharose, notre système digestif est davantage adapté à ce type de glucose.

Les fruits consommés par nos cousins primates contiennent également bien plus de “pectines” que ceux cultivés. La plupart des mammifères, dont les humains, possèdent des micro-organismes, dans l’appareil digestif, capables de fermenter les substances pectiques. Les acides gras volatiles produits par cette fermentation peuvent être une source d’énergie. Ces acides gras ont également des propriétés anti-cancer. La pectine est d’ailleurs utilisée en complément alimentaire chez les enfants vivants dans les zones exposées aux retombées de Tchernobyl.

Enfin, les fruits sauvages consommés par les singes sont plus riches en calcium, potassium, fer et phosphore. Ils contiennent souvent des insectes, fournissant une source de vitamine B12, et sont plus riches en vitamine C, que nous sommes incapables de synthétiser, ce qui nous oblige à la puiser dans notre alimentation. Les insectes sont une source alimentaire importante pour tous les singes existants : chimpanzé, orang-outang, gorille, gibbon et siamang. 100 gr de sauterelles fournissent autant de protéines que 100 gr de bœuf ! Il en est de même pour beaucoup de larves et vers. De plus, 100 gr d’insectes couvrent plus de 100 % des apports journaliers recommandés en minéraux et en vitamines. 

4. L’être humain est OMNIVORE : Au niveau de la digestion, l’humain partage plusieurs points communs avec les autres hominidés : un seul estomac, un intestin grêle (lieu de l’absorption des nutriments par l’organisme), un caecum qui se termine en appendice, et un colon formé d’une succession de bosselures (appelées “haustrations”) qui lui donnent son aspect segmenté. En comparaison avec les autres animaux, notre intestin est plus long que celui d’un pur carnivore, mais plus petit que celui d’un herbivore. 
La seule différence avec les autres primates est la proportion intestin grêle/colon. Contrairement à ceux-ci, plus de la moitié de notre intestin est composé de notre intestin grêle. Cela signifie que les êtres humains ont évolué vers une alimentation plus dense et hautement digestible.

Post-scriptum : 

Autant je peux comprendre les raisons éthiques, religieuses, écologiques, philosophiques, idéologiques justifiant le fait de ne pas manger de viande, autant les arguments évolutionnistes et médicaux sont totalement infondés. La plupart des végétariens / végétaliens que je connais (et j’en connais beaucoup) le sont premièrement pour des raisons morales ou écologiques (que je respecte) et essaient dans un second temps de justifier cela par des raisons médicales ou scientifiques, quitte à balancer des erreurs… Les raisons morales se valent en soi (oui l’industrie de la viande est cruelle et les bêtes sont piquées aux antibiotiques, etc., oui l’industrie de la viande est énegivore et a un bilan énergétique catastrophique, etc.), mais la viande en soi (la bonne viande) fait partie de notre alimentation depuis plusieurs millions d’années…

Il m’a été demandé de communiquer les références des livres et sites que je présente lors de ma conférence sur l’alimentation paléolithique. Voici donc les deux dernières dias de mon powerpoint, avec les liens vers les sites et vers les livres sur Amazon.fr. Bonne lecture et bonne découverte de ces différentes sites !

Livres

LIVRES EN ANGLAIS

LIVRES EN FRANCAIS

Liens

SITES EN ANGLAIS : 

SITES EN FRANCAIS : 

AfficheConfPaléoCF1815

Après avoir parlé de l’alimentation paléolithique à Reebok CrossFit Louvre, CrossFit Original Addicts et CrossFit Liège, je donnerai une conférence sur le même sujet à CrossFit 1815 (Waterloo, Belgique), le samedi 1er juin, à 19h00 !

Comme à l’habitude maintenant, ça sera suivi par un repas “paléo” (barbecue + plats paléo), afin que ça ne reste pas “que” théorique, et que chacun puisse se rendre compte que l’alimentation paléo, c’est aussi savoureux, facile et nourrissant !

De mon côté, j’essaierai de vous montrer les fondements scientifiques d’une alimentation basée sur notre évolution en tant qu’être humain. J’expliquerai les preuves que nous avons quant à l’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs et en quoi cette alimentation était meilleure que la notre alimentation moderne.

Je présenterai les liens entre l’alimentation et quelques-unes des maladies de civilisation : diabète, maladies cardio-vasculaires, hypertension, etc., ainsi qu’avec des troubles comme les allergies par exemple…

Et je terminerai sur quelques conseils pratiques de mise en oeuvre…

Pour un avant-goût de la conférence, voici un enregistrement audio de la version que j’ai donnée à CrossFit Liège. Merci à Julien, coach CrossFit et blogueur CrossFit/Paléo (Allez voir son blog : http://www.laaari.com/) : Télécharger ici

INFOS 

Date : Samedi 1er juin 2013. 19h : Conférence. 20h30 : Repas

Lieu : CrossFit 1815. Av. des Pâquerettes, 55. 1410 Waterloo (Zoning artisanal)

Prix

  • Adhérents CrossFit 1815 : Conférence : gratuit // Conférence + Repas : 15€
  • Non-adhérents CrossFit 1815 : Conférence : 7 € // Conférence + Repas : 22 €

Inscrivez-vous sur l’événement Facebook ! 

LaMeuse1

l’article complet :

ROCOURT : CONFERENCE SUR LE REGIME “PALEO-ZONE”, INSPIRE DE L’HOMME DE CRO-MAGNON.

C.V.

La nouvelle salle de fitness « CrossFit », qui a ouvert depuis quelques semaines dans l’ancien entrepôt de E5 Mode à Rocourt, organise ce vendredi une conférence avec un coach en nutrition. Yves Patte parlera du régime « paléo-zone », mix du régime paléolithique et de la diète The Zone qui fait fureur à Hollywood ces dernières années.

« Beaucoup de gens nous demandent des conseils nutritionnels pour accompagner leur entraînement », explique Émilie Boufflette, fondatrice, avec Tanguy Hardy, de « Urban Fitness », la sociétéde qui vient d’importer le CrossFit en région liégeoise pour la première fois. « Nous avons donc invité un coach de Bruxelles pour parler du régime « paléo-zone », qui est préconisé dans le CrossFit ». L’idée est simple : comme le CrossFit prône des mouvements fonctionnels séculaires (sauter, lever, pousser), le corps doit lui aussi être nourri avec les nutriments dont il a génétiquement besoin et qui n’ont quasi pas changé depuis que l’homme est passé de quatre à deux pattes puis qu’il a inventé l’avion. Le régime paléo est donc basé sur une alimentation type ‘homme des cavernes’, soit ce qui peut être chassé, cueilli, ramassé (viande, poisson, fruits et légumes, noix). Pas de produits laitiers car Cro-Magnon n’élevait pas (encore) de vaches, ni de céréales puisqu’il ne cultivait pas de champ. Et aucun sucre blanc.

Cette méthode est associée au régime « Zone » qui, lui, définit la quantité de nutriments à ingérer : soit 40 % de glucides, 30 % de protéines et 30 % de lipides. Le but est d’atteindre le « juste milieu », un équilibre qui doit alléger notre taux de sucre dans le sang et nous préserver des maladies dites « de civilisation », comme le diabète, l’excès de cholestérol et certains cancers. Info : 0479/91.01.50.

Plus d’informations à ce sujet dans La Meuse édition Liège de ce matin, ainsi que dans nos éditions numériques, sur http://num.sudinfo.be

DU SPORT EN SOULEVANT DES PNEUS DE TRACTEURS. Un nouveau mode de fitness débarque à Liège : le CrossFit

543863_10151534010222375_686770766_n

 

Le site de CrossFit Liège : http://www.crossfitliege.com/

576101_10151506974052375_734840167_n

Très heureux de vous annoncer que je donnerai une conférence sur l’alimentation paléo, à CrossFit Liège, le vendredi 5 avril 2013, à 19h.

Cette conférence s’inspirera des articles que je publie chaque mois dans la revue de santé “Néo Santé”, et du suivi alimentaire pratiqué à Reebok CrossFit Brussels et CrossFit 1815 depuis plus de 2 ans.

La conférence sera suivie par une dégustation de plats paléo, par Julien (@jLRVR), Coach CrossFit et auteur du blog LAAARI.com

Je donnerai également une conférence à CrossFit 1815, au mois de mai (info bientôt)

Rahil

Le couple CrossFit / Paléo est la clé pour perdre de la masse grasse et reprendre en main son apparence physique, sa santé et ses capacités. 

Rahil nous montre ici ses photos avant/après, en 6 mois de CrossFit à Reebok CrossFit Brussels et d’alimentation paléo ! 11 kg en moins !

Je tenais à remercier cette box de Reebok Crossfit Brussels pour toute cette souffrance qu’ils m’ont fait endurer ! Ben pour ses encouragement, Yves pour ses conseils paleo, Driss pour me pousser à toujours prendre plus lourd et ces wods hardcore ! Alexis pour ses étirements, et tout le reste des coaches qui sont derrière toi pendant les wods !! J’ai perdu 11 kilos en 6 mois en faisant du Crossfit et en mangeant paléo !

Quand j’ai commencé le crossfit, je ne savais pas faire de pull ups ni de DU. Là, je les enchaine !

Pourquoi est-ce que ça marche aussi bien ? Parce que les deux facteurs les plus importants pour rendre le corps plus sensible à l’insuline (et donc rendre le corps plus performant pour utiliser les sucres au lieu de les stocker sous forme de graisse) sont :

  1. manger des aliments à index glycémique bas (et donc pas ou peu de céréales, mais plutôt des légumes).
  2. l’entraînement à haute intensité (et donc des efforts plutôt courts et intenses)

… Et c’est exactement ce qu’offrent le CrossFit et l’alimentation paléo !

Prochaines conférences sur l’alimentation paléo que je donnerai dans des salles CrossFit : 

imagesCover

Le samedi 9 mars 2013, j’aurai la chance de donner une conférence sur l’alimentation “paléo” à CrossFit Original Addicts, Paris. Venez nombreux, c’est ouvert à tout le monde. Infos éventuelles à cette adresse : contact@crossfitoriginaladdicts.com

J’essaierai de présenter l’ensemble de la démarche, ses fondements scientifiques et historiques, ainsi que la mise en application d’une telle alimentation aujourd’hui.

  • Quelle était l’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs ?
  • Qu’est-ce qui distingue notre alimentation de celle de nos ancêtres ? 
  • Quels sont les troubles de santé créés par l’alimentation industrielle moderne ? 
  • Quelle alimentation avoir lorsqu’on s’entraîne ?

Ce sera suivi d’une séance de questions-réponses. Le contenu sera basé sur les articles que je publie, chaque mois, dans la revue médicale “Néo Santé”, ainsi que sur les expériences de coaching paléo que j’effectue à Reebok CrossFit Brussels et à CrossFit 1815 depuis plus de 2 ans…

Date : Samedi 9 mars 2013

Heure : 17 h

Lieu : CrossFit Original Addicts. 72, Boulevard Charonne. 75020 Paris.

(Pour les Belges, je donnerai également une conférence sur l’alimentation paléo, le vendredi 5 avril, à CrossFit Liège !)

404384_597005790313881_622859622_n

Le samedi 16 février 2013, je serai à Reebok CrossFit Louvre pour parler de l’alimentation paléo. Et cette conférence sera suivie par une démonstration de cuisine paléo, par Romain Behar, cuisinier parisien, spécialisé en alimentation paléo…

J’essaierai de présenter l’alimentation paléo, à la fois pour celles et ceux qui souhaitent découvrir ce type d’alimentation que pour celles et ceux qui ont déjà opté pour le paléo et qui souhaitent affiner leur apport nutritif.

Plus précisément, je parlerai : 

  • des fondements scientifiques de l’alimentation paléo
  • des bienfaits d’une telle alimentation en matière de santé
  • de la mise en oeuvre du paléo au quotidien
  • de la mise en oeuvre du paléo dans le CrossFit

Le contenu sera basé sur les articles que je publie, chaque mois, dans la revue médicale “Néo Santé”, ainsi que sur les expériences de coaching paléo que j’effectue à Reebok CrossFit Brussels et à CrossFit 1815

Sur la journée, il y aura 2 séances :

  • 12h00 à 14h00
  • 14h30 à 16h30

Les places sont limitées à 20 personnes.  Inscriptions obligatoires par mail: sebastien@reebokcrossfitlouvre.com

Au plaisir de vous y voir !! Et d’ores et déjà merci à Reebok CrossFit Louvre pour cette opportunité ! 

557279_359061294168944_1982255473_n

Marshall White, de Lift Big Eat Big

Voilà une question qu’on me pose très souvent : est-il possible de prendre de la masse musculaire lorsqu’on fait du CrossFit, et surtout en mangeant “paléo” ???

Pour y répondre : pourquoi ne pas voir ce qu’en dit une référence en terme de prise de masse : le site Lift Big, Eat Big, bien connu des Powerlifters !

Dans l’article intitulé “How To Get Big While Doing Crossfit“, l’auteur y répond d’une manière assez intéressante :

1. En mangeant “paléo”, les femmes se mettent généralement à manger davantage de protéines et de bonnes graisses que ce qu’elles faisaient avant. Donc, elles prennent un peu de masse musculaire. Les hommes, quant à eux, lorsqu’ils commencent à manger “paléo”, se mettent à manger moins “calorique” qu’avant, ils ont donc tendance à perdre de la masse grasse… sans toujours prendre de la masse maigre.

Manger des protéines ne suffit pas. Juste manger des oeufs et du bacon au petit déjeuner ne représente pas un apport en calories suffisant pour prendre de la masse musculaire (même avec 5 oeufs et 6 tranches de bacon). Il faudrait au moins rajouter un avocat entier (pour les lipides) et des glucides ! Si on est trop en “low-carb”, c’est-à-dire un apport trop bas en LiftBigEatBigheaderglucides, les protéines sont utilisées pour l’énergie et non pour la construction musculaire. En fait, manger “paléo” ne signifie pas de ne pas manger de glucides. Dans le modèle “Zone”, les glucides représentent toujours 40% de l’apport en calories. On parle de “low-carb”, parce que ce type d’alimentation est moins riche en glucides que l’alimentation industrielle moderne, dans laquelle les “carbs” (= les glucides) représentent souvent 70 à 80 % de l’apport calorique… d’où les problèmes d’obésité, de diabète, etc…

Mais d’où vont provenir ces glucides ? On apprend que la majorité de l’équipe de Lift Big Eat Big est gluten-free ! Ce qui signifie qu’ils ne consomment pas de céréales… ni pâtes, ni pain ! Des aliments hautement inflammatoires. Les glucides, ils vont les chercher dans le riz. Conseillé : 1/2 cup de riz (125 gr) 3 à 4 fois par semaine. Ce qui n’est pas immense. Et c’est le riz blanc qui est privilégié, puisque moins inflammatoire que le riz complet. A défaut de riz, ils préconisent des patates douces…

Et qu’en est-il des shakes ? L’équipe de Lift Big Eat Big conseille de ne pas remplacer les vrais aliments par des shakes ! Et lorsque l’auteur de l’article prend un shake, c’est de la Grass-fed Whey (Whey protein issue de lait de vache élevée en pâturage), mixé avec du riz soufflé, à index glycémique élevé, pour susciter la croissance musculaire, par exemple juste après l’entraînement.

2. Au niveau du programme d’entraînement : Lift Big Eat Big rappelle l’importance du… repos ! Ne pas s’entraîner tous les jours RestDaysi on veut prendre de la masse musculaire. Et c’est une chose à laquelle nous sommes confrontés souvent dans les salles CrossFit : des athlètes tellement motivés qu’ils veulent venir tous les jours. Mauvaise idée. La programmation CrossFit officielle prévoit des jours de repos sur la semaine. Si quelqu’un est payé à CrossFit.com pour publier un post disant “Rest Day” tous les deux ou trois jours, c’est qu’il y a une raison ! C’est durant ces jours de repos que le corps se reconstruit…

3. Il est important de faire des entraînements, moins longs, mais plus lourds. Des longues séries de répétitions, au poids de corps, ne vous donneront pas davantage de masse musculaire. Peut-être au début, pour quelqu’un qui débute en CrossFit, mais pas au-delà d’un certain temps. Cette composante “Force” est bien présente dans le CrossFit. Ne croyez pas qu’un WOD de 10 minutes, avec des séries courtes de 3 ou 6 répétitions est trop facile. Si vous chargez bien, ça vous permettra de prendre de la masse musculaire, ce qui est également fondamental en CrossFit. Les mouvements “Strongman” sont également là pour ça !

Et ne vous inquiétez pas pour vos capacités cardio-vasculaires : lorsqu’on s’entraîne en force, on perd très peu au niveau cardio (alors que l’inverse n’est pas vrai : si vous ne faites que du cardio, vous allez perdre en masse musculaire).

Pour lire l’article en entier et en anglais, c’est ici !

A l’occasion de la prochaine ouverture de CrossFit 1815 à Waterloo, la “petite soeur” de Reebok CrossFit Brussels, il est intéressant de faire le point sur le développement du CrossFit. Cette dernière année, c’est près de 1000 salles qui ont ouvert dans le monde, pour atteindre un nombre total de 5000 salles affiliées ! (Source : TabataTimes

Rien qu’en Belgique, actuellement et dans les mois à venir, c’est 4 salles qui ouvrent ! Et je crois qu’on peut dire la même chose pour la France avec l’ouverture récente de plusieurs salles et des projets divers dans tout l’hexagone. L’Europe, en général, se porte bien, puisqu’après les Etats-Unis, c’est la région du monde où on retrouve le plus d’affiliés : 8,8%. Et si les pays nordiques avaient pris de l’avance, le centre et le sud rattrapent petit à petit leur retard…

Une des conséquences est l’augmentation incroyable du niveau ! Chaque compétition attire de plus en plus d’athlètes, ce qui fait que la sélection pour la phase finale représente toujours un niveau plus élevé. C’est ce qu’on voit actuellement avec les London Throwdown, où il y a plus de 1000 inscrits chez les hommes ! Seuls les 150 premiers seront qualifiés… Les Lowlands Throwdown, cette année, ont du prévoir une phase de qualifications, pour pouvoir accepter les 100 meilleurs athlètes (70 hommes / 30 femmes). Et on imagine bien que les Open 2013 seront encore un cran au-dessus, vu tous les nouveaux athlètes qui se sont révélés depuis l’année passée, que ce soit lors du Reebok CrossFit Fitness Championship, du Brussels Throwdown, du Lowlands Throwdown, ou maintenant du London Throwdown !

Et le CrossFit étant, par définition, une méthode “inclusive”, sa popularité va donner de la visibilité à tout ce qu’il inclut. Exemples : l’haltérophilie et l’alimentation paléolithique.

Un article très récent, dans CrossFit Journal, montrait qu’aux Etats-Unis, ces 4 dernières années, le nombre d’haltérophiles a augmenté de 30 % ! Le nombre de coachs d’haltérophilie a augmenté de 139 % !!

Selon Ursula Garza Papandrea, Coach senior et directrice technique de la Fédération américaine d’Haltérophilie : “Le CrossFit est définitivement en train de populariser l’haltérophilie. Et c’est immense pour nous. (…) La communauté CrossFit a été capable d’attirer plus de monde vers l’haltérophilie que ce que nous aurions pu faire“.

C’est assez clair en Belgique. Il y a 4 ans, j’avais contacté la Fédération d’haltérophilie, qui me disait manquer de clubs, de coachs et même d’adhérents. A cette époque, la responsable m’avait dit qu’ils attendaient pour organiser des formations de coachs… par manque de participants. Aujourd’hui, le Coach National d’haltérophilie, Philippe de Pauw entraîne chaque semaine à Reebok CrossFit Brussels. Des athlètes CrossFit ont rejoint son club d’haltérophilie. Et en Belgique, comme aux Pays-Bas et en France, des athlètes CrossFit se testent dans des compétitions d’haltérophilie…

Même chose pour l’alimentation paléolithique. Ce n’est clairement pas nouveau, mais le CrossFit lui a permis de gagner en visibilité et en popularité. Le monde francophone, par exemple, a connu une longue tradition de médecins qui défendaient les principes du “Paléo”, comme Jean Seignalet (1936-2003) ou Jacques Fradin, en France, ou Guy-Claude Burger (1934) en Suisse.

Pourtant, aucun d’eux n’a pu faire sortir l’alimentation paléolithique d’un confinement aux initiés, réservé à quelques originaux, controversés. Avec le CrossFit, c’est 5000 salles de sport qui défendent les principes du Paléo, et qui le popularisent dans les milieux sportifs, et pour tout un chacun. De plus en plus de blogs émergent. Des reportages sur le Paléo sont diffusés sur les chaînes nationales (TF1, France 24, France 5, etc.). Des projets de restaurant font leur apparition. Des médecins et nutritionnistes s’y mettent, etc.

A ma connaissance, aucune autre méthode d’entraînement n’a autant popularisé, en se popularisant, des principes de base comme ceux de l’haltérophilie (charges libres, explosivité, vitesse, etc.) et ceux de l’alimentation paléo (manger naturellement…).

Mais on pourrait tout à fait réfléchir dans le sens inverse et se dire que si le CrossFit a autant de succès, c’est parce qu’il a pu inclure des principes qui viennent de l’haltérophilie et du paléo, qui sont deux méthodes efficaces pour développer force, explosivité, vitesse, et renforcer la santé, perdre de la masse grasse, etc…

Quoi qu’il en soit, le CrossFit, l’haltérophilie et l’alimentation paléo se développent fortement actuellement. Et c’est une très bonne chose en matière de santé publique et de renforcement des capacités physiques.

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 106 other followers