You are currently browsing the category archive for the ‘Reebok CrossFit’ category.

Heart

Il y a un an, j’écrivais “I Love CrossFit“. C’était à l’issue de la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, à Paris. L’événement était une réussite. De vrais athlètes émergeaient en France et en Belgique… Un an après, le French Throwdown est tout autant une réussite et s’inscrit comme un événement européen, pour un CrossFit qui se professionnalise de jour en jour. And I Still Love CrossFit !!

Cet article ne fera pas le compte-rendu des différentes épreuves. Je vous invite à aller consulter les articles très complets de Play-Fitness sur les deux jours de compétition (Jour 1 et Jour 2). Vous y trouverez tous les scores et classements, épreuve par épreuve.

J’aurais voulu davantage témoigner du professionnalisme que j’ai perçu tout au long de la phase finale de cette compétition. Bien sûr, je suis “juge et partie” – c’est le cas de le dire – puisque j’étais “head judge“. Mais les organisateurs ont insufflé une exigence de qualité et de professionnalisme pour que cet événement soit une réussite totale. Des critiques avaient émergé lors des qualifications concernant le judging des vidéos qualificatives. Je crois que tout le monde en était conscient et respectait le choix de celles et ceux qui avaient décidé de se retirer de la compétition. La finale à l’INSEP devait être une réussite et nous y sommes arrivés.

Très peu de contestations lors de la compétition. Et les retours que vous avons eus des athlètes étaient très bons. Certains affirmant même que c’était la meilleure compétition à laquelle ils avaient participé ! En fait, le CrossFit se professionnalise en Groupetant que “Sport” (ce qui est encore différent de sa forme méthode d’entraînement). L’organisation est davantage professionnelle, et se base sur les expériences des compétitions précédentes, ici et à l’étranger (Lowlands Throwdown, London Throwdown, Brussels Throwdown, et même les Open ou les Games). Les athlètes sont pratiquement des professionnels aussi, au moins dans leur attitude et leur préparation. Dans les 20 derniers athlètes en compétition, la grande majorité avait déjà participé à des compétitions (dont celles précitées) et connaissaient donc les règles et standards propres aux compétitions CrossFit. Ca en était assez facile de juger finalement.

L’évolution des athlètes présents, si l’on compare à l’année passée, témoigne de l’évolution générale. L’événement a pris de l’ampleur en attirant des athlètes des quatre coins de l’Europe, puisque des athlètes avaient fait le chemin depuis la Pologne, la Grèce ou l’Angleterre, et même plus loin, depuis l’Australie ou les Etats-Unis ! Mais on retrouvait malgré tout les athlètes français et belges qui étaient dans le top 10 en 2012. Yohann Gigord, qui est 2ème cette année, était 1er ex-aequo l’année passée; Sébastien Ferket, 3ème cette année, était 5ème l’année passée. On pourrait également parler de la French Invictus Team dont les athlètes (masculins et féminins) sont toujours parmi les meilleurs ! Autrement dit, les compétitions CrossFit prennent de l’ampleur, et les athlètes français et belges progressent et peuvent de plus en plus faire jeu égal avec les autres athlètes européens. Et c’est précisément grâce à ce genre d’événement !

Enfin, ce qui me semble très positif, c’est que nous avons gagné en professionnalisme, alors que l’événement était entièrement organisé PAR des CrossFitteurs, POUR des CrossFitteurs. Pour différentes raisons, l’apport de Reebok était effectivement bien moins important que l’année passée, voire quasi nul. Toute l’organisation (et les risques !) revenait donc à Reebok CrossFit Louvre – et il faut vraiment souligner le rôle de Daniel Chaffey, owner de Reebok CrossFit Louvre, qui a mené cet événement à sa réussite ! C’est extrêmement encourageant, parce que ça signifie que les CrossFitteurs – la communauté – peuvent produire ce genre d’événements sans le financement et la logistique de marques. Si ces marques veulent s’investir, tant mieux évidemment, mais le French Throwdown 2013 a certainement montré qu’une salle CrossFit peut organiser une compétition CrossFit internartionale. Et ça, c’est de l’empowerment !!

CLASSEMENTS

Femmes Elite

  1. Marianna Tzourtzek ((Reebok CrossFit Thess Niki)
  2. Isabelle Derond (Reebok CrossFit Louvre)
  3. Llara Romanowski (CrossFit Workshop)

PodiumHommesHommes Elite

  1. Nick Rouse (Reebok CrossFit Thames)
  2. Yohann Gigord (kultureFit Toulouse)
  3. Sébastien Ferket (CrossFit 1815)

Masters Femmes

  1. Francesca Palerma (CrossFit Worcestershire)
  2. Ana Jimenez (CrossFit Canarias)
  3. Renata Molliet (CrossFit Riviera)

Masters Hommes

  1. Scott Jenkins (CrossFit CM2)
  2. Bernard Luzi (Reebok CrossFit Ravenna)
  3. Gerd Covers (CrossFit Mainz)

67514_457480200994386_1602142898_n

Photo : Reebok CrossFit Louvre / French Invictus Team

En octobre 2012, à l’issue du Lowlands Throwdown, j’écrivais “CrossFit : We need more competitions” (CrossFit : on a besoin de plus de compétitions). Depuis, s’est déroulé le London Throwdown, et nous sommes en plein “French Throwdown“. Et plus que jamais, je crois en l’intérêt de ces compétitions dans le CrossFit. 

Aujourd’hui, lors du WOD #2 (9 minutes pour établir sa rep max au deadlift, au backsquat, puis au shoulder-to-overhead), j’ai établi 3 Personal Records (PR) ! Oh, ce ne sont pas des poids extraordinaires pour les vrais compétiteurs, celles et ceux qui visent la qualification pour la phase finale, et une place sur le podium. Mais pour moi, ce sont les 3 soulevés les plus lourds que je n’ai jamais faits. C’est la première fois que je soulève 190 kg du sol, que je squatte avec 135 kg sur les épaules et que je place 100 kg au-dessus de ma tête.

06Pour dire, ça fait près d’un an que j’essaie ce Jerk à 100 kg. Impossible. C’était certainement psychologique. Mais c’est ça qui est intéressant : lors d’une compétition, on aborde les wods différemment. Et c’est tout l’intérêt de ces compétitions. En les abordant différemment, avec la motivation en plus, on progresse !

Après le deadlift et le squat, j’ai assuré un jerk à 90 kg (je savais qu’il allait passer, c’était pour être sûr d’avoir un shoulder-to-overhead validé). Comme j’avais encore du temps, j’ai donc essayé à 95 kg. Raté ! Impossible d’étendre les bras. Et pourtant je sentais que ça me paraissait plus léger que d’habitude. Il devait rester entre 30 et 45 secondes, je me dis : “rien à perdre !” Autant tenter un dernier essai à 100 kg. Je charge. Mon juge à CrossFit 1815 me crie “10 secondes !” Pression au maximum !! Et BOUM ! Ce que je n’étais pas arrivé à faire en 1 an, je l’ai fait en 10 secondes !!

100 kg en Jerk, ce n’est pas tant que ça, donc cette histoire n’a pas beaucoup d’intérêt, sauf que pour moi, c’est le French Throwdown qui m’a permis de passer ce cap des 100 kg ! Et je remarque que ces compétitions sont pour beaucoup l’occasion de se dépasser, de sortir de sa zone de confort, d’accrocher définitivement au CrossFit, à sa méthode et à sa culture.

J’ai vu des débutants se lancer dans de telles compétitions comme un défi, comme on s’inscrit à un marathon pour se prouver quelque chose, avec comme seul objectif d’arriver au bout; j’ai vu des étudiants se filmer pour soumettre leur score, dans des salles non-appropriées, se voir refuser leur score et ré-essayer en corrigeant leurs mouvements; j’ai vu plein de personnes aller plus loin que dans les wods quotidiens, parce qu’il y a un enjeu, un classement, même si l’enjeu est d’occuper la 706 ème place et non la 707 ème…

Le French Throwdown ne fait que commencer, mais Reebok CrossFit Louvre qui l’organise à déjà fait un boulot formidable, en réunissant plus de 1200 athlètes, répartis sur 120 boxes affiliées, sur 10 pays. Sans parler de tous les athlètes qui postent des vidéos depuis leur garage, leur petit home gym bricolé. Parce que le CrossFit, c’est aussi ça : des gens qui ReebokCrossFitLouvreLogos’entraînent comme ils peuvent, avec un minimum de matériel. Même si je travaille actuellement avec deux salles (Reebok CrossFit Brussels et CrossFit 1815), et que j’ai donc la possibilité de m’entraîner dans les meilleures conditions qui soient, je n’oublie pas que j’ai commencé chez moi, avant qu’il y ait des salles près de chez moi, dans mon jardin, et dans une petite pièce que je m’étais aménagée. Ces compétitions permettent d’aller chercher ces gars et de les intégrer dans la communauté.

En tant que coachs CrossFit, ces compétitions sont également de belles opportunités de jouer un rôle de médiateurs entre ces deux types d’athlètes que l’on entraîne : monsieur-et-madame-tout-le-monde, qui souhaitent se remettre en forme, et les athlètes CrossFit de haut niveau, qui commencent à émerger au fil des compétitions. Les deux ne sont pas incompatibles : le fait qu’il y ait des stars dans le football n’empêche pas que tous les week-ends, des milliers de matchs aient lieu, avec des enfants et des adultes tout à fait amateurs. Même chose dans la plupart des sports. Maintenant, le CrossFit est un sport et ce double aspect en fait tout à fait partie. Le rôle des coachs est précisément d’être des médiateurs : attirer celles et ceux qui veulent devenir de futurs Froning ou Thorisdottir vers le haut niveau, et faire comprendre aux autres qu’il n’y a pas besoin de faire comme Froning et Thorisdottir pour bénéficier de tous les effets positifs du CrossFit, que l’on participe à ce genre de compétitions ou pas.

Maintenant, il reste le WOD #3 du French Throwdown. Et puis la final en juin, à Paris, qui s’annonce comme une belle fête de la communauté CrossFit !! Soyez dans le mouvement !

394469_3457745533279_1358743004_n

Si vous avez débuté le CrossFit au Salon du Fitness, de Paris, l’année passée, et que vous avez, depuis, évolué dans le CrossFit, et que vous vous rendez, à nouveau cette année, au Salon du Fitness, j’aurais aimé vous rencontrer et vous demander comment s’est passée cette première année de CrossFit pour vous ?

L’année passée, à l’issue de 3 jours dingues au Salon du Fitness, j’écrivais “le CrossFit va très rapidement se propager, tel un virus contagieux…“. J’aurais aimé rencontrer des personnes qui ont été touchées par ce virus, et leur poser quelques questions :

  • Avez-vous ensuite participé à des compétitions (Reebok CrossFit Fitness Championship, Brussels, Lowlands ou London Throwdowns, Open, Kip’My Cup) ? - Je sais qu’il y a plusieurs athlètes qu’on a initiés au CrossFit au Salon du Fitness et qui ont ensuite participé à des compétitions…
  • Avez-vous modifié votre manière de vous entraîner ?
  • 417505_3457704092243_511201984_nAvez-vous modifié votre manière de vous alimenter ?
  • Avez-vous perçu des améliorations en termes de santé, de performances physiques, d’apparence physique, etc ?
  • Avez-vous le projet de vous investir davantage dans le CrossFit en suivant des formations (Level 1, Speciality Cert, etc…) ?
  • Et encore plein d’autres questions !! ;-)

En gros, je voudrais savoir comment s’est passée l’année de celles et ceux qui ont été piqués par le virus du CrossFit l’année passée au Salon du Fitness, grâce à travail exemplaire de Reebok France !

Si vous pratiquiez déjà le CrossFit de votre côté, mais que vous avez participé aux qualifications du Reebok CrossFit Fitness Championship, et que ça vous a donné la passion du CrossFit, votre témoignage m’intéresse aussi !

Je serai au Salon les vendredi, samedi et dimanche matin. MANIFESTEZ-VOUS si vous avez un témoignage à me communiquer. Ca m’intéresse vraiment ! J’aimerais publier des petits témoignages sur ce site, avec votre accord bien sûr ! ;-)

Infos sur le Salon mondial Body Fitness 2013 : http://www.vivelaforme.com/LE-SALON.htm

Logo

Ce samedi 16 mars 2013, débuteront les inscriptions pour le French Throwdown, la compétition française de CrossFit, organisée par Reebok, comme le Reebok CrossFit Fitness Championship, l’année passée.

Le 18 juin 2012, j’écrivais “I love CrossFit ! … I F***ING LOVE CROSSFIT“, la première compétition Reebok CrossFit venait de s’achever, avec la victoire ex-aequo de Yohann Gigord et de Matthieu Montès, et chez les femmes, la French Invictus Team, monopolisait le podium.

IMG_4199Cette finale du Reebok CrossFit Fitness Championship clôturait une première année folle du CrossFit en France, qui avait commencé avec des présélections au Salon du Fitness, et dans certaines salles, dont en particulier à CrossFit Montpellier.

Depuis, la dynamique a continué à prendre de l’ampleur. Les compétitions se sont multipliées, à Bruxelles, en Hollande et à Londres, et plus récemment la Kip My Cup, à CrossFit Montpellier.

Le French Throwdown s’annonce donc comme une compétition de très bon niveau, qui verra probablement les meilleurs athlètes français (et belges) concourir !

  • Cette compétition est ouverte à tous. Elle coûte 10 €.
  • Une catégorie Senior est prévue pour les plus de 40 ans.

Concrètement : il y aura 3 wods de qualification, les semaines du 14, du 21 et du 28 avril 2013. Les athlètes devront soumettre leur score sur la plateforme Wodcast, comme pour le London Throwdown, en précisant dans quelle salle affiliée ils auront réalisé leur wod. S’ils ne sont pas dans des salles CrossFit, ils devront se filmer, comme pour les Games Open…

La finale regroupera les 40 meilleurs hommes et femmes et les 20 meilleurs hommes et femmes Senior. La date est encore à préciser (en juin).

Facebook: http://www.facebook.com/frenchthrowdown
Twitter: http://twitter.com/frenchthrowdown

IMG_4329Au Salon Body Fitness, à Paris, les 22, 23 et 24 mars, venez défier les champions de CrossFit : Matthieu Montès, Yohann Gigord et Virginie Henry, respectivement de Reebok CrossFit Brussels, CrossFit Toulouse et de la French Invictus Team !

Wod du challenge: For time :

  • Rowing 500m
  • 30kb swing 24kg/16kg
  • 20 burpee box jump
  • 10 overhead squat 40kg/30kg

Matthieu Montès termine en 4:24, Yohann Gigord en 4:29 et Virginie Henry en 5:38.

Si vous pensez pouvoir les défier, ou juste pour le fun, rendez-vous au Salon Body Fitness, Porte de Versailles, à Paris, les 22, 23 et 24 mars. Inscrivez-vous pour le challenge sur : http://www.reefitness.com

Parmi toutes les animations du Salon, il y aura des initiations au CrossFit ! Le Salon Body Fitness, c’est 24 298 visiteurs professionnels et grand public, 100 exposants internationaux200 marques représentées, sur 17 000 m²  !

Entrée : 8€ en prévente (12€ sur place) 

 

 

 

 

Reebok CrossFit Louvre, à Paris, accueille sa première formation “Level 1″, les 16 et 17 mars 2013. Inscrivez-vous vite, ces formations sont TRES rapidement sold-out.

Pour rappel, ces formations sont nécessaires pour pouvoir officiellement et légalement entraîner en tant que coach “CrossFit”.

Bien sûr, on ne devient pas coach CrossFit en un week-end. Ce n’est qu’une première étape, qui met sur la route, enseigne les fondements, les bases et les consignes de sécurité. Après, c’est à vous de continuer à vous former, vous informer et acquérir de l’expérience en tant que coach.

CrossFit organise également de nombreuses formations spécialisées en haltérophilie, endurance, powerlifting, gymnastique, etc.

La formation sera en anglais, comme toutes les formations CrossFit dans le monde, mais avec un minimum de connaissance en anglais (surtout si vous êtes déjà un pratiquant CrossFit), vous pourrez vous en sortir ;-)

Inscrivez-vous vite ! 

Certains ont déjà vu l’info sur la page facebook de Reebok CrossFit Brussels ou sur ma page facebook : Une nouvelle salle CrossFit va ouvrir très prochainement à Waterloo, en Belgique, à une quinzaine de kilomètres au sud de Bruxelles.

Le projet est à ses tout débuts. Ca faisait longtemps qu’il y avait une demande pour l’ouverture d’une salle CrossFit en Brabant Wallon. Beaucoup de gens l’attendaient depuis longtemps ! Et c’est Reebok CrossFit Brussels qui a décidé de répondre à cette demande, et nous avons trouvé le meilleur entrepôt qui soit pour ça, comme si ce local avait été conçu pour le CrossFit : une grande surface pour les WODs, une grande porte de garage pour ouvrir en été, et avoir un accès sur l’extérieur, une rue peu fréquentée à l’intérieur d’un zoning artisanal, pour faire des sprints, du prowler et autres exercices en extérieur, la proximité avec un parcours d’obstacles dans les bois, etc. Et des bureaux pour faire du suivi alimentaire paléo ! Tout est là !

Mais cette salle n’a pas la vocation de devenir une si grande salle qu’à Bruxelles. Ce sera un peu la “petite sœur” de Reebok CrossFit Brussels.

Ca veut dire que nous pouvons aussi nous baser sur l’expérience de Bruxelles : ré-appliquer le meilleur, et ne pas refaire les erreurs que nous aurions pu faire au commencement. Nous avons maintenant acquis de l’expérience : choix du matériel, construction de l’horaire, programmation des wods, suivi alimentaire, communication, etc. Tout cela va nous permettre de démarrer directement comme il faut…

Pas de fioritures dans cette salle : juste du CrossFit, des résultats, des athlètes de tout niveau et des gens qui reprennent en main leur condition physique, leur santé, leurs compétences…

Il nous reste encore néanmoins plein de choses à faire : trouver un nom, un logo, trouver les coachs (heureusement il y a la level 1 en novembre à Reebok CrossFit Brussels), équiper la salle, etc… Soyez sûr que vous pourrez suivre toute l’évolution de cette salle en construction, via SportisEverywhere.com

Et puis, vous pouvez déjà vous y sentir chez vous ! Si vous me connaissez, moi, ou les autres membres de Reebok CrossFit Brussels, sachez que cette salle, c’est aussi le fruit de toutes les rencontres que nous avons pu faire, en Belgique, en France (avec Reebok France et tous les events), aux Pays-Bas, en Angleterre avec l’équipe de Real Biz Europe, etc…

Cette salle, vous y serez CHEZ VOUS ! Plus d’infos très prochainement… 

  

Changement d’adresse à Reebok CrossFit Louvre : la salle déménage très prochainement juste en face, au n°51, où se situait auparavant une banque, toujours rue Etienne Marcel, à Paris.

Cette nouvelle salle comptera :

  • 120 m2 au premier étage
  • 220 m2 au rez-de-chaussée
  • 140 m2 en sous sol (un espace dédié à l’haltéro dans l’ancienne salle des coffres !)

Vous avez probablement entendu parler de la compétition/exhibition CrossFit “Us vs Europe”, qui aura lieu, à Londres, le samedi 13 octobre ?

Derrière le chef d’équipe, Rich Froning jr. himself, cinq américains (Matt Chan, Jason Kahlipa, Julie Foucher, Rebecca Voigt et Kristan Clever) rencontreront l’équipe d’Annie Thorisdottir (Samantha Briggs, Katrin Tanja Davidsdottir, Frederik Aegidius, Mikko Aronpaa, Numi Snaer Katrinarson).

L’événement aura lieu au ExCel Exhibit Center, à Londres, mais sera également diffusé en direct sur Eurosport, à partir de 20h, ce samedi 13 octobre 2012.

Et Reebok France propose à toute la communauté CrossFit franco-belge, qui s’est constituée, autour du Reebok CrossFit Fitness Championship, de se retrouver en direct sur la page Facebook de Reebok. La compétition sera commentée en direct par Sébastien Hureau, head coach à Reebok CrossFit Louvre. Et on nous promet quelques surprises ! ;-)

Alors, soyons nombreux, ce samedi soir, pour échanger en regardant cet event. Pour celles et ceux qui y étaient, c’est ce qu’on avait déjà fait, de manière plus ou moins improvisée, lors des CrossFit Games 2012 ! De bons souvenirs de ces nuits blanches en compagnie virtuelle des autres CrossFitteurs de France et de Belgique ! ;-)

En juin, avaient lieu le Brussels Throwdown, la compétition CrossFit à Reebok CrossFit Brussels. Tout le gratin du CrossFit, de Paris à Amsterdam, en passant par Anvers et Bruxelles s’y est rencontré pour une compétition qui restera dans les mémoires, par son ambiance, mais aussi la difficulté de ses épreuves. En particulier, l’épreuve finale, dans laquelle les athlètes devaient, entre autres, soulever 30 fois des atlas stones ! (Podium et lien vers les photos ici)

Pour un aperçu de cette compétition, voici la vidéo réalisée par Ivan Ceusterman (ivabxl@gmail.com), caméraman professionnel et athlète à Reebok CrossFit Brussels !

Motivé(e) par une telle compétition ? Inscrivez-vous vite au Lowlands Throwdown : qualifications le 29 septembre (dans différentes salles dont Reebok CrossFit BrusselsCrossFit Antwerpen et CrossFit Gym Project en Belgique) et finale en Hollande le 14 octobre.

Reebok France continue à promouvoir le CrossFit aux quatre coins de l’hexagone. Venez découvrir le CrossFit avec Reebok et Intersport dans 5 villes de France ! 

  • Bordeaux (25 août)
  • Toulouse (01 septembre)
  • Palavas les Flots (8 septembre)
  • Cannes (15 septembre)
  • Illzach (22 septembre)

Dans toutes ces villes, entre 11 et 16h, vous pourrez essayer une séance d’entraînement CrossFit !

Infos et inscriptions sur le site ReeFitness.fr

Si vous êtes de prêt ou de loin dans la planète CrossFit, vous avez probablement entendu parler du conflit avec Cross Gym. En deux mots, Cross Gym intente, en Europe, un procès pour que le mot “CrossFit” ne soit plus protégé, mais considéré comme un terme générique, libre de droit. 

Pour l’instant, pour pouvoir dire qu’on est coach “CrossFit”, il faut avoir suivi la formation Level 1 et réussi l’examen. Pour qu’une salle puisse se présenter comme une salle “CrossFit”, elle doit payer une affiliation. Tout ça n’est pas qu’une question de propriété et de marque ; ce qui est protégé, avec le nom, c’est tout ce que nous faisons concrètement à l’intérieur des salles, au quotidien, avec toutes celles et ceux qui viennent s’entraîner en Crossfit et nous font confiance. Ce sont des standards bien définis pour les mouvements, en termes d’amplitude, de positionnement du dos, des genoux, des hanches, etc. C’est une programmation qui assure une variation, sans pour autant être aléatoire, et qui permet une progression constante. C’est une communauté internationale, un réseau incroyable de salles qui échangent, se connectent, vivent ensemble, au gré des événements (les Open, les Games, les Reebok CrossFit Fitness Championships, les Throwdown, les certifications, etc.)

Si vous vous entraînez dans une salle CrossFit au Japon et que vous débarquez dans une salle CrossFit au Mexique, ou en Hollande, ou n’importe où ailleurs, vous n’avez qu’à dire : “Hey, je m’entraîne à CrossFit Untel, au Japon, est-ce que je peux faire un WOD avec vous ?” Et vous serez bien accueilli. Une chance sur deux qu’on vous prenne en photo avec les coachs de la salle, et que cette photo se retrouve sur leur site internet et leur page Facebook… C’est ça la communauté CrossFit. C’est un phénomène assez unique dans le domaine du sport, et du Fitness en particulier, et ça n’est permis que parce que le terme CrossFit est un trait distinctif.

Si je rencontre quelqu’un qui pratique du CrossFit dans une salle à l’autre bout du monde, je SAIS qu’il est entraîné par des coachs Level 1, comme moi, qui puisent leurs informations dans les mêmes articles et vidéos que moi. Si je lui demande de faire un Clean & Jerk, ou un Snatch, je SAIS qu’il l’exécutera selon les mêmes standards que moi. Peut-être aura-t-il d’autres “trucs” pour mettre davantage de puissance, pour aller plus vite, etc., et on pourra en discuter, apprendre l’un de l’autre, mais les mouvements répondront aux mêmes critères de validité.

Si, en Europe, n’importe qui peut se déclarer Coach CrossFit, et proposer des entraînements CrossFit, c’est cela qu’on perd : l’assurance de la qualité et l’esprit de communauté. Dur, non ?

Concrètement, ça veut dire que n’importe quelle salle Fitness pourra proposer des entraînements CrossFit, et en modifier les principes, les mouvements, et les entraînements à sa guise. On voit déjà pas mal de vidéos comme ça circuler sur le net… On perd toute assurance de qualité. Et ce qui nous distinguait des autres disparaîtra : en somme, perdre la propriété du nom “CrossFit” signifie PERDRE NOTRE IDENTITE…

D’autres acteurs du CrossFit européen se sont très bien exprimés…

Je me permets de relayer le très beau message de Nolan Mooney, expliquant à quel point sa vie est liée au CrossFit. C’est d’autant plus poignant que Nolan est un des premiers que j’ai interviewé, au tout début de SportisEverywhere.com :

I’ve had a pretty eventful couple of years. After leaving the military to start my life in Europe, I came to the the Netherlands without much: a woman that loved me, a suitcase with clothes, an ABMAT and a set of rings. If you’re a crosfitter it’s pretty apparent where my priorities lie. I knew I was starting an adventure but I had no idea where it would take me. This was the middle of 2008 and I had already been crossfitting since 2006; already “drinking the kool-aid” so to speak. Back then the community wasn’t anywhere near the size it is now, however it was just as strong and powerful as ever. I spent countless hours delving into crossfit.com, driving to the closest affiliate to get a wod in with other crossfitters, converting my garage into my own “box”/ninja raining center, and investing my time and money in becoming a better athlete. I never intended working as a trainer until I left my job as a firefighter and came to the Netherlands. It was then that I realised that I could potentially turn my passion, CrossFit, into my work. As many crossfitters do, I immediately began to spread the word and within 6 months, the foundation was laid to begin my own CrossFit Affiliate. It was now my turn to build, to forge as it was, a CrossFit community in the small town I lived in. Actually it was more like introducing my new friends to my old friends. I wasn’t creating a “new” community, I was adding to the existing community. I knew that regardless of someones nationality, if you were a true crossfitter, you would be connected to a community of dedicated and disciplined people dedicated to the pursuit of health and fitness and virtuosity. To be able to share this with the people around me has been not only a pleasure but a gift and a blessing. To me CrossFit embodies so much more than just a fitness regime/protocol. It is a way of life, a journey along lifes path that teaches not only physical improvement but also humility and respect. You suffer and endure, you succeed and sometimes fail, you overcome obstacles and breakthrough barriers that you never thought were possible. To me this represents my Crossfit way of life and for me, it begins at the most wonderful thing to come out of this way of life; my box, my pain cave, my ninja training center, my affiliate! (…)

If you’ve made it this far, you’re probably asking yourself, so what’s the point?

There is a threat on the horizon. CrossFit isn’t about the superstars, CrossFit isn’t only a methodolgy; CrossFit is a community, and that community is made up of thousands of Affiliates worldwide. A portion of that community in Europe, is under attack. CrossGym is sueing CrossFit for the legitimacy of the brand and therefore jeapordizing the the Affiliate structure in Europe. If they win, any and every trainer/globo gym/ anybody would be able to lable anything “CrossFit” and profit from the hard work and dedication of everyone that have worked so hard to achieve. If they win, basically, we lose. It’s not about the money, it’s about the principles. It’s about doing the right thing. It’s about the pursuit of excellence and respect! This has nothing to do with the equipment that CrossGym produces, it’s about paying respect where respect is due! I for one will not stand for this and will stand shoulder to shoulder with the other Affiliates to defend CrossFit. If CrossGym wants to go, bring it on! We’re ready. They will not take the most precious thing in my life away from me without a fight.
What can you do? Support your local affiliate and let CrossGym know how you feel. Post on their blogs, facebook and twitter, make some noise and let them know what they’re doing is wrong.
It is our responsibility to stand up in what we believe in.
Nolan Mooney
CrossFit FSF”

Je recopie ici aussi le témoignage de Karl Steadman, Coach à Reebok CrossFit 3D (Manchester), l’un des coachs les plus sympas d’Europe, dans une salle qui représente à la perfection l’esprit de communauté dans le CrossFit.

Hello my brothers and sisters from across the world. It has been a long time, for which I apologise. I am writing to you all today to ask for your help in the fight for CrossFit in Europe. Currently there is a lawsuit from CROSSGYM against the trademark of CrossFit in the EU.(…) The short story is that if this suit wins, the name by which we hold dear and have fought to protect for years will be worth nothing. Any gym regardless of qualifications, expertise, passion or belief will be able to offer CrossFit classes. We, the affiliate owners who have sacrificed to bring what we care about to others will suffer the most. I kindly ask you to post this information on every available platform you can. We NEED to fight this. I have been involved in CrossFit for many years now and the threat to the thing that I not only love, but defines how I and my family live, is real. Let’s show them what this community can do. Kind regards, Karl Steadman”

Photo by BoxRox.com

Ce dimanche 24 juin avait lieu le Brussels Throwdown, la compétition de Reebok CrossFit Brussels. S’y sont rencontrés le gratin du CrossFit belge, français et hollandais, avec quelques Allemands et Luxembourgeois en plus. 

Une ambiance de feu, des athlètes qui se dépassent sur des WODs plus durs les uns que les autres. Une semaine après la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, à Paris, il devient évident que, en Europe aussi, “maintenant, le Fitness est un sport” : “The sport of Fitness has arrived” comme le dit le slogan Reebok CrossFit.

Ca signifie que le CrossFit n’est plus uniquement une méthode d’entraînement, de conditionnement physique et de renforcement musculaire. C’est toujours cela. Mais c’est aussi un SPORT maintenant. Avec tout ce que cela comporte : des règles et des standards pour les mouvements qui se sont élaborés, et qui sont maintenant partagés par tout le monde, des équipes de juges, des sponsors habituels (Reebok, Vita Coco, Progenex, Pure Pharma), des médias (BoxRox), etc.

Et puis surtout, en devenant un sport, le CrossFit crée des athlètes, qui se rencontrent de compétition en compétition. Ils se connaissent, et surtout, ils commencent à être connus. En 2012, les meilleurs CrossFitters masculins dans cette partie de l’Europe, sont Matthieu Montès et Yvan Gegout, de la French Invictus Team (le premier gagne le Reebok CrossFit Fitness Championship et est 2ème du Brussels Throwdown; l’autre est 3ème du Reebok CrossFit Fitness Championship, et remporte le Brussels Throwdown. Le Bruxellois va gagner à Paris, le Parisien vient gagner à Bruxelles…). Tout le monde les connaît. Chez les femmes, la French Invictus Team est très forte, tout comme Danielle Bodin, des CrossFit Addicts Paris, victorieuse à Bruxelles, et 7ème du Reebok CrossFit Fitness Championship, ou Naomi Rinsampessy, sur le podium au Lowlands Throwdown, 2ème à Bruxelles, et qualifiée pour les Regionals cette année.

Autrement dit, des athlètes commencent à émerger. Et les compétitions ne sont plus des vitrines pour le CrossFit, des événements qui ne viseraient qu’à faire connaître le concept. Les compétitions ont leur vie propre. Certains athlètes se préparent précisément pour cela. C’est le cas de la French Invictus Team qui parle de “saison” CrossFit, avec un certain nombre de compétitions, des objectifs en terme de résultats, etc.

Probablement que tout cela va se structurer davantage dans le futur, sous forme de circuits. Peut-être que les compétitions locales, les Reebok CrossFit Fitness Championships et les CrossFit Games s’emboîteront selon des modalités qui sont encore à penser…

Est-ce que cela risque de tuer le CrossFit sous sa forme la plus basique, c’est-à-dire une méthode de conditionnement physique, qui s’adresse à tout le monde, c’est-à-dire à toute personne qui veut reprendre en main sa condition physique et sa santé, sans aucune prétention à la compétition ?

Je ne crois pas. Au contraire, aurais-je même tendance à dire. Dans les années ’80 (autour de 1986 et des TransWorld Skateboard Championships), toutes les compétitions de Skateboard qui ont commencé à fleurir aux Etats-Unis ont contribué à la popularité du SkateBoard auprès des kids en rue. Des stars ont commencé à émerger : ils gagnaient toutes les compétitions, on commençait à les interviewer dans la presse spécialisée : c’était Christian Hosoi, Steve Caballero, Tony Hawk. Et en 1995, le second souffle de popularité pour le Skateboard correspond à la première édition des X-Games, et la diffusion sur ESPN.

En Europe, le CrossFit en tant que compétition a démarré. Maintenant, le Fitness est un Sport. C’est dans le CrossFit. Et les premières stars sont connues…

Hommes :

  1. Yvan Gegout
  2. Matthieu Montès
  3. Sébastien Ferket
Femmes :
  1. Danielle Bodin
  2. Naomi Rinsampessy
  3. Marien Valkenburg

Les albums photos du Brussels Throwdown sont visibles sur Facebook. Partagez, identifiez, commentez ! 

En manque de compétition CrossFit ? Ou envie de découvrir à quoi ce type de compétition ressemble ? 

Reebok CrossFit Brussels organise la plus grande compétition CrossFit de Belgique : les Brussels Throwdown. Parmi les meilleurs athlètes du Sud de la France jusqu’au Nord de la Hollande seront présents, avec également quelques athlètes danois et luxembourgeois.

Seront présents : le 1er ex-aequo et le 3ème du Reebok CrossFit Fitness Championship, en France : Matthieu Montès (lire son interview pour SportisEverywhere.com) et Yvan Gegout, de la French Invictus Team. La première et la 3ème de la compétition hollandaise “Lowlands Throwdown“, Carla Nunes da Costa et Naomi Rinsampessy. Et la gagnante et le gagnant du Strongman Challenge : Rachel Vandernoot et… Matthieu Montès, again !

: à Reebok CrossFit Brussels, rue du Bourdon, 100. 1180 Uccle

Quand : Dimanche 24 juin, à partir de 10h (toute la journée).

Infoshttp://www.thebrusselsthrowdown.be/

Beaucoup d’émotion dans les images de la finale du Reebok CrossFit Fitness Championship, le samedi 16 juin, à Paris (Parc de la Vilette). Rien de spécial à rajouter par rapport au compte-rendu que j’ai déjà publié ici. D’autant plus que les images illustrent parfaitement ce que je disais : de l’encouragement et du respect entre athlètes, de l’émotion et de l’émulation.

Partenaires

 
 

 
 

Twitter Updates

Rejoignez-nous sur :

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 101 other followers