You are currently browsing the category archive for the ‘Revue de presse’ category.

Invictus-Training-Camp-2012-Coach-B-and-Greg-Walker

Si vous êtes pratiquant(e) CrossFit en France, ou en Belgique francophone, vous avez peut-être suivi cette polémique récente entre des gérants de salles CrossFit et le site Play-Fitness.fr, qui aboutit à un appel à boycotter Play-Fitness.fr

A l’origine de cette polémique, il y a le fait que Play-Fitness.fr liste les boxes affiliées et non-affiliées, comme s’il s’agissait, au final de la même chose… (voir la liste)

Je précise que j’ai soutenu Play-Fitness.fr depuis le début, participé à leur compétition en ligne, et respecte beaucoup le travail de bénévoles passionnés pour faire connaître une pratique qu’ils aiment, le CrossFit.

J’ai commencé le CrossFit avant qu’il y ait des salles, je m’entraînais chez moi. Je suis intimement convaincu que le CrossFit peut se pratiquer n’importe où, avec peu de matériel. C’est ce que je faisais, avec un vieux pneu, un sac de sable placé dans un sac à dos, des tuyaux de chauffage accrochés à une poutre pour les tractions (photo en 2011), etc… C’est dans ce cadre-là que j’ai lancé SportIsEverywhere.com, traduction anglaise du “Sport est partout”, afin de promouvoir ce type de méthodes d’entraînement, fonctionnel, naturel, et minimaliste… A côté du CrossFit, j’ai d’ailleurs souvent parlé de MovNat (méthode encore plus naturelle, pour laquelle je suis également certifié), la course pieds nus, le parkour, etc., ainsi évidemment que l’alimentation paléo…

Toutes ces convictions, je les ai gardées même en travaillant dans des salles CrossFit affiliées (Reebok CrossFit Brussels et CrossFit 1815) et maintenant en étant gérant d’une salle affiliée (CrossFit Nivelles).

Je crois qu’il y a une confusion entre la “pratique” du CrossFit et la “vente” du CrossFit. Bien entendu que tout le monde peut faire du CrossFit. Et cette conviction est au fondement même de la méthode d’entraînement C’est pour cela que vous trouverez des milliers d’heures de vidéos sur CrossFit.com et un contenu très riche en articles ! C’est grâce à cela que j’ai commencé. Pour cela, le CrossFit a un côté “open-source” tout à fait revendiqué. D’ailleurs, si vous allez sur CrossFit.com, vous verrez souvent des photos de “garage gym”, c’est-à-dire des garages aménagés pour pratiquer à la maison. CrossFit.com ne promeut donc pas que les “salles CrossFit”, elle promeut la “pratique du CrossFit”.

Ci-dessous un article que j’ai écrit en 2011 sur le caractère open-source du CrossFit, avec une photo prise sur ma terrasse, dans mon jardin avec une partie du matériel que j’avais ;-)

Capture d’écran 2014-01-13 à 22.32.12

C’est par contre autre chose de “commercialiser” un entraînement CrossFit, dans le sens de proposer un coaching CrossFit, à d’autres personnes (rémunéré ou non en fait). Et la seule manière de préserver la qualité de ce qui est présenté sous le nom “CrossFit”, c’est, je crois, de maintenir un système de marque et de salles affiliées.

Dans ces salles-là, on peut être sûr que les coachs sont certifiés “Level 1″, et que la salle fait partie (avec des niveaux d’investissement différents d’une salle à l’autre) d’une communauté mondiale, qui partage certaines valeurs, certains critères de validité des mouvements et des principes de sécurité sur les exercices.

Bien sûr, on n’est jamais à l’abri de tomber sur quelqu’un de moins compétent, voire d’incompétent. Mais si cette personne officie dans une salle affiliée, on peut la rappeler à l’ordre au nom de ces principes et valeurs que sa salle est censée porter, en tant que salle affiliée CrossFit.

Il en est tout autrement si on est dans une salle non-affiliée, qui n’est pas tenue de respecter certains standards et critères de qualité.

J’espère qu’on comprend bien que je ne dis pas que les salles affiliées sont d’office de qualité et que les salles non-affiliées ne sont pas de qualité. Je dis et je répète que dans une salle CrossFit affiliée, on peut reprocher à un coach de ne pas bien faire son boulot de coach CrossFit, puisqu’il est censé suivre des principes de programmation appris lors de la formation “Level 1″, se former grâce aux “Speciality Certs” et s’instruire grâce à CrossFit Journal. Lorsqu’on s’entraîne dans une salle non-affiliée, on n’a aucune emprise sur les coachs à ce niveau-là.

En listant les salles affiliées et les salles non-affiliées, je crois que Play-Fitness.fr entretient l’idée que, finalement, tout se vaut, et que tout coach de France peut proposer un entraînement CrossFit s’il le veut.

Concrètement, le problème, ce n’est pas la dizaine de salles non-affiliées listées sur Play-Fitness.fr, c’est plutôt que ça ouvre la porte à ce que n’importe quelle salle de Fitness puisse revendiquer le fait de faire du CrossFit. Fit For Fun TournaiToutes les salles CrossFit (du monde je pense !) sont confrontées au fait que des chaînes Fitness commerciales veulent aujourd’hui proposer du CrossFit, parce qu’elles se rendent compte que c’est vendeur, entre deux heures de Zumba et de Body Pump…

Alors, on nous répondra qu’il n’y a pas encore de salles CrossFit partout, et que par conséquent, en refusant que les salles de sport locales se mettent à proposer du CrossFit, on prive des gens de faire du CrossFit… Personnellement, j’ai envie qu’un maximum de personnes “pratiquent” du CrossFit, mais que seules des personnes qualifiées représentent la marque CrossFit.

Prenons l’exemple d’une ville X, de 30.000 habitants. Il n’y a aucune salle CrossFit, mais beaucoup d’habitants pratiquent chez eux (garage gym), dans des espaces publics (parcs, plages, etc.) ou dans des salles de fitness traditionnelles. Parce que des salles fitness traditionnelles, il y en a 4 ou 5 dans cette ville X…

Solution 1 : Une ou plusieurs salles fitness traditionnelles commencent à proposer du CrossFit, sans payer d’affiliation et sans avoir de coachs certifiés. Ils font un peu ce qu’ils veulent avec le concept, n’ayant de comptes à rendre à personne. Un site internet renommé dans la communauté CrossFit publie un article disant qu’on peut maintenant faire du CrossFit à X. Les CrossFitteurs ont maintenant un lieu où pratiquer, mais sans que l’on soit sûr de la qualité du coaching CrossFit qui est proposé… Ne payant pas d’affiliation, et rentabilisant déjà la salle avec d’autres activités (LesMils, etc.), ces salles pourront proposer des prix plus bas que les salles CrossFit affiliées en général. Il sera difficile pour une salle affiliée de s’ouvrir dans cette ville.

Solution 2 : Pas de salle CrossFit, les types continuent de s’entraîner en rue ou chez eux jusqu’à ce qu’un d’eux (ou plusieurs) se lancent dans le projet d’ouvrir leur propre salle. A ma connaissance, c’est cette solution qui a été à la base de quasi toutes les salles CrossFit affiliées de France et de Belgique, puisque dans la majorité des cas, les gérants ne s’entraînaient pas dans une autre salle CrossFit, affiliée ou non, avant d’ouvrir leur propre salle. Ils vivaient dans des villes où il n’y avait pas de salles CrossFit, donc ils en ont créé une… Leur salle fait alors partie d’une communauté plus large, qui organise des événements, des compétitions, des initiations, etc., ce qui va faire parler du CrossFit, et le faire découvrir à d’autres personnes, qui vont ensuite elles aussi vouloir pratiquer dans leur ville, où il n’y a peut-être pas encore de salles CrossFit… Et ainsi de suite.

Donc, je suis tout à fait convaincu que soutenir les salles affiliées est le meilleur moyen, à long terme, de promouvoir la pratique du CrossFit pour le plus grand nombre !

D’autant plus qu’il est paradoxal de penser que des salles qui ne peuvent pas utiliser publiquement le mot “CrossFit” vont faire la promotion du CrossFit… Légalement, ces salles seront toujours tenues, dans leurs flyers, sites internet, etc., d’utiliser d’autres noms : “Cross-Training”, “Circuit-Training”, “Boot-Camp”, etc., ce qui peut pourtant renvoyer à des choses fort différentes…

On pourrait nous répondre que ce qui est important, c’est de promouvoir le Cross-Training en général, à savoir une méthode d’entraînement fonctionnelle et complète, qui s’inspire de nombreuses méthodes. Après tout, le Cross-Training existe depuis très longtemps et n’appartient à personne. Effectivement, sauf que le CrossFit a donné une popularité sans précédent au Cross-Training. Il est exact que certaines mélangeaient haltérophilie, gymnastique, athlétisme, mouvements de force et d’endurance, agilité et puissance, etc., depuis très longtemps. Mais jamais ce Cross-Training n’avait suscité autant d’engouement que le CrossFit, au point Capture d’écran 2014-01-13 à 22.39.37d’être transformé en sport, diffusé sur ESPN aux Etats-Unis ou Eurosport en France. Je suis donc tout à fait convaincu que la meilleure manière, actuellement, de promouvoir le Cross-Training est de promouvoir le CrossFit…

En résumé, je pense donc qu’aujourd’hui (ce n’était pas le cas avant je crois), Play-Fitness.fr entretient cette confusion entre la “pratique” du CrossFit, pour tout le monde, et la “vente” du CrossFit, qui devrait se faire dans des salles affiliées.

On prend souvent la métaphore d’une marque, en disant qu’on a le droit de faire des burgers, mais pas de les appeler “Big Mac”. Je crois que je préfère l’image de la médecine : on a le droit de s’automédiquer (vous vous soignez vous-même, vous allez chercher vos infos où vous voulez et vous les utilisez pour vous soigner, pas de problème), mais on n’a pas le droit de soigner quelqu’un d’autre, sauf si on est médecin. Dans le cas contraire, c’est de l’exercice illégal de la médecine.

C’est dans cette différence que réside la confusion entretenue (pas exprès je pense) par Play-Fitness.fr.

Ce qui est dommage, c’est que dans cette polémique entre Play-Fitness.fr et les salles CrossFit, Play-Fitness.fr se défend en laissant supposer que les salles affiliées sont “sectaires” ou voudraient empêcher la “pratique” du CrossFit… Alors que c’est juste l’inverse : les salles CrossFit affiliées veulent qu’à long terme, il y ait de plus en plus de monde qui pratique du CrossFit, dans une communauté de valeurs et de principes, qui assureront la qualité et la sécurité de la méthode d’entraînement…

(Photo en couverture : CrossFit Invictus Training Camp)

Le CrossFit et l’alimentation paléo étaient à l’honneur ces deniers jours, sur la RTBF, chaîne publique belge francophone. Dans “Le 15 minutes”, diffusé à 19h, sur “La Deux”, deux “Focus” ont été faits sur le CrossFit, puis sur l’alimentation paléolithique. 

Le premier (sur le CrossFit) a été fait par François Mazure, à CrossFit 1815 (Waterloo). Le deuxième (sur l’alimentation paléo), par Pascale Bourgaux, dans un magasin bio de Waterloo,  puis dans le restaurant “Tan” à Ixelles.

Deux bons reportages, rediffusés par la suite dans le “13h” de la RTBF !

Mercredi 18 septembre 2013 : “Le Phénomène CrossFit

RTBF4

Mercredi 25 septembre 2013 : “Le régime paléo

RTBF5

Cliquez sur les images pour ouvrir les reportages dans une autre fenêtre… 

Belle présentation de la salle CrossFit 1815, à Waterloo, dans le magazine WAWA, distribué gratuitement en Brabant wallon, dans de nombreux commerces et restaurants !

Numéro 2, avril 2013

Infos pour CrossFit 1815 : http://www.crossfit1815.be

Photo 29-04-13 16 20 11

Photo 27-03-13 17 15 37

Quatre chercheurs de l’Université de l’Ohio ont récemment publié une recherche montrant l’intérêt du CrossFit pour l’amélioration de la VO2Max et la perte de la masse grasse.

L’article, intitulé “Crossfit-based high intensity power training improves maximal aerobic fitness and body composition” et publié dans The Journal of Strength & Conditioning Research, teste les effets d’un entraînement basé sur le CrossFit, sur les capacités aérobiques et la composition corporelle (rapport masse grasse / masse maigre), chez 23 hommes et 20 femmes, en bonne santé, durant 10 semaines.

Les résultats publiés sont : 

  • Une amélioration significative de la VO2Max chez les hommes (43.10±1.40 à 48.96±1.42 ml/kg/min) et les femmes (35.98±1.60 à 40.22±1.62 ml/kg/min).
  • Une diminution du pourcentage de masse grasse chez les homme (22.2±1.3 à 18.0±1.3) et chez les femmes (26.6±2.0 à 23.2±2.0).

ABSTRACT: The purpose of this study was to examine the effects of a crossfit-based high intensity power training (HIPT) program on aerobic fitness and body composition. Healthy subjects of both genders (23 males, 20 females) spanning all levels of aerobic fitness and body composition completed 10 weeks of HIPT consisting of lifts such as the squat, deadlift, clean, snatch, and overhead press performed as quickly as possible. Additionally, this crossfit-based HIPT program included skill work for the improvement of traditional Olympic lifts and selected gymnastic exercises. Body fat percentage was estimated using whole body plethysmography and maximal aerobic capacity (VO2max) was measured by analyzing expired gasses during a Bruce protocol maximal graded treadmill test. These variables were measured again following 10 weeks of training and compared for significant changes using a paired t-test. Results showed significant (P<0.05) improvements of VO2max in males (43.10±1.40 to 48.96±1.42 ml/kg/min) and females (35.98±1.60 to 40.22±1.62 ml/kg/min) as well as decreased body fat percentage in males (22.2±1.3 to 18.0±1.3) and females (26.6±2.0 to 23.2±2.0). These improvements were significant across all levels of initial fitness. Significant correlations between absolute oxygen consumption and oxygen consumption relative to body weight was found in both men (r=0.83, P<0.001) and women (r=0.94, P<0.001), indicating HIPT improved VO2max scaled to body weight independent of changes to body composition. Our data shows that HIPT significantly improves VO2max and body composition in subjects of both genders across all levels of fitness.

Deux beaux articles sur la salle CrossFit Namur dans les quotidiens belges “La Meuse” et “La Dernière Heure / Les Sports” !

885371_10151483304871842_1495457989_o

 

 

DH

Reebok CrossFit Louvre et Cédric Annicette, du site Forme Attitude, ont participé à un des derniers reportages de France 24 (diffusé le 27 octobre 2012) sur le CrossFit et l’alimentation paléo.

Le reportage a au moins l’intérêt de montrer le lien étroit entre CrossFit et alimentation paléo. A voir donc et à partager ;-)

Deux articles publiés ces derniers jours montrent à quel point le CrossFit et l’alimentation paléo sont des pratiques fondées scientifiquement.

Le premier est publié dans The Guardian (UK). Le professeur Henry Bunn, de l’Université du Wisconsin a découvert que nos ancêtres ont chassé et consommé de la viande depuis plus longtemps que ce qu’on ne pensait.

Jusqu’ici, nous pensions qu’il y a 2 millions d’années, nos ancêtres n’étaient pas encore capables de chasser les animaux. La viande qu’ils mangeaient, pensait-on, étaient des animaux morts par eux-mêmes, ou des restes laissés par d’autres animaux, de meilleurs prédateurs comme les lions, les tigres, et autres carnivores. La preuve la plus ancienne de chasse humaine datait de 400.000 ans, en Allemagne.

Mais Bunn affirme maintenant que nous étions déjà capables, il y a 2 millions d’années, de chasser des proies pour leur nourriture. Les recherches ont effectivement montré que les restes d’animaux consommés par nos ancêtres à cette époque, en Tanzanie, provenaient d’animaux d’un âge différent de ce que les autres prédateurs chassaient. Ce n’était donc pas des restes laissés par les lions, par exemple, mais bien des proies tuées par nos ancêtres.

La découverte est importante parce qu’elle ré-évalue le moment où nos ancêtres ont eu accès à une nourriture riche en protéines. Cet apport en protéines libérant le corps de dépenses en énergie qui était nécessaire à la digestion des végétaux, le cerveau a pu se développer et nous faire évoluer vers… homo sapiensLire l’article ici.

Le deuxième article est écrit par Pierre Debraux, sur le site Sciences du Sport.com. Ce docteur en Performance motrice fait le point sur le High Intensity Interval Training (HIIT). Pour rappel, le H.I.I.T. peut être défini comme “une répétition de sprints de durée courte à modérée (i.e., 10s à 5 minutes) réalisés à une intensité supérieure au seuil anaérobie et séparés par une période récupération de durée variable ” (Laursen and Jenkins, 2002). Et ce type d’entraînement permet d’améliorer à la fois les capacités aérobiques et anaérobiques. En CrossFit, l’exemple le plus connu en matière de HIIT est le protocole “Tabata”, du nom de ce médecin japonais, qui consiste à alterner 20 secondes d’entraînement à haute intensité avec 10 secondes de repos. Lire l’article ici.

Le revers de la médaille. Le CrossFit est en train de gagner en popularité, de manière impressionnante. Les CrossFit Games ont atteint des sommets, autant en terme d’audience (sur ESPN, en streaming sur le net), qu’en terme d’exploit sportif. Des salles ouvrent tous les jours aux quatre coins du monde. Et de plus en plus de marques proposent des produits destinés à cette pratique.

Where there are people, money may be made” dit-on souvent. Là où il y a du monde, on peut se faire de l’argent. Et dans le CrossFit, il y a de plus en plus de monde. D’une bande de tarés qui soulevaient des poids, couraient et faisaient des burpees, nous sommes maintenant devenus une cible pour tous les vautours que la dimension physique importe peu.

Après CrossGym qui essaie que le terme “CrossFit” ne soit plus protégé, ouvrant la porte à ce que n’importe quelle salle de Gym commerciale propose un cours “CrossFit” sans la moindre formation, c’est maintenant au tour d’une firme d’investissement, Anthos, de vouloir profiter du CrossFit.

Lauren Jenai

Petit résumé de la situation. Greg Glassman crée le CrossFit dans les années 90, avec sa femme, Lauren Jenai Glassman. Il y a deux ans et demi, ils se séparent et Lauren Jenai garde 50% des parts de l’entreprise. Aujourd’hui, Lauren Jenai envisage de vendre toutes ses parts à une société d’investissement, Anthos, pour 20 millions de dollars.

Quels sont les enjeux ? L’enjeu principal est la préservation de la liberté accordée à chaque salle CrossFit, dans le système d'”affiliés” actuel. Effectivement, ce qu’a toujours voulu Greg Glassman, c’est que chaque salle se gère seule. Elles paient l’affiliation, leur permettant d’utiliser le nom “CrossFit”, et pour le reste : liberté totale ! Chaque salle peut développer une “personnalité” qui lui est propre : adopter un style plus hardcore/tough guys, ou plus familial, plus commercial ou davantage “garage gym”, plus orienté “Elite/Compétition” ou plus ouvert à tout le monde. Chaque salle crée ses logos, ses t-shirts et toute sa décoration selon son style. Chaque salle est unique, même si la méthodologie est la même. Nous ne sommes donc pas du tout dans un système de “franchisés”. Ca veut aussi dire que chaque salle décide si elle veut s’associer à telle ou telle marque : elle achète son matos chez Rogue, Again Faster ou Eleiko, elle vend des produits Pure Pharma, ou Progenex, ou n’importe quel autre produit, SI ELLE LE VEUT. Dans certaines salles, les coachs portent des Reebok, dans d’autres des Inov-8, dans d’autres des Vibram Five Fingers, etc. Certaines ont décidé de s’associer avec Reebok, d’autres non. Chaque salle est LIBRE.

Imaginez la perte financière ! Si CrossFit pouvait s’associer avec une seule marque et obliger ses 4000 salles d’acheter le matériel de cette marque, ça lui permettrait de signer des contrats extrêmement juteux !!! Mais Glassman a toujours refusé cela.

C’est par contre un des objectifs d’Anthos. C’est en tout cas ce que révèlait Russell Greene, membre du Staff CrossFit, il y a deux jours, sur le forum de CrossFit.com : “Anthos’s first step will be to force all CrossFit affiliates to morph from professional training facilities into supplement and equipment peddlers. In that case, affiliates will lose the right to choose between an array of competing brands such as Rogue, Again Faster, SFH, and Pure Pharma. Affiliates will be forced to sell the Anthos company’s endorsed line of products“.

(Traduction : “la première étape d’Anthos sera de transformer toutes les salles CrossFit affiliées, de centre d’entraînement professionnel en vendeurs d’équipements et de suppléments. Dans ce cas, les affiliés perdront le droit de choisir entre un éventail de marques concurrentes comme Rogue, Again Faster,  SFH et Pure Pharma. Les affiliés seront obligés de vendre les produits approuvés par Anthos”)

Autrement dit, les salles CrossFit fonctionneraient comme les fast-food MacDonald : que vous rentriez dans un MacDo de Bruxelles ou de Tokyo, c’est la même chose, on vous sert la même chose… La même merde, j’aurais envie de dire, mais c’est mon côté paléo… autre débat ;-)

L’info a très vite circulé sur le net, via les réseaux sociaux. C’est ça aussi une communauté. Au point qu’Anthos ait demandé à Lauren Jenai de réagir sur Facebook, et de défendre sa décision de leur vendre ses parts : “Contrary to what I have read on the CrossFit blog, I am not selling control of the company to Anthos. I don’t have control to sell. Anthos will be co-equal owners with Greg, just as I am. Additionally, Anthos has emphatically told me, after reading the most recent postings on the blog that they will not “force all CrossFit affiliates to morph from professional training facilities into supplement and equipment peddlers.

(Traduction : Contrairement à ce que j’ai lu sur le site CrossFit.com, je ne vends pas le contrôle de la compagnie à Anthos. Je n’ai pas de contrôle à vendre. Anthos sera le co-propriétaire, à part égale, avec Greg, juste comme je le suis. De plus, Anthos m’a dit explicitement, après avoir lu les articles les plus récents sur le site, qu’ils ne transformeront pas toutes les salles CrossFit affiliées, de centre d’entraînement professionnel en vendeurs d’équipements et de suppléments.”

Voilà qui n’est pas de l’avis du principal intéressé, Greg Glassman, lui-même, puisqu’il répondait qu’il avait entendu directement de la bouche de Bryan Kelly (Managing Partner chez Anthos) qu’il considérait chaque salle CrossFit affiliée comme un point de vente potentiel : “Bryan Kelly explained in clear and concise terms that we were leaving billions of dollars on the table with our current affiliate relationship. We all remember lines like, “Every time I go into GNC, you are losing money”. (…) Bryan Kelly sees 4,000 independently owned and operated gyms as 4,000 potential points of sale. The Anthos approach is short-term, rapacious, dishonest, entirely destructive of our culture, and toxic to the affiliates“.

(Traduction : “Bryan Kelly a expliqué en termes clairs et concis que nous perdions des milliards de dollars avec le système d’affiliation actuel. Nous nous souvenons tous de phrases comme: “Chaque fois que je vais chez GNC, vous perdez de l’argent“. (…) Bryan Kelly voit les 4000 salles gérées indépendamment comme 4000 points de vente potentiels. L’approche Anthos est à court terme, rapace, malhonnête, entièrement destructrice de notre culture, et toxique pour les affiliés”.)

Que faire ? Si pour l’affaire avec CrossGym, on ne peut pas faire grand chose dans l’immédiat (c’est une affaire en justice), pour ce qui concerne Anthos, il est certainement intéressant de se manifester, et de montrer notre désaccord de manière unie. Serait-ce intéressant pour Anthos d’acquérir 50% d’une société dont la majorité des affiliés désapprouveraient la politique ? C’est risquer que chacune des salles se dés-affilie… Autant le staff CrossFit que Greg Glassman encouragent les affiliés et toute personne qui croit dans le Crossfit et veut défendre son indépendance, de se manifester auprès d’Anthos, de Bryan Kelly et de Lauren Jenai.

Faites circuler l’info sur les réseaux sociaux, dans toutes les langues. By any means necessary, propagez le message que les salles CrossFit ne sont pas à vendre et que nous ne serons pas des simples vendeurs d’équipements et suppléments !

“As one of the early CrossFit adopters in Europe (and first established boxes), the Reebok CrossFit Brussels team stresses the importance of community”

Très bel article de Joanna Gail, sur son blog GlobalWODProject.com, suite à sa visite à Reebok CrossFit Brussels. Pour rappel, Joanna fait actuellement un tour du monde avec, comme fil conducteur, la Communauté CrossFit. Elle se déplace ainsi de salle en salle. Après l’Espagne et la France (elle s’est entraînée avec les CrossFit Addicts Paris), elle est passée à Reebok CrossFit Brussels, à l’occasion de l'”Amanda Miller Memorial WOD“.

Une après-midi très sympa où on a pu discuter des différences entre l’Europe et les Etats-Unis, en matière de sport, de santé, d’apparence corporelle. Une des questions qui préoccupe Joanna est effectivement celle des femmes qui pratiquent le CrossFit. Le sport étant beaucoup plus répandu et valorisé à l’école, aux Etats-Unis, il y a aussi beaucoup plus de femmes qui pratiquent une activité sportive. Le sport féminin a donc bien davantage de poids qu’en Europe… Conséquence : un physique “musclé”, pour une femme, est moins mal perçu qu’ici… Une discussion vraiment intéressante, donc.

Lire l’article de Joanna sur son passage à Reebok CrossFit Brussels : “Belgium: Reebok CrossFit Brussels + Staying United

Si vous voulez suivre le voyage de Joanna, rendez-vous sur son blog !

Ce qui est bien avec Chris Spealler, c’est qu’il est toujours là pour susciter des émotions dans les épreuves CrossFit. Mercredi, il terminait avec des crampes aux jambes, l’obligeant à courir pratiquement les jambes tendues… Et aujourd’hui, il termine le « Track Triplet » au coude à coude avec Graham Holmberg, et se jette littéralement sur la ligne d’arrivée, terminant deuxième de l’épreuve !

MEN

Mais revenons un petit peu en arrière. Contrairement à ce qui a été dit dans l’Update Show d’hier, la saut en longueur n’a pas été annulé. Pas encore de vidéo disponible, et je n’ai pas pu le voir… Tout ce qu’on sait, c’est que c’est Nate Schrader qui a remporté l’épreuve, devant Spencer Hendel et Aja Barto. Ben Smith est 8ème, Matt Chan 10ème ex-aeqo. Rich Froning n’est que 16ème et Chris Spealler 18ème.

Viennent ensuite les deux épreuves suivantes, successivement. Parce qu’un même Heat enchaîne directement entre le Ball Toss et le Track Triplet.

Pour rappel, le Ball Toss consiste à projeter un maximum de medicine balls en 20 secondes, à partir d’un GHD… donc à la force des abdos. Et le « Track Triplet » consiste en 3 rounds de 8 Split Snatches (52 kg), 7 Bar Muscle-ups, 400 m Run.

Pour le Ball Toss, Chad Mackay confirme sa gande forme déjà affichée lors du Triathlon. Matt Chan prend la deuxième place, devant… Rich Froning et Dan Bailey ! Chris Spealler ne fait pas une bonne opération : 33ème. Pas plus que Ben Smith : 40ème !

Mais pas le temps de faire le point. Le Triplet commence directement. Et ça s’est surtout joué entre ceux qui étaient capables de faire des séries continues (« unbroken ») de Bar Muscle-ups et ceux qui devaient « casser » la série… Dans son Heat, Khalipa est impressionnant ! Enchaînant les séries sans les casser, il maintient son avance sur la piste d’athlétisme, malgré son physique massif !

Et puis, il y a Spealler ! Daniel Tyminski était loin devant, mais Spealler et Holmberg arrivent au coude à coude dans la dernière ligne droite ! Impossible de savoir qui passe la ligne en premier : ils se jettent tous les deux sur la ligne. Mais le classement tombe : Spealler est devant Holmberg. Il est donc deuxième du Heat, derrière Tyminski… et deuxième de l’épreuve !! Incroyable retour au devant de la scène.

Heat 3 : C’est Froning qui fait le show. Alors que Matt Chan entame les derniers 400 m avec une cinquantaine de mètres d’avance sur Froning, on voit tout de suite que l’aisance est du côté de Froning. Petit à petit, il grappille quelques mètres et finit par dépasser Matt Chan juste avant la dernière ligne droite…

Donc, au classement de l’épreuve, Kyle Kasperbauer (2ème hier) prend la première place, devant Chad Mackay (1er hier). Un switch donc entre la première et la deuxième place… Kenneth Leverich est 3ème et Froning, 4ème. Malgré son très bon résultat, Spealler ne gagne qu’une place au classement général (16ème), comparé à hier…

WOMEN

Chez les femmes, c’est une fois de plus Talayna Fortunato, qui l’emporte, après la course d’ostacles. Derrière elle : Heather Gillespie et Samantha Peterson. Fortunato réalise quand même un saut de 2 mètres 40 ! Et Gillespie réalise une très bonne opération après voir terminé dernière des épreuves Pendleton.

Au Ball Toss, ce sont d’autres athlètes qui s’illustrent, montrant à quel point les épreuves CrossFit sont variées. Cheryl Brost fait le plus gros score, suivie par Elisabeth Akinwale et Jaime Gold (qui était quand même 4ème de la course d’obstacles). Annie Thorisdottir est 4ème, ex-aequo avec Gretchen Kittelberger.

Et comme chez les hommes, chaque Heat enchaîne directement avec le “Track Triplet”. Camille Leblanc-Bazinet gagne son Heat avec un temps de 9:13. Elle terminera 5ème de cette épreuve. Ca signifie que les 4 premières étaient dans les Heat suivants. C’est le cas de Kristan Clever, qui termine en 9:03. Et dans la 4ème Heat, Julie Foucher pulvérise le temps avec un 8:49.

Classement de l’épreuve : 1. Julie Foucher, 2. Kristan Clever, 3. Valerie Voboril, 4. Jenny Davis, 5. Camille Leblanc-Bazinet. Annie Thorisdottir est 12ème.

Voir tous les résultats : http://games.crossfit.com/games/men

Tout l’intérêt des CrossFit Games, c’est que les athlètes ne se sont pas entraînés pour un triathlon en montagne, mais qu’ils sont pourtant prêts pour ce type d’épreuve… En fait, c’est même tout l’intérêt du CrossFit en général…

Parce que, comme vous le savez certainement, la petite surprise de cette année, lors du traditionnel repas avec tous les athlètes, était le rajout d’une journée anticipée de compétition, le mercredi, composée d’un triathlon court : 700 m nage, 8 km vélo, 11 km course à pied… Le vélo étant un pignon fixe, pour compliquer encore un peu les choses dans les sentiers escarpés du célèbre Camp Pendleton, où s’entraînent les Marines… Ca donne une idée de l’ambiance…

Pas de retransmission en streaming, vu que le camp est protégé. On pouvait donc suivre à la radio, ou sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter

PENDLETON 1 & 2

C’est l’Islandais Númi S. Katrínarson qui sort le premier de l’eau. Rien d’étonnant puisqu’il fut membre de l’équipe nationale islandaise de natation durant 7 ans ! A la suite de Katrínarson, c’est l’Australien Chad Mackay, et puis l’ancien joueur de Water Polo, Matt Chan, qui sortent de l’eau…

Chez les femmes, c’est Annie Sakamato qui arrive première aux 700 m de nage, suivie de Julie Foucher et de Ruth Anderson Horrell. Toutes les trois étaient déjà dans les 10 premières du premier event des CrossFit Games 2011…

Lors du premier Checkpoint, juste après le passage du vélo à la course à pied (Pendleton 1), Katrínarson est toujours en tête, chez les hommes, en 42:13, toujours devant Chad Mackay (43:04) et Matt Chan (43:58).

Chez les femmes, Anderson Horrell a pris la tête lors du premier Checkpoint (48:14), devant Julie Foucher (49:18), juste deux secondes devant Annie Sakamato (49:20) !

A ce moment-là, il reste encore près de 11 km de course à pied… Chad Mackay profite de ces kilomètres pour passer devant Katrínarson et finir premier en 1:57:33. L’Islandais termine en 1:59:16, devant Kyle Kasperbauer (2:01:54). Matt Chan termine 5ème du classement général, après une 17ème place sur la course à pied (Pendleton 2).

Parmi les favoris, Ben Smith termine en 2:02:37 (8ème au général), Rich Froning en 2:06:00 (12ème), Dan Bailley en 2:10:37 (18ème), Chris Spealler en 2:41:11 (23ème) et Jason Khalipa termine en 2:16:16, plus rapide que Spealler, mais sa 21ème place à la natation (Pendleton 1), le met en 28ème position seulement au classement général..

Julie Foucher profite également de la course à pied pour prendre la tête et terminer en 2:05:12. Et après toute cette distance en mer, à vélo et en courant, Anderson Horrell et Christy Phillips terminent au sprint ! Christy Phillips prend ainsi la deuxième place en 2:05:33, moins d’une seconde devant Anderson Horrell…

“OBSTACLE COURSE”

A peine le temps de se remettre de cette épreuve d’endurance, et les athlètes avaient à affronter un parcours d’obstacles.

Chez les hommes, la plupart des favoris passent le premier round (1 seul par groupe de 4) : Spealler, Froning, Maddox, Holmberg, Bailley, Hendel, etc. Mais de ceux-là, seuls Froning et Hendel passent le second tour, avec Burke et Leverich.

Au final, c’est Spencer Hendel qui remporte cette épreuve.

Les favorites ont moins facile chez les femmes. Si Phillips, Foucher, Clever, Thorisdottir et Alverson passent le premier tour, ce n’est pas le cas de Rebacca Voigt, Camille Leblanc-Bazinet, Lindsey Smith, Annie Sakamato ou Valerie Voboril.

Au second tour, il ne reste plus que Kristan Clever, Jaime Gold, Talyana Fortunato et Annie Thorisdottir. Et c’est Talayna Fortunato (CrossFit Real Fitness, South East) qui l’emporte !

Fin de la première journée. Repos demain. La compétition reprend vendredi !

Au classement général, l’Australien Chad MacKay prend la première place, devant Kyle Kasperbauer et Nùmi S. Katrinarson. Rich Froning est 5ème, Ben Smith 6ème, Spealler 17ème, Khalipa 28ème.

Dans le classement féminin, c’est Julie Foucher qui est première, devant Christy Phillips et Talayna Fortunato. Annie Thorisdottir est 6ème, Valerie Voboril 7ème, Annie Sakamato 11ème, Kristan Clever 15ème et Rebecca Voigt 25ème.

Les plus observateurs auront remarqué que la méthode Outlaw Way est bien représentée, avec une première place chez les hommes (Chad MacKay) et une troisième place chez les femmes (Talayna Fortunato) !

Classement général complet : http://games.crossfit.com/leaderboard

Si vous êtes de prêt ou de loin dans la planète CrossFit, vous avez probablement entendu parler du conflit avec Cross Gym. En deux mots, Cross Gym intente, en Europe, un procès pour que le mot “CrossFit” ne soit plus protégé, mais considéré comme un terme générique, libre de droit. 

Pour l’instant, pour pouvoir dire qu’on est coach “CrossFit”, il faut avoir suivi la formation Level 1 et réussi l’examen. Pour qu’une salle puisse se présenter comme une salle “CrossFit”, elle doit payer une affiliation. Tout ça n’est pas qu’une question de propriété et de marque ; ce qui est protégé, avec le nom, c’est tout ce que nous faisons concrètement à l’intérieur des salles, au quotidien, avec toutes celles et ceux qui viennent s’entraîner en Crossfit et nous font confiance. Ce sont des standards bien définis pour les mouvements, en termes d’amplitude, de positionnement du dos, des genoux, des hanches, etc. C’est une programmation qui assure une variation, sans pour autant être aléatoire, et qui permet une progression constante. C’est une communauté internationale, un réseau incroyable de salles qui échangent, se connectent, vivent ensemble, au gré des événements (les Open, les Games, les Reebok CrossFit Fitness Championships, les Throwdown, les certifications, etc.)

Si vous vous entraînez dans une salle CrossFit au Japon et que vous débarquez dans une salle CrossFit au Mexique, ou en Hollande, ou n’importe où ailleurs, vous n’avez qu’à dire : “Hey, je m’entraîne à CrossFit Untel, au Japon, est-ce que je peux faire un WOD avec vous ?” Et vous serez bien accueilli. Une chance sur deux qu’on vous prenne en photo avec les coachs de la salle, et que cette photo se retrouve sur leur site internet et leur page Facebook… C’est ça la communauté CrossFit. C’est un phénomène assez unique dans le domaine du sport, et du Fitness en particulier, et ça n’est permis que parce que le terme CrossFit est un trait distinctif.

Si je rencontre quelqu’un qui pratique du CrossFit dans une salle à l’autre bout du monde, je SAIS qu’il est entraîné par des coachs Level 1, comme moi, qui puisent leurs informations dans les mêmes articles et vidéos que moi. Si je lui demande de faire un Clean & Jerk, ou un Snatch, je SAIS qu’il l’exécutera selon les mêmes standards que moi. Peut-être aura-t-il d’autres “trucs” pour mettre davantage de puissance, pour aller plus vite, etc., et on pourra en discuter, apprendre l’un de l’autre, mais les mouvements répondront aux mêmes critères de validité.

Si, en Europe, n’importe qui peut se déclarer Coach CrossFit, et proposer des entraînements CrossFit, c’est cela qu’on perd : l’assurance de la qualité et l’esprit de communauté. Dur, non ?

Concrètement, ça veut dire que n’importe quelle salle Fitness pourra proposer des entraînements CrossFit, et en modifier les principes, les mouvements, et les entraînements à sa guise. On voit déjà pas mal de vidéos comme ça circuler sur le net… On perd toute assurance de qualité. Et ce qui nous distinguait des autres disparaîtra : en somme, perdre la propriété du nom “CrossFit” signifie PERDRE NOTRE IDENTITE…

D’autres acteurs du CrossFit européen se sont très bien exprimés…

Je me permets de relayer le très beau message de Nolan Mooney, expliquant à quel point sa vie est liée au CrossFit. C’est d’autant plus poignant que Nolan est un des premiers que j’ai interviewé, au tout début de SportisEverywhere.com :

I’ve had a pretty eventful couple of years. After leaving the military to start my life in Europe, I came to the the Netherlands without much: a woman that loved me, a suitcase with clothes, an ABMAT and a set of rings. If you’re a crosfitter it’s pretty apparent where my priorities lie. I knew I was starting an adventure but I had no idea where it would take me. This was the middle of 2008 and I had already been crossfitting since 2006; already “drinking the kool-aid” so to speak. Back then the community wasn’t anywhere near the size it is now, however it was just as strong and powerful as ever. I spent countless hours delving into crossfit.com, driving to the closest affiliate to get a wod in with other crossfitters, converting my garage into my own “box”/ninja raining center, and investing my time and money in becoming a better athlete. I never intended working as a trainer until I left my job as a firefighter and came to the Netherlands. It was then that I realised that I could potentially turn my passion, CrossFit, into my work. As many crossfitters do, I immediately began to spread the word and within 6 months, the foundation was laid to begin my own CrossFit Affiliate. It was now my turn to build, to forge as it was, a CrossFit community in the small town I lived in. Actually it was more like introducing my new friends to my old friends. I wasn’t creating a “new” community, I was adding to the existing community. I knew that regardless of someones nationality, if you were a true crossfitter, you would be connected to a community of dedicated and disciplined people dedicated to the pursuit of health and fitness and virtuosity. To be able to share this with the people around me has been not only a pleasure but a gift and a blessing. To me CrossFit embodies so much more than just a fitness regime/protocol. It is a way of life, a journey along lifes path that teaches not only physical improvement but also humility and respect. You suffer and endure, you succeed and sometimes fail, you overcome obstacles and breakthrough barriers that you never thought were possible. To me this represents my Crossfit way of life and for me, it begins at the most wonderful thing to come out of this way of life; my box, my pain cave, my ninja training center, my affiliate! (…)

If you’ve made it this far, you’re probably asking yourself, so what’s the point?

There is a threat on the horizon. CrossFit isn’t about the superstars, CrossFit isn’t only a methodolgy; CrossFit is a community, and that community is made up of thousands of Affiliates worldwide. A portion of that community in Europe, is under attack. CrossGym is sueing CrossFit for the legitimacy of the brand and therefore jeapordizing the the Affiliate structure in Europe. If they win, any and every trainer/globo gym/ anybody would be able to lable anything “CrossFit” and profit from the hard work and dedication of everyone that have worked so hard to achieve. If they win, basically, we lose. It’s not about the money, it’s about the principles. It’s about doing the right thing. It’s about the pursuit of excellence and respect! This has nothing to do with the equipment that CrossGym produces, it’s about paying respect where respect is due! I for one will not stand for this and will stand shoulder to shoulder with the other Affiliates to defend CrossFit. If CrossGym wants to go, bring it on! We’re ready. They will not take the most precious thing in my life away from me without a fight.
What can you do? Support your local affiliate and let CrossGym know how you feel. Post on their blogs, facebook and twitter, make some noise and let them know what they’re doing is wrong.
It is our responsibility to stand up in what we believe in.
Nolan Mooney
CrossFit FSF”

Je recopie ici aussi le témoignage de Karl Steadman, Coach à Reebok CrossFit 3D (Manchester), l’un des coachs les plus sympas d’Europe, dans une salle qui représente à la perfection l’esprit de communauté dans le CrossFit.

Hello my brothers and sisters from across the world. It has been a long time, for which I apologise. I am writing to you all today to ask for your help in the fight for CrossFit in Europe. Currently there is a lawsuit from CROSSGYM against the trademark of CrossFit in the EU.(…) The short story is that if this suit wins, the name by which we hold dear and have fought to protect for years will be worth nothing. Any gym regardless of qualifications, expertise, passion or belief will be able to offer CrossFit classes. We, the affiliate owners who have sacrificed to bring what we care about to others will suffer the most. I kindly ask you to post this information on every available platform you can. We NEED to fight this. I have been involved in CrossFit for many years now and the threat to the thing that I not only love, but defines how I and my family live, is real. Let’s show them what this community can do. Kind regards, Karl Steadman”

Vous avez certainement vu, récemment, la vidéo de Jean-Nicolas Carrière, athlète de Bobsleigh au Canada, qui s’entraîne avec des méthodes fonctionnelles, très proches du CrossFit (il a même un t-shirt CrossFit sur certaines images). Mais connaissez-vous son parcours ?

Jean-Nicolas Carrière est en réalité un ancien joueur de Football américain, dans la Canadian Football League, aux  Argonautes de Toronto. Drafté en 2008, il se blesse après deux saisons seulement.

Et c’est en découvrant le CrossFit qu’il retrouve la forme. Ses performances impressionnent les spécialistes, et il est recruté par un entraîneur de bobsleigh.

Aujourd’hui, Jean-Nicolas Carrière est entière dans le Boblseigh, et communique via son site web : My Ride to Slide

Son objectif : être dans l’équipe nationale canadienne de Bobsleigh !

 .

D’autres sportifs de haut niveau intégrant le CrossFit dans leur préparation physique : dans la rubrique CF for Athletes, de SportisEverywhere.com

Ca fait maintenant quelques mois que vous suivez l’aventure du CrossFit en France, en particulier depuis l’arrivée de Reebok. Depuis le lancement de la campagne Reebok CrossFit lancée à Beaubourg, le 13 mars, des athlètes (confirmés ou néophytes) des 4 coins de la France ont participé aux qualifications pour le Reebok CrossFit Fitness Championship 2012, la première compétition de CrossFit en France.

Après les premières phases de qualification à Paris (au salon du Fitness), puis à Montpellier, au Havre et à Cannes, les 60 meilleurs hommes et femmes se sont rencontrés lors des demi-finales, à Paris (Stade Géo-André), le 19 mai dernier. Et à l’issue de deux WOD éprouvants, les 30 meilleurs hommes et femmes de France se sont qualifiés pour la grande finale, qui aura lieu à Paris, le 16 juin prochain.

Si vous voulez assister à L’EVENEMENT CROSSFIT DE L’ANNEE 2012 en FRANCE, soyez présent(e) !! Tous les acteurs du CrossFit en France (et pas mal de Belges !) seront présents. Parmi le Top 30 français :

  • Marvin Nauche : fondateur et Coach à CrossFit Montpellier
  • Héléna Rodrigues : fondatrice des CrossFit Addicts 77
  • Mathieu Godet et Danielle Bodin, des CrossFit Addicts Paris
  • Bénédicte Fourres : fondatrice et Coach à CrossFit Cannes
  • Ewa Zatorska : Coach Reebok à Paris
  • Yohann Gigord : Coach à CrossFit Toulouse, que vous avez certainement vu dans l’émission “The Box”, et qui fait partie des 60 meilleurs CrossFitters européens !
  • Nicolas Delay : fondateur et Coach à CrossFit Lyon (bientôt !)
  • Charles Prioux et 7 autres athlètes de Play-Fitness.fr
  • Pratiquement tous les membres de la French Invictus Team, classée ce week-end, aux Regionals (qualification régionale pour les CrossFit Games), comme la 10ème meilleure équipe de CrossFit d’Europe !
  • 4 des meilleurs athlètes de Reebok CrossFit Brussels, dont Mathieu Montès, actuellement en tête du Reebok CrossFit Fitness Championship !

Consultez la liste compète des 30 qualifiés hommes et femmes

Mais vous pourrez aussi rencontrer des membres des autres salles : CrossFit Rennes, CrossFit Bordeaux, Reebok CrossFit Louvre, et le head judge, Richard Vanmeerbeek, classé 13ème meilleur européen aux Regionals 2012.

Alors, à vos agendas, “the place-to-be“, c’est au Parc de la Vilette, le 16 juin 2012. Infos plus précises rapidement…

Troisième épisode de la série “The Box“, consacrée au CrossFit. L’équipe d’Eurosport a, cette semaine, posé ses sacs du côté de CrossFit Toulouse, la salle créée par Albéric Françon (que nous avions interviewé ici) et du côté de Reebok CrossFit Nuernberg, en Allemagne. 

Cliquez sur l’image pour ouvrir dans une autre fenêtre

Comme dans les épisodes précédents, on y a fait connaissances avec les coachs et quelques athlètes de ces différentes salles. Des athlètes aux profiles différents, qui partagent une même passion pour le CrossFit, qu’ils s’entraînement depuis 5 ans ou depuis 2 mois seulement.

A Toulouse, c’est Yohann Gigord, coach CrossFit et rugbyman pro (à XIII), qui nous parle du CrossFit. Retenez ce nom, parce que Yohann fait partie des favoris pour le Reebok CrossFit Fitness Championship, qui aura lieu le 16 juin à Paris !

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 104 other followers