You are currently browsing the category archive for the ‘Weightlifting’ category.

44498_655940927768453_151186685_n

(photo appartenant à Brian MacKenzie et Diane Fu)

Ce qui est intéressant dans le CrossFit, c’est la cohérence de l’approche, malgré sa globalité. Derrière les exercices d’haltérophilie, de gymnastique, d’athlétisme, il y a un certain nombre de principes qui reviennent. C’est peut-être pour cela que vous avez l’impression que vos coachs se répètent : “extension des hanches“, “plus grande amplitude“, etc…

Un de ces principes est que les mouvements se font du centre vers les extrémités. En anglais : “from core to extremity“. En haltérophilie, par exemple, il est primordial d’aller en extension complète des hanches AVANT de commencer à plier les bras. On ne tire avec les bras que lorsque l’extension complètes des hanches a été exécutée, sinon on perd de la puissance, du fait que l’on est capable de développer beaucoup plus de puissance avec les hanches qu’avec les bras. “When arm bend, power ends” répète Coach Burgener lors des séminaires Olympic Lifting (“Quand les bras plient, la puissance s’arrête“).

Et il en va de même pour la course à pied. Il faut d’abord être en plein extension des hanches AVANT de tirer le genoux vers le haut. Dans le cas contraire, on tire uniquement avec les fléchisseurs des hanches. Si vous avez déjà eu des crampes à ce niveau-là lors d’une course longue, c’est que vous sollicitez trop ce petit groupe musculaire, et que vous n’êtes pas en extension complète des hanches. Celles-ci restent “fermées”. Vous manquerez de puissance, tout comme un “Clean” exécuté avec les bras manquerait de puissance.

Le tirage du genou vers le haut sera beaucoup plus efficient si vous êtes en extension complète. Courir avec les hanches en partie fermées implique que seul votre buste est penché vers l’avant, positionnant vos fessiers vers l’arrière. Cette mauvaise position vous empêche d’utiliser pleinement vos fessiers et vos ischios pour courir, mettant donc toute la charge de la course sur les fléchisseurs des hanches…

Pensez toujours à bien positionner le centre de votre corps (“the core”) avant les extrémités…

Merci à Diane Fu, Brian MacKenzie et Carl Paoli pour l’information.

A propos de course à pied, CrossFit Montpellier est interviewé pour le journal L’Equipe concernant le programme “CrossFit Endurance“. A lire ici !

Capture d’écran 2013-11-21 à 12.32.37

IMG_9719

Le samedi 20 avril 2013, CrossFit 1815 accueillait sa première compétition d’Haltérophilie, un Inter-Club belge. C’est Naga Djihed qui remporte l’épreuve pour les hommes, avec un snatch à 123 kg et un clean & jerk à 135 kg, pour un total de 258 kg ! Poids de corps : 67,8 kg !!

La vidéo de Naga Djihed :

.

Voici le classement masculin :

  1. Fire Gym – Naga Djihed 351 pts IWF
  2. Lebbeke – Nicky Van Wemmel 329 pts IWF
  3. CHFS – Ghislain Bouveresse 321 pts IWF

Le reste de la compétition :

.

Voir quelques photos de la compétition sur Facebook, ainsi que l’entraînement en extérieur que CrossFit 1815 avait organisé ce jour-là : Sur Facebook… 

Le samedi 27 avril 2013, CrossFit 1815 accueillera sa deuxième compétition, réservée aux femmes cette fois-ci. Et il paraît qu’il y aura du très haut niveau ! Pour toute information sur la salle : http://www.crossfit1815.be (à Waterloo)

CompétitionHaltéro27-04-2013

IMG_2769

Voilà que les choses commencent à bien bouger en Belgique, au niveau formations CrossFit ! Après la première Level 1, en novembre 2012 à Reebok CrossFit Brussels, en voici une deuxième en avril… Mais surtout 3 nouvelles “SPECIALITY CERTS” : Mobility, Gymnastics et Olympic Lifting !! 

English : One Level 1 Trainer Course and three Speciality Certs at Reebok CrossFit Brussels in 2013 !! 

Dates : 

Ce sont 3 formations de grande qualités, avec ces formateurs qui sont de véritables références en la matière. La formation Mobilty sera assurée par Jami Tikkanen, la formation Gymnastics par Jeff Tucker (ou un de ses disciples) et la formation ReebokCF_Brussels_logo_black_redOlympic Lifting sera assurée par Sage Mertz (Burgener), la fille de Mike Burgener (pour l’avoir rencontrée lors de cette formation, avec son père, je peux confirmer qu’elle a un maîtrise impressionnante des mouvements olympiques – et qu’elle est très très pédagogue !).

Ces formations sont, pour les coachs, l’occasion de se perfectionner dans une des nombreuses dimensions du CrosssFit. Mais elles sont également ouvertes à tout athlète qui voudrait se perfectionner, surtout s’il a des objectifs en terme de compétition.

Mais c’est aussi l’occasion de se rencontrer entre coachs et de cultiver cet esprit de communauté qui soude le monde du CrossFit. Alors, à bientôt à Reebok CrossFit Brussels pour une de ces prochaines formations ? ;-)

A l’occasion de la prochaine ouverture de CrossFit 1815 à Waterloo, la “petite soeur” de Reebok CrossFit Brussels, il est intéressant de faire le point sur le développement du CrossFit. Cette dernière année, c’est près de 1000 salles qui ont ouvert dans le monde, pour atteindre un nombre total de 5000 salles affiliées ! (Source : TabataTimes

Rien qu’en Belgique, actuellement et dans les mois à venir, c’est 4 salles qui ouvrent ! Et je crois qu’on peut dire la même chose pour la France avec l’ouverture récente de plusieurs salles et des projets divers dans tout l’hexagone. L’Europe, en général, se porte bien, puisqu’après les Etats-Unis, c’est la région du monde où on retrouve le plus d’affiliés : 8,8%. Et si les pays nordiques avaient pris de l’avance, le centre et le sud rattrapent petit à petit leur retard…

Une des conséquences est l’augmentation incroyable du niveau ! Chaque compétition attire de plus en plus d’athlètes, ce qui fait que la sélection pour la phase finale représente toujours un niveau plus élevé. C’est ce qu’on voit actuellement avec les London Throwdown, où il y a plus de 1000 inscrits chez les hommes ! Seuls les 150 premiers seront qualifiés… Les Lowlands Throwdown, cette année, ont du prévoir une phase de qualifications, pour pouvoir accepter les 100 meilleurs athlètes (70 hommes / 30 femmes). Et on imagine bien que les Open 2013 seront encore un cran au-dessus, vu tous les nouveaux athlètes qui se sont révélés depuis l’année passée, que ce soit lors du Reebok CrossFit Fitness Championship, du Brussels Throwdown, du Lowlands Throwdown, ou maintenant du London Throwdown !

Et le CrossFit étant, par définition, une méthode “inclusive”, sa popularité va donner de la visibilité à tout ce qu’il inclut. Exemples : l’haltérophilie et l’alimentation paléolithique.

Un article très récent, dans CrossFit Journal, montrait qu’aux Etats-Unis, ces 4 dernières années, le nombre d’haltérophiles a augmenté de 30 % ! Le nombre de coachs d’haltérophilie a augmenté de 139 % !!

Selon Ursula Garza Papandrea, Coach senior et directrice technique de la Fédération américaine d’Haltérophilie : “Le CrossFit est définitivement en train de populariser l’haltérophilie. Et c’est immense pour nous. (…) La communauté CrossFit a été capable d’attirer plus de monde vers l’haltérophilie que ce que nous aurions pu faire“.

C’est assez clair en Belgique. Il y a 4 ans, j’avais contacté la Fédération d’haltérophilie, qui me disait manquer de clubs, de coachs et même d’adhérents. A cette époque, la responsable m’avait dit qu’ils attendaient pour organiser des formations de coachs… par manque de participants. Aujourd’hui, le Coach National d’haltérophilie, Philippe de Pauw entraîne chaque semaine à Reebok CrossFit Brussels. Des athlètes CrossFit ont rejoint son club d’haltérophilie. Et en Belgique, comme aux Pays-Bas et en France, des athlètes CrossFit se testent dans des compétitions d’haltérophilie…

Même chose pour l’alimentation paléolithique. Ce n’est clairement pas nouveau, mais le CrossFit lui a permis de gagner en visibilité et en popularité. Le monde francophone, par exemple, a connu une longue tradition de médecins qui défendaient les principes du “Paléo”, comme Jean Seignalet (1936-2003) ou Jacques Fradin, en France, ou Guy-Claude Burger (1934) en Suisse.

Pourtant, aucun d’eux n’a pu faire sortir l’alimentation paléolithique d’un confinement aux initiés, réservé à quelques originaux, controversés. Avec le CrossFit, c’est 5000 salles de sport qui défendent les principes du Paléo, et qui le popularisent dans les milieux sportifs, et pour tout un chacun. De plus en plus de blogs émergent. Des reportages sur le Paléo sont diffusés sur les chaînes nationales (TF1, France 24, France 5, etc.). Des projets de restaurant font leur apparition. Des médecins et nutritionnistes s’y mettent, etc.

A ma connaissance, aucune autre méthode d’entraînement n’a autant popularisé, en se popularisant, des principes de base comme ceux de l’haltérophilie (charges libres, explosivité, vitesse, etc.) et ceux de l’alimentation paléo (manger naturellement…).

Mais on pourrait tout à fait réfléchir dans le sens inverse et se dire que si le CrossFit a autant de succès, c’est parce qu’il a pu inclure des principes qui viennent de l’haltérophilie et du paléo, qui sont deux méthodes efficaces pour développer force, explosivité, vitesse, et renforcer la santé, perdre de la masse grasse, etc…

Quoi qu’il en soit, le CrossFit, l’haltérophilie et l’alimentation paléo se développent fortement actuellement. Et c’est une très bonne chose en matière de santé publique et de renforcement des capacités physiques.

Coach Burgener n’est pas qu’une légende. Il existe vraiment. Tel qu’on le connaît dans les célèbres vidéos où il enseigne le Snatch et le Clean & Jerk à Pat Barber : avec ses « Yeah Burpees », ses « Yes, Coach ! », et son « Hook Grip ».

« With the hook grip, right ? », demande Pat Barber.
– « Don’t ever ask me that question ! », répond Coach Burgener.

Il est comme ça aussi dans la réalité. Aussi affirmatif, aussi incisif et aussi préoccupé par les progrès que chaque athlète pourrait faire.

Essayez de discuter avec lui. Si, derrière vous, un co-équipier se positionne trop loin de la barre ou prend une prise trop serrée, il risque fort d’interrompre la conversation pour aller le corriger.

Derrière les méthodes « militaires » de Coach Burgener, on ressent avant tout un amour du coaching, une volonté de faire progresser chaque athlète, d’où qu’il vienne. L’important, c’est de progresser. Toujours. Travailler et retravailler ses mouvements. Les améliorer. Encore et encore.

Impossible évidemment de résumer en quelques lignes le contenu de deux jours de formation très riches de contenu avec Coach Burgener et son équipe du « Olympic Lifting Trainer Course ». Je vous conseille vivement d’y assister.

Mais si vous voulez retenir quelques outils intéressants à mettre en œuvre dans votre box, je citerais :

1. le « junk yard dog » pour commencer le warm-up

2. le « Burgener Warm-up »

  • Down & up
  • Elbows high and outside
  • Muscle snatch
  • Snatch drops (2’’, 4’’, 6’’)
  • Snatch lands

3. le « Skills Transfer Exercises »

  • Snatch Push Press
  • Overhead squats
  • Pressing snatch balance
  • Heaving snatch balance
  • Snatch balance

Une idée fondamentale à retenir ? La vitesse ! C’est la capacité à créer de la vitesse qui va déterminer la réussite d’une Snatch. SPEED THROUGH THE MIDDLE : « It’s not about strength. It’s really about speed ».

Quelques liens :

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 107 other followers