You are currently browsing the tag archive for the ‘France’ tag.

2012-open-begins

If fitness can be defined and measured, then it can be tested, and we can, in turn, find the fittest” (Si le fait d’être fit peut être défini et mesuré, alors cela peut être testé, et on peut, en retour, trouver la personne la plus fit), disait Greg Glassman, en 2013, à propos des CrossFit Games. Tester ses aptitudes physiques fait donc partie du CrossFit, et pourtant de nombreux athlètes préfèrent ne pas prendre part aux compétitions. Ou plutôt, ils s’inscriront toujours « la prochaine fois »…

Quelles sont les 3 erreurs principales de celles et ceux qui n’osent pas s’inscrire à des compétitions comme les Games, ou les qualifications du French Throwdown, Brussels Throwdown, Lowlands Throwdown, London Throwdown, etc.

ERREUR 1 : Vouloir être prêt

Cette année, je ne suis pas prêt. Je me donne un an et puis je m’inscris !“. Du coup, l’année prochaine, ils feront leur première compétition CrossFit… et ils feront toutes les erreurs d’une première participation à une compétition CrossFit. S’ils s’étaient inscrits cette année, ils n’auraient pas été moins prêts l’année prochaine. Au contraire, la compétition de l’année prochaine pourrait être leur deuxième, ou troisième, ou quatrième compétition. Mais pour cela, il faut participer à des compétitions.

FrenchThrowdownlogo-HL’expérience en compétition s’acquiert… en faisant des compétitions. Il faut se servir des compétitions pour se préparer aux compétitions (si on se qualifie pour une finale et qu’on a plusieurs wods sur la journée : quoi et quand manger, quelle stratégie lorsqu’il faut casser les séries, etc…). Est-ce que vous abordez vos wods de qualifications en 2014 comme vous le faisiez en 2011 ?

ERREUR 2 :  Vouloir se qualifier directement

Moi, si je m’inscris, c’est pour me qualifier !“. C’est le fantasme du “dark horse“, du type qui débarque de nul part et qui rempote la compétition. Comme si progresser d’année en année était moins bien. Comme si on n’avait qu’un seule occasion de montrer qu’on était bon, et qu’il ne fallait donc pas la gâcher en s’inscrivant trop vite.

Le problème est qu’il est pratiquement impossible d’avoir une idée de son niveau réel lorsqu’on s’entraîne juste dans sa box, avec les mêmes personnes, ou, pire, lorsqu’on s’entraîne tout seul. J’aurais même tendance à dire que lorsqu’on s’entraîne tout seul, on est toujours le meilleur…

ERREUR 3 : Ne pas se servir des compétitions pour progresser

Je veux être sûr de savoir tout faire avant de m’inscrire“. C’est la peur qu’un test révèle nos faiblesses, comme si le test allait définir si on EST bon ou mauvais.

Au contraire, il serait plus intéressant de se servir de ces tests, que constituent les compétitions, pour chercher à trouver ses faiblesses. Cela afin de pouvoir les travailler.

Ces trois erreurs sont typiques de ce qu’on appelle le “Fixed Mindset“, cette perception des capacités comme quelque chose de “fixé”, de définitif. Dans “Mindset. The New Psychology of Success“, Carol S. Dweck décrit ce “Fixed Mindset”, comme un état d’esprit selon lequel on naîtrait avec certains points forts et points faibles, qui resteraient identiques, quoi que l’on fasse. Si l’on est dans cet état d’esprit, on essaye d’éviter toute situation qui révélerait nos points faibles et de privilégier toute situation mettant en avant nos points forts. Du coup, l’échec fait peur, puisqu’il révèle un point faible, et risque donc de nous dévaloriser.

A l’inverse, le “Growth Mindset” est l’état d’esprit selon lequel les capacités et les talents peuvent être travaillés, cultivés et développés. L’échec ne fait donc pas peur. En aucun cas, il ne nous définit: il nous indique ce sur quoi nous devrons travailler, les points que nous devrons améliorer. Ici, nul besoin de se comparer constamment aux autres : on s’entraîne pour soi.  On progresse pour soi. Et c’est de cette manière que l’on atteint des sommets : Michaël Jordan, par exemple, ou John Wooden, ont évolué avec succès dans cet état d’esprit. Dans cet article, j’ai montré que des athlètes CrossFit comme Chris Spealler ou Mikko Salo sont également dans cet état d’esprit.

PhareWestContestUn test, comme une compétition, nous donne notre niveau actuel, il ne nous dit pas quel niveau on pourra atteindre. Il faut s’en servir pour progresser, pour faire mieux à chaque fois. Pas mieux que les autres ; mieux que ce qu’on a fait la dernière fois. C’est dans cet état d’esprit là que sont/étaient les plus grands leaders…

Alors, il vous reste une semaine pour vous inscrire au French Throwdown, la compétition française de CrossFit. Ne vous dites que vous devrez montrer à tout le monde que vous êtes bon, parce que vous risqueriez d’avoir peur que ça montre que vous êtes mauvais. Prenez cela comme 3 occasions (puisqu’il y aura 3 WODS) de voir ce que vous devriez travailler et donc 3 occasions de vous améliorer.

Sur plus de 1000 participants, il n’y aura que 60 qualifiés (par sexe). Pour tous les autres, ce sera une occasion de progresser. Croyez-moi !! Les compétitions font partie de l’entraînement.

Alors motivez vos potes dans votre box, et inscrivez-vous au French Throwdown !! Et après ça, il y aura le Phare West Contest, organisé par CrossFit Rennes. Puis après, en septembre le Brussels Throwdown et les qualifications pour le Lowlands et le London Throwdown… Autant d’occasions de progresser et d’acquérir des compétences !!

Invictus-Training-Camp-2012-Coach-B-and-Greg-Walker

Si vous êtes pratiquant(e) CrossFit en France, ou en Belgique francophone, vous avez peut-être suivi cette polémique récente entre des gérants de salles CrossFit et le site Play-Fitness.fr, qui aboutit à un appel à boycotter Play-Fitness.fr

A l’origine de cette polémique, il y a le fait que Play-Fitness.fr liste les boxes affiliées et non-affiliées, comme s’il s’agissait, au final de la même chose… (voir la liste)

Je précise que j’ai soutenu Play-Fitness.fr depuis le début, participé à leur compétition en ligne, et respecte beaucoup le travail de bénévoles passionnés pour faire connaître une pratique qu’ils aiment, le CrossFit.

J’ai commencé le CrossFit avant qu’il y ait des salles, je m’entraînais chez moi. Je suis intimement convaincu que le CrossFit peut se pratiquer n’importe où, avec peu de matériel. C’est ce que je faisais, avec un vieux pneu, un sac de sable placé dans un sac à dos, des tuyaux de chauffage accrochés à une poutre pour les tractions (photo en 2011), etc… C’est dans ce cadre-là que j’ai lancé SportIsEverywhere.com, traduction anglaise du “Sport est partout”, afin de promouvoir ce type de méthodes d’entraînement, fonctionnel, naturel, et minimaliste… A côté du CrossFit, j’ai d’ailleurs souvent parlé de MovNat (méthode encore plus naturelle, pour laquelle je suis également certifié), la course pieds nus, le parkour, etc., ainsi évidemment que l’alimentation paléo…

Toutes ces convictions, je les ai gardées même en travaillant dans des salles CrossFit affiliées (Reebok CrossFit Brussels et CrossFit 1815) et maintenant en étant gérant d’une salle affiliée (CrossFit Nivelles).

Je crois qu’il y a une confusion entre la “pratique” du CrossFit et la “vente” du CrossFit. Bien entendu que tout le monde peut faire du CrossFit. Et cette conviction est au fondement même de la méthode d’entraînement C’est pour cela que vous trouverez des milliers d’heures de vidéos sur CrossFit.com et un contenu très riche en articles ! C’est grâce à cela que j’ai commencé. Pour cela, le CrossFit a un côté “open-source” tout à fait revendiqué. D’ailleurs, si vous allez sur CrossFit.com, vous verrez souvent des photos de “garage gym”, c’est-à-dire des garages aménagés pour pratiquer à la maison. CrossFit.com ne promeut donc pas que les “salles CrossFit”, elle promeut la “pratique du CrossFit”.

Ci-dessous un article que j’ai écrit en 2011 sur le caractère open-source du CrossFit, avec une photo prise sur ma terrasse, dans mon jardin avec une partie du matériel que j’avais ;-)

Capture d’écran 2014-01-13 à 22.32.12

C’est par contre autre chose de “commercialiser” un entraînement CrossFit, dans le sens de proposer un coaching CrossFit, à d’autres personnes (rémunéré ou non en fait). Et la seule manière de préserver la qualité de ce qui est présenté sous le nom “CrossFit”, c’est, je crois, de maintenir un système de marque et de salles affiliées.

Dans ces salles-là, on peut être sûr que les coachs sont certifiés “Level 1″, et que la salle fait partie (avec des niveaux d’investissement différents d’une salle à l’autre) d’une communauté mondiale, qui partage certaines valeurs, certains critères de validité des mouvements et des principes de sécurité sur les exercices.

Bien sûr, on n’est jamais à l’abri de tomber sur quelqu’un de moins compétent, voire d’incompétent. Mais si cette personne officie dans une salle affiliée, on peut la rappeler à l’ordre au nom de ces principes et valeurs que sa salle est censée porter, en tant que salle affiliée CrossFit.

Il en est tout autrement si on est dans une salle non-affiliée, qui n’est pas tenue de respecter certains standards et critères de qualité.

J’espère qu’on comprend bien que je ne dis pas que les salles affiliées sont d’office de qualité et que les salles non-affiliées ne sont pas de qualité. Je dis et je répète que dans une salle CrossFit affiliée, on peut reprocher à un coach de ne pas bien faire son boulot de coach CrossFit, puisqu’il est censé suivre des principes de programmation appris lors de la formation “Level 1″, se former grâce aux “Speciality Certs” et s’instruire grâce à CrossFit Journal. Lorsqu’on s’entraîne dans une salle non-affiliée, on n’a aucune emprise sur les coachs à ce niveau-là.

En listant les salles affiliées et les salles non-affiliées, je crois que Play-Fitness.fr entretient l’idée que, finalement, tout se vaut, et que tout coach de France peut proposer un entraînement CrossFit s’il le veut.

Concrètement, le problème, ce n’est pas la dizaine de salles non-affiliées listées sur Play-Fitness.fr, c’est plutôt que ça ouvre la porte à ce que n’importe quelle salle de Fitness puisse revendiquer le fait de faire du CrossFit. Fit For Fun TournaiToutes les salles CrossFit (du monde je pense !) sont confrontées au fait que des chaînes Fitness commerciales veulent aujourd’hui proposer du CrossFit, parce qu’elles se rendent compte que c’est vendeur, entre deux heures de Zumba et de Body Pump…

Alors, on nous répondra qu’il n’y a pas encore de salles CrossFit partout, et que par conséquent, en refusant que les salles de sport locales se mettent à proposer du CrossFit, on prive des gens de faire du CrossFit… Personnellement, j’ai envie qu’un maximum de personnes “pratiquent” du CrossFit, mais que seules des personnes qualifiées représentent la marque CrossFit.

Prenons l’exemple d’une ville X, de 30.000 habitants. Il n’y a aucune salle CrossFit, mais beaucoup d’habitants pratiquent chez eux (garage gym), dans des espaces publics (parcs, plages, etc.) ou dans des salles de fitness traditionnelles. Parce que des salles fitness traditionnelles, il y en a 4 ou 5 dans cette ville X…

Solution 1 : Une ou plusieurs salles fitness traditionnelles commencent à proposer du CrossFit, sans payer d’affiliation et sans avoir de coachs certifiés. Ils font un peu ce qu’ils veulent avec le concept, n’ayant de comptes à rendre à personne. Un site internet renommé dans la communauté CrossFit publie un article disant qu’on peut maintenant faire du CrossFit à X. Les CrossFitteurs ont maintenant un lieu où pratiquer, mais sans que l’on soit sûr de la qualité du coaching CrossFit qui est proposé… Ne payant pas d’affiliation, et rentabilisant déjà la salle avec d’autres activités (LesMils, etc.), ces salles pourront proposer des prix plus bas que les salles CrossFit affiliées en général. Il sera difficile pour une salle affiliée de s’ouvrir dans cette ville.

Solution 2 : Pas de salle CrossFit, les types continuent de s’entraîner en rue ou chez eux jusqu’à ce qu’un d’eux (ou plusieurs) se lancent dans le projet d’ouvrir leur propre salle. A ma connaissance, c’est cette solution qui a été à la base de quasi toutes les salles CrossFit affiliées de France et de Belgique, puisque dans la majorité des cas, les gérants ne s’entraînaient pas dans une autre salle CrossFit, affiliée ou non, avant d’ouvrir leur propre salle. Ils vivaient dans des villes où il n’y avait pas de salles CrossFit, donc ils en ont créé une… Leur salle fait alors partie d’une communauté plus large, qui organise des événements, des compétitions, des initiations, etc., ce qui va faire parler du CrossFit, et le faire découvrir à d’autres personnes, qui vont ensuite elles aussi vouloir pratiquer dans leur ville, où il n’y a peut-être pas encore de salles CrossFit… Et ainsi de suite.

Donc, je suis tout à fait convaincu que soutenir les salles affiliées est le meilleur moyen, à long terme, de promouvoir la pratique du CrossFit pour le plus grand nombre !

D’autant plus qu’il est paradoxal de penser que des salles qui ne peuvent pas utiliser publiquement le mot “CrossFit” vont faire la promotion du CrossFit… Légalement, ces salles seront toujours tenues, dans leurs flyers, sites internet, etc., d’utiliser d’autres noms : “Cross-Training”, “Circuit-Training”, “Boot-Camp”, etc., ce qui peut pourtant renvoyer à des choses fort différentes…

On pourrait nous répondre que ce qui est important, c’est de promouvoir le Cross-Training en général, à savoir une méthode d’entraînement fonctionnelle et complète, qui s’inspire de nombreuses méthodes. Après tout, le Cross-Training existe depuis très longtemps et n’appartient à personne. Effectivement, sauf que le CrossFit a donné une popularité sans précédent au Cross-Training. Il est exact que certaines mélangeaient haltérophilie, gymnastique, athlétisme, mouvements de force et d’endurance, agilité et puissance, etc., depuis très longtemps. Mais jamais ce Cross-Training n’avait suscité autant d’engouement que le CrossFit, au point Capture d’écran 2014-01-13 à 22.39.37d’être transformé en sport, diffusé sur ESPN aux Etats-Unis ou Eurosport en France. Je suis donc tout à fait convaincu que la meilleure manière, actuellement, de promouvoir le Cross-Training est de promouvoir le CrossFit…

En résumé, je pense donc qu’aujourd’hui (ce n’était pas le cas avant je crois), Play-Fitness.fr entretient cette confusion entre la “pratique” du CrossFit, pour tout le monde, et la “vente” du CrossFit, qui devrait se faire dans des salles affiliées.

On prend souvent la métaphore d’une marque, en disant qu’on a le droit de faire des burgers, mais pas de les appeler “Big Mac”. Je crois que je préfère l’image de la médecine : on a le droit de s’automédiquer (vous vous soignez vous-même, vous allez chercher vos infos où vous voulez et vous les utilisez pour vous soigner, pas de problème), mais on n’a pas le droit de soigner quelqu’un d’autre, sauf si on est médecin. Dans le cas contraire, c’est de l’exercice illégal de la médecine.

C’est dans cette différence que réside la confusion entretenue (pas exprès je pense) par Play-Fitness.fr.

Ce qui est dommage, c’est que dans cette polémique entre Play-Fitness.fr et les salles CrossFit, Play-Fitness.fr se défend en laissant supposer que les salles affiliées sont “sectaires” ou voudraient empêcher la “pratique” du CrossFit… Alors que c’est juste l’inverse : les salles CrossFit affiliées veulent qu’à long terme, il y ait de plus en plus de monde qui pratique du CrossFit, dans une communauté de valeurs et de principes, qui assureront la qualité et la sécurité de la méthode d’entraînement…

(Photo en couverture : CrossFit Invictus Training Camp)

Opening

Ces samedi 14 et dimanche 15 septembre 2013, c’est l’inauguration officielle de CrossFit Perpignan, dans les Pyrénées orientales ! 

CrossFit Perpignan, c’est :

  • Une salle CrossFit affiliée
  • Le projet d’un homme : Anthony Baptiste, coach certifié level 1, Mobility, Powerlifting, Olympic Lifting et Strongman !
  • Des WODs à partir de 10h certains matins et jusqu’à 20h certains soirs !

Adresse :

3 rue desbordes-valmore
66000 Perpignan
contact@crossfitperpignan.fr

Si vous êtes de la région et que vous voulez vous mettre au CrossFit, ou simplement découvrir cette méthode d’entraînement, c’est l’endroit et le moment idéal !!

1098244_1376904989203457_834479399_n

Ouverture d’une nouvelle salle CrossFit, à Six-Fours, près de Toulon, dans le Var, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Jérémy Lévo, owner de la salle, n’est pas nouveau dans le CrossFit, puisqu’il était déjà à la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, en juin 2012 à Paris. Certains d’entre vous l’ont également probablement vu à la level 1, à Reebok CrossFit Brussels en novembre 2012. Il répond à nos questions et présente sa salle : CrossFit Six Fours

SportisEverywhere.com : Quel est ton parcours sportif et professionnel ? As-tu pratiqué d’autres sports auparavant ?

Jérémy Lévo : J’ai pratiqué le judo dès mon plus jeune âge (5-6 ans) jusqu’à mes 18 ans (ceinture noire). Entre temps, il y a eu quelques “coupures” pour m’essayer à d’autres sports (basket, boxe, jujitsu). A 17 ans, je me suis mis à la musculation en complément du judo car je voulais prendre du muscle pour être au niveau de mes adversaires en compétition, qui faisaient sport-étude.

995973_10201945830393461_1774637895_nPuis je me suis consacré à la musculation, pratique qui m’a passionné au point d’avoir orienté mon choix de futur métier : kiné. En première année, je connaissais déjà l’anatomie, la physio musculaire et les exo de renforcement grâce à la musculation et mes lectures sur le sujet. J’ai découvert le CrossFit il y a 2 ans, par hasard, en trainant sur youtube puis je m’y suis mis. Plus jamais je n’ai refait de séances de muscu. J’ai participé au premier championnat de France (RCFFC) jusqu’en finale. Je fais les Open chaque année depuis. J’ai fait les qualifs pour les French Throwdown. En septembre, nous nous revoyons pour les Brussels Throwdown, mon cher Yves.

SIE.com : Peux-tu expliquer l’historique de CrossFit Six Fours ? Comment le projet a-t-il démarré ?

Mon associé Guillaume Guillou avait démarré à Hyères avec Athletic Fit, 8 mois auparavant. Il s’est lancé dans ce projet avec passion et détermination. Malheureusement, il a dû sacrifier l’affiliation pour pouvoir ouvrir et proposer quelque chose de correct au public. Il a eu ensuite envie d’ouvrir une deuxième salle de l’autre coté de Toulon. C’est là que nous nous sommes rencontrés. Nous avions posé les conditions : notre box sera affiliée ou ne sera pas. Deux autres amis et athlètes se sont associés à notre projet, Thibault Thomassin, BPJEPS AGFF et Anthony Houbard, Kiné diplomé d’Etat. Tous deux passeront leur level 1 en novembre cette année.

SIE.com : Combien de personnes entraînez-vous à CrossFit Six Fours ? Peux-tu présenter la “box” : matériel, superficie, cours spécifiques, jours/heures d’ouverture, etc. ?

Nous venons tout juste d’ouvrir. Le mois d’août est une période creuse par chez nous, beaucoup de gens sont en vacances. Cela nous permet de nous faire connaitre et d’être au point pour la rentrée. On compte malgré tout une dizaine d’adhérents et nous avons eu la visite de Crossfitteurs de la France entière, de passage en vacances. Notre Box est un hangar de 150m2 avec une bonne hauteur sous plafond (6-7m) et une mezzanine. Nous avons tout le matériel nécessaire : 6 cube rig, Med Ball, KB, Box jump, 10 Oly Bar, 600 kg de bumpers, rings, abmat, pneus, masses, bientôt un sled !! Nous sommes ouverts du lundi au samedi, de 10h à 14h et de 17h à 20h30. Pas de cours spécifiques pour le moment, mais Guillaume passe les formations Mobility et Gymnastic cette année.

SIE.com : Lorsque tu rencontres quelqu’un qui ne connaît pas le CrossFit, comment lui expliques-tu de quoi il s’agit ? A quoi ressemble un premier entraînement à CrossFit Six Fours ?

Difficile d’expliquer avec des mots ce qu’est le CF. S’ils ont du temps, je leur en parle pendant une heure ! Sinon, je leur dis de venir nous voir à la Box. Dans tous les cas, j’insiste sur le fait que nous encadrons nos adhérents tout au long de 1148739_10151743282453686_27701208_nl’entrainement, jour après jour. Les salles de gym/fitness low cost (ou les gens sont livrés à eux mêmes autour de machines guidées et d’elliptiques) ont flingué le secteur de la remise en forme. Il est temps que les choses changent.

Un premier entrainement chez nous est le même entrainement que pour les adhérents déjà inscrits. Nous avons fait le choix de ne pas faire de cours de “fondations” mais nous nous efforçons de former nos adhérents lors des phases “warm up” et “skill” jour après jours. Les WOD sont adaptables (en poids et en exercice de substitution) en fonction du niveau de chacun.

SIE.com : Est-ce facile d’ouvrir une salle CrossFit en France ? Quelles sont les difficultés rencontrées ?

C’est jamais facile en France, mais quel que soit le business, je pense. Beaucoup de paperasses, de lois, nous sommes forts pour ça. Et nous n’avons même pas été voir les banques car là, je pense que c’est encore plus compliqué.

SIE.com : Avez-vous des contacts avec d’autres salles en France, ou d’autres groupes de CrossFitters en France ? Et à l’étranger ? Des compétitions prévues ?

Des gérants de box nous ont déjà contacté pour nous féliciter. Pas tous ! Ce fut un peu la surprise pour moi. Ayant participé aux premiers RCFFC, je pensais que la petite communauté de l’époque, qui a bien grandi depuis, aurait eu un mot pour nous. Un petit “félicitations” suffit dans ces cas là. Certains l’ont fait, et je les en remercie, mais pas tous…

J’aime la compétition et j’aimerais vraiment organiser un event chez nous. C’est encore un peu tôt, mais nous l’envisageons sur le moyen terme. Si l’occasion se présente et que d’autres Box sont intéressées, pourquoi pas.

SIE.com : Que doit faire une personne intéressée pour aller s’entraîner à CrossFit Six Fours ?

Elles peuvent aller visiter notre site internet http://crossfitsixfours.com Nous contacter par téléphone ou directement venir nous voir aux horaires d’ouverture. Nous proposons toujours un cours d’essai gratuit.

SIE.com : Merci !

Heart

Il y a un an, j’écrivais “I Love CrossFit“. C’était à l’issue de la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, à Paris. L’événement était une réussite. De vrais athlètes émergeaient en France et en Belgique… Un an après, le French Throwdown est tout autant une réussite et s’inscrit comme un événement européen, pour un CrossFit qui se professionnalise de jour en jour. And I Still Love CrossFit !!

Cet article ne fera pas le compte-rendu des différentes épreuves. Je vous invite à aller consulter les articles très complets de Play-Fitness sur les deux jours de compétition (Jour 1 et Jour 2). Vous y trouverez tous les scores et classements, épreuve par épreuve.

J’aurais voulu davantage témoigner du professionnalisme que j’ai perçu tout au long de la phase finale de cette compétition. Bien sûr, je suis “juge et partie” – c’est le cas de le dire – puisque j’étais “head judge“. Mais les organisateurs ont insufflé une exigence de qualité et de professionnalisme pour que cet événement soit une réussite totale. Des critiques avaient émergé lors des qualifications concernant le judging des vidéos qualificatives. Je crois que tout le monde en était conscient et respectait le choix de celles et ceux qui avaient décidé de se retirer de la compétition. La finale à l’INSEP devait être une réussite et nous y sommes arrivés.

Très peu de contestations lors de la compétition. Et les retours que vous avons eus des athlètes étaient très bons. Certains affirmant même que c’était la meilleure compétition à laquelle ils avaient participé ! En fait, le CrossFit se professionnalise en Groupetant que “Sport” (ce qui est encore différent de sa forme méthode d’entraînement). L’organisation est davantage professionnelle, et se base sur les expériences des compétitions précédentes, ici et à l’étranger (Lowlands Throwdown, London Throwdown, Brussels Throwdown, et même les Open ou les Games). Les athlètes sont pratiquement des professionnels aussi, au moins dans leur attitude et leur préparation. Dans les 20 derniers athlètes en compétition, la grande majorité avait déjà participé à des compétitions (dont celles précitées) et connaissaient donc les règles et standards propres aux compétitions CrossFit. Ca en était assez facile de juger finalement.

L’évolution des athlètes présents, si l’on compare à l’année passée, témoigne de l’évolution générale. L’événement a pris de l’ampleur en attirant des athlètes des quatre coins de l’Europe, puisque des athlètes avaient fait le chemin depuis la Pologne, la Grèce ou l’Angleterre, et même plus loin, depuis l’Australie ou les Etats-Unis ! Mais on retrouvait malgré tout les athlètes français et belges qui étaient dans le top 10 en 2012. Yohann Gigord, qui est 2ème cette année, était 1er ex-aequo l’année passée; Sébastien Ferket, 3ème cette année, était 5ème l’année passée. On pourrait également parler de la French Invictus Team dont les athlètes (masculins et féminins) sont toujours parmi les meilleurs ! Autrement dit, les compétitions CrossFit prennent de l’ampleur, et les athlètes français et belges progressent et peuvent de plus en plus faire jeu égal avec les autres athlètes européens. Et c’est précisément grâce à ce genre d’événement !

Enfin, ce qui me semble très positif, c’est que nous avons gagné en professionnalisme, alors que l’événement était entièrement organisé PAR des CrossFitteurs, POUR des CrossFitteurs. Pour différentes raisons, l’apport de Reebok était effectivement bien moins important que l’année passée, voire quasi nul. Toute l’organisation (et les risques !) revenait donc à Reebok CrossFit Louvre – et il faut vraiment souligner le rôle de Daniel Chaffey, owner de Reebok CrossFit Louvre, qui a mené cet événement à sa réussite ! C’est extrêmement encourageant, parce que ça signifie que les CrossFitteurs – la communauté – peuvent produire ce genre d’événements sans le financement et la logistique de marques. Si ces marques veulent s’investir, tant mieux évidemment, mais le French Throwdown 2013 a certainement montré qu’une salle CrossFit peut organiser une compétition CrossFit internartionale. Et ça, c’est de l’empowerment !!

CLASSEMENTS

Femmes Elite

  1. Marianna Tzourtzek ((Reebok CrossFit Thess Niki)
  2. Isabelle Derond (Reebok CrossFit Louvre)
  3. Llara Romanowski (CrossFit Workshop)

PodiumHommesHommes Elite

  1. Nick Rouse (Reebok CrossFit Thames)
  2. Yohann Gigord (kultureFit Toulouse)
  3. Sébastien Ferket (CrossFit 1815)

Masters Femmes

  1. Francesca Palerma (CrossFit Worcestershire)
  2. Ana Jimenez (CrossFit Canarias)
  3. Renata Molliet (CrossFit Riviera)

Masters Hommes

  1. Scott Jenkins (CrossFit CM2)
  2. Bernard Luzi (Reebok CrossFit Ravenna)
  3. Gerd Covers (CrossFit Mainz)

Joanna

Joanna Mierzwa comes from Poland to the final of the French Throwdown ! I met her last summer in Krakow and she’s now trainer at CrossFit Mjollnir (Wroclaw). 

SportisEverywhere.com : What’s your background in sports, and how did you discover CrossFit ?

I started to do sports when I was in primary school by playing soccer with my colleagues from school. At the age of 10 I began training handball and played in school team until I was 15. In high school I did more swimming, some volleyball, and had a ‘romance’ with capoeira  With my partner I did a lot of trekking trips in polish mountains and spend 2 holidays in the Alps, climbing some nice peaks. Mountains and rock climbing is definitely something that I love.

I discovered CrossFit thanks to my friend, Lucyna Kiszczak (crossfit trainer level 1), who showed me this fantastic sport. I really love Crossfit as this is connecting kind of military training with great atmosphere and lovely community.

SIE.com : What did you think of the French Throwdown qualifiers ?

I really liked the WODs, because each of them was very interesting. I did not find any of them particularly hard, but they were a very nice combination of different exercises. My favorite was the second one, because I just love weight lifting. Speaking of qualifiers I would like to add that I find knee to elbow as rather hard to judge and verify (not only on the video) so I would replace this one with toes to bar.

SIE.com : How do you train for the finale in Paris, on June 15th & 16th ?

I didn’t do any specific training for the finale, even when I got invitation to Paris. I’m just doing my usual training. I had no idea if I will manage to qualify at all, but this was a good motivation for a little harder training. I just keep working on improving strength and training my weaknesses.

SIE.com : Thank you very much ! 

Framboise1

Classée 11ème des qualifications lors du French Throwdown, Framboise Labat est certainement une des meilleurs athlètes “Masters” de France. Seconde du Kip My Cup Master, elle était également seconde des Opens 55-59 ans ! Découvrez sa découverte du CrossFit et ses objectifs pour la saison prochaine… 

SportisEverywhere.com : Quel est ton parcours sportif et comment as-tu découvert le CrossFit ?

J’ai l’impression que j’ai passé plus de temps dans ma vie en chaussures de sport qu’en hauts talons… J’ai fait de la gymnastique, du tennis et du fitness. En arrivant à Paris en mai 2012, je cherchais un club de fitness. Mais j’ai été déçue par tous ceux que j’ai visités. Venant de province, j’étais désorientée par l’anonymat des ces grands centres. Sur le site de OVS (On va sortir), je me suis inscrite pour un WOD extérieur organisé par la box du Louvre dans le jardin du Palais Royal. Cela a été une vraie révélation, un coup de foudre… J’ai été saisie par la grâce…loool

Framboise2SIE.com : Qu’as-tu pensé des qualifications pour le French Throwdown ?

Sortant de celles des Open, j’avoue que j’étais fatiguée et je les ai abordées avec inquiétude. Portée par mes ami(e)s de la box, j’ai pu surmonter mes douleurs et appréhensions… Quelle belle famille qui m’a portée sur ces trois WODS bien équilibrés où tout un chacun a pu se faire plaisir tant ils étaient diversifiés (cardio/gym, force, résistance). Il y en avait pour tous les goûts !!

SIE.com : Comment prépares-tu/as-tu préparé la finale des 15 et 16 juin à Paris ?

Avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête car il se peut que je travaille. Compte tenu que les trois premiers WODS ont été dévoilés, je les ai travaillés en suivant les conseils d’Yvan de la French Invictus. Je l’aborde dans le but de bien figurer mais aussi et surtout de préparer la saison prochaine particulièrement les open 2014 avec plus de métier et de technique et, cette fois-ci, aller faire la bise à Rich aux Games mais pas en tant que spectatrice mais athlète… Je serai également ravie de faire la connaissance d’autres passionnés de cette magnifique discipline dont certains que j’ai aperçus aux Regionals de Copenhague. Vive le crossfit, vive le sport !!

SIE.com : Merci beaucoup ! 

Découvrez d’autres athlètes qualifiés pour la finale du French Throwdown 2013 dans la rubrique Athletes #FrenchTD13

Krijnberg1

Vincent Krijnberg is training at Welfitcoach – Crosstraining. He was 28th after the qualifications. Meet an athlete with a strong background in sports and caoching.

SportisEverywhere.com : What’s your background in sports, and how did you discover CrossFit ?

I played national and international Judo until 2008, and some Rugby until 2012. I have my Bachelor degree in Sport & Education. I discovered Crossfit on the web, and my first introduction to Crossfit was a workout from the mainsite. I got my Level 1 Certification december 2011, and opened up a gym last december 2012, we can’t afford the affiliation fee yet but will affiliate as soon as we van afford it. I currently work at my own gym, I’m a teacher Physical Education and Strength & Conditioning trainer of the Ducth National XV ladies rugby team.

Krijnberg2SIE.com : What did you think of the French Throwdown qualifiers ?

WOD 1, was the workout I was waiting for. The most bodyweight exercises are on my list of favorites. I did the workout twice because I knew I would do better the second time, and hit it hard. The Strength WOD, was very hard and my intentions where to keep the damage as small as possible, I hit some PR’s so I was very satisfied. After WOD 2 my overall standing was 35e.

I knew that only a high ranking on WOD 3 would get met to the Throwdown. The last week of the qualifications where the hardest because I was also competing for the Central Manchester Crossfit Games, and I did 5 qualification WOD’s that week! I was very confident about WOD 3 because Double Unders are also on the list of favorites. I finished 28e after three WOD’s and qualified for the French Throwdown, I was very satisfied with the qualification for the Throwdown, because I know it wasn’t my best week.

SIE.com : How do you train for the finale in Paris, on June 15th & 16th ?

Normally I do multiple workouts on a day, the last week before the Throwdown is specific preparation, allot of skill training and hitting WOD 1 & 3. And I hope to sets a new PR on WOD 2 at the Throwdown. My goal is getting in to the Final day, so lets put the WOD’s to the test!

See you in Paris !

SIE.com : Thanks !!

Meet other athletes here : Athletes #FrenchTD13

Marianna1

If you watched the European Regionals, you probably know Marianna Tzourtzek, from Reebok CrossFit Thess Niki. She finished in 10th position ! At the French Throwdown qualification, she was… first !! Be sure to look at her during the events this week-end : she’s surely one of the best athletes competing at the French Throwdown !

SportisEverywhere.com : What’s your background in sports, and how did you discover CrossFit ?

Marianna2I used to be gymnast for several years in young age ! I found out CrossFit in 2008 when i was searching for something that could keep me motivated and active !

SIE.com : What did you think of the French Throwdown qualified athletes ?

I know few of them and i am looking forward to see them all in action!

SIE.com : How do you train for the finale in Paris, on June 15th & 16th ?

I just came back from European Regionals and i have to say that my training has been more in cardio and technique parts.

It will be an awesome event and i am very excited to take part !

SIE.com : Thank you very much ! 

Marianna3

8675_618464084833128_131182571_n

New athlete to discover before the finale of the French Throwdown : Joris Trooster, from CrossFit Twente, qualified in the Masters Category. Joris is a former National Champion in rowing, and even participated to Sydney Olympic Games ! 

SportisEverywhere.com : What’s your background in sports, and how did you discover CrossFit ?

I have been a rower since I was 10 years old. In the years 1990 to 2000 I was 7 times National Champion in various boat types. I went to the world championship rowing in 1994 (LM4x- lightweight quadrupple sculls), 1995 (LM1x lightweight single), 1998 (LM4- Lightweight coxless four) and 1999 (LM4- Lightweight coxless four). In 2000 I rowed at the Sydney Olympic Games in the lightweight coxless four where we finished at 8th place.

I was a lightweight rower, with a race weight of 71kg. It was a real struggle to get to that weight, my normal off season weight was about 76 kg, with already a very low fat-percentage. I am not missing the weight-loss days! I am happy I can eat now.

After the Olympics I stopped doing any sport, and spend all my time working at my own company in the information technology. I gained a lot of weight, and 10 years later, beginning 2010, I was almost 90 kg, fat and unfit. I decided it was enough and I talked to Jan van Delden, the owner of CrossFit Twente. I know him because he is a rowing coach at the University Rowing Club. He started CrossFit Twente in 2009.

In march 2010 on a Saturday morning I joined my first CrossFit class. Although Jan told me to take it easy, my competitive nature decided otherwise. Monday I had to call the office that I couldn’t make it to work. I couldn’t get out of my bed, I couldn’t walk and I certainly couldn’t get into my car. Massive muscle pain. I loved it, that was what I wanted to do. I started with two times a week, a few weeks later three times, then four times a week, and after two month I was training every day. After a year my weight was back to 78 kilo, and then started to increase to about 86 kg now. I gained a lot of muscles and fitness since I started CrossFit!

SIE.com : What did you think of the French Throwdown qualifiers ?

WOD 1, the 7 minute AMRAP was not a workout for me because of the toes to bars. Those are not on my list of favorite exercices. I tried to give it all and hope for better on the second and third WOD. I enjoyed the strength WOD. I did WOD1 at the end of the first week on saturday, and WOD2 immediately when it was released on sunday morning. The week before I had 984129_609862389026631_1727877752_nlowered my training intensity, so I was feeling fit the whole weekend. I didn’t PR on the lifts, but all were very close to my personal bests. Because I did both workouts in one weekend I had two weeks to prepare for WOD 3. I was close to the 20th place for qualification, so I had to excel at WOD 3. I was very confident about WOD 3 when it was released. However the Double Unders gave me a lot of trouble after the 40 Wall Balls. Because I really wanted to qualify I tried it a second time a few hours later. I got a lot more Double Unders, but they were still not like I wanted them to be! I finished 23rd after three WODs, and I was surprised I got an invitation for the final.

SIE.com : How do you train for the finale in Paris, on June 15th & 16th ?

I train like normal (once a day) until one week before, then I lower my volume and intensity of the workouts. I reviewed all the (announced) exercises to make sure I know the standards. I always do American Kettlebell swings, so I worked on the Russian Kettlebell swing to get my technique right. I did WOD 1, but replaced the wall balls by Russian Kettlebell swings to test them in a workout. I also practiced WOD 2, just to know what it feels like to lift every 45 seconds, so it doesn’t come as a surprise at the French Throwdown.

I qualified as one of the last persons in the Masters category, so my goal is to do better in the final and finish a few places higher ! I look forward to see old friends and make new friends this weekend !

Can we have some rowing in the final ?

SIE.com : Thank you, Joris !

Meet other athtletes qualified for the finale of the French Throwdown : Athletes #FrenchTD13

Florent Paillasson

Après Sébastien Ferket, voici un autre athlète qualifié pour la finale du French Throwdown : Florent Paillasson. Après seulement 1 an de CrossFit à CrossFit Lyon, Florent Paillasson n’est déjà plus un novice dans les compétitions. 5ème du Kip My Cup, il termine également 46ème du London Throwdown. Il était 42ème à l’issue des qualifications pour le French Throwdown !

SportisEverywhere.com : Quel est ton parcours sportif et comment as-tu découvert le CrossFit ?

J’ai toujours aimé le sport en général, j’ai commencé par le football dès tout petit et pendant très longtemps puis je me suis essayé au tennis, au sport de combat, à la musculation, course à pied, triathlon. Enfin il ya 1 an, j’ai découvert le CrossFit avec mon Florent Paillasson 2accolyte, mon partenaire d’entrainement Aurelien GROS (qualifié également) en allant sur différents sites de musculation et tout de suite on a su que ça allait nous plaire.

SIE.com : Qu’as-tu pensé des qualifications pour le French Throwdown ?

Les qualifications des french étaient très variées, personnellement c’est le 3ème wod qui m’a sauvé pour me qualifier in extremis car en effet les wod 1 et 2, qui étaient orientés gym et force, sont mes point faibles, alors que le cardio est mon point fort.

SIE.com : Comment prépares-tu/as-tu préparé la finale des 15 et 16 juin à Paris ?

Pour la finale, ma préparation a donc surtout été ciblée sur la force et la technique sur des mouvements de gym où j’ai encore beaucoup de carences. Dans tous les cas, je vais tout donner et me faire plaisir. Il y a vraiment un gros niveau sur cette compétition et j’ai hâte d’en découdre avec tous ces crossfiteurs!!!

SIE.com : Merci ! 

Logo

Les 15 et 16 juin 2013 auront lieu la finale du French Throwdown, à Paris, l’aboutissement d’une compétition qui a rassemblé plus de 1200 athlètes, en France, en Belgique, en Suisse, en Italie, en Espagne, en Angleterre et même jusqu’aux Etats-Unis et au Canada ! 

Le CrossFit est actuellement traversé par de nombreux débats et controverses : l’apparition de salles non-affiliées, la présence de Reebok, les rapports entre les CrossFitteurs qui s’entraînent dans leur garage et les salles affiliées, etc. (un article de Play-Fitness sur la question)

Mais au delà de tout ces débats, ce qui reste spécifique au CrossFit, c’est le partage entre personnes, c’est ce qui fonde la communauté. Que ce partage prenne l’apparence d’une compétition, de formations, de partage de vidéos, d’articles, de conseils.

Une compétition CrossFit, c’est toujours un moment très fort, où les athlètes peuvent confronter leur entraînement à celui des autres. On n’y élit pas tant celle ou celui qui est naturellement le (la) plus fort(e). Ces compétitions valorisent celles et ceux qui ont su tout l’année se préparer de la meilleure façon possible. C’est d’ailleurs pourquoi on veut toujours savoir à quoi ressemble l’entraînement de Rich Froning ou de Samatha Briggs. On veut avoir les conseils de Jami Tikkanen ou Karl Steadman, les coachs des plus grands athlètes.

Regionals2013_1Pour les spectateurs – je l’étais aux Regionals -, assister à une compétition CrossFit est extrêmement motivant : voir ces athlètes de haut niveau exécuter ces exercices qu’on connaît très bien (Clean, Snatch, Double-unders, Push-ups, etc.), mais à un niveau de maîtrise tellement supérieur, donne conscience du chemin à parcourir et on n’a envie que d’une chose : rentrer chez soi ou dans sa box pour s’entraîner. Parmi celles et ceux qui étaient au Regionals, combien ont essayé, ces deux dernières semaines, de refaire au moins un WOD de cette compétition ? … J’en étais sûr ! ;-) Moi aussi ! (le dernier avec les montées de cordes et les squat cleans)

Ce sont ces échanges, ces rencontres, ces partages qui font vivre le CrossFit. S’entraîner tout seul chez soi… ou au fond de sa box, sans se préoccuper de ce qu’il se passe autour est dommage, je crois. Et je ne connais pas un adhérent de box qui n’est pas intéressé de savoir ce qu’il se passe dans ces compétitions CrossFit lorsqu’on lui en parle. Même la personne plus âgée qui vient s’entraîner pour rester simplement en forme est impressionnée lorsqu’on lui montre ce que font les athlètes de haut niveau. C’est à nous, coaches, de jouer ce rôle d’intermédiaire, entre la base de nos adhérents et les athlètes de haut niveau. Parce que ça fait partie d’un tout, d’une même communauté.

Que vous vous entraîniez chez vous ou dans une box, et quelle que soit la box dans laquelle vous vous entraînez, le French Throwdown sera le moment marquant pour le CrossFit en France et dans les pays limitrophes, dans les semaines à venir !

A CrossFit 1815 et Reebok CrossFit Brussels, nous serons nombreux à aller encourager Sébastien Ferket et Matthieu Montès. Que vous ayez des connaissances qui se sont qualifiées ou pas, venez encourager les athlètes présents, rencontrer d’autres CrossFitteurs, faire des connaissances, etc. Vous ne le regretterez pas ! 10€, ce n’est vraiment pas cher pour deux jours de compétition ! Pensez au prix pour assister à des compétitions dans d’autres sports (qui ne durent parfois pas plus de 2 heures !)

Donc :

  • Dates : 15 et 16 juin 2013
  • Lieu : INSEP, 11 avenue du Tremblay 75012, Paris
  • Ouverture des portes aux spectateurs : 8h00
  • Premier WOD : 9h00
  • Samedi et dimanche, entre 17h et 19h : Barbecue !

Inscription : http://regonline.activeeurope.com/builder/site/Default.aspx?EventID=1241500

INSEP

Les WODs du samedi sont déjà connus :

WOD 1 : 

For time (time cap 10 min.) : 

  • 100 Double-unders
  • 50 Wall Ball Shots
  • 50 Chest-to-Bar
  • 100 Double-unders

WOD 2 : 

Ground-to-Overhead ladder

1-rep Ground-to-Overhead every 45 seconds with progressively heavier barbells

Athletes will be ranked by the weight of their heaviest successful lift. Partial pounds be warded for each additional deadlift completed after they attempt and fall the lift.

  • Men : 80-90-100-110-115-120-125-130-140-145 in kg
  • Women : 40-50-60-70-75-80-85-90-95-100-105 in kg

WOD 3 : 

21-15-9 reps for time (time cap 15 min.) of : 

  • Deadlift 100/70
  • Box jumps
  • Swings : 32/16
  • 100 m run end of each round

Logo-Play-Fit-Games-2013

Les Play-Fit Games 2013 se terminent sur la victoire de Matthieu Montès, chez les hommes, et d’Hélène Froussard chez les femmes.

Matthieu Montès confirme donc son état de forme 15 jours avant les French Throwdown !

Podium masculin : 

  1. Matthieu Montès
  2. Guillaume Magnouat
  3. Sébastien Brunson

Podium féminin : 

  1. Hélène Froussard
  2. Anna Bauduin
  3. Géraldine Germain

Personnellement, je me classe en 10ème position…

Les Play-Fit Games, c’était 3 wods à réaliser et à soumettre en vidéo. Et ça, c’était nouveau pour moi, puisque j’ai toujours fait tous mes wods de qualification dans des salles affiliées, sous l’oeil d’un juge qui validait ou pas mes reps au fur et à mesure (Open, Lowlands Throwdown, London Throwdown…).

Matt_Athletics

Matt Athletics, sponsor des Play Fitness Games

C’était donc une expérience intéressante, pour se rendre compte de ce que ça implique de faire ses qualifications en vidéo (même si je sais que je suis privilégié au niveau matériel, etc.).

Et puis, comme je l’ai toujours dit, chaque compétition est une occasion de sortir de sa zone de confort, de se donner un peu plus, de vérifier ses mouvements, etc.

J’espère retrouver de nombreux participants de cette compétition au French Throwdown, les 15-16 juin, à Paris, et que se maintienne une synergie entre les salles CrossFit et les CrossFitteurs qui pratiquent dans leur garage, leur jardin, etc.

Donc, voici les 3 wods, et mes vidéos, réalisées à CrossFit 1815 :

.

WOD 1 : “Cliffhanger”

Réalisez en 6 minutes le maximum de Hang Clean & Jerk à 45kg(H)/30kg(F).

A chaque fois que votre barre touche le sol, vous devez réaliser 10(H)/5(F) Hand Release Push-ups avant de pouvoir saisir à nouveau votre barre. Seuls les hang clean & jerk sont totalisés pour le score du wod.

.

WOD 2 : “Bugs Bunny”

Réalisez en 7 minutes:

  • 10 Hand release Burpee over bar
  • 30 Double under
  • 15 Hand release Burpee over bar
  • 30 Double under
  • 20 Hand release Burpee over bar
  • 30 Double under
  • Etc

Vous n’avez droit qu’à une seule tentative sur vos double unders. Que l’échec arrive dès la première répétition ou bien à la 29ème, vous devrez impérativement enchaîner sur les burpees suivants. Au moins une tentative sur les double unders doit être réalisée avant de passer aux burpees over bar suivants.

.

WOD 3 : “Max Peine”

Réalisez en 8 minutes:

  • Max Pull-ups
  • Max Overhead squats 35kg(H)/20kg(F)
  • Max Pull-ups
  • Max Overhead squats 35kg(H)/20kg(F)
  • Etc.

Logo-Play-Fit-Games-2013

En parallèle des compétitions organisées par les instances CrossFit ou par des salles affiliées (CrossFit Games Open, et les différents Throwdown), Play-Fitness organise sa compétition en ligne : les Play-Fitness Games !

Par rapport aux autres compétitions, toutes les contributions se font par vidéo. On ne valide donc pas les scores dans des salles, même si les épreuves peuvent être effectuées dans des salles affiliées.

C’est gratuit et il suffit de poster sa vidéo à un de ces deux endroits :

  • Sur le forum Play-Musculation, dans la section “Play-Fit Games 2013” sur le topic associé au WOD, OU
  • Sur le site Play-Fitness, dans les commentaires de l’article annonçant le WOD

Bien que l’épreuve ait débuté le 8 mai, il est toujours possible de s’inscrire ! En fait, si chaque semaine, durant 3 semaines (08/05, 15/05 et 17/05), un nouveau WOD est diffusé, vous avez jusqu’au 29/05 pour réaliser chacun des 3 WODs, en autant d’essais que vous le désirez ! (lire la mise à jour)

Wod 1 – « Cliffhanger »

  • Réalisez en 6 minutes le maximum de Hang Clean & Jerk à 45kg(H)/30kg(F).

A chaque fois que votre barre touche le sol, vous devez réaliser 10(H)/5(F) Hand Release Push-ups avant de pouvoir saisir à nouveau votre barre. Seuls les hang clean & jerk sont totalisés pour le score du wod. Infos ici…

MattAthlecticsWod 2 – « Bugs Bunny »

Réalisez en 7 minutes:

  • 10 Hand release Burpee over bar
  • 30 Double under
  • 15 Hand release Burpee over bar
  • 30 Double under
  • 20 Hand release Burpee over bar
  • 30 Double under
  • Etc

Vous n’avez droit qu’à une seule tentative sur vos double unders. Que l’échec arrive dès la première répétition ou bien à la 29ème, vous devrez impérativement enchaîner sur les burpees suivants. Au moins une tentative sur les double unders doit être réalisée avant de passer aux burpees over bar suivants. Infos ici…

Matthieu Montès, vainqueur du Reebok CrossFit Fitness Championship, en 2012 en France, y participe. Dans sa première vidéo, il présente d’ailleurs en exclusivité sa nouvelle salle CrossFit, qui ouvrira ses portes dans les semaines à venir, sur Bruxelles !! Il est actuellement classé 5ème au classement général...

Cette compétition est sponsorisée par le matériel Matt Athletics. C’est donc eux qui récompenseront les vainqueurs !

67514_457480200994386_1602142898_n

Photo : Reebok CrossFit Louvre / French Invictus Team

En octobre 2012, à l’issue du Lowlands Throwdown, j’écrivais “CrossFit : We need more competitions” (CrossFit : on a besoin de plus de compétitions). Depuis, s’est déroulé le London Throwdown, et nous sommes en plein “French Throwdown“. Et plus que jamais, je crois en l’intérêt de ces compétitions dans le CrossFit. 

Aujourd’hui, lors du WOD #2 (9 minutes pour établir sa rep max au deadlift, au backsquat, puis au shoulder-to-overhead), j’ai établi 3 Personal Records (PR) ! Oh, ce ne sont pas des poids extraordinaires pour les vrais compétiteurs, celles et ceux qui visent la qualification pour la phase finale, et une place sur le podium. Mais pour moi, ce sont les 3 soulevés les plus lourds que je n’ai jamais faits. C’est la première fois que je soulève 190 kg du sol, que je squatte avec 135 kg sur les épaules et que je place 100 kg au-dessus de ma tête.

06Pour dire, ça fait près d’un an que j’essaie ce Jerk à 100 kg. Impossible. C’était certainement psychologique. Mais c’est ça qui est intéressant : lors d’une compétition, on aborde les wods différemment. Et c’est tout l’intérêt de ces compétitions. En les abordant différemment, avec la motivation en plus, on progresse !

Après le deadlift et le squat, j’ai assuré un jerk à 90 kg (je savais qu’il allait passer, c’était pour être sûr d’avoir un shoulder-to-overhead validé). Comme j’avais encore du temps, j’ai donc essayé à 95 kg. Raté ! Impossible d’étendre les bras. Et pourtant je sentais que ça me paraissait plus léger que d’habitude. Il devait rester entre 30 et 45 secondes, je me dis : “rien à perdre !” Autant tenter un dernier essai à 100 kg. Je charge. Mon juge à CrossFit 1815 me crie “10 secondes !” Pression au maximum !! Et BOUM ! Ce que je n’étais pas arrivé à faire en 1 an, je l’ai fait en 10 secondes !!

100 kg en Jerk, ce n’est pas tant que ça, donc cette histoire n’a pas beaucoup d’intérêt, sauf que pour moi, c’est le French Throwdown qui m’a permis de passer ce cap des 100 kg ! Et je remarque que ces compétitions sont pour beaucoup l’occasion de se dépasser, de sortir de sa zone de confort, d’accrocher définitivement au CrossFit, à sa méthode et à sa culture.

J’ai vu des débutants se lancer dans de telles compétitions comme un défi, comme on s’inscrit à un marathon pour se prouver quelque chose, avec comme seul objectif d’arriver au bout; j’ai vu des étudiants se filmer pour soumettre leur score, dans des salles non-appropriées, se voir refuser leur score et ré-essayer en corrigeant leurs mouvements; j’ai vu plein de personnes aller plus loin que dans les wods quotidiens, parce qu’il y a un enjeu, un classement, même si l’enjeu est d’occuper la 706 ème place et non la 707 ème…

Le French Throwdown ne fait que commencer, mais Reebok CrossFit Louvre qui l’organise à déjà fait un boulot formidable, en réunissant plus de 1200 athlètes, répartis sur 120 boxes affiliées, sur 10 pays. Sans parler de tous les athlètes qui postent des vidéos depuis leur garage, leur petit home gym bricolé. Parce que le CrossFit, c’est aussi ça : des gens qui ReebokCrossFitLouvreLogos’entraînent comme ils peuvent, avec un minimum de matériel. Même si je travaille actuellement avec deux salles (Reebok CrossFit Brussels et CrossFit 1815), et que j’ai donc la possibilité de m’entraîner dans les meilleures conditions qui soient, je n’oublie pas que j’ai commencé chez moi, avant qu’il y ait des salles près de chez moi, dans mon jardin, et dans une petite pièce que je m’étais aménagée. Ces compétitions permettent d’aller chercher ces gars et de les intégrer dans la communauté.

En tant que coachs CrossFit, ces compétitions sont également de belles opportunités de jouer un rôle de médiateurs entre ces deux types d’athlètes que l’on entraîne : monsieur-et-madame-tout-le-monde, qui souhaitent se remettre en forme, et les athlètes CrossFit de haut niveau, qui commencent à émerger au fil des compétitions. Les deux ne sont pas incompatibles : le fait qu’il y ait des stars dans le football n’empêche pas que tous les week-ends, des milliers de matchs aient lieu, avec des enfants et des adultes tout à fait amateurs. Même chose dans la plupart des sports. Maintenant, le CrossFit est un sport et ce double aspect en fait tout à fait partie. Le rôle des coachs est précisément d’être des médiateurs : attirer celles et ceux qui veulent devenir de futurs Froning ou Thorisdottir vers le haut niveau, et faire comprendre aux autres qu’il n’y a pas besoin de faire comme Froning et Thorisdottir pour bénéficier de tous les effets positifs du CrossFit, que l’on participe à ce genre de compétitions ou pas.

Maintenant, il reste le WOD #3 du French Throwdown. Et puis la final en juin, à Paris, qui s’annonce comme une belle fête de la communauté CrossFit !! Soyez dans le mouvement !

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 101 other followers