Le revers de la médaille. Le CrossFit est en train de gagner en popularité, de manière impressionnante. Les CrossFit Games ont atteint des sommets, autant en terme d’audience (sur ESPN, en streaming sur le net), qu’en terme d’exploit sportif. Des salles ouvrent tous les jours aux quatre coins du monde. Et de plus en plus de marques proposent des produits destinés à cette pratique.

Where there are people, money may be made” dit-on souvent. Là où il y a du monde, on peut se faire de l’argent. Et dans le CrossFit, il y a de plus en plus de monde. D’une bande de tarés qui soulevaient des poids, couraient et faisaient des burpees, nous sommes maintenant devenus une cible pour tous les vautours que la dimension physique importe peu.

Après CrossGym qui essaie que le terme “CrossFit” ne soit plus protégé, ouvrant la porte à ce que n’importe quelle salle de Gym commerciale propose un cours “CrossFit” sans la moindre formation, c’est maintenant au tour d’une firme d’investissement, Anthos, de vouloir profiter du CrossFit.

Lauren Jenai

Petit résumé de la situation. Greg Glassman crée le CrossFit dans les années 90, avec sa femme, Lauren Jenai Glassman. Il y a deux ans et demi, ils se séparent et Lauren Jenai garde 50% des parts de l’entreprise. Aujourd’hui, Lauren Jenai envisage de vendre toutes ses parts à une société d’investissement, Anthos, pour 20 millions de dollars.

Quels sont les enjeux ? L’enjeu principal est la préservation de la liberté accordée à chaque salle CrossFit, dans le système d'”affiliés” actuel. Effectivement, ce qu’a toujours voulu Greg Glassman, c’est que chaque salle se gère seule. Elles paient l’affiliation, leur permettant d’utiliser le nom “CrossFit”, et pour le reste : liberté totale ! Chaque salle peut développer une “personnalité” qui lui est propre : adopter un style plus hardcore/tough guys, ou plus familial, plus commercial ou davantage “garage gym”, plus orienté “Elite/Compétition” ou plus ouvert à tout le monde. Chaque salle crée ses logos, ses t-shirts et toute sa décoration selon son style. Chaque salle est unique, même si la méthodologie est la même. Nous ne sommes donc pas du tout dans un système de “franchisés”. Ca veut aussi dire que chaque salle décide si elle veut s’associer à telle ou telle marque : elle achète son matos chez Rogue, Again Faster ou Eleiko, elle vend des produits Pure Pharma, ou Progenex, ou n’importe quel autre produit, SI ELLE LE VEUT. Dans certaines salles, les coachs portent des Reebok, dans d’autres des Inov-8, dans d’autres des Vibram Five Fingers, etc. Certaines ont décidé de s’associer avec Reebok, d’autres non. Chaque salle est LIBRE.

Imaginez la perte financière ! Si CrossFit pouvait s’associer avec une seule marque et obliger ses 4000 salles d’acheter le matériel de cette marque, ça lui permettrait de signer des contrats extrêmement juteux !!! Mais Glassman a toujours refusé cela.

C’est par contre un des objectifs d’Anthos. C’est en tout cas ce que révèlait Russell Greene, membre du Staff CrossFit, il y a deux jours, sur le forum de CrossFit.com : “Anthos’s first step will be to force all CrossFit affiliates to morph from professional training facilities into supplement and equipment peddlers. In that case, affiliates will lose the right to choose between an array of competing brands such as Rogue, Again Faster, SFH, and Pure Pharma. Affiliates will be forced to sell the Anthos company’s endorsed line of products“.

(Traduction : “la première étape d’Anthos sera de transformer toutes les salles CrossFit affiliées, de centre d’entraînement professionnel en vendeurs d’équipements et de suppléments. Dans ce cas, les affiliés perdront le droit de choisir entre un éventail de marques concurrentes comme Rogue, Again Faster,  SFH et Pure Pharma. Les affiliés seront obligés de vendre les produits approuvés par Anthos”)

Autrement dit, les salles CrossFit fonctionneraient comme les fast-food MacDonald : que vous rentriez dans un MacDo de Bruxelles ou de Tokyo, c’est la même chose, on vous sert la même chose… La même merde, j’aurais envie de dire, mais c’est mon côté paléo… autre débat ;-)

L’info a très vite circulé sur le net, via les réseaux sociaux. C’est ça aussi une communauté. Au point qu’Anthos ait demandé à Lauren Jenai de réagir sur Facebook, et de défendre sa décision de leur vendre ses parts : “Contrary to what I have read on the CrossFit blog, I am not selling control of the company to Anthos. I don’t have control to sell. Anthos will be co-equal owners with Greg, just as I am. Additionally, Anthos has emphatically told me, after reading the most recent postings on the blog that they will not “force all CrossFit affiliates to morph from professional training facilities into supplement and equipment peddlers.

(Traduction : Contrairement à ce que j’ai lu sur le site CrossFit.com, je ne vends pas le contrôle de la compagnie à Anthos. Je n’ai pas de contrôle à vendre. Anthos sera le co-propriétaire, à part égale, avec Greg, juste comme je le suis. De plus, Anthos m’a dit explicitement, après avoir lu les articles les plus récents sur le site, qu’ils ne transformeront pas toutes les salles CrossFit affiliées, de centre d’entraînement professionnel en vendeurs d’équipements et de suppléments.”

Voilà qui n’est pas de l’avis du principal intéressé, Greg Glassman, lui-même, puisqu’il répondait qu’il avait entendu directement de la bouche de Bryan Kelly (Managing Partner chez Anthos) qu’il considérait chaque salle CrossFit affiliée comme un point de vente potentiel : “Bryan Kelly explained in clear and concise terms that we were leaving billions of dollars on the table with our current affiliate relationship. We all remember lines like, “Every time I go into GNC, you are losing money”. (…) Bryan Kelly sees 4,000 independently owned and operated gyms as 4,000 potential points of sale. The Anthos approach is short-term, rapacious, dishonest, entirely destructive of our culture, and toxic to the affiliates“.

(Traduction : “Bryan Kelly a expliqué en termes clairs et concis que nous perdions des milliards de dollars avec le système d’affiliation actuel. Nous nous souvenons tous de phrases comme: “Chaque fois que je vais chez GNC, vous perdez de l’argent“. (…) Bryan Kelly voit les 4000 salles gérées indépendamment comme 4000 points de vente potentiels. L’approche Anthos est à court terme, rapace, malhonnête, entièrement destructrice de notre culture, et toxique pour les affiliés”.)

Que faire ? Si pour l’affaire avec CrossGym, on ne peut pas faire grand chose dans l’immédiat (c’est une affaire en justice), pour ce qui concerne Anthos, il est certainement intéressant de se manifester, et de montrer notre désaccord de manière unie. Serait-ce intéressant pour Anthos d’acquérir 50% d’une société dont la majorité des affiliés désapprouveraient la politique ? C’est risquer que chacune des salles se dés-affilie… Autant le staff CrossFit que Greg Glassman encouragent les affiliés et toute personne qui croit dans le Crossfit et veut défendre son indépendance, de se manifester auprès d’Anthos, de Bryan Kelly et de Lauren Jenai.

Faites circuler l’info sur les réseaux sociaux, dans toutes les langues. By any means necessary, propagez le message que les salles CrossFit ne sont pas à vendre et que nous ne serons pas des simples vendeurs d’équipements et suppléments !