You are currently browsing the tag archive for the ‘Compétition’ tag.

TBTD2014_intro

Dernier jour pour s’inscrire au Brussels Throwdown 2014 (fin des inscriptions vendredi 25 juillet à 18h00) !

Ne ratez pas les qualifications pour cette édition 2014. C’est l’occasion de participer à une vraie compétition internationale, puisque plus de 12 nationalités seront représentées !

Certains des meilleurs athlètes internationaux seront de la partie, puisqu’on retrouve des athlètes qualifiés pour les phases finales des French Throwdown, Lowlands Throwdown, Battle of London, Belgian Throwdown, et des finalistes des éditions précédentes du Brussels Throwdown. En vrac : des membres de la French Invictus Team, Kim Volders, Olivier Wouters, Clément Giraud, Gino Provenzano, etc. !

En même temps, je ne le répéterai jamais assez : une telle compétition est une super occasion POUR TOUT LE MONDE de progresser dans son entraînement. Je l’ai écrit très récemment ici : La compétition comme “moyen” et non comme “but”.

Il ne vous reste que quelques heures pour vous inscrire !! C’est par ici : https://regonline.activeeurope.com/register/login.aspx?eventID=1572370&MethodId=0&EventsessionId=

Début des qualifications, ce dimanche 27 juillet, avec la diffusion de la première épreuve !

blackboardWorkoutsCompetition

Les compétitions CrossFit s’enchaînent les unes après les autres, pour le moment. Cela contribue certainement à l’élévation générale du niveau dans le CrossFit, mais cela donne surtout à chacun l’occasion de progresser individuellement. 

Je m’explique. Peut-être que vous vous dites que faire des compétitions CrossFit ne fait pas partie de vos objectifs, que vous faites du CrossFit pour le fun, pour améliorer votre condition physique, pour perdre un peu de poids, pour vous défouler après le boulot, etc.

En fait, les compétitions ne sont pas un objectif “en soi” dans le CrossFit, ou alors pour une infime minorité. Sur les milliers de CrossFitteurs qu’il y a en Europe, seuls 3 athlètes peuvent prétendre aller aux CrossFit Games aux Etats-Unis. Si l’on regarde les phases finales de compétitions (les “Throwdows”), on voit plus ou moins toujours 20 ou 30 athlètes qui constituent le top niveau, et peuvent prétendre avoir des objectifs en terme de compétition. 20 ou 30 sur des milliers en Europe. Et aucun n’est un athlète CrossFit pro. Ils sont coaches, owners de box ou tout autre chose.

Tout ça pour dire que dans l’immense majorité des cas, les compétitions ne sont pas des objectifs en soi, mais un MOYEN, qui fait partie de l’entraînement. Dans le CrossFit, les compétitions font partie de l’entraînement. 

Si l’on s’accorde sur la définition qui dit que dans le CrossFit, nous faisons “des mouvements fonctionnels, constamment variés, à relativement haute intensité“, et que nous faisons cela dans le but d’être plus “Fit”, c’est-à-dire en meilleure condition physique, et en meilleure santé, alors on peut concevoir que chaque compétition est un moyen, dans l’entraînement, pour améliorer ses mouvements fonctionnels, pour augmenter la variation des exercices, et pour maximiser son intensité.

Très concrètement, une compétition, c’est sortir de sa zone de confort, c’est l’occasion d’essayer de maîtriser les exercices qu’on maîtrise moins bien, et ces progrès se traduiront en gain de force, ou d’agilité, ou de puissance, etc. C’est aussi l’occasion de devoir faire des exercices que vous n’avez jamais faits, donc d’amener de la variation dans l’entraînement. Enfin, quoi qu’on en dise, qu’on soit un compétiteur-né ou pas, on met toujours un peu plus d’intensité lorsqu’il y a un enjeu, quel qu’il soit.

Le retour à l’entraînement après une compétition est toujours un moment de reprise en main, de re-motivation, où on se dit : “je vais davantage me consacrer sur ceci ou sur cela”. La compétition est vraiment juste un élément de l’entraînement et par-là, du chemin vers des objectifs plus larges, comme la reprise en main de son corps, de sa condition physique, de sa santé.

TBTD2014_introC’est pour cela que les compétitions CrossFit sont accessibles à tout le monde. Ce sont toujours des “Open”. Tout athlète peut s’inscrire via internet. Cela diffère fortement d’autres sports, où participer à une compétition nécessite souvent que vous fassiez partie d’une fédération (avec cotisation en règle, etc.), qu’un coach vous sélectionne pour représenter son club, etc. Dans ces sports “traditionnels”, la compétition est souvent le but en soi. Dans le CrossFit, c’est juste un moyen, et c’est pour cela qu’il n’y a pas de barrière à l’entrée des compétitions, pour que chacun et chacune puisse participer.

Par conséquent, les compétitions CrossFit sont aussi les témoins de l’évolution générale des CrossFitteurs. Celles et ceux qui ont participé aux premières compétitions en Europe (il y a bientôt 3 ans maintenant, avec les “Fittest Games” à Reebok CrossFit Brussels, les premiers “Lowlands Throwdown”, aux Pays-bas, le Reebok CrossFit Fitness Championship, en France, etc.) peuvent en témoigner. Je me rappelle qu’à cette époque, on se demandait par exemple, si mettre des double-unders dans une épreuve n’était pas trop dur, parce que beaucoup ne savaient pas les faire ! Au dernier French Throwdown, TOUS les athlètes Elite Hommes et Femmes ont fait leurs 100 double-unders unbroken !!

Je me rappelle aussi qu’on n’aurait pas osé mettre des muscle-ups dans une épreuve, surtout chez les femmes. Au dernier French Throwdown, toutes les femmes passaient leurs muscle-ups… Quant aux charges, rare étaient ceux qui passaient la barre des 100 kg sur un Ladder avec un mouvement en overhead (Jerk, Thruster, etc…). Une fois encore, le dernier French Throwdown était le témoin de cette évolution, puisque presque tous les athlètes passaient aisément la barre des 100 kg en 1RM Thruster.

Mais nul besoin d’être à ce niveau-là pour participer à une des nombreuses compétitions. Parce que ce qui est bien, c’est que toute compétition peut être intéressante : aussi bien les “grosses” compétitions mondiales (“CrossFit Games”), les “grosses” compétitions internationales (Belgian Throwdown, Brussels Throwdown, French Throwdown, Lowlands Throwdown, Phare West Contest, etc.), les compétitions locales inter-boxes (comme le “Strength in Unity Invitational 2014″ à CrossFit 1815 ou “Kip My Cup” à CrossFit Montpellier), ou encore les compétitions “en interne” au sein d’une box.

Actuellement, les qualifications pour le Belgian Throwdown se terminent déjà, avec 3 épreuves, en 3 semaines, et la finale le 9 août, à CrossFit Da Vinci (Evere, Bruxelles). La semaine prochaine, c’est le Brussels Throwdown qui lancera ses qualifications : 3 épreuves également, réparties sur 3 semaines (à partir du 27 juillet). La finale aura lieu les 6 et 7 septembre à Reebok CrossFit Brussels. Et après cela, ce sera le tour du Lowlands Throwdown, avec sa qualification en un jour, le 20 septembre OU le 21 septembre selon les salles (à CrossFit Nivelles, ce sera le samedi 20 septembre).

Alors, prêt(e) à rajouter une compétition dans votre entraînement ? Pour s’inscrire au Brussels Throwdown, c’est ici !! N’hésitez pas !! https://regonline.activeeurope.com/Register/Checkin.aspx?EventID=1572370

Photo 8-09-13 23 08 10

La deuxième édition du Brussels Throwdown s’est conclue sur de superbes Podiums ! La plupart d’entre vous connaissent déjà les noms des gagnants de cette édition, mais voici les noms et le classement des athlètes qui ont participé à la dernière épreuve (le WOD 4, “The Hell of Brussels”). Et vous trouverez les liens pour télécharger les classements complets ci-dessous, ainsi que la vidéo et les liens vers deux albums photos sur facebook !


ELITE MEN
1 Matthieu Montès CrossFit Da Vinci
2 Yvan Gegout Reebok CrossFit Louvre
3 Christophe Besnard RCF Louvre French Invictus
4 Niels Verschuren CrossFit Gymert
5 Denis Clotten CrossFit Cologne
6 Clement Giraud CrossFit original addicts
7 Philipp Warkowski CrossFit Cologne
7 Olivier Wouters CrossFit Namur
9 Frédéric Maricelle non affiliate
10 Adrien Bottari Reebok CrossFit Louvre
11 Guillaume Magnouat CrossFit Perpignan
12 Chungchong Lam CrossFit Antwerpen
13 Maxime Condemi French Invictus Team
14 Kamil Choleva CrossFit CM2
15 Xavier Balta non affiliate
16 Vincent Krijnberg non affiliate
17 Alexandre Jolivet non affiliate
17 Dempsey Tamara CrossFit 075
19 Thorsten Bruning CrossFit Twente
20 Olle Overbosch non affiliate
MASTERS MEN
1 Michel Vanmeerbeek CrossFit Power Factory
2 Gino Provenzano RCF Brussels
3 Harold Zwiers CrossFit Twente
4 Rodrigo Espinoza CrossFit Vlaardingen
5 Scott Jenkins CrossFit CM2
ELITE WOMEN
1 Carmen Bosmans CrossFit Antwerpen
2 Sanne Rooijmans CrossFit 075
3 Brenda Van Zaanen CrossFit Amsterdam
4 Kim Volders CrossFit Lividum
4 Danielle Bodin Reebok CrossFit Louvre
6 Virginie Rousseau French Invictus Team Louvre
7 Jose Schoenmaker CrossFit
8 Daniela Geppert CrossFit Cologne
9 Donna Bliek CrossFit Schagen
10 Laura Vale Reebok CrossFit Louvre
MASTERS WOMEN
1 FRAMBOISE LABAT Reebok CrossFit Louvre
2 Corine Blok non affiliate

.

Téléchargez l’ensemble du classement en pdf ou en fichier excel !

.

PHOTOS : 

VIDEO : 

Picture2012

Ami-e-s français-es, ou d’autres pays hors BeNeLux, les inscriptions pour le Lowlands Throwdown sont ouvertes. Sachant que les qualifications ne se font que dans des salles CrossFit de Hollande, Belgique et Luxembourg, comme l’année passée, Reebok CrossFit Brussels peut vous accueillir pour que vous fassiez cette qualification. De plus, CrossFit 1815, à Waterloo (20 km au Sud de Bruxelles) vous accueille également. 

Les qualifications auront lieu dans les deux salles, le dimanche 6 octobre 2013Reebok CrossFit Brussels peut accueillir 80 athlètes; CrossFit 1815 en accueillera 50.

Ne tardez pas pour vous inscrire ! L’inscription, c’est ici : http://lowlandsthrowdown.nl/ Et c’est seulement 12,50 €…

Parmi les athlètes qui auront fait les 3 wods de qualification dans la quarantaine de salles affiliées, les 100 meilleurs athlètes (hommes et femmes confondus) seront qualifiés pour la finale, les 19 et 20 octobre aux Pays-Bas.

Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble une qualification pour le Lowlands Throwdown, voici la vidéo que nous avions faite l’année passée, lors des qualifications à Reebok CrossFit Brussels :

Logo

Les 15 et 16 juin 2013 auront lieu la finale du French Throwdown, à Paris, l’aboutissement d’une compétition qui a rassemblé plus de 1200 athlètes, en France, en Belgique, en Suisse, en Italie, en Espagne, en Angleterre et même jusqu’aux Etats-Unis et au Canada ! 

Le CrossFit est actuellement traversé par de nombreux débats et controverses : l’apparition de salles non-affiliées, la présence de Reebok, les rapports entre les CrossFitteurs qui s’entraînent dans leur garage et les salles affiliées, etc. (un article de Play-Fitness sur la question)

Mais au delà de tout ces débats, ce qui reste spécifique au CrossFit, c’est le partage entre personnes, c’est ce qui fonde la communauté. Que ce partage prenne l’apparence d’une compétition, de formations, de partage de vidéos, d’articles, de conseils.

Une compétition CrossFit, c’est toujours un moment très fort, où les athlètes peuvent confronter leur entraînement à celui des autres. On n’y élit pas tant celle ou celui qui est naturellement le (la) plus fort(e). Ces compétitions valorisent celles et ceux qui ont su tout l’année se préparer de la meilleure façon possible. C’est d’ailleurs pourquoi on veut toujours savoir à quoi ressemble l’entraînement de Rich Froning ou de Samatha Briggs. On veut avoir les conseils de Jami Tikkanen ou Karl Steadman, les coachs des plus grands athlètes.

Regionals2013_1Pour les spectateurs – je l’étais aux Regionals -, assister à une compétition CrossFit est extrêmement motivant : voir ces athlètes de haut niveau exécuter ces exercices qu’on connaît très bien (Clean, Snatch, Double-unders, Push-ups, etc.), mais à un niveau de maîtrise tellement supérieur, donne conscience du chemin à parcourir et on n’a envie que d’une chose : rentrer chez soi ou dans sa box pour s’entraîner. Parmi celles et ceux qui étaient au Regionals, combien ont essayé, ces deux dernières semaines, de refaire au moins un WOD de cette compétition ? … J’en étais sûr ! ;-) Moi aussi ! (le dernier avec les montées de cordes et les squat cleans)

Ce sont ces échanges, ces rencontres, ces partages qui font vivre le CrossFit. S’entraîner tout seul chez soi… ou au fond de sa box, sans se préoccuper de ce qu’il se passe autour est dommage, je crois. Et je ne connais pas un adhérent de box qui n’est pas intéressé de savoir ce qu’il se passe dans ces compétitions CrossFit lorsqu’on lui en parle. Même la personne plus âgée qui vient s’entraîner pour rester simplement en forme est impressionnée lorsqu’on lui montre ce que font les athlètes de haut niveau. C’est à nous, coaches, de jouer ce rôle d’intermédiaire, entre la base de nos adhérents et les athlètes de haut niveau. Parce que ça fait partie d’un tout, d’une même communauté.

Que vous vous entraîniez chez vous ou dans une box, et quelle que soit la box dans laquelle vous vous entraînez, le French Throwdown sera le moment marquant pour le CrossFit en France et dans les pays limitrophes, dans les semaines à venir !

A CrossFit 1815 et Reebok CrossFit Brussels, nous serons nombreux à aller encourager Sébastien Ferket et Matthieu Montès. Que vous ayez des connaissances qui se sont qualifiées ou pas, venez encourager les athlètes présents, rencontrer d’autres CrossFitteurs, faire des connaissances, etc. Vous ne le regretterez pas ! 10€, ce n’est vraiment pas cher pour deux jours de compétition ! Pensez au prix pour assister à des compétitions dans d’autres sports (qui ne durent parfois pas plus de 2 heures !)

Donc :

  • Dates : 15 et 16 juin 2013
  • Lieu : INSEP, 11 avenue du Tremblay 75012, Paris
  • Ouverture des portes aux spectateurs : 8h00
  • Premier WOD : 9h00
  • Samedi et dimanche, entre 17h et 19h : Barbecue !

Inscription : http://regonline.activeeurope.com/builder/site/Default.aspx?EventID=1241500

INSEP

Les WODs du samedi sont déjà connus :

WOD 1 : 

For time (time cap 10 min.) : 

  • 100 Double-unders
  • 50 Wall Ball Shots
  • 50 Chest-to-Bar
  • 100 Double-unders

WOD 2 : 

Ground-to-Overhead ladder

1-rep Ground-to-Overhead every 45 seconds with progressively heavier barbells

Athletes will be ranked by the weight of their heaviest successful lift. Partial pounds be warded for each additional deadlift completed after they attempt and fall the lift.

  • Men : 80-90-100-110-115-120-125-130-140-145 in kg
  • Women : 40-50-60-70-75-80-85-90-95-100-105 in kg

WOD 3 : 

21-15-9 reps for time (time cap 15 min.) of : 

  • Deadlift 100/70
  • Box jumps
  • Swings : 32/16
  • 100 m run end of each round

67514_457480200994386_1602142898_n

Photo : Reebok CrossFit Louvre / French Invictus Team

En octobre 2012, à l’issue du Lowlands Throwdown, j’écrivais “CrossFit : We need more competitions” (CrossFit : on a besoin de plus de compétitions). Depuis, s’est déroulé le London Throwdown, et nous sommes en plein “French Throwdown“. Et plus que jamais, je crois en l’intérêt de ces compétitions dans le CrossFit. 

Aujourd’hui, lors du WOD #2 (9 minutes pour établir sa rep max au deadlift, au backsquat, puis au shoulder-to-overhead), j’ai établi 3 Personal Records (PR) ! Oh, ce ne sont pas des poids extraordinaires pour les vrais compétiteurs, celles et ceux qui visent la qualification pour la phase finale, et une place sur le podium. Mais pour moi, ce sont les 3 soulevés les plus lourds que je n’ai jamais faits. C’est la première fois que je soulève 190 kg du sol, que je squatte avec 135 kg sur les épaules et que je place 100 kg au-dessus de ma tête.

06Pour dire, ça fait près d’un an que j’essaie ce Jerk à 100 kg. Impossible. C’était certainement psychologique. Mais c’est ça qui est intéressant : lors d’une compétition, on aborde les wods différemment. Et c’est tout l’intérêt de ces compétitions. En les abordant différemment, avec la motivation en plus, on progresse !

Après le deadlift et le squat, j’ai assuré un jerk à 90 kg (je savais qu’il allait passer, c’était pour être sûr d’avoir un shoulder-to-overhead validé). Comme j’avais encore du temps, j’ai donc essayé à 95 kg. Raté ! Impossible d’étendre les bras. Et pourtant je sentais que ça me paraissait plus léger que d’habitude. Il devait rester entre 30 et 45 secondes, je me dis : “rien à perdre !” Autant tenter un dernier essai à 100 kg. Je charge. Mon juge à CrossFit 1815 me crie “10 secondes !” Pression au maximum !! Et BOUM ! Ce que je n’étais pas arrivé à faire en 1 an, je l’ai fait en 10 secondes !!

100 kg en Jerk, ce n’est pas tant que ça, donc cette histoire n’a pas beaucoup d’intérêt, sauf que pour moi, c’est le French Throwdown qui m’a permis de passer ce cap des 100 kg ! Et je remarque que ces compétitions sont pour beaucoup l’occasion de se dépasser, de sortir de sa zone de confort, d’accrocher définitivement au CrossFit, à sa méthode et à sa culture.

J’ai vu des débutants se lancer dans de telles compétitions comme un défi, comme on s’inscrit à un marathon pour se prouver quelque chose, avec comme seul objectif d’arriver au bout; j’ai vu des étudiants se filmer pour soumettre leur score, dans des salles non-appropriées, se voir refuser leur score et ré-essayer en corrigeant leurs mouvements; j’ai vu plein de personnes aller plus loin que dans les wods quotidiens, parce qu’il y a un enjeu, un classement, même si l’enjeu est d’occuper la 706 ème place et non la 707 ème…

Le French Throwdown ne fait que commencer, mais Reebok CrossFit Louvre qui l’organise à déjà fait un boulot formidable, en réunissant plus de 1200 athlètes, répartis sur 120 boxes affiliées, sur 10 pays. Sans parler de tous les athlètes qui postent des vidéos depuis leur garage, leur petit home gym bricolé. Parce que le CrossFit, c’est aussi ça : des gens qui ReebokCrossFitLouvreLogos’entraînent comme ils peuvent, avec un minimum de matériel. Même si je travaille actuellement avec deux salles (Reebok CrossFit Brussels et CrossFit 1815), et que j’ai donc la possibilité de m’entraîner dans les meilleures conditions qui soient, je n’oublie pas que j’ai commencé chez moi, avant qu’il y ait des salles près de chez moi, dans mon jardin, et dans une petite pièce que je m’étais aménagée. Ces compétitions permettent d’aller chercher ces gars et de les intégrer dans la communauté.

En tant que coachs CrossFit, ces compétitions sont également de belles opportunités de jouer un rôle de médiateurs entre ces deux types d’athlètes que l’on entraîne : monsieur-et-madame-tout-le-monde, qui souhaitent se remettre en forme, et les athlètes CrossFit de haut niveau, qui commencent à émerger au fil des compétitions. Les deux ne sont pas incompatibles : le fait qu’il y ait des stars dans le football n’empêche pas que tous les week-ends, des milliers de matchs aient lieu, avec des enfants et des adultes tout à fait amateurs. Même chose dans la plupart des sports. Maintenant, le CrossFit est un sport et ce double aspect en fait tout à fait partie. Le rôle des coachs est précisément d’être des médiateurs : attirer celles et ceux qui veulent devenir de futurs Froning ou Thorisdottir vers le haut niveau, et faire comprendre aux autres qu’il n’y a pas besoin de faire comme Froning et Thorisdottir pour bénéficier de tous les effets positifs du CrossFit, que l’on participe à ce genre de compétitions ou pas.

Maintenant, il reste le WOD #3 du French Throwdown. Et puis la final en juin, à Paris, qui s’annonce comme une belle fête de la communauté CrossFit !! Soyez dans le mouvement !

En un an, les choses ont fort évolué. Après les Lowlands Throwdown 2011, les Reebok CrossFit Fitness Championships, les Brussels Throwdown, les compétitions anglaises et les CrossFit Games Open, la demande pour des compétitions CrossFit est telle qu’il faut maintenant prévoir une phase de qualification pour limiter le nombre d’athlètes.

Les Lowlands Throwdown 2012 se feront donc en deux phases :

  • Samedi 29 septembre 2012 : QUALIFICATIONS
  • Dimanche 14 octobre 2012 : FINALE

Les qualifications se font uniquement dans des salles CrossFit du BeNeLux (Belgique, Netherlands, Luxembourg). En Belgique, Reebok CrossFit BrusselsCrossFit Antwerpen et CrossFit Gym Project (Sint-Niklaas) organiseront les qualifications. Ces qualifications consisteront en 3 workouts, plutôt courts.

Dès aujourd’hui (3 août 2012), vous devrez vous inscrire sur http://www.lowlandsthrowdown.nl, et sélectionner une salle affiliée où vous désirez passer la qualification. Le prix est de 30€ pour la qualification. Si vous vous qualifiez pour la finale, vous ne devez rien re-payer. Attention, à Reebok CrossFit Brussels, le nombre de places est limité à 80, pour que la qualification reste faisable sur une seule journée…

A l’issue des qualifications, les 100 meilleurs athlètes se rencontreront à la finale du 14 octobre, qui aura lieu au Centre Hoenderdaal à Driebergen (près de Utrecht, 2 heures en voiture de Bruxelles,). C’est un centre sportif complet (2400 m2), avec toutes les infrastructures sportives. Attendez-vous donc à des épreuves variées ! ;-)

Important. Un tel événement a besoin de personnes pour aider à l’organisation : préparation des salles, juges, accueil des athlètes, etc. Nous avons besoin de vous. Etre dans l’organisation d’une compétition CrossFit est également une bonne occasion de prendre part à la communauté CrossFit ! Pour être volontaire à la qualification à Reebok CrossFit Brussels, envoyez un mail à vstautemas@gmail.com. Pour être volontaire à la finale à Driebergen, envoyez un mail à joachimoldenbroek@gmail.com

Centre Hoenderdaal à Driebergen

Au fur et à mesure que le CrossFit se développe, cette méthode d’entraînement prend des facettes différentes. D’un côté, de plus en plus de gens se mettent au CrossFit pour reprendre en main leur santé, leur condition physique, leurs capacités. Avec une vie professionnelle à côté, ils trouvent dans le CrossFit une méthode efficace pour se sentir mieux dans leur corps. S’ils pratiquent une activité sportive à côté, sous forme d’hobby, le CrossFit leur permet d’améliorer leurs performances.

A côté de cela, le CrossFit devient un sport à part entière, avec ses compétitions, et des athlètes qui se préparent uniquement pour cela, avec des objectifs pour leur “saison CrossFit”.

Mais une troisième dimension émerge : l’utilisation du CrossFit par des athlètes de haut niveau, qui recherchent un apport supplémentaire dans leur préparation physique. Le CrossFit leur permet de développer leur corps de manière plus complète (un sport spécifique, avec ses gestes répétés, hypertrophie certains muscles et en atrophie d’autres), et de travailler en renforcement musculaire avec un Coach spécialisé en conditionnement physique.

C’est le cas de deux jeunes archers de haut niveau que j’entraîne à Reebok CrossFit Brussels (photo ci-dessus). Un travail spécifique, dans le cadre d’un entraînement CrossFit, sur le gainage, la posture, le maintien et la situation d’inconfort au moment du tir, semble avoir porté ses fruits. Ludo et Renaud ont tous les deux amélioré leur score moyen de 50 points dans les dernières compétitions !

Les deux derniers week-ends, Renaud (15 ans) a battu deux RECORDS DU MONDE dans sa catégorie, sur 60m et 70m. Et à deux, ils ont égalé ou battu, cet été, plusieurs records de ligue, de Belgique, et d’Europe !

Si vous êtes un sportif de haut niveau, ce type d’entraînement, préparé par un Coach, peut vous être très bénéfique ! De plus en plus d’athlètes intègrent une apport CrossFit dans leur entraînement : quelques exemples dans la rubrique “CrossFit for Athletes“.

En France, Jean Galfione (vidéo ci-dessous), ancien champion de saut à la perche, reconverti en voile, se prépare avec un entraînement CrossFit. En Belgique, le champion de golf, Nicolas Colsaerts, s’entraîne également avec un entraîneur CrossFit…

Plus de renseignements ? Contactez-moi pour discuter d’une préparation physique en CrossFit qui correspond à votre sport : yvespatte@yahoo.fr . Je peux aussi vous proposer une alimentation adaptée à votre pratique sportive, et une préparation mentale pour les compétitions. 

En France ou en Belgique, n’hésitez pas à contacter la salle de CrossFit la plus proche de chez vous, pour voir ce qu’ils peuvent vous proposer… Pour trouver la salle de CrossFit la plus proche : “Affiliates map“.

Hier, nous étions à Paris pour les demi-finales du Reebok CrossFit Fitness Championship. Les 60 meilleurs hommes et 60 meilleures femmes de France (et de Belgique) se sont départagés, en vue de la grande finale qui aura lieu à Paris, le 16 juin.

J’y ai vu des athlètes féminines peiner durant près de 10 minutes pour arriver à faire 100 pompes strictes, … sous la pluie ! Pour certaines d’entre elles, c’était la première fois qu’elles devaient faire des pompes strictes, sans que les genoux ou les cuisses touchent le sol. Et à plus forte raison, c’était la première fois qu’elles se lançaient dans une série de 100 pompes !

J’y ai vu des athlètes masculins souffrir sous la barre de 60 kg, pour verrouiller leurs coudes au « shoulders-to-overhead ». Et pourtant, ils continuaient, tant que la limite de temps n’était pas finie. Ils réessayaient. Encore et encore. Parce qu’en compétition, on ne peut pas diminuer la charge de la barre en plein WOD. Parce qu’on n’est pas dans un WOD habituel.

En fait, la compétition donne cette motivation supplémentaire par rapport à un Workout habituel. On n’a pas le choix. Donc, on le fait.

Et du coup, tous ces athlètes – en particulier celles et ceux qui ont peiné – vont retourner dans leur salle en voulant refaire ces exercices, ce nombre de reps, ce poids-là. J’en suis sûr. Pourquoi refaire des pompes sur les genoux lorsqu’on en a fait 100, ou même 30, ou même 10, strictes lors de cette compétition ? Pourquoi refaire des Push-Press à 40 kg, lorsqu’on les a fait à 60 kg lors de ces demi-finales ? La compétition repousse plus loin les limites entre « ce que je crois être capable de faire » et « ce que je suis capable de faire ». Ca s’appelle « progresser ».

Et par conséquent, une compétition CrossFit renvoie l’athlète dans sa box, le renvoie à ses WOD quotidiens, et à ses entraînements. Les compétitions CrossFit et les entraînements quotidiens dans les box ne sont pas deux choses incompatibles. Ca va ensemble. Tu sais ce que tu dois travailler, tes points faibles. Ca insuffle de l’air dans les entraînements.

Hier, les deux WOD étaient :

WOD #1 : 5 rounds for time of :

  • 12 Deadlift (60/30)
  • 9 Hang Power Clean (60/30)
  • 6 Shoulders-to-Overhead (60/30)

WOD #2 : For time :

  • 50 Pull-ups (Jumping-pull-ups for women)
  • 100 Push-ups
  • 200 Squats

Rendez-vous à la finale pour la suite !

Coachs : encouragez vos athlètes à participer à des compétitions. La prochaine aura lieu à CrossFit Brussels : Les Brussels Throwdown, une compétition ouverte à tout le monde, le 24 juin 2012. Infos ici : http://www.thebrusselsthrowdown.be

En attendant, toutes mes photos de l’événement sont ici. Vous connaissez le principe, c’est en accès public, identifiez-vous dessus et faites circuler ;-) (PS : Comme je jugeais sur les épreuves masculines, il n’y a que les photos des épreuves féminines…)

Vous pouvez également lire un excellent compte-rendu sur Play-Fitness.

Voici également une vidéo sur Youtube.

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 106 other followers